Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

OMPTONS DE UN A DIX

 

 

Ne connaissant pas le tshiluba, je ne sais pas interpréter le texte de Ngeleka, mais la mélodie est si prenante que j'imagine qu'il devrait s'agir de malheur,à moins que comme toujours, je me plante sur le sens des mots en tshiluba. En effet, lorsque j'avais 15 ans, nous avions imaginé des termes tshiluba pour désigner des filles. Une belle et jeune adolescente était pour nous une "mwanda-muteketa". Une fille de plus de 20 ans (nous en avions 15 à l'époque) plutôt vieille à notre goût, était "une mwanda-mukulu" et s'il fallait passer à l'attaque (pour attirer l'attention des filles) on lançait notre cri de guerre "Ndundu kumpala". Bien sûr que parmi nous il y avait un muluba - >Kalo - Mais c'est seulement dans ma 45e année d'existence que j'apprendrais que les mwanda muteketa et mwanda-mukulu n'étaient que des chiffres.

M. Mangembo                                                                                                                            

 

 

Cette introduction de notre ami Mwan’a Mangembo démontre que savoir compter de un à dix dans nos langues nationales peut s’avérer un exercice parfois difficile.

Raison pour laquelle nous avons jugé utile de dresser à l’attention de nos lecteurs, un tableau comparatif de comptage de un à dix dans nos quatre langues nationales, à savoir, le swahili, le ciluba, le kikongo, et le lingala.

 

FRANÇAIS

SWAHILI

CILUBA

KIKONGO

LINGALA

UN

MOJA

UMUE

MOSI

MOKO

DEUX

MBILI

IBIDI

ZOLE

MIBALE

TROIS

TATU

ISATU

TATU

MISATO

QUATRE

INE (NNE)

INAYI

IYA

MINE

CINQ

TANO

ITANU

TANU

MITANO

SIX

SITA

ISAMBOMBO

SAMBANU

MOTOBA

SEPT

SABA

Muanda-Mutekete

SAMBOADI

SAMBO

HUIT

NANE

Muanda-Mukulu

NANA

MWAMBE

NEUF

KENDA (SITA)

CITEMBA

IVUA

LIBWA

DIX

KUMI

DIKUMI

KUMI

ZOMI

 

Savoir compter de UN à DIX est une réalité. Connaître le sens profond des chiffres en est une autre.

Ainsi, nous allons recourir  à la symbolique des nombres luba et bantu, développée par Mr. Ntite Mukendi Aubert-Kizito, mathématicien, astrophysicien et grammairien, à travers le site « Basongye.com », initié par le Dr. Nkamany Kabamba, spécialiste du Busongye, afin de nous imprégner de connaissances des nombres dans les langues bantu.

L’auteur de l’étude (Ntite Mukendi) précise qu’elle(l’étude) s’insère dans le cadre des connaissances réservées aux initiés. Notre blog ne fait qu’en dévoiler quelques aspects élémentaires.

 

LES FONDAMENTAUX DES NOMBRES DE UN A DIX

 

Le nombre UN :

Chez les Baluba, la particule MU signifie « dans, à l’intérieur de », d’où par évolution de sens, « ce qui est à l’intérieur de l’apparence perçue » soit l’entité, l’esprit. Or la racine du mot désignant le nombre UN en ciluba est MU (cintu ciMUe=Une chose, kadilu kaMUe= UN feu, donc UN est le nombre sacré associé à l’entité, à l’esprit , considéré comme premier, prioritaire.

 

Le nombre DEUX :

Si UN est l’esprit, la réalité prioritaire, l’apparence perçue est donc la réalité seconde, secondaire, d’où le CORPS ou muBIDI (en ciluba) et mWILI (en swahili).

Or BIDI et WILI sont les racines (dans les deux langues) du mot désignant le nombre DEUX :bantu baBIDI= watu waWILI=DEUX hommes, bintu biBIDI=vitu viWILI=DEUX choses.

D’où le nombre DEUX est associé au CORPS, à la CHOSE, à l’OBJET.

 

Le nombre TROIS :

Le nombre TROIS = UN + DEUX = L’ESPRIT intimement lié au CORPS, représente l’homme dans sa totalité, ses pleines capacités soit tatu (en swahili), itatu( en kikongo), ISATU euphoniquement différencié par S de Taatu= le PERE, le mâle.

 

Le nombre QUATRE :

=DEUX + DEUX = un CORPS intimement lié à (contenant) un autre CORPS.

C’est aussi TROIS + UN ou un homme (TROIS) hébergeant un ESPRIT(UN) en transit, donnant ainsi deux définitions de la femelle, la femme, la MERE. D’où QUATRE = INE (en swahili) INAyi (en ciluba) IYA (en kikongo), INanka en kisongye ,alors que INA/NYina signifie la MERE dans beaucoup de langues bantoues.

 

Le nombre CINQ

Le nombre CINQ = TROIS (un homme) intimement lié à (DEUX) un outil. Donc un producteur de biens matériels. C’est le nombre de la production, de l’exubérance, des doigts de la main. Son nom TANO, ITANU, dérive du verbe kuTANA (en Kisongye) et kaTALA (en ciluba) qui signifie apparaître en grand nombre.

