Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Mbote Messager,
 
Na tombeli yo Eyenga malamu pe na kumisa yo na mosala makasi pe monene oza kosala na nzela ya mbokamosika, pkoki koyeba te esengo na ba souvenir tozuaka na mitema tango toza kotanga maye maleka na mboka na biso tango ya bo muana na biso na nzela ya mbokamosika.  Na profiter pona ko remercier baye nionso basalaka contribution na bango na blog oyo, nakotanga ba kombo oyo ezongaka mbala na mbala, ba oyo nakobosana bango bayoka mawa te mais na remercier pe bango  lokola en generale: special remerciement na Messager, pe na ba ndeko lokola Emmanuel Kandolo, Crispin-Regis Lukoki, Claude Kangudie, Sonny Mokonzi, Mu'ana Mangembo, Antoine Nickel, Samuel Malonga Don Munsiensi pe baye nionso tobengaka ba heros dans l'ombre.  Ebongi malamu kopesa longonia na moto na mosala oyo ye asali tango azali nanu na bomoyi ke kosombela ye kabakata na liboke ya fololo tango ye asi akufi pe azali lisusu koyeba makambo te, yango nde tina ya longonia napesi pona kopesa bandeko nzoto makasi ke ya solo bozali kosala mosala oyo esepelisi bato.
 
Ndeko Emmanuel Kandolo akenda wapi?  aza na nzoko kolongono? po aza koyokana te, natunaki mua mituna miyike kasi biyano ezali kowumela naino, Nzambe abatela ye na libota na ye pe mosala na ye.
 
Losako pe eyenga malamu.
 
Ya bino ndeko Serge (Kongo na biso 1866)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Antoine Nickel 23/05/2010 18:17











Thu-Zahina, le chaînon manquant de la musique congolaise.




Posté par Admin le 1/3/2010 17:00:00 (0 lectures)











Vers la fin des années 60 et le début des années 70, une
nouvelle vague a déferlé sur la scène musicale kinoise, vague qui inonda ensuite l’Afrique avec le style musical basé sur la guitare, communément connu sous le nom
de soukous.


Entre l’époque des grands orchestres dirigés par Franco Luambo et Rochereau Tabu Ley et la nouvelle vague des orchestres de la famille
Zaïko Langa-Langa, a existé un groupe « pivot » dont l’influence légendaire et le style novateur ont été les plus répandus hors de la RDC.


Thu-Zahina a été le groupe à l’origine de cette renaissance, c’est le
chaînon manquant entre la rumba congolaise classique et la nouvelle rumba « soukous », le basculement de la première vers la deuxième.















L'orchestration majestueuse de cette nouvelle rumba est imprégnée d’un groove brut de Folk et Funk, avant
d'être submergée par des riffs de guitare solo orgiaques.


Le son de cette nouvelle vague est clairