Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Une des pratiques les plus répandues de la culture kongo est sans nul doute le kinzonzi. Hérité de l’ancien Kongo dia Ntotila, les Bakongo ont gardé cette particularité coutumière qui dans leur façon de résoudre les problèmes semblent être la bonne solution. A la disparition de leur entité royale éparpillée aujourd’hui dans quatre pays différents (RDC, Congo-Brazzaville, Angola et Gabon), cet héritage socio-culturel a été préservé dans tout  l’espace vital kongo. Il se passait souvent dans les villages sous ce que l’on appelait l’arbre à palabre. Le mfumu a vata (chef du village) dirigeait les séances et les débats. Le kinzonzi qui répond à un rite précis est l’un des merveilleux aspects du patrimoine culturel kongo. Cette exclusivité du peuple kongo fait partie intégrante du kikulu ou kinkulu c’est-à-dire la tradition ancestrale d’où l’expression kikulu ki tusisila bambuta (la coutume que les anciens nous ont léguée).

Origine du mot Kinzonzi

Étymologiquement le terme kinzonzi vient du verbe zonza (parler, débattre) duquel sont aussi sortis les substantifs nzonzi (conciliateur, facilitateur, maître de paroles) et nzonzolo (façon de parler). Il existe également l'équivalent vova (déclarer) transformé dans certaines variantes du kikongo en goga duquel dérive le terme vovi ou mvovi (qui prend la parole au nom de quelqu’un d'autre, d'une assemblée ou d'un groupe d’individus). Dans la famille des mots issus de ce terme se trouvent également les substantifs mpova (parole, dires), mpovi (porte-parole, entremetteur) et mpovolo (manière de s'exprimer). Le verbe moka (bavarder, papoter, causer) a donné naissance au vocable bimoko (causeries). Par contre, du verbe "ta" (dire, annoncer) est sorti l’adage souvent utilisé pendant le kinzonzi pour justifier l’utilisation d’un maxime lors d’un échange sportif  entre deux nzonzi : "Ta ngana, bangula ngana" (explique le proverbe que tu cites). Au regard de l’évolution de la sémantique du kikongo, le mot désignant le facilitateur est différemment employé selon que l’on est dans les deux Congo ou en Angola. Les Congolais et les Rdéciens emploient le terme nzonzi, tandis que leurs frères angolais utilisent les synonymes vovi et mpovi.

 

Evolution des termes dans le temps

Même s’ils ne sont pas d’utilisation récente, les mots kinzonzi et nzonzi ne sont pas vraiment d’usage à l’époque des Manikongo. A leur place, d’autres termes sont fréquemment utilisés dans le royaume. A cette époque, la cérémonie du kinzonzi est désignée par le  vocable mvuandu (lire mvuándu, à ne pas confondre avec mvùandù qui signifie riche). Il vient du verbe vuanda (s’asseoir) parce que les gens s’asseyaient lors des débats coutumiers. Le palabreur qui est l’actuel nzonzi est appelé mvuala pour sa maîtrise des facettes cérémonielles du palabre. Ayant un sens spirituel très développé, il est celui qui prend la parole dans la cour royale. Il est en même temps l’un des proches collaborateurs du roi. Si mvuala veut bien dire bâton, il désigne aussi la personne qui détient les pleins pouvoirs dans une assemblée. Ce titre quasiment oublié dans la société kongo refait surface chez les kimbanguistes. Dans les années 50, ils honorent leur chef spirituel Joseph Diangienda de cette dignité en l’appelant Tata Mvuala. Cette dénomination a survécu jusque dans les années 60 avant de céder sa place au titre honorifique Son éminence. Dans le dogme qui régit le kimbanguisme,  Nkamba (Nouvelle Jérusalem) est désigné comme le lieu où le prophète Simon Kimbangu a reçu de Jésus-Christ le Mvuala Lulendo c'est-à-dire le sceptre sacré qui l’a guidé et soutenu dans son ministère. Le prophète s’affichait souvent avec ce bâton sanctifié qui est à la fois insigne biblique des prophètes de l’Ancien Testament et marque traditionnelle du pouvoir sacré du chef ou du roi.

