Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Les origines confessionnelles et professionnelles des équipes de football au Congo.

 

Si vous demandez à un jeune aujourd’hui quelle est son équipe préférée ? Il vous répondra naïvement Vita, Imana, Mazembe, Bilima, Lupopo (Ex St. Eloi), pour ne citer que ces grandes formations. Mais rares sont les jeunes qui connaissent les origines de ces équipes.

 

 Un document publié vers les années 1972  par notre aîné dans la profession Muissa Camus dans le journal « Masano  », décrivait la genèse des équipes Daring et Vita. Nous avons oublié les tous les détails, tout ce que nous avons retenu est que Imana, équipe fondée par le père De la Kethul dit « Tata Raphaël » de la congrégation « Scheut » avait au début comme supporters, les élèves issus des écoles dirigées par les pères (bana ba sango). Sur leur photo de promotion à St Anne ou St Raphaél par exemple, tous ses collègues de promotion, lui-même compris, étaient supporters du « Daring » Imana. Seuls deux personnes ( dont Kande éventuellement) étaient supporters de Vita. Ainsi, l’appartenance confessionnelle déterminait le choix des équipes sportives à  l’époque . Souvent cette préférence se transmettait de génération à génération. C’est ainsi que l’on retrouve des familles Imaniennes, V.Clubiennes, Bilimiennes aujourd’hui. Un de mes aînés du quartier me disait qu’il avait décidé de supporter Vita, par esprit de révolte, car disait-il, il ne supportait plus la façon dont le père De la Kethul les amenait (en tant qu’élèves) au Stade Reine Astrid pour applaudir Daring (Imana).

 

En disant équipe ya bana ba sango, il faut entendre tous les élèves issus des écoles des Pères à travers tout le pays. Ceux qui se rendaient aux assemblées d’Imana savent que ses assises se transformaient en Assemblées de l’ADAPES. (Association des anciens élèves des pères de Scheut). Avec des débats houleux en français,(équipe ya ba je le connais). Même les anciens élèves des pères Jésuites ou autres congrégations disséminées à travers le pays avaient des prédispositions à supporter Daring Imana. Daring symbolise le nom d’une équipe belge dont dont chérissait le Père de la Kethul. Comme nous l’avons  souligné , certaines personnes faisaient exception à cette règle en supportant les équipes selon leur intime conviction, Vita ou Bilima, bien qu’ils soient issus des écoles des Pères. Tel est le cas de Kande et de Mobutu, grands supporters de Vita, alors qu’ils sont issus des pères (Kande)  et de la colonie scolaire de Mbandaka, une école des Frères (Mobutu)...

 

En parlant des Frères des Ecoles Chrétiennes, nous pensons à l’équipe Dragon (Bilima). Fondée par les fonctionnaires de la colonie  transférés de Boma à Léopoldville, lorsque la capitale du Congo s’est déplacée de Vivi à Léopoldville. Le fondateur reconnu et ancien capitaine de Dragon est  un mwana Boma, Papa Kalala Odinga, un ancien élèves de la colonie scolaire de Boma. Dès lors, Bilima était devenu une équipe chère aux anciens élèves de chez les Frères. Même la couleur rouge jaune rappelle la couleur de l’équipe belge (Malinnes), ville d’où sont issus les Frères des Ecoles Chrétiennes. Ainsi tous les élèves issus des écoles dirigées par les Frères à travers le Congo (ASSANEF), avaient tendance à supporter Dragon (Bilima). Un avocat général aujourd’hui disparu nous avait révélé qu’en quittant le Kasaï pour étudier à l’université Lovanium, les Frères de la charité l’avaient conditionné de façon à venir supporter Dragon. Une fois à Kinshasa, il avait changé de camp, en optant pour les couleurs d’Imana.

 

Une des preuves tangibles de la filiation de Bilima(Dragon) et d’Imana (Daring) aux missionnaires catholiques est le fait que ces équipe se sont toujours entraînées au vélodrome de Kintambo , une propriété des frères pour Bilima, et au stade du 24 novembre, une propriété des pères ,pour Imana. D’ailleurs avant que le stade Tata Raphaël ne soit nationalisé, Imana s’entraîné dans ce stade, construit par leur fondateur.

