Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 

 

LISOLO YA MAMA SENGU

 

un commentaire vient d'être posté par Noko Laurent sur l'article Les femmes du Maréchal,


Blog Sp+®cial 1 an 068

Vieux Rossignol Lando était plutôt marié à la petite-soeur de Mama Mobutu, ndenge balobaka Mama oyo abotaki Mama Mobutu akufaki juste sima ya naissance ya muana Antoinette, na mpasi wana d´abord
ya kozala veuf avec un nouveau-né, Papa na Antoinette abalaki jeune fille (Mama Sengu)mpo abatela Antoinette moke, nde esika la célèbre SUZANA ayaki kobotama, mpe bango mibale Antoinette na
Suzana bazalaki na ressemblance moko ya somo lokola ba mapasa. Durant toute sa vie, soki Mama Mobutu ayoki yo na lisolo ete Mama Sengu azali Mama Mobokoli, oyebaka malamu ozali gomé à vie epayi
ya Mama Mobutu, na bobangi wana nde etikala kaka Mama Sengu comme mère biologique ya Mama Antoinette Mobutu.


Vieux Rossignol akolaki mpe azalaki kovanda epayi ya NOKO na ye tangu Mama Yemo abalaki Noko ya vieux Rossignol, alors Mama Yemo muana na ye ya maboko ezalaki vieux Seskoul, comme qui dirait :
Yankee na Yankee il faut balingana, esika Mobutu na Lando bamesana, bakola ndako moko, balingana lokola kulutu na leki tii na liwa na bango. Il parait ke vieux Rossignol motu amemaki Mobutu na
Mbandaka mpo na Petit na ye José a continué ba classes na ye, lokola azalaki na amour ya kotanga mingi... Bana nionso ya Yolo bayebi malamu bolingani ya Mobutu na Lando avant et après la
présidence, pas comme deux frères par alliance mais des vrais frères du sang. Noko ya Rossignol na Mama Yemo babota petit-frère ya Mobutu le défunt Colonel Dongo Yemo Mobutu oyo akufaki na Suède
na Stockholm juste avant démonnaitisation ya ba billets ya 10 et 5 Zaïres. Tangu Dongo azalaki ambassadeur na Suède au même moment vieux Monguya Mbenge Daniel azalaki NGUNDA mpe na Suède, botuna
batu ya Suède ya tangu wana bakoyebisa bino nini oyo elekaki entre bango mibale, bobosana te Monguya azalaki ami de longue date ya Mobutu, bafanda comme ba voisins na Yolo... kasi oyo ezali
histoire mosusu, tina ya kosakola yango awa ezali te.

 

