Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


L'impresion personnelle était que les intellectuels étaient supporters de Daring qui est devenu après Daring FC avant que le recours à l'authenticité ne retienne que Imana qui fut jadis le petit nom de l'équipe comme VEA l'était pour V.Club. Banga Daring banga Imana,Imana Imana matiti mabe o,banga Imana. Si quelqu'un connais la signification de matiti mabe,j'ai chanté à tue-tête sans trop savoir ce que voulait dire matiti mabe. V.Club était plus l'équipe de petites gens( sans connotation péjorative)et ceci etant dans les deux camps il n'y avait pas d'exclusivité mais l'impression d'ensemble donnait cette vision. Je n'ose pas parler de la distribution régionale de supporters de ces deux clubs phares de Kinshasa,je reste dans les impressions toujours sans exclusivité aucune,le Bas-Congo paraissait majoritaire chez les fanatiques de V.Club et l'Equateur et le reste du Congo pour Imana. Ce n'est là qu'une impression personnelle. Comme je l'ai lu ici meme,les originaires de Kitambo étaient plus pour F.C. Dragon devenu par la suite Bilima qui en somme veut dire Monstre en lingala et de Léo Sport. Les supporters de Citas ou Barumbu ne rêvaient que pour le F.C.Liège.F.C. Nomades faisait vibrer les jeunes de quartier Renkin (Matonge).  N'oublion pas la deuxième divisions qui offrait un football de très grande qualité avec des club comme Young Boys de Ndjili, F.C.Matete,F.C. Ndjili, et aussi les équipes corporatives Sabena,Chanic,Otraco,UtexLeo,même Mikado qui jouait en première division était une équipe de Sabena puis de Air Congo.
Bien sûr Mazembe mettait tous les supporters Kinois d'accord à tel point qu'on privait les supporters de Lubumbashi des matchs importants de coupe d'Afrique qui se jouait à Kinshasa. Je me rappelle que les joueurs de Mazembe sont restés une saison dans un hôtel à Yolo-sud pour leur permettre de mieux se préparer aux matchs ce coupe d'Afrique. Et Mazembe proposé en coupe d'Afrique sans qu'il ait été champion du Zaire,on décida que le club avait beaucoup plus de chance que nul autre club de gagner.
Je n'oublie pas les joueurs les plus célèbres de l'époque,Mukuna Troué,le premier Congolais qui a évolué dans un club professionnel en Europe à Lisbonne puis en Belgique. Julien Kialunda Puskas,Kabamba le Géomètre qui marquait de but millimétré par des  coups francs qui n'avaient rien à envier aux grands joueurs du monde,Kibiasi Vignal,Nkewa,Ben Bareck,Nganga Dafirma,Trois homme,Sekele,Didi,Petit Puskas le petit frère de Kialunda,Le petit Puskas de Vaticano (Bokatola),Raoul Lolinga,Pélé Muwawa,Tex Mbungu,Permos Madiamba,Souplex,Le père,Kembo,Mayanga Adelard,Kakoko,Makelele entraineur le papa de Makelele du PSG,Ricky Mavuba,Zumbel,Ngunza Tchang lay un garçon de Kitambo,Kibonge Gento,Saio Mokili,Mayaula,Kiyika,etc.
Les mi-temps ponctuées par les chansons de Celia Cruz au Stade Roi Baudoin puis Tata Raphael. La légende veut que les élèves des écoles aient porté les pierres qui ont construit le Stade Roi Baudoin,beaucoup de nos ainés s'en vantaient,j'aimerais que Muanamangembo me le confirme puiqu'ils prétendent avoir aussi participé à la construction du stade Vélodrome.

Anaclet


Anaclet,

 Je vais essayer de répondre à quelques unes de vos préoccupations.