Notons que l’équipe du Dragon (Bilima) était également adorée par les Militaires, peut-être à cause de la couleur rouge, qui représentait le feu des armes. Plusieurs généraux étaient de grands supporters de Dragon.

Aux côtés des équipes Dragon (Bilima), et Daring (Imana), il faut mentionner une autre équipe kinoise de moindre envergure d’aubédience confessionnelle à savoir St.Paul, de la paroisse qui porte le même nom.

Nous venons de parler des origines confessionnelles des équipes de Kinshasa et leur impact sur l’ensemble du pays. Voyons à présent les origines des équipes du Shaba, ou Katanga.

En effet, au Katanga les équipes de football tirent leurs origines principalement de l’Union Minière (Gécamines) et de la BCK (KDL), ainsi que de certaines entreprises locales.

Il existe néanmoins une équipe des pères catholiques, Don Bosco ou Kafubu d’où était issu Ngoy Idesball, l’excellent gardien de l’équipe nationale « Lion », avant Kazadi .

Parmi les équipes de l’Union Minière il y a lieu de noter d’abord « l’Union Sportive Panda, » première grande formation de football au Katanga. C’est l’équipe d’où était issu Kabamba Nicodème avant sa carrière en Belgique. Après vient « Lubumbashi Sport », « F.C Kipushi », » Manika » de Kolwezi, etc.

En dehors de l’Union Minière, nous retrouvons la BCK (KDL), société des chemins de fer, propriétaire de la légendaire équipe « St. Eloi-Lupopo ». Equipe du bombardier Mwana Kasongo avant son départ en Belgique. Vainqueur de la 1ère  coupe du Congo. Même le « TP, Englebert Mazembe », qui a succédé à Lupopo sur le trône de gloire, semble à l’origine avoir été sponsorisé par une entreprise de la marque des pneus « Englebert ». (à vérifier).

Certaines équipes comme : Phipps, équipe d’origine de Kalonzo ; Sobena ; Amato ; étaient des équipes sponsorisées totalement par les sociétés établies au Katanga.

 

Au Kivu, l’équipe « Bukavu Dawa » était une propriété de la société Pharmaquina. Dans le Bandundu « PLZ Lusanga », équipe d’origine de Mayele, appartenait à la société d’exploitation d’huile basée à Lusanga. Au Bas-Congo  «F.C. Inga », équipe de Nginamau le fou était sponsorisée par la compagnie d’électricité d’Inga, « F.C Cinat » par la cimenterie de Lukala, «F.C . Sucraf » par l’usine de sucrerie de Kwilu Ngongo. À Mbuji Mayi, le « FC Miba » rebaptisé « FC Mongo » appartenait à la Miba (Minière de Bakwanga)

Nous attendons des précisions sur les origines des équipes « Tshinkunku » ex Union St Giloisse, et « Tshipepele » à Kanaga, « Malekesa » et « Sporting » à Kisangani, Ex Union ou Muungano à Bukavu, etc etc.

 

Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Grâce Mukoko 03/04/2019 20:47

Je ne sais pas si cette page fonctionne toujours, mais je tiens a vous feliciter pour votre contenu!!!! Une congolaise reconnaissante d'avoir des details sur son passee.