Noko Laurent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
<br /> <br /> Noko Laure<br /> <br /> <br /> Comme notre frère Mukendi<br /> vient de le dire, votre réponse est un couvre-feu : pendant un couvre-feu, personne ne sort et donc personne ne sait ce qui se passe dehors. C’est dire que vous avez choisi de ne pas parler.<br /> Ce silence ou mieux ce refus de parler, peut cacher bien de choses.<br /> <br /> <br /> Peut-être trouverez-vous<br /> les réponses à vos questions, bien pertinentes d'ailleurs, dans cette réponse de M. Kwebe Kimpele à Ramazani (Baya ?) le 14 Septembre 2009, à 12 :30<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> « Mon cher<br /> Ramazani,<br /> <br /> <br /> Une chose est d’être<br /> « mobutiste » comme je le confesse et le proclame volontiers. Mais autre chose est de défendre le « mobutisme », plaidoirie que je ne me hasarderais jamais à prononcer.<br /> <br /> <br /> En effet, Mobutu a commis<br /> de nombreux crimes de sang que je ne lui pardonne pas et que, du reste, la plupart de nos compatriotes ignorent. Il se fait qu’on lui prête de nombreux crimes qu’il n’a jamais commis comme par<br /> exemple le  » massacre des étudiants » sur le campus universitaire de Lubumbashi, dans la nuit du vendredi 11 au samedi 12 mai 1990. Dans la foulée, Mobutu s’est rendu coupable pendant<br /> les 32 ans de son régime, de crimes économiques qui crient « vengeance au ciel ». Mais surtout, je n’ai aucune raison de défendre le mobutisme parce que Mobutu n’était pas<br /> congolais !!<br /> <br /> <br /> Oui, mon cher Ramazani.<br /> Mobutu n’était pas congolais ni par son père ni par sa mère . Mama Yemo n’a jamais été sa mère biologique, mais simplement sa « mère adoptive ». Les parents de Mobutu étaient tous deux<br /> de nationalité togolaise. Son père exerçait la profession de cheminot. Il a été engagé par la société française qui a construit le chemin de fer Brazzaville- Océan. Donnez-vous la peine de poser<br /> la question à quelques Togolais instruits et d’un certain âge, ils vous en apprendront des choses sur notre fameux Maréchal zaïrois!! Vous voulez que je continue sur lui et que je vous en dise un<br /> peu plus ? Alors voici:<br /> <br /> <br /> D’autre part, Mobutu n’est<br /> pas né à Lisala, mais à Brazzavile, rue Paul kamba, à Poto-Poto Brazzaville. Il a vu le jour en 1928 et non pas le 14 octobre 1930. Sa mère naturelle est morte alors qu’il était âgé de quelques<br /> jours à peine et que son père se trouvait au boulot, entre la ville de Brazzavile et la côte atlantique, occupé à poser des rails. Du fait que ses parents étaent originaires du Togo, une ancienne<br /> colonie française, ils étaient donc ipso facto fançais. Mobutu, déjà orphelin à l’âge de quelques jours, fut donc présenté à « son compatriote » , le curé français de Brazzaville pour<br /> trouver une solution immédiate au bébé qui manquait déjà de lait.<br /> <br /> <br /> Il se fait que le prêtre<br /> français affecté à Brazzaville avait un domestique du nom de Gbemani Alberic, mari d’une certaine Marie -Madeleine Yemo, qui venait d’accouccher et qui pouvait donc donner le sein au petit bébé a<br /> perdu sa mère. Mama Yemo se retrouva ainsi avec deux enfants, ce qui la fit appeler  » mama mapasa » par ses copines de l’époque qui se moquaient d’elle gentiment. Nous sommes en<br /> 1928.<br /> <br /> <br /> Une épidémie de variole<br /> décima les enfants à Brazzavile quelques mois après la naissance de Mobutu. Tous en furent atteints, même Mobutu, et même l’enfant biologique de Mama Yemo qui partageait ses seins avec le nouveau<br /> venu. Mais l’enfant naturel de mama Yemo succomba à la maladie. Pas Mobutu. Cet incident provoqua la colère de Gbemani Alberic, le mari de mama Yemo, tous deux des Ngbandis à qui la coutume<br /> interdit d’adopter un enfant ayant perdu sa mère en très bas âge. Mais mama Yemo ne voulut rien entendre. De disputes en scènes de ménage, le coupe se déchira pendant plusieurs années, à cause de<br /> la présence du petit Mobutu dans la famille, jusqu’au jour où mama Yemo décida de divorcer, de traverser le fleuve et d’aller vivre avec tous ses enfants, Mobutu y compris, à Léopoldville.<br /> <br /> <br /> Ayant appris le départ de<br /> la mère nourricière de son enfant, le père biologique de Mobutu, le Togolais donc, résolut de la suivre de l’autre côté du fleuve. Après de longues et fastidieuses démarches administratives pour<br /> obtenir sa mutation du chemin de fer Brazzaville- Océan vers la société ferroviaire Matadi-Léopoldville, il débarqua enfin sur la rive gauche et se mit à la recherche de son fiston. Mais ayant<br /> appris la présence du père de l’enfant à Léopoldville, mama Yemo décida de fuire à Lisala, sa ville natale avec tous ses enfants à bord d’un bateau de l’OTRACO, Office des transports<br /> congolais.