S’agissant de  « matiti mabe » il convient de souligner que cette expression se rapporte à certains gris gris (fétiche) du Lac Léopold II (Mayi Ndombe). Durant les années 1950, il y avait  un trio des joueurs célèbres du Lac dans Daring : Balondo dit Major, l’oncle du journaliste Kitutwa O’Léondwa, Androkwa, et un autre dont j’ai oublié le nom. C’est ce trio que serait à la base du  phénomème « matiti mabe »

Comme vous l’avez souligné, le Bas-Congo et j’ajouterai le Bandundu « populaires » avaient à une certaine époque des penchants V.clubiens.  Mais les intellectuels du Bas/Congo et de Bandundu étaient majoritairement Imaniens. Kinkela, Mayifuila, Ndongala, Bilaf, Nythous, etc furent présidents d’Imana. Les frères Takizala, Tawaba, Mwnaga van Mwanga, major Izwa  etc de Bandundu  avaient dirigé Imana. Il faut aussi reconnaître que depuis l’incorporation de Kidumu Raoul dans Imana, une bonne partie des supporters du Cataract avaient  revêtu des tendances Imaniennes . Tandis que Le Mayombe a toujours été  pour Bilima(Dragon.)

Effectivement L’équateur est une région majoritairement imanienne, mais une certaine élite ayant fréquenté la colonie scolaire de Mbandaka est Bilimienne. Le Shaba a un faible pour Imana. Lorsque les belgicains sont rentrés en 1967, tous les Katangais : Freddy Mulongo, Mwana Kasongo, Nicodème Kabamba avaient préféré jouer dans Imana, même si em même temps, le bouillant Kassongo faisait des escapades à Lubumbashi pour jouer dans Lupopo.

On peut aussi  se demander pourquoi les joueurs en provenance de Kananga  préferaient V.Club : Ntumba Pouce, Ndaye Mulamba ., sauf Katanga Muller qui avait opté pour Imana.

Les Grands joueurs de Kisangani : Saïo Mokili, Bamoleke etc, avaient joué dans Bilima (Dragon). Ces préférences réflètent-elles les tandances sportives des régions d'origine de ces joueurs ?

En ce qui concerne la construction du Stade Tata Raphaél, on ne peut pas parler de légende. C’est un fait que les élèves de cette époque, certainement nos aînés avaient porté des briques. C’est la promotion des Sakombi  et des Bohlen. Ce stade avait été inauguré en 1955. les deux avaient d'ailleurs fait partie de l'institut de l'éducation physique qui était situé au Stade même, avant son transfert à l'IPN. Avec une très bonne piscine à l'extérieur qui est devenue aujourd'hui vétuste. Certains jeunes ne savent plus qu'il y avait une piscine autout stade, à côté des parcs où évaluaient les équipes des divisions inférieures dont notre ami Anaclet évoque avec beaucoup de précisions.

Antoine,

V.club a toujours signifié Victoria. L'amenagement qui a consisté à transformé V en Vita pendant la période de l'authenticité n'était qu'une ruse pour conserver l'ancienne appellation. Même Vaticano a recouru au même subgerfuge en optant pour Vatukano, qui ne veut rien kikongo,comme l'avait prétendu son président Babin à l'époque.

Dodo,

Votre détail sur les origines communes de V.Club et Daring est vrai. D'ailleurs selons certaines sources V-Club portait les couleurs vert-blanc au début, et les a cédées à Daring plus tard. Quant aux fondateurs d'Imana, ce ne sont pas les frères des écoles chrétiennes, mais bel et biens les Pères de Scheut, représentés par le Père de la Kethul, dont un semblant de cimetière se trouve aux alentours qui porte son nom, vers le camp Kauka. Je dis un semblant de cimetière car son corps avait est enterré en Belgique. Les frères des écoles chrétiennes sont les parrains de Dragon Bilima.