Le kinzonzi

Étant une des pratiques de proue de la culture kongo, le kinzonzi s’apparente aux pourparlers ou à la négociation. Mais au-delà des caractéristiques qui marquent la fonction de nzonzi et du rôle que celui-ci joue, le kinzonzi acquiert une dimension beaucoup plus noble. Subséquemment à la conception que les autres peuvent avoir de cette pratique, le kinzonzi ne se limite pas seulement à la simple palabre (de l’espagnol palabra : parole). Chez les Bena Kongo, il s’assimile plus à l’art de traiter les problèmes par la sagesse. Il est l’expression profonde de la philosophie et de la civilisation kongo. Il a ses règles, ses manières, ses convenances, ses rituels, ses codes. Le kinzonzi symbolise l’identité et la spécificité culturelle kongo.

Le nzonzi qui est son animateur est un érudit traditionnel qui utilise un verbe coloré et un langage codé imbu de sagesse. Il manie la rhétorique kongo avec sa verve oratoire (mpovolo, nzonzolo). Il n’est pas un griot mais dans l’exercice de sa tâche, il peut utiliser certains attributs de celui-ci par sa connaissance de la coutume, des mœurs, par sa maîtrise de la tradition et par son expertise. Par conséquent, le kinzonzi est la méthode particulière d’agir du peuple kongo pour résoudre pacifiquement les différends sans que personne ne soit froissée. Il  couvre toute leur vie sociale. Toutes les situations touchant à l'existence du peuple kongo comme les fiançailles (zitikila, de zita : nœud), le premier vin (kidimbu), le mariage coutumier (longo, makuela), la facture ou liste des biens à pourvoir à la belle-famille, la dot (nkunku kia longo), le divorce (mvambanu), la maladie (kimbevo), la sorcellerie (kindoki), les conflits familiaux (mpaka, mambu), le deuil (lufua), l'enterrement (nzikulu) sont résolues en communauté pendant des assises coutumières où le nzonzi joue un rôle prépondérant.

Le kinzonzi fait l’apologie du verbe et de l’éloquence, de la sagesse et de la bienséance dans le respect des normes préétablies. La parole par laquelle se transmet le message est utilisée pour convaincre sans frustrer, pour trouver une solution, pour calmer les esprits surchauffés, pour rassurer les âmes attristées ou apeurées, pour dissuader sans heurter les consciences. Le kinzonzi promeut la concorde. A moins d’avoir affaire avec une autre ethnie, il se déroule généralement en kikongo pour garder son originalité. 

kinzonzi kia longo

Les négociations du mariage se présentent sous la forme d’une joute oratoire entre les deux nzonzi qui représentent l’un la famille de la fille et l’autre celle du garçon. Ils parlent à tour de rôle. La séance du kinzonzi est le moment-clé de la cérémonie du mariage coutumier au cours de laquelle la tradition manifeste son élégance, sa poésie, le déroulement de la sagesse et surtout la beauté de ce que la coutume peut offrir de meilleur. Beaucoup attendent cet instant avec impatience.

L’intervention des deux nzonzi dont chacun défend son camp offre un spectacle inouï. Chacun des protagonistes étale son savoir-faire. L’emploi des proverbes et des paraboles (bingana, zingana, au singulier ngana ou kingana) montre à suffisance sa maturité et sa maîtrise des problèmes ayant trait à la tradition. Outre les dictons qu’il utilise pour assaisonner son plaidoyer, le nzonzi peut détendre l’atmosphère avec l’humour ou galvaniser l'assistance avec des slogans populaires. Lorsque pour captiver son auditoire, il entonne une chanson traditionnelle, celle-ci est aussitôt reprise par l’assemblée. Le nzonzi continue de chanter tout en exhibant des pas de danse rituelle. A ce moment précis, les membres de la famille dont il est le porte-parole (surtout les femmes) le rejoignent en se trémoussant à ses côtés. Certaines dames dans l’assistance poussent des cris de joie tandis que d’autres viennent un à un au pas de danse le congratuler en couvrant son front des billets de banque que l’intéressé met aussitôt dans sa poche. L’argent ainsi reçu est sa seule rétribution pour la prestation fournie.