<br /> <br /> <br /> Quand le père naturel de<br /> Mobutu retrouva enfin l’adresse où résidaient mama Yemo et son gosse, ce fut pour apprendre la nouvelle de la fuite de la mère adoptive. Impossible pour un Togolais, en ce temps-là, d’abandonner<br /> son travail pendant d<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Cher Noko,<br /> <br /> <br /> Ton récit est un véritable couvre-feu, 6 heures à heures, eluki ba nganga, butulu ekomata puis makala makotikala.<br /> <br /> <br /> Ceux d´entre nous détenant d´autres verssions sur les origines cachées de Wa Zabanga n´ont qu´à nous les communiquer, et si cela était possible jusqu´au 28 Novembre prochain<br /> Mboka-Mosika ne sera que bombarder de ces MASOLO.<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Ndeko Musey pe baninga ya Mbokamosika, losako!<br /> <br /> <br /> Ya solo, tozali ebele baye tozalaka na mposa ya bosolo, kasi ndenge toyebi biso banso tovanda na poto, lisolo ya moko na moko kati na biso, ezali na ba zone d'ombres n'ango. Sur les origines ya<br /> Mobutu, lolenge ndeko Musey okomi, po otangaki Kwebe, ntina ya kotungisa Noko ezali te, po bato baleki basango na likambo ya archives, bazali te. Il suffit juste ya kotuna kombo ya mission oyo ya<br /> Brazza - to ya Mboka oyo, selon bino, Mobutu abotamaka, mpo te ba traces nionso wana ebima.<br /> Ndakisa epayi na biso na Léo2, buku ya batisimo ebandi na 1902, epayi ya Saint Léopold (Jean 23). Il suffit opesa bobele prénom ya moto ozali koluka bilembo, okomona yango na bolembu nionso.<br /> Kasi soki natali ndenge biso bana ya poto totiya poto-pôto na état-civbil na biso awa na mboka mondele, lobi soki tobwaki moto na politiki ya mboka, tokamwa soki bakoti biso doute? Tpbosana te,<br /> ba information ya naissance ya Mobutu, colon belge, atikala kotia yango tembe te na bomoyi na ye, or na ndenge toyebeli mondele, soki asali enquête, nionso ebimaka. Alors ndenge nini, bango<br /> basango baye bayambaka Mobutu na ba kelasi na bango, pe toyebi biso banso tè bokomisami na primaire na ntango ya belesi, il fallait komema mokanda ya batisimo, ndenge nini bandimaki "lokuta"<br /> wana? Nani abongolaki mokanda ya batisimo, po soki tolandi ndenge Musey okomi, Mobutu bamopesaki na libota ya Gbemani tango azalaki na baposo déjà, or batisimo ezalaka kosalema na mposo ya yambo<br /> ya bomoyi ya katoliko, surtout, ndenge okomi, azalaki muana ya mosali ya basango?<br /> Na nionso oyo ekomami, leçon ezali bobele moko: ezala Mobutu, ezala biso baye tobimi ba donneurs de leçons, tokeba lolenge tozali kotambolela. Intérêt na biso ya lelo, ekoki kobebisela biso<br /> makambo lobi. Lolenge moko na badièze tobwakela, soki tokamati précautions te, po lobi bana na biso bakota bango doute te na mboka (Joseph Kabila azalik na kati wana), ebongi tosala liboke ya<br /> "bosolo" na biso po bana na biso bazanga ba "preuves" ya kicongolais te, puisque oyo nionso ya état civil na biso tokotisa mobulu. Yango wana tango baboti na biso bazali naino na bomoyi, totuna<br /> bango wapi epai babatisaka biso po te tozonga kuna, kozua ba carte ya batisimo, oyo ezali preuve indiscutable ya état civil d'origine na biso.<br /> En tout cas, nawutaki kosala yango na miko mileki, pe nazuaki plaisir ya kokutana na Tata na ngai ya batisimo oyo abosana na ngai kala. Imaginez esengo na ngai pe ya libota na ye.<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
M
<br /> <br /> Noko Laurent,<br /> <br /> <br /> Puisque vous donnez l'impression de bien connaitre l'enfance de Mobutu, voici les renseignements  que le journaliste Kwebe Kimpele qui l'a cotoyé pendant plusieurs années a donné dans<br /> un article qu'il a écrit il y a deux ou trois ans:<br /> <br /> <br /> 1. Mobutu n'était pas né à Lisala mais à Brazzaville<br /> <br /> <br /> 2. Il n'était pas né en 1930 mais en 1928<br /> <br /> <br /> 3. Son père (un Togolais)  et Mr. Gwemani travaillaient tous les deux chez des prêtres à Brazzaville.<br /> <br /> <br /> 4. Le bébé Mobutu avait été confié aux bons soins de la famille Gwemani (dont la femme avait un bébé de même âge que lui) sur la demande des prêtres à la mort de sa mère alors qu'il n'était âgé<br /> que de quelques semaines.<br /> <br /> <br /> Le débat est, certes, dépassé et donc sans intéret évident mais l'histoire demeurera à jamais.<br /> <br /> <br /> Dites-nous ce que vous savez des origines de celui qui, pendant plus de trente ans, dirigeat ce grand pays et bénéficia des honneurs dûs à Dieu.<br /> <br /> <br /> D<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre