Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Tout simplement extraordinaire—et, à deux genoux je vous dis : « Asante» (merci en swahili). Je me rappelle qu’il y a peu je vous avais fait la requête, comme dans nos rubriques radiophoniques « Disque demandé » d’antan, de nous jouer Abeti Masikini, la grande cantatrice de ma ville natale de Kisangani (Boyoma). Et ne voilà-t-il pas que vous nous balancez coup sur coup « Aziza » et « Kupepesuka ». Ce dernier mot devrait d’ailleurs s’écrire en un mot « kupepesuka » : verbe infinitif swahili qui signifie « vaciller, tituber, trébucher, chanceler, trembler, dévier de son chemin, perdre son chemin ». Dans la chanson, c’est cette dernière signification qui est retenue par la chanteuse : on dévie de son amour à cause de l’« ambiance » des fins de mois de Kinshasa. « Aziza » (nom de femme) est l’histoire triste d’un homme qui arrive avec l’alliance de mariage de sa fiancée Aziza pour se faire dire qu’elle est morte. Pauvre homme qui se retrouve « masikini » (pauvre, éploré ou triste)—jeu de mots sur le nom de la chanteuse. Notons aussi que son jeune frère Abumba joue l’une des guitares dans ces chansons—accompagnement ou solo, je ne me rappelle plus. Abumba fut frappé de schizophrénie peu après et mourut avant sa sœur… Il faut aussi rappeler ici que Abeti Masikini—de son vrai nom avant l’Authenticité de Mobutu, Albertine Finant—était la fille de Jean-Pierre Finant, militant lumumbiste de première heure et premier gouverneur de la Province Orientale du Congo indépendant. Il fut tué en 1961 peu après l’assassinat de son maître-à-penser et ami personnel, Patrice Emery Lumumba. Les Boyomais, dont je suis le représentant autoproclamé sur votre blogue, vous décerne (sans vous offenser) la médaille de Grand Chevalier de l’Ordre National du Léopard pour ces deux chansons et nous attendons avec impatience la suite de l’album. Vous m’avez fait couler des larmes chaudes, mon frère…

Alex Engwete
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

kim 15/05/2008 16:32

Chers internautes,Je voulais juste apporter quelques commentaires sur ce monument de notre musique que fût la défunte Abeti Masikini.Dans mon enfance et ma jeunesse, j'ai habité la rue Mfidi à Lemba-Terminus. Tantine Abeti résidait sur la rue Lombi juste à la lisière de la Cité Salongo (ex-CNECI, Caisse Nationale d'Epargne et de Crédit Immobilier ). Nous avons vu construire cette cité et vu les premiers "Léopards" venir y habiter.A l'époque, Mbilia Bel était chorégraphe chez Abeti et totalement inconnue du public; il y avait également la danseuse Bilonda "Babilo" à qui d'ailleurs Abeti avait dédié une chanson.Son orchestre d'accompagnement était composé entre autres de Nama Sébastien (guitare solo, un ancien des Vagabonds du Ciel de l'Armée du Salut), Ringo (batterie), Shakara ( bassiste, un ancien de Zakama de Lemba), ...etcCe sont ces musiciens qui quitteront Abeti pour aller céer Bobongo Stars emportant Mbilia Bel avec eux.Ils accompagneront Sam Mangwana avec tellement de brio que Mbilia Bel, par son grand talent de chanteuse, fût remarquée par Tabu Ley et embauchée dans l'Afrisa.A cette époque déjà, Abumba n'allait plus très bien et devenait de plus en plus rare aux répétitions. Il avait eu un enfant avec une des chorégraphes de sa soeur, une jolie fille au teint métissé dont je ne me rappelle plus le nom.Akweson vivait aussi dans cette maison et leur fille n'était à l'époque qu'une petite gamine qui s'exerçait déjà à la danse, provoquant parfois les rires de son entourage.Kim