A la fin de la cérémonie, les deux nzonzi se serrent amicalement la main, le fair-play étant de rigueur. Les pourparlers du mariage coutumier s’apparentent à un spectacle où le verbe est paré de beaux proverbes couplés aux chants et aux danses dans une chorégraphie digne de la tradition kongo. Pour se mettre à l’évidence, plusieurs nzonzi se font remarquer par leur verve oratoire et se transforment en véritables one-man-show. Evoluant dans une société machiste, le kinzonzi est seulement l’affaire des hommes. Il y a même un proverbe qui le rappelle : Nkento katambulanga lukofi ko (la femme ne pourrait reçevoir les civilités coutumières des cérémonies traditionnelles).

 

De l’animation à l’usage des proverbes

La passivité étant à éviter, le rôle du nzonzi est de tenir l’assistance en éveil. Pour casser la monotonie des discours, l’improvisation d’un slogan participatif met de la chaleur et de l’ambiance dans les lieux.  La formule la plus employée surtout chez les Manianga est la suivante :

Nzonzi : Rrrr matoko zio

L’assistance répond : Ziola  

Nzonzi : Makwiza

L'assistance : Makwenda

Nzonzi : Bana betele

L’assistance répond : Bana basekole

Nzonzi : O ch

L’assistance : Yabika

Bien souvent, le nzonzi qui doit avoir un certain charisme engage également un dialogue avec l’assistance. Cette participation est précieuse d’autant qu’elle plaît au public. Dans ce contexte précis, l’usage des maximes conforte ses dires, tonifie son plaidoyer. Mais il y a aussi des dictons qui mettent l'assistance à contribution. Un des proverbes parmi les plus utilisés et dans lequel on associe le public lors des cérémonies de mariage coutumier est le suivant :

Nzonzi : Mfumu na mfumu 

L’assistance répond : Nganga na nganga

Nzonzi: Nganga na nganga

L’assistance : Mfumu na mfumu

ExplicationLes chefs tout comme les guérisseurs collaborent entre eux. Ce dicton fait allusion à la bonne entente qui doit régner entre les deux nzonzi et par ricochet entre les deux familles en présence.

Le nzonzi

Le nzonzi est le terme générique qui désigne le porte-parole d’une famille lors d’une cérémonie traditionnelle. Il doit avoir une bonne connaissance des pratiques de la tradition, du droit coutumier, des rituels et des croyances de la tribu ou famille qu’il représente aussi bien de celle avec qui il va débattre. Dans la société kongo, aucune situation ne peut se régler sans le concours ou l’apport du nzonzi. A proprement parler, il est le garant de toute cérémonie traditionnelle. Son rôle social dans la vie de la tradition est sans équivoque. Il doit avoir la langue facile et la maîtrise des éléments de l’oralité qui sont les attributs de son rôle. Il est tour à tour sociologue, négociateur, avocat coutumier, conseiller, arbitre, pédagogue, diplomate, un homme qui sait garder son calme quelle que soit la situation. Le nzonzi est dans la civilisation kongo l’orateur par excellence, la personne sans laquelle rien ne se fait ou ne se résout. Il est le garant de toutes les cérémonies traditionnelles, le prêtre qui dit la messe. En pays kongo, n’est pas nzonzi qui veut.