Tokoba masolo


 

Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DODO 25/09/2008 07:00

SUR LES ORIGINES DU MYTHE VITA-IMANA A L'INTERIEUR DU PAYS:Il faut d'abord voir l'espace mediatique Congolais dans les annees 60-70 a l'interieur du pays. A cette epoque pre-television, il n'y avait que la radio et les journaux pour suivre l'actualite sportive. Dans nos grandes villes provinciales, il y a d'un cote le journal local, et de l'autre les journaux venant de Kinshasa. A l'evidence, les journaux de Kin avait plus d'autorite, et etaient consideres comme des journaux nationaux, voire meme officiels. Avant l'authenticite de 1971, c'etaient PROGRES (apres 1971, ELIMA), ETOILE (apres 1971, SALONGO), TRIBUNE AFRICAINE et CONGO-SPORTS (apres 1971, MASANO).Jusque vers les annees 1976, ces journaux arrivaient a  Kisangani, Lubumbashi, Kananga ou Bukavu le lendemain de sa parution a Kinshasa par AIR ZAIRE. De fois meme, l'edition SPECIAL SPORT (tous les  Mardis) de SALONGO ou ELIMA se vendaient a l'hotel PALACE a Kisangani ou a l'hotel PAX a Kananga le meme soir de sa parution a Kinshasa. On y trouvait par exemple: LE DERBY V.CLUB-DARING OU VITA-KOTOKO EN IMAGES. Je me rappelle meme ce fameuse photo ADELAR MAYANGA ET LIKIMBA DANS UN COUDE-A-COUDE IMPITOYABLE (V.Club-Daring 4-4).Il y avait donc une grande exposition de grandes equipes de Kinshasa et de l'actualite sportives Kinoise a l'interieur, alors que l'inverse etait pratiquement inexistante. Les KINOIS ne connaissent absolument rien des LEO NDJO LEO des fans de LUPOPO dans les chocs MAZEMBE-LUPOPO a Lubumbashi ou qu'il y avait des rivalites SANGA BALENDE- AS BANTOU ou TSHINKUNKU-TSHIPEPELE parce les journaux Kinois n'en parlaient qu'EN BREF ou pas du tout.C'est dans ce contexte d'inondation mediatique Kinoise que les gens des provinces vivaient la chose sportive. Il y avait leurs equipes favorites locales, il y avait aussi KINSHASA avec ses equipes celebres et les LEOPARDS.De ces equipes celebres, alors qu'ils voyaient VITA CLUB (V.CLUB) presque tout le temps, DARING et DRAGONS n'existaient que dans les photos de journaux et dans l'imagination(1966-1974). Et l'equipe qui va plus les marquer, c'est le DC IMANA de l'ATTAQUE BAZOOKA (Kakoko-Kidumu-Mungu Tex-Lokondo), le fameux AJAX DE KIN de 1972. Cette equipe qui battra VITA CLUB a tous les coups en 1972. Pourtant, c'est ce meme VITA qui humiliera TSHIPEPELE (Finale 1971 a KANANGA), MAZEMBE (Finale 1972 a LUBUMBASHI), LUPOPO (9-1, Finale 1973 a LUBUMBASHI).On peut comprendre donc une bonne part de l'origine du faible que beaucoup avaient commencé a avoir pour DC IMANA dans ces coins du pays. VITA CLUB c'etait le vilain qui gachait