Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Le premier gouvernement du Congo, celui de Patrice Lumumba, ne comprenait qu'un seul universitaire, Thomas Kanza, licencié en sciences sociales.  Les autres membres n'avaient que le niveau  secondaire, moyen, voire primaire.


Ceci était dû  à la politique scolaire coloniale très  restrictive , qui se contentait  de ne former ques des agents auxiliaires. L'unique domaine de l'enseignement qui était  favorisé était celui destiné à former les futurs prêtres. Les Kasa-vubu et Gizenga sortaient du  séminaire.

Cette restriction a fait qu'en  1960 par exemple,  la nouvelle Armée Nationale  a dû recourir au vote pour désigner des sous-officiers davant remplacer les cadres belges  partants. Les Bobozo sont les  fruits de ces votes.

Face à cette obstruction délibérée, nos aînés avaient opté pour une formation personnelle. C'est pourquoi on dénombre beaucoup d'autodidactes  parmi l'élite de cette époque. Lumumba étant l'exemple le plus frappant. Ces aînés n'étaient pas bourrés de diplômes, mais avaient  intellectuellement tenu tête face aux universitaires belges, durant les travaux de la table ronde polique.

Pour illustrer nos propos, dressons  en guise d'indication, une liste de personnalités ne  disposant d'aucun diplôme, mais grâce à leurs efforts personnels, avaient atteint un niveau  intellectuel respectable.

-LUMUMBA.
 
Le tout premier chef du gouvernement du Congo n'avait pas franchi le cap de l'école primaire. il s'était formé par correspondance. Cependant , son discours du 30 Juin 1960, ainsi que ses lettres adressées à son épouse, durant sa captivité, sont des véritables merveilles littéraires.

-MOBUTU.
 
Il avait interrompu ses études au  niveau sécondaire,avant de bénéficier d'une formation de  secrétaire  (comptable en terme militaire) au sein des Forces Publiques, et d'un stage en Belgique. Suite à ses efforts personnels, il était devenu rédacteur d'un journal à kinshasa, avant de diriger l'Armée et tout le congo durant plus de 40 ans.

-JOSEPH NGALULA
 
N'a fait que l'école professionnelle, section imprimerie. il s'était  formé en lisant des journaux et des livres, au bureau du gouverneur général colonial ,où il était employé. t que . Il était devenu plus tard journaliste disposant d'une très belle plume.
Rappelons que c'est Ngalula qui était le principal rédacteur de la lettre de 13 parlementaires, laquelle avait marqué le début de l'opposition durant le règne de Mobutu.
Qui a oublié comment Ngalula avit ridiculisé les anciens premiers ministres, pourtant professeurs d'université, lors des interpellations parlementaires.

-FRANCO LUAMBO.
 Suite aux difficultés finacières rencontrées par sa maman et  à sa turbulence, Franco n'a pas poussé ses éstudes très loin. C'est  trop jeune qu'il s'était mis à jouer à la guitare, sans aucune notion musicale.
Au début de sa carrière, la charge de répondre aux interviews incombait à Vicky Longomba. Plus tard, Luambo s'était attelé à parfaire sa formation personnelle jusqu'à maîtriser le fançais. Les interviews  ne constituaient plus un cauchemar pour Franco. En sus, il a su parfaitement gérer son orchestre pendant plus de 35 ans. Un exploit pour cet autodidacte.

-EBALE MBONGE

 
Voici le nom qui était très populaire à Kinshasa, à une certaine époque. Ces adeptes préféraient l'appeler respectueusement " Papa Ebale Mbonge", de son vrai nom IYELI.
Chaque jour, des milliers de personnes, à la recherche du bonheur défilaient chez-lui à Mbiza. Même après sa mort, certains croyaient encore à sa force surnaturelle.
Pour ses fidèles, ce Gourou qui a appris le "mystisisme"   était capable de communiquer avec l'au- delà, et d'apporter des solutions à tous les problèmes.

Mais rares sont ceux qui savaient grand chose sur son parcours et sa formation. IYELI dit Ebale Mbonge était un gradé des forces armées (1er segent ) et habitait le camp Kokolo jusqu'en 1970. ses voisins attestent qu'il avait de la passion pour la lecture. Pendant que ses collègues se rendaient au stade pour supporter Dragon, l'équipe chère aux militaires, Iyeli dit Ebale Mbonge était plongé dans la lecture  jusqu'à acquérir un niveau intellectuel valable.. Il a fini par démissionner pour devenir diplomate en République du Congo Brazzaville.
 
CHERI SAMBA
 
Artiste peintre populaire à Kinshasa, Chéri Samba n'est plus à présenter. ses tableaux peuvent être contemplés par tout passant sur l'avenue Kasa-vubu, du côté de Ngir-Ngiri.
Aujourd'hui, Chéri samba expose à travers le monde entier et ses toiles sont beaucoup appréciées.

 Mais cet artiste n'est pas issu des grandes académies comme Liyolo. Il a forgé son art en travaillant. Un artiste peintre autodidacte. Vouloir c'est pouvoir dit-on.

Connaissez-vous d'autres autodidactes? Nous attendons vos interventions.

Messager
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

kocoumbo 25/10/2008 17:47

FARAD DJEHUTYUn congolais de Brazzaville, qui a appris à lire à l'age de 11 ans en classe de CM2, pour se surpasser, il a étudié les livres et tout ce qui pouvait  sur ses mains jusqu' à super-cultivé( en théologie, sociologie, parapsychologie, astronomie, histoire, géopolitique, etc...).Aujourd'hui, il est capable de discuter sur tout.