Avant la cérémonie, la famille lui confie ses désirs. Il va les transmettre à l’autre partie. Chaque fois que le nzonzi prend ou cède la parole, il présente ses respects à son interlocuteur de l’autre camp par un geste révérencieux en tapotant ses mains (lukofi). Cette marque de sympathie est le signe de considération  mutuelle entre les deux nzonzi en présence et au-delà entre les deux familles qui parlementent par leur entremise. Si au cours des discussions, son collègue de la partie opposée soulève un point auquel il ne peut donner de suite, il demande immédiatement la suspension des débats afin de consulter la famille dont il est le porte-parole. Ensemble, ils vont se mettre à l’abri des oreilles indiscrètes pour s’échanger des idées. Cette concertation s’appelle mfundu pour les uns et mfongo pour les autres. Une fois terminée, les discussions reprennent là où elles s’étaient arrêtées. Dans certains groupes sociaux constituant l’ethnie kongo, le nzonzi est épaulé par un assistant appelé makunga. Ce futur nzonzi encore en formation lui sert d’aide-mémoire. A la fin de sa prestation de service, sa table est bien garnie en guise de remerciement pour la qualité du travail accompli. Selon la coutume, il ne perçoit pas d’espèces sonnantes et trébuchantes, seulement quelques biens en nature (calebasse de vin de palme au village, casier de bière en ville, bouteille de whisky dans la diaspora européenne). Certaines familles donnent aussi ce que l’on appelle communément tambi za malu (empreintes de pas). C’est un montant forfaitaire alloué au facilitateur en guise de frais de déplacement. Les meilleurs nzonzi sont choyés et recherchés. Ces perles rares ont la capacité de faire basculer la balance de leur côté lors des négociations difficiles.

Le kinzonzi aujourd’hui

Autre temps autres mœurs. De nos jours, le kinzonzi ne se pratique plus comme autrefois. A quelques exceptions près, à Kinshasa comme dans la diaspora, le lingala a remplacé le kikongo. La pureté de cette cérémonie-phare de la culture kongo a perdu certains de ses aspects les plus fondamentaux dont la langue ou le monnayage de leur service par certains nzonzi. Même si la génération actuelle refuse de se passer de cette pratique séculaire, la non maîtrise du kikongo par les nzonzi marque bien la fin d’une époque. L’inamovible kinzonzi continue toutefois son bonhomme de chemin dans le chef de la tradition et de la culture kongo. Les jeunes nzonzi qui ont repris le flambeau se sont accommodés à promouvoir et à pérenniser cette merveilleuse pratique léguée par leurs ancêtres. Emboîtant le pas aux Ne-Kongo, le kinzonzi est aujourd’hui repris par plusieurs autres tribus et ethnies congolaises. Cette manière de parlementer a gagné du terrain et est devenue un vrai patrimoine culturel national.

Samuel Malonga

LE KINZONZI À LA COUR ROYALE DE MBANZA KONGO

Bravo mon frère SAM pour ce thème extra ordinaire pour nous les Bakongo, bien explicité pour tous même sans être mukongo.

Je voulais ajouter quelque chose sur le Kinzonzi à la cour Royale de MBANZA KONGO depuis les temps anciens.

Mbanza Kongo étant la source de KINZONZI , le Roi lui meme était entouré des conseillers qui étaient a la fois des Vieux Sages, Représentants des 12 clans et des grands NZONZI. iLs s’étaient choisis selon l'âge , la sagesse ,l'expérience culturelle et l´éloquence culturelle MPOVI ou NZONZI.

Assis en rond , sous forme de cercle ,sous le célèbre Arbre sacré appelé YALA NKUWU à la cour Royale , ces vieux sages aidaient le Roi a résoudre les affaires importantes de tout le Royaume.
Et parfois le roi les laissait résoudre certaines affaires très importantes et donner le Rapport au Roi comme ça se passe aujourd´hui avec les Conseillers des présidents de la République.