leurs fetes, et IMANA paraissait de temps a autres comme le lointain justicier. Il y avait aussi le charme d'Emmanuel KAKOKO.Imaginez la deception des KANANGAIS en 1971. La RENNAISSANCE TSHIPEPELE avait tenu VITA-CLUB en echec a Kinshasa (2-2). Il ne leur fallait qu'une petite victoire pour gagner la Coupe du Zaire en Decembre 1971. Mais sur leur propre terrain du stade DES JEUNES a Kananga plein comme un oeuf, le TSHIPEPELE de NTUMBA POUCE, JADOT, MUSOKO, du gardien KALALA TELEVISION va mordre la poussiere devant le VITA CLUB de GARY NGASEBE, ADELAR MAYANGA, KEMBO, KIBONGE, LOBILO, GENERAL MANGE, LUNGUILA WAYNE, DIANTELA (prendra sa retraite apres ce match), LUC MAWA, MUNGAMUNI, MATONDO, MAVUBA et TUBILANDU. Score final 2-0: buts de NGASEBE et KEMBO UBA KEMBO. Ce jour-la, LOBILO fera ses reprises de tete acrobatiques (comme s'il etait suspendu en l'air) et JEAN KEMBO entrera avec la balle dans les filets pour le but de la victoire dans un stade medusé. Le President LUAMBO FRANCO (l'autre attraction du jour), en babouche et complet kaki, sera assis par terre pendant tout le match. Auparavant, l'equipe de FRANCO avait refusé l'hotel (il parait qu'il y avait des gris-gris) reservé pour eux, et logera tous les joueurs dans la Villa du Directeur de la REGIDESO (un Kinois Veclubien), a deux pas de notre maison. Encore de petits gamins, on se regalait en assistant aux causeries de MAVUBA et KEMBO avec les autres joueurs dans la cour arriere de la maison. MAVUBA amusait avec les causeries sur OK JAZZ, l'ambiance, la rumba et la chanson MADO OH MOTEMA PASI MINGI EH. KEMBO faisait rire tout le monde en evoquant les aventures MOYO WABO, un ancien President de Vita Club: PARFOIS A 15 MINUTES D'UN MATCH, LES JOUEURS TRAINAIENT ENCORE CHEZ LE PRESIDENT (Il fallait voir ses grimaces). Des temps a autres, FRANCO sortait de la villa avec ses grands boubous, l'air un peu serieux car c'etait la 1ere Coupe pour VITA ou rien. Beaucoup d'entre-nous ont vu FRANCO a deux metres pour la 1ere fois dans cette maison voisine.Le Dimanche apres-midi, c'etait comme si le ciel etait tombé sur la ville. TUMBA POUCE envoya un penalty matinal sur le poteau droit de TUBILANDU. Apres KIBONGE va le museler partout sur le terrain. Les grimaces de JADOT (a l'aile gauche) et MUSOKO (a droite) disparurent apres le premier quart d'heure. MUNGAMUNI, l'homme d'Asmara, remplacera LUC MAWA en 2eme periode et fera quelques serieux debordements a droite. Et ADELAR, NGASEBE et KEMBO feront le reste. Les Kanangais n'en revenaient pas. La premiere coupe, qu'ils attendaient eux aussi, avait pris le chemin de KINSHASA. Des DAUPHINS bien NOIRS avaient gaché leur fete. Dodo

