Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Brève histoire des transferts dans le championnat kinois

Comme dans tous les championnats, le transfert des joueurs occupe une place de choix. Ceux issus des petites formations ont un rêve fou : jouer dans l’un des trois grands clubs de la capitale. Avant 1968, les petits clubs rivalisent avec les grands et comptent aussi des internationaux dans leurs rangs. La donne change après le sacre d’Addis-Abeba. Quasiment tous les Léopards champions d’Afrique issus de petites formations (Mikado, Himalaya, Nomades) partent dans les grandes équipes pratiquement dans la saison sportive 1968-1969. Mungamuni Asmara après avoir écrit les plus belles lettres de sa carrière en Ethiopie passe de Nomades à V. Club. Lembi Lemons  déménage de Mikado à V. Club. Matumona quitte Himalaya pour Dragons alors que son coéquipier Mbuli rejoint V. Club. Raoul Kidumu fait ses adieux aux Diables Rouges de Mbanza-Ngungu pour endosser le maillot vert et blanc du Daring.

Pour renforcer leurs effectifs, les trois grandes formations puisent à la fois dans les rangs de leurs satellites (Espoir, Olympic, V-Sport, Vaticano) qui leur servent de pépinières et dans les provinces. Si Ngunza (Olympic), Diantela (Vaticano), Pupa (Espoir) et Mahungu (Vijana) sont hérités des petites formations kinoises, plusieurs autres stars viennent de l’arrière-pays.

 

Dans la recherche de nouveaux pions pouvant renforcer l’équipe, les pépites rares sont des atouts indispensables. Au tout début des années 60, le football-argent n’existant  pas encore, le passage des joueurs d’un club à un autre est parfois le fruit de l’entente entre les deux parties. Les sommes déboursées sont parfois dérisoires. En 1962, Luc Mawa quitte le FC Foudre du président Mesa Wawa pour V. Club. La même année, Saïo Mokili est l’un des premiers provinciaux à descendre à Kinshasa. Après avoir participé au Tournoi du 30 Juin qui a opposé les différentes sélections provinciales, le futur roi du foot congolais est dans la capitale pour des raisons d’études. Il est reconnu par le capitaine Kabeya qui le présente aux dirigeants de Dragons. Saïo est aussitôt recruté. Y a-t-il eu des tractations avec les responsables du FC Incendie, son ancien club de Kisangani où il n’a joué que quelques mois? En tout cas profitant de cette aubaine, Mokili intègre Dragons.

En 1963, V-Sport est radié pour indiscipline et violence aggravée. Les joueurs de cette équipe sont en perdition et à la recherche d’un nouveau club. Parmi eux le futur seigneur Kibonge alias Gento. C’est Luc Mawa en partance pour la Gantoise qui le sollicite et qui fait la commission pour V. Club. Le futur capitaine des vert-noir donne un avis favorable aux Véclubien qui sont à ses trousses. Son ancien club étant radié, c’est sans contrepartie financière que Kibonge entre dans la grande famille vert-noir.

 

Trois ans plus tard, un homme ambitieux préside aux destinées du club vert et blanc. Il s’appelle François Bila, Bilaf pour les intimes. Ce dernier offre à l’équipe une des attractions du foot kinois. C’est un jeune homme qui défrise ses cheveux. De son vrai nom Gabriel Mpembele, on le surnomme Ngunza pour sa chevelure qui ressemble à celles de certains ngunza (prophète) membres de l’église du Saint-Esprit. Plus tard cette fois-ci dans Dragons, on lui colle le surnom de Tchang Laï pour la façon dont il dompte le ballon et le transforme en jouet au grand plaisir du public. C’est l’homme aux gestes techniques inimaginables. Bilaf qui voit les choses en grand obtient aussi le recrutement du talentueux Soukous Makelele.

 

Un autre fait sportif qui marque l’année 1966 est le retour au bercail des Belgicains. Leur transfert est négocié directement par le gouvernement qui les a fait venir pour renforcer Les Léopards, l’équipe nationale en gestation. Combien l’État a-t-il déboursé pour que le foot congolais profite de leur service ? On ne le saura jamais. Arrivés à Kinshasa, Kasongo, Mulongo, Kabamba et Muwawa optent pour le Daring. Braine Mayama et Mayokenda rentrent dans V. Club leur ancien club, tandis que Ndala reprend sa place au sein de Dragons son ancien amour à côté de Mutshi Muana.