Pascal Kashemwa 28/05/2009 13:51

S'agisant les origines confesionnels et professionnelles  des équipes de foootball au Congo, vous avez dit pour le Kivu que l'équipe " Bukavu Dawa " était une propriété de la société Pharmaquina. J'ai l'impression que celui qui vous a donné cette information est à côté. Les origines de l'OC Bukavu Dawa remontent  de l'année 1950. Pendant une année un noyau informel se réunissait sans les statuts. C'est en 1951 que Bushi Football Club fut agréé par Décision N° 36/21 du 21 février de monsieur le Commissaire de District. Ce club était créé par un grooupe d'intellectuels Bashi. Pendant cette période, la Congokina devenue plutard PHARMAQUIINA avait son équipe de football est qui avait bien sûr disparu. C'est en 1970 pour se conformer aux exigences du régime en place que le Club ESPOIR changea de nouveau son nom pour celui de FC Bukavu Dawa, nom proposé par le Président d'honneur Monsieur K.H Schneider dont la société PHARMAKINA venait d'accepter la tutelle et le sponsoring de l'équipe. A l'heure actuelle, je ne sais pas confirmer si cette société continue à avoir la tutelle du club ou à le sponsoriser. Alors il est trop osé de dire que OC Bukavu Dawa est une propriété. C'est en ma qualité d'ancien joueur de cette équipe (1962-1972) que j'apportte cette précision.  

anaclet 23/09/2008 20:15

L'impresion personnelle était que les intellectuels étaient supporters de Daring qui est devenu après Daring FC avant que le recours à l'authenticité ne retienne que Imana qui fut jadis le petit nom de l'équipe comme VEA l'était pour V.Club. Banga Daring banga Imana,Imana Imana matiti mabe o,banga Imana. Si quelqu'un connais la signification de matiti mabe,j'ai chanté à tue-tête sans trop savoir ce que voulait dire matiti mabe. V.Club était plus l'équipe de petites gens( sans connotation péjorative)et ceci etant dans les deux camps il n'y avait pas d'exclusivité mais l'impression d'ensemble donnait cette vision. Je n'ose pas parler de la distribution régionale de supporters de ces deux clubs phares de Kinshasa,je reste dans les impressions toujours sans exclusivité aucune,le Bas-Congo paraissait majoritaire chez les fanatiques de V.Club et l'Equateur et le reste du Congo pour Imana. Ce n'est là qu'une impression personnelle. Comme je l'ai lu ici meme,les originaires de Kitambo étaient plus pour F.C. Dragon devenu par la suite Bilima qui en somme veut dire Monstre en lingala et de Léo Sport. Les supporters de Citas ou Barumbu ne rêvaient que pour le F.C.Liège.F.C. Nomades faisait vibrer les jeunes de quartier Renkin (Matonge).  N'oublion pas la deuxième divisions qui offrait un football de très grande qualité avec des club comme Young Boys de Ndjili, F.C.Matete,F.C. Ndjili, et aussi les équipes corporatives Sabena,Chanic,Otraco,UtexLeo,même Mikado qui jouait en première division était une équipe de Sabena puis de Air Congo.Bien sûr Mazembe mettait tous les supporters Kinois d'accord à tel point qu'on privait les supporters de Lubumbashi des matchs importants de coupe d'Afrique qui se jouait à Kinshasa. Je me rappelle que les joueurs de Mazembe sont restés une saison dans un hôtel à Yolo-sud pour leur permettre de mieux se préparer aux matchs ce coupe d'Afrique. Et Mazembe proposé en coupe d'Afrique sans qu'il ait été champion du Zaire,on décida que le club avait beaucoup plus de chance que nul autre club de gagner.Je n'oublie pas les joueurs les plus célèbres de l'époque,Mukuna Troué,le premier Congolais qui a évolué dans un club professionnel en Europe à Lisbonne puis en Belgique. Julien Kialunda Puskas,Kabamba le Géomètre qui marquait de but millimétré par des  coups francs qui n'avaient rien à envier aux grands joueurs du monde,Kibiasi Vignal,Nkewa,Ben Bareck,Nganga Dafirma,Trois homme,Sekele,Didi,Petit Puskas le petit frère de Kialunda,Le petit Puskas de Vaticano (Bokatola),Raoul Lolinga,Pélé Muwawa,Tex Mbungu,Permos Madiamba,Souplex,Le père,Kembo,Mayanga Adelard,Kakoko,Makelele entraineur le papa de Makelele du PSG,Ricky Mavuba,Zumbel,Ngunza Tchang lay un garçon de Kitambo,Kibonge Gento,Saio Mokili,Mayaula,Kiyika,etc.Les mi-temps ponctuées par les chansons de Celia Cruz au Stade Roi Baudoin puis Tata Raphael. La légende veut que les élèves des écoles aient porté les pierres qui ont construit le Stade Roi Baudoin,beaucoup de nos ainés s'en vantaient,j'aimerais que Muanamangembo me le confirme puiqu'ils prétendent avoir aussi participé à la construction du stade Vélodrome.   