Antoine Nickel 24/09/2008 19:58

Et il faut se rappeler ce match d'anthologie opposant les 2 grands clubs rivaux de la capitale, les "Dauphins Noirs" de V.Club contre les "Faucons" Daring. Daring menait par 4-0 à 13 minutes de la fin et le match était plié.La rentrée du Seigneur Gento, Jeff Kibonge, renversa la vapeur et sema la panique dans le camp des Faucons. En moins de 13 minutes, alors que les supporters s'appretaient à quitter le stade (certains étaient même déjà partis), Gento planta 4 buts au grand désarroi des Faucons et surtout de leurs supporters. Alors que le match se solda par un nul, on avait l'impression que les Dauphins Noirs avaient gagné et que les Faucons avaient perdu.Quel match ! 

joseph Pululu 24/09/2008 15:36

Banga Daring, banga Imana;Roitelet Monyanya est l'auteur d'un tube célèbre "Imana Matiti Mabé". Comme Anaclet et les autres, l'ont souligné, la reprise du refrain "banga Daring, banga imana" m'a valu quelques "bigogo" bien senti de la part de mes grands du quartier, qui, vous vous en doutez bien étaient "du monde et du sang".Il faut dire qu'être daringman à Kintambo dans les années 60-70, vous octroyait de facto un statut de "kingo ebende". C'est dans le sillage de mon grand frère que je suis devenu imanien malgré moi. Il avait adopté les couleurs d'imana par bravade et avait entrepris de me convertir à l'imanisme. chaque dimanche soir, à son retour du stade - qu'il a commencé à fréquenter dès l'âge de 8 ans - on ne s'endormait pas, sans qu'il m'ait raconté tout le match. Et en semaine, en s'appuyant sur son album de "phases", je pouvais mettre un visage sur les joueurs, d'Imana d'abord et des autres équipes ensuite. Je me souviens encore de ce big event, alors que un sort jeté sur Imana l'empechait depuis plusieurs années de battre Dragons, il y était parvenu, grâce à un  jeune joueur Emannuel Kakoko "Manu". Ce jour là, c'était la consternation dans tout le quartier camp Utex. Au petit bar de Tata na Bulemi (William), on achetait sa bière et on la consommait en silence.(Tata na Bulemi était un membre de la section Utexco de Dragons) Seul mon frère s'était permis, depuis le balcon de notre maison d'ouvrier de chanter à tue-tête, et moi avec lui, banga Daring, Banga Imana.Notez que, comme l'a souligné Messager, être imanien vous conferait aussi un autre statut. Celui de moto ya mayele, en opposition avec un supporter de VClub, villageois ou bitshstsha. Ce n'est pas moi qui le dit. Franco de Mi-amor, copain de Vicky Longomba, n'a pas eu son sésame pour intégrer le comité de daring, malgré ses moyens. Il ne pouvait pas prendre part aux discussions sur l'avenir de cette équipe qu'il aiamait bien. je vous livre un sccop: si Vicky Longomba a intégré le groupe African jazz de la table ronde, c'est non seulement parce qu'il était un excellent chanteur ténor, mais aussi et surtou, parce que Mongo, il était imanien. Franco qui n'a fréquenté que l'Ecole Saint georges sous le Frère gabriel Ngola Mfuku, n'a pourtant pas tenu rigueur à ses amis d'Amida, d'autant plus que Vclub va lui tendre les bras, jusqu'à lui confier sa présidence. Vous noterez qu'au début des années 80, c'est à un imnien Nganga Dafirma, que Franco va confier la gestion de ses affaires, comme directeur général.On notera donc qu'à la veille de l'indépendance du Congo, la rivalité la plus visible, qui cachait celle des Frères des Ecoles Chrétiennes et les Pères de Scheuts par leurs anciens élèves, s'exprimait plus facilement derrière les trois grandes équipes de football de léopoldville: daring, VClub et Dragons. Alors que le vrai enjeu était de savoir, quelle confession allait parvenir à placer aux plus haut postes ses anciens élèves et ainsi, donner à leurs mentor un rôle de lobbyiste.Cette rivalité trouvait aussi son prolongement dans le soutien des équipes de Fascic: ainsi Beerschot de Kintambo, avait un lien avec Saint paul et VClub. cela a permis à Maggie Nssangu et Gento zanga d'intégrer Vita Club. a contrario, de jeune Daring Kintambo, on pouvait rejoindre olympique ou léosport, avant de terminer son parcours dans Dragons ou daring. Ce fut le cas pour Ndongala, Matoné Mbrio et les autres Didi bakoyene. dans ce lot, je reviendrai sur lui dans une autre évocation, il faut citer Ngunza Chang lai. le seul iconoclaste qui a justifié son statut de Ngembo (à nul autre pareil): Il est le seul joueur à avoir porté le maillot des trois grands dans sa carrière, Dragons, daring et VClub. PS: Messager,J'aimerai juste vous suggérer de vérifier le nom "muniania" que vous pretez à Paul Mwanga. Muniania ou Moniania, me semble-t-il est le nom de Roitelet, un autre "Bakolo miziki", qui très tôt , a pensé au syndicalisme des artistes musiciens. pendant des années, il s'est battu pour que l'UNTZa intègre sa branche "musique" et je crois qu'il y était arrivé, puisqu'à la fin des années 80, il faisait partie de l'UNTZa

messager 24/09/2008 11:12

Très bonne suggestion mon cher Mwana Mayumbu. ce que nous racontons ici provient de notre mémoire. Il serait mieux de le confronter aux réalités historiques.Messager