 

L’année 1967 est riche en rebondissements. La modeste équipe de Dragons Inkisi se fait parler d’elle. Elle vient d’offrir le jeune Kembo à V. Club. C’est  un ancien des Nomades de Kinshasa qui s’est replié dans cette petite bourgade. S’il se transforme vite en machine à marquer pour devenir le Monsieur But de sa nouvelle formation, le cas de son compère Mayanga qui défraie la chronique est complexe et inédit. Cette affaire enflamme la rivalité légendaire entre V. Club et Daring. Modogo qui vient de V. Club II veut jouer dans Daring. Après d’âpres palabres, V.Club obtient gain de cause.  Adelar dispute son premier match dans sa nouvelle équipe contre Foudre. C’est en réalité la dernière rencontre de la saison 66-67 pour V. Club. Bête noire des vert-noir, Foudre remporte la partie haut la main par 4 buts à 1.

Ce contentieux qui a fait couler beaucoup d’encre a bâti un mur psychologique pour Mayanga. La rumeur selon laquelle il mourrait le jour où il marquerait contre Daring circule dans tout Kinshasa. Mayanga marque son premier but contre Daring trois ans plus tard. Le rideau tombe en effet en1970 au terme d’un match spectaculaire qui se solde par un nul (4 à 4) alors que le Daring menait par 4 buts à rien.

 

En 1968, l’histoire se répète. Les vert-noir et les vert-blanc se font de nouveau face, non pas sur la pelouse du stade mais dans les locaux de la fédération. Daring réclame son droit de bénéficier des service de Mbungu Tex un ancien de Daring II  qui preste dans V.Club où il a même joué quelques matches. La Fécofa ayant tranché en faveur du Daring, Mbungu fait ses bagages pour cette formation. V. Club subit les revers de ce départ en perdant les 11 points engrangés par toutes les rencontres jouées par Mbungu Tex.

Les litiges en matière de transfert entre les deux grands rivaux kinois ont pour socle  une règle floue devenue tradition qui stipulait que tout joueur prestant dans un club junior dénommé V. Club ou Daring ne peut jouer dans le championnat de Kinshasa que dans l’équipe portant la dénomination du club qui l’a formé.

 

Autre temps autre mœurs, l’année 1968 est aussi celle de la prise de conscience par les petites formations de leur valeur en tant que pépinières des grandes équipes. Avec cette nouvelle approche, Racing réussit le transfert de son prodige Kakoko. Les vert-blanc mettent la main dans la poche. Du haut de ses 18 ans, le talentueux attaquant signe pour une carrière quasi définitive chez les Immaculés. Son transfert de 1.500 zaïres bat tous les records de l’époque devenant ainsi le joueur le plus cher de l’histoire du football kinois.

L’année 1971 est celle au cours de laquelle un grand recrutement se fait au bénéfice de Vita Club à l’échelle de Kinshasa. L’équipe est choisie par la Fécofa pour représenter le Congo à la Coupe des clubs champions d’Afrique. L’entraîneur Kalambay recrute à bras le corps les meilleurs joueurs des petites formations de la capitale. Lungwila (Matonge), Pombi et bien d’autres se retrouvent dans le team vert-noir dans le but de faire bonne figure dans la campagne africaine.

 

Comme toujours, la coupe du Zaïre révèle les qualités de certains joueurs des provinces. Tshinkunku en déplacement à Kinshasa bat Vita devant son public. Ndaye qui est le fer de lance des Kanangais devient la priorité des dirigeants véclubiens qui ont juré d’obtenir son transfert. L'attaquant véloce quitte Tshinkunku pour un montant de 1.000 zaïres en 1972. C’est beaucoup mais un peu moins que Kakoko dont le record est battu par Ntumba Pouce en 1973. Mazembe demande à Vita de débourser la modique somme de 3.000 zaïres pour son avant-centre. De l’autre côté et par vague irrégulière, le jeu de passe-passe des joueurs entre Bilima et Imana se fait sans encombre. Kabasu, Kilasu, Kiyika et Mangala quittent le club rouge-or pour intégrer le Daring. Par contre, la tenace rivalité entre V.Club et Daring empêche l’échange des joueurs entre les deux  formations. Ce crime de lèse-majesté est de part et d’autre considéré comme un reniement mieux une trahison.