Parmi ces affaires , il y avait aussi les conflits parmi le peuple :
- Les conflits des familles non résolus à l´amiable par leurs Nzonzi ou Mpovi
- Les conflits des terrains non résolus a l´amiable entre familles
- Les problèmes de sorcellerie (kindoki) en discussion continuelle

Bref tout ce que les Nzonzi ou Mpovi n´ont pas pu résoudre ,le conflit devenant difficile à s'entendre d´une manière paisible avec les Mpovi.

Ces choses difficiles étaient ramenées à la Cour Royale. Souvenez-vous du temps du Roi Salomon quand il jugea l´affaire des 2 femmes qui se disputaient un enfant vivant , pendant que l´autre était mort. À  qui appartenait l´enfant vivant ? Cette chose dificile fut ramené au Roi Salomon et son Conseil.

Une fois le conflit ramené a la Cour royale de Mbanza Kongo, chaque famille vient avec son MPOVI ou MVOVI et les deux familles se retrouvent devant le MVUALA qui est le propre roi entouré de ses sages.
Soit um MPOVI ou MVOVI du Roi , selon le cas , confrontant les deux parties en conflit permanent représentées par leurs MPOVI ou MVOVI.

ici les choses changent :
Au début le KINZONZI est utilisé pour résoudre le conflit difficile à l' amiable avec l' aide des MPOVI de la cour Royale.
Mais en cas d´incompréhension  permanente, le KINZONZI prend la forme d´un tribunal et joue le role du tribunal et tranche comme le fait le tribunal d'aujourd'hui en imposant une solution obligatoire aux familles.

Dans le cas d' un terrain par exemple ils diront , on va diviser le terrain en deux.Alors aucune famille n' a droit de refuser ni riposter.
Dans ce cas chaque NZONZI qui représente la famille aura pour devoir de ramener sa partie à la raison pour ne pas etre considérés comme rebelles et subir une sanction disciplinaire.

Ça c' était à l' époque du Roi. Mais aujourd' hui le Gouvernement angolais reconnaissant cette culture bakongo , a transformé cette pratique en Tribunal traditionnel.
Donc jusqu’ aujourd'hui encore ,les vieux sages de Mbanza kongo s'assoient sur le même lieu, pour traiter les problèmes des familles et des villages ,soit de sorcellerie.
Pour les problèmes résolus ,les familles rentrent en paix dans leurs villages avec leurs Nzonzi, mais les problèmes non résolus (cas rares) , sont transférés au tribunal moderne pour trancher selon la LOI.

En d'autres termes au tribunal ancien à Manza Kongo depuis les temps anciens , le jugement se passait aussi sous forme de KINZONZI et continue encore aujourd' hui sous forme de KINZONZI.


" MASISA BAMBUTA " ( CE QUE LES ANCIENS ONT LAISSÉ )

Lused

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Messager 12/08/2021 11:30

J.Pouko,

As-tu changé d'adresse mail ? je peine à te joindre par ton courriel habituel

Messager

Lend Nyanguila 12/08/2021 04:17

Chers Malonga Samuel et Lused,bonjour et tous mes remerciements pour cet éclairage concernant la résolution de certains conflits dans la culture Kongo qui formait un grand royaume jadis. En attente,bien à vous et aussi salut à notre Messager.

Samuel Malonga 11/08/2021 14:57

Merci mon frère Lused pour ce complément d'information. Notons que le YALA NKUWU est un arbre séculaire qui défie le temps et que l'on peut encore voir à Mbanza Kongo.

lused 11/08/2021 16:03

Vraiment !!!

Lused 11/08/2021 09:28

LE KINZONZI À LA COUR ROYALE DE MBANZA KONGO

Bravo mon frère SAM pour ce thème extra ordinaire pour nous les Bakongo ,bien explicité pour tous meme sans etre mukongo.