Longue 24/09/2008 10:21

Ravi de lire ces belles pages d'histoire du foot national. Merci à tous ces amis qui nous livrent des souvenirs largement précieux.Je propose à notre Cher Messager de soumettre certaines pages au professeur LUMENGA NESO, éminent historien, spécialiste du pool malebo et de la province de Léopoldville. L'attestation de ces souvenir par cette voie augmenterait le degré de fiabilité du contenu logique et informatif de ces pages, au delà de simples "impressions personnelles".Voilà qui donnerait matières d'études scientifiques pour tous nos jeunes de l'Unikin, l'IPN, de l'ISP-Gombe...pour ne citer que ces établissements de la capitale qui organisent des filières d'études et formations en Histoires et sciences sociales.MWANA MAYUMBU

Dodo 24/09/2008 00:51

Je pense que FC Daring Imana est né d'une scission de Victoria Club (V.Club) dans les années 30. Les freres d'ecoles chretiennes qui créeront DCMP IMANA emmeneront avec eux la couleur VERT, qui jusqu'a ce jour lie V.CLUB a DCMP. La difference, je pense, se situe a ce niveau. Les intellos des ecoles chretiennes créent une nouvelle equipe qui repondent a leur convictions et principes. Les laics, les gens de la Cité et du commerce restent avec leur V.CLUB. Mais en 1930, le tres peu d'intellos, que comptait la colonie, n'existait que dans les voisinages des seminaires et des ecoles chretiennes.D'ou, sans doute, cette tendance a associer DCMP aux intellectuels et V.CLUB aux commercants et petit peuple. Dans les annees 1970, des amis Imaniens nous derangeaient en disant VITA EQUIPE YA BA NKALU (Kinois pour LUKA) ou encore BA POUSSE-POUSSEURS TOUT BA FANAS YA VITA. Mais c'etaient des boutades qui ne s'appuyaient sur aucune statistique.La realite, je crois, est plutot differente depuis des decennies. Depuis les annees 60, les congolais adherent a V.Club, DCMP ou Dragons de manieres variées et complexes. A l'interieur du pays, les gens voient les choses differemment. Ils supportent d'abord leurs equipes locales. Des villes commes Mbandaka, Matadi qui ont des contacts frequent avec Kinshasa (bateaux, trains, routes), les preferences entre VITA-IMANA se font un peu comme a Kin.Ailleurs a Kananga, Mbuji-Mayi, Kisangani ou Lubumbashi, beaucoup de gens n'aimaient pas V.CLUB parce que cette equipe a souvent été dans les 60 et 70 la bete noire de leurs equipes locales dans les competitions nationales. En tout cas, ca les amusaient en voyant KAKOKO Etepe et Raoul KIDUMU se jouer de temps a autre de LOBILO et TUBILANDU a Kinshasa.Un copain de l'ecole primaire, a l'interieur du pays, se surnommait meme KAKOKO. C'etait un bon ailier gauche, et ca m'amusait quand il prononcait KAWOKWO. Moi, a l'age de 8 ou 9 ans, j'etais Mungamuni dans les matchs du quartier. Je ne faisait que de l'aile droite. Plutard, a l'heure de Beckenbauer (Bayern de Munich) et LOBILO (V.Club), j'allais plus m'identifier au libero de charme de Vita Club.Dodo

Antoine Nickel 23/09/2008 20:59

Matiti mabe faisait allusion aux fétiches, car la plupart de temps, les fétiches étaient réalisées avec des plantes maléfiques.Et Imana est une plante qui est censée être une sorte de fétiche.