Championnat le plus disputé du pays, la Lifkin (Ligue de football de Kinshasa) attire de plus en plus les jeunes des provinces. Celles-ci y jettent dans la décennie 70 un nombreux conséquent de joueurs notamment Nginamau (Inga), Longange, Mayenda (Diables Rouges), Bamuleke. Kalonji Amalphi fait le voyage dans le sens inverse. Il quitte Daring et la capitale pour rejoindre les rangs de St Eloi Lupopo de Lubumbashi.

Samuel Malonga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Bonjour Tutu Nyanguila...Kanyinda Buanga wa Tshimbela dit Surish n'est plus de ce monde. Lumpungu Six yards, grand back de Union Infanterie Sanga Balende, je n'ai pas d'informations certifiées, ne serait plus de ce monde. Quand à Tshibangu Zamatch, l'homme aux coups de tête magiques, il n'est plus de ce monde.

RD Congo, mboka ya Lumpungu Six yards na Zamatch, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie
Répondre
L
Bonjour,mon cadet,Claude Kangudie,et merci beaucoup mais c'est triste d'apprendre de telles nouvelles car,même si tant d'années je n'avais plus de leurs nouvelles,j'aurais été heureux d'apprendre qu'ils seraient encore en vie. L'exception de ces équipes kasaîennes,les deux Unions dont l'une infanterie et la Renaissance,c'était leur capacité à tenir tête aux équipes de la capitale,kinshasa,à part Englebert"Mazembe"!Et je me souviens du match"V.club/Union infanterie"en 1968 d'où le public kinois avait découvert le portier Kanyinda"Surish"et son défenseur Lumpungu"six yards"et on avait imaginé que si"Sotcho-Kabeya"était là! Enfin,encore merci,grâce à votre clairvoyance,salut au Messagr et Sam Malonga. Bien à vous.
P
Entre les 1.500 zaïres du transfert de Kakoko en 1968 et les 3.000 zaïres du transfert de Ntumba Pouce en 1973, lequel avait une valeur réelle plus élevée après 5 ans?
Répondre
C
Je me souviens avoir vu la facture d'une nouvelle voiture Mazda 1000 achetée au prix de 712 Zaïres en 1973.
M
Le transfert de Kakoko.
L
Bonjour et merci beaucoup mon jeune frère Claude Kangudie,vos informations sur nos joueurs ont été très enrichissantes.Je ne savais pas que Ntumba Pius,dit Pouce,vient de nous quitter! Enfin,salut aussi au Messager et à Sam Malonga qui oeuvrent,sans se lasser,pour la survie de notre blog! Bien à vous.
Répondre
L
Mon jeune frère,Claude Kangudie,bonjour et excusez-moi de vous demander si vous avez des nouvelles des joueurs ci-après: Lumpungu six yards,Kanyinda Sirish,Kabeya Sotcho et Tshibangu Zamatch. A plus et salut au Messager et Sam Malonga. Bien à vous.
C
Bonjour Tutu Nyanguila (feu mon grand frère s'appelait Nyanguila Mathieu)...Pour ton info: Ntumba Kalala dit Capsolin ou Pouce nous a quittés la semaine dernière. Emporté par le covid-19...un des héros du football kasaïen s'est éteint loin de son pays natal !!! Lupeta avait tenté une aventure tardive en Europe du côté du Portugal.Kilasu Massamba dit Pélé nous a, aussi quittés l'année dernière, au mois d'octobre ou septembre. Il était rentré, pour cause de maladie, d'Angola où il s'était installé pour Kinshasa. Malheureusement, le mal dont il souffrait l'a emporté. Kabasubabu Balanganayi est toujours à Kinshasa...j'avais échangé avec lui et Katanga Mûller dans les année 2010. Le vieux Mutshi-Muana, légende de l'AS Bantou de Mbuji-Mayi, a disparu depuis longtemps de mes radars...mais je sais par qui avoir de ses news...
RD Congo, mboka ya Kilasu Massamba na Ntumba Kalala Pouce, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.
Répondre
L
Bonjour,Chers Messager,Sam Malonga et Claude Kangudie,comment vous remercier de la façon dont vous nous faites revivre l'histoire pleine des talents de notre football! Oui,les congolais méritent du respect dans le panthéon du foot! On a eu des bons joueurs,qui auraient été primés dans des grands clubs européens mais des négociations n'étaient pas au point,et on sait comment ils n'avaient pas atteint leurs souhaits! Enfin,que sont devenus Mutshimuana,Ntumba-pouce,Kilasu,Kabasu-babu et Lupeta? Bien à vous.
Répondre
C
Sam, encore un rectificatif...Ndaye Volvo ou Mutumbula quand il arrive dans Vita, il vient de l'AS Bantou de Mbuji-Mayi et non de l'US Tshinkunku...Mais l'équipe de coeur de Piere Ndaye est l'US Tshinkunku...C'est Ndaye lui même qui avait préparé sa "fuite" de Mbuji-Mayi où les supporters de l'AS Bantou ne voulaient pas entendre parler de son départ...à Kinshasa, c'est Kibonge qui a tout managé. Quand à Ntumba Kalala dit Pouce, chez Englebert, c'était un transfert temporaire de 2 ou 3 ans si ma mémoire est bonne...à la fin de cette période, pour des raisons que lui même m'avait révélées et que je veux pas évoquées ici, il avait préféré rejoindre Vita. Quand à Kilasu et Kabasubabu Balanganayi dit Brésilien, c'est le vieux Kilandamiko qui les avaient mis à la porte pour indiscipline, y compris Lupeta Zacle...donc, ils étaient libres d'aller prester dans les clubs de leur choix.