Je voulais ajouter quelque chose sur le Kinzonzi à la cour Royale de MBANZA KONGO depuis les temps anciens.

Mbanza Kongo étant la source de KINZONZI , le Roi lui meme était entouré des conseillers qui étaient a la fois des Vieux Sages , Répresentants des 12 clans et des grands NZONZI. iLs étaient choisis selon l'age , la sagesse ,l'experience culturelle et l´eloquence culturelle MPOVI ou NZONZI.

Assis en rond , sous forme de cercle ,sous le celèbre Arbre sacré appelé YALA NKUWU à la cour Royale , ces vieux sages aidaient le Roi a résoudre les affaires importantes de tout le Royaume.
Et parfois le roi les laissait résoudre certaines affaires très importantes et donner le Rapport au Roi comme ça se passe aujourd´hui avec les Conseillers des présidents de la Republique.

Parmi ces affaires , il y avait aussi les conflits parmi le peuple :
- Les conflits des familles non résolus à l´amiable par leurs Nzonzi ou Mpovi
- Les conflits des terrains non résolus a l´amiable entre familles
- Les problèmes de sorcellerie (kindoki) en discussion continuelle

Bref tout ce que les Nzonzi ou Mpovi n´ont pas pu résoudre ,le conflit devenant dificile a s'entendre d´une maniere paisible avec les Mpovi.

Ces choses difficiles étaient ramenées à la cour Royale.Souvenez-vous du temps du Roi Salomon quand il jugea l´affaire des 2 femmes qui se disputaient un enfant vivant , pendant que l´autre était mort.A qui appartenait l´enfant vivant ? Cette chose dificile fut ramené au Roi Salomon et son Conseil.

Une fois le conflit ramené a la Cour royale de Mbanza Kongo , chaque famille vient avec son MPOVI ou MVOVI et les deux familles se retrouvent devant le MVUALA qui est le propre roi entouré de ses sages.
Soit um MPOVI ou MVOVI du Roi , selon le cas , confrontant les deux parties en conflit permanent representées par leurs MPOVI ou MVOVI.

ici les choses changent :
Au début le KINZONZI est utilisé pour résoudre le conflit dificile à l' amiable avec l' aide des MPOVI de la cour Royale.
Mais en cas d´inconprehension permanante , le KINZONZI prend la forme d´un tribunal et joue le role du tribunal et tranche comme le fait le tribunal d' aujourd' hui en imposant une solution obligatoire aux familles.

Dans le cas d' un terrain par exemple ils diront , on va diviser le terrain en deux.Alors aucune famille n' a droit de refuser ni riposter.
Dans ce cas chaque NZONZI qui répresente la famille aura pour devoir de ramener sa partie à la raison pour ne pas etre considérés comme rebelles et subir une sanction disciplinaire.

Ça c' était à l' époque du Roi. Mais aujourd' hui le Gouvernement angolais reconnaissant cette culture bakongo , a transformé cette pratique en Tribunal traditionnel.
Donc jusq' aujourd' hui encore ,les vieux sages de Mbanza kongo s'assoient sur le meme lieu, pour traiter les problèmes des familles et des villages ,soit de sorcellerie.
Pour les problèmes résolus ,les familles rentrent en paix dans leurs villages avec leurs Nzonzi, mais les problèmes non résolus (cas rares) , sont transférés au tribunal moderne pour trancher selon la LOI.

En d' autres termes au tribunal ancien à Manza Kongo depuis les temps anciens , le jugement se passait aussi sous forme de KINZONZI et continue encore aujourd' hui sous forme de KINZONZI.

" MASISA BAMBUTA " ( CE QUE LES ANCIENS ONT LAISSÉ )

Lused

Charles 11/08/2021 00:53

Description impressionnante de la civilité Kongo; C'est un patrimoine culturel adopté et gardé aujourd'hui par bcp bien que modifié selon son le coin ou l'on se trouve. Culture=Source=Richesse
Charles.