 

Le nombre SIX

Le nombre SIX ou SAMBO parle de transition, le ciluba précise transition primitive ou SAMBOMBO, celle de l’enfant TROIS à l’homme adulte TROIS. Mieux de l’homme pris en charge (enfant) à l’homme qui se prend en charge (un adulte). En outre 6= 3 + 3 signifie que tout homme est l’enfant d’un autre homme donc un maillon d’une chaîne des vies qui le relie ä Dieu, l’Origine de toutes choses.

 

Le nombre SEPT

Le nombre SEPT = QUATRE (la MERE) intimement lié à TROIS (le PERE) se dit SAMBO-BIDI en kisongye, contracté en SAMBOADI (en kikongo) et dans d’autres langues congolaises. C’est la deuxième transition de l’homme adulte qui se prend en charge à l’homme qui prend d’autres en charge par la paternité. Le ciluba précise SEPT =MUANDA-MUTEKETE= petit Mystère, celui de l’origine des enfants, le mystère de la procréation.

 

Le nombre HUIT

HUIT = QUATRE + QUATRE représente l’assemblée des MERES. Il signifie donc la confusion entre les deux mondes, soit un grand mystère ou MUANDA-MUKULU ( en ciluba)

 

Le nombre NEUF

Le nombre NEUF ou (cianda) CITEMBA ou CITEEMA ou KITEMA (en Kisongye), soit le complot qui parade ou qui brille. Exprime la volonté de puissance.

 

Le nombre DIX

Dix représente la totalité du créé= 1 les esprits + les objets matériels + 3 les mâles + 4 les femmes.

 

 

 

 

Compilé par Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patricia 17/01/2015 08:21

Tous mes remerciements pour ce partage qui enrichi ma culture sur les langues de mon pays.
Je vis en France et, malheureusement je ne connais pas le Ciluba, qui est la langue de mes origines.
Pourriez-vous, svp, nous dispensez d'autres leçons d'apprentissage (à l'image de cette notion sur les chiffres que vous venez d'exposer dans cette rubrique) ? Ou du moins, à nous communiquer des sites dont vous auriez connaissance qui peuvent nous y aider ?
Je vous en remercie d'avance et vous félicite pour la diversité de vos contributions !

messager 28/06/2008 10:57

Dodo,Effectivement MUTEKETA et MUTEKETE signifient la même chose:PETIT en tshiluba ou ciluba . DODO, nous devons nous efforcer de connaître les 4 langues nationales. Si nous regardons bien, votre remarque va dans le sens de celle de Théthé qui a parlé de NANU(selon sa maman) au lieu de NANA, qui signifie HUIT en kikongo.Sachons que les principales langues du pays avaient été coodifées pour besoin d'évangélisation d'abord, et ensuite pour raisons scolaires.Pour revenir aux deux exemples, vous vous rendrez compte que le probléme de terminaisons ou de sufixes se pose: MUTEKETA est le tshiluba parlé de façon traditionnelle, tandis MUTEKETE est le tshiluba coodifié ou classique tel qu'il avait été enseigné à l'école. Il en va de même pour le kikongo(où le fioti n'est pas le même que kikongo ya l'état), le lingala ou le swahili. Dans la langage courant on mélange souvent le coodifié et le langage populaire. Le lingala que nous parlons maintenant est le lingala populaire. C'est ainsi que l'alphabet phonétique officielle qui avait été adoptée en CILUBA, qui consiste à transcrire C en lieu et place de TSHI est presque négligée. Officiellement on devrait écrire CILUBA au lieu de TSHILUBA. Cimanga au lieu de TSHIMANGA ....En parlant de ce chroniqueur sportif qui aimait dire NDUNDU kumpala, Ndundu kwaka,vous faites peut-être allusion à Muana Mbo Kankeza ou Mwamba Ngamba Malu, reporters sportifs en Tshiluba de l'époque de Mosete Mbombo(lingala) Pierre Wanani (Kikongo),Eugène Luboya (Swahili). L'actuel BI SHOP Kankeza Muana Mbo est le fils de ce fameux reporter.Messager

Dodo 27/06/2008 22:34

Je pense MUTEKETA ou MUTEKETE signifie PETIT en tshiluba. Et MUKULU signifie GRAND.Donc MWANDA-MUTEKETA n'etait pas si loin de MWANA-MUTEKETA (petite enfant). Je pense aussi MUKAJI MULENGELA signifierais JEUNE FILLE. NDUNDU KWAKA (la balle la-bas ou devant) me rappelle ce chroniqueur sportif du stade du 20-Mai. NDUNDU KWAKA...AAAH KELEKELE. C'etait vraiment amusant.

messager 23/06/2008 23:12

Théthé,CILUBA est la nouvelle transcription de TSHILUBA adoptée par les linguistes bien après l'indépendance.Quant au nombre HUIT en Kikongo, NANA et NANU signifie toujours la même chose. Chez certains bakongo, on dit par exemple YA au lieu de IYA pour désigner le nombre QUATRE. C'est un petit problème de nuance.Messager

théthé 23/06/2008 18:05

C'est très instructif!!! Pouvez vous svp me donner la signification du mot CILUBA? est ce le mot TSHILUBA?Nombre huit en KIKONGO:Je viens d'avoir la version de ma mère qui parle couramment le KIKONGO, le nombre HUIT serait NANU...Théthé