RD Congo, mboka ya Zacle Lupeta, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.
Répondre
C
Bonjour à tous...une correction en ce qui concerne MUTSHI-MUANA. Il est certes parmi les Belgicains qui étaient rentrés au pays. Mutshi-Muana est, lui, rentré directement à Bakuanga où il a joué dans le FC Diables Rouges de Mbuji-Mayi, actuel AS Baontou de Mbuji-Mayi, aux côtés de Kabeya Sotcho. Ils étaient deux Belgicains, avec un autre enfant terrible des Diables Rouges de l'époque, Tshisekedi Belinda...Ce sont ces deux Belgicains qui furent parmi les principaux artisans qui avaient mené le FC Diables Rouges de Mbuji-Mayi à la finale de la coupe du Congo de 1966 contre l'AS Dragon de Léopoldville...après cette finale perdue par le FC Diables Rouges, Kabeya Sotcho ira dans Englebert, Mutshi-Muana rejoindra l'AS Dragon et Tshisekedi Belinda sera assassiné par les militaires...assassinat qui provoquera des émeutes des jours durants à Mbuji-Mayi avec de nombreux morts à la clé...

Rd Congo, mboka ya Belinda Tshisekedi na Mutshi-Muana, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie.
Répondre
S
Messager,

C'est vrai. Dragons voulait aussi avoir Kidumu mais son coeur battait pour Daring. Mon frère Claude, dragonman de son Etat en sait quelque chose. Mais le séjour à Anderlecht de Raoul est quasiment inconnu du grand public. Nous sommes curieux de savoir ce qui s'était réellement passé. Vu son talent, je me demande pourquoi et surtout comment n'avait-il pas été retenu.
Répondre
M
Sam,
Bravo pour ce travail de mémoire. Feu Jean Koke Miezi décrit à travers le livre qu’il avait consacré à Raoul Kidumu, tout un chapitre sur les circonstances de son transfert dans Daring ainsi que les tentatives avortées des dirigeants de Dragon. Ce livre qui n’est pas sorti et dont j’avais eu l’honneur de préfacer m’avait été expédié par le défunt, quelques mois avant sa mort.
Nous reviendrons un jour sur ce récit, surtout, sur le séjour de Raoul avant 1966 à Anderlecht

Messager
Répondre
M
Il n'avait pas supporter le froid.... Anderletch, le voulait!