Antoine Nickel 23/09/2008 18:58

Bonjour Messager,Juste un petit détail : quand tu parles de Daring ou Dragons, tu dois parler de Victoria Club et non Vita Club, ce dernier étant le nom accolé lors de la politique mobutiste de "l'authenticité". De même que Daring est devenu Imana et Dragons Bilima.

Jose^ph Pululu 23/09/2008 09:51

Pourquoi les militaires étaient supporters de DragonsL'impact des confessions religieuses sur les choix des supporters des équipes de football au Congo est très symptomatiques du lien que ces confessions religieuse, formatrice de la jeunesse ont gardé avec leurs ouailles, parfois, bien longtemps qu'après que ceux-ci aient quitté les bancs de l'école. Les associations d'anciens élèves ont ainsi servis aux formateurs de maintenir le lien avec leurs meilleurs éléments. Ce qui ne passait pas nécessairement par le sport. Les jésuites ont par exemple maintenu le lien avec leurs anciens élèves , à travers les publications du CEPAS (la revue Congo-Afrique). ce lien était parfois si fort, qu'on en arrivait, par supputations je précise, à établir des règles de répartition des portefeuilles au sein des différents gouvernements Mobutu, toujours avec la règle de "poids" confessionnel. Ainsi indiquait-on que les postes des finances et la diplomatie c'est l'affaire des anciens élèves des jésuites, alors que le commandemlent de l'armée était l'affaire des anciens des frères des écoles chrétiennes, tandis que l'éducation et l'information et les sports, étaient la chasse gardée des anciens des Pères de Scheut. Les protestants, moins revendicatifs se servaient du reste. Cette lecture évitait de se focaliser sur le poids tribal dans la répartition des portefeuilles.Armée et AssanefFormateurs de techniciens, les frères des écoles chrétiennes, comme je l'ai souligné dans une de mes chroniques sur Kintambo, ont fourni aux premières industries des années 30, non seulement leurs ouvriers et techniciens, mais aussi leurs premiers clercs venus de la colonie scolaire de Boma. Beaucoup d'entre eux vont intégrer l'administration et partant les services notamment de logistique et de cartographie, parce que formé au dessin industriel.Les premiers camps militaires implantés à proximité de Kintambo, c'est naturellement vers les terrains de cette commune que les militaires vont orienter leurs enfants. Kintambo par exemple comptait à la fin des annés 1970, trois terrains de football. outre le stade vélodrome, il y avait le terrain Chanic, du côté du Camp Babylon et le terrain Fita, créé par un jeune du Camp Utex. Grâce à ces moyens doint ne disposaient pas les autres communes, Kintambo avait son propre championnat d'entente des jeunes, les Fameux FASCIC initiés par Mensah Wawa. Outre Dragons, je me souviens de LéoSport et d'Aiglon, deux équipes bottées, qui étaient les viviers de Dragons et où jouaient beaucoup de "bana basoda".On notera aussi qu'un certain nombre d'officiers généraux à l'indépendance sorti de ce personnel d'appoint de l'armée, ^profondément Dragons, rejoindra les comités de l'équipe.Enfin les services de la Défense nationale DDN au Mont Ngaliema sous Mobutu ou de l'Institut Géographique nationale, dépendant lui aussi de la défense nationale, avait massivement recruté au sein non seulement des ASSANEFIENS, mais aussi des filles des Soeurs franciscaines de Kintambo. Soulignons enfin que contrairement au Stade Tata Raphaèl où les femmes n'ont jamais vraiment trouvé leurs places de supotrices, au Vélodrome de Kintambo, en pleine cité ouvrière et fief partagé des Frères des Ecoles Chrétiennes et des Soeus Franciscaines, les filles n'ont jamais souffert de discriminations. Elles avaient leurs places sur les gradins à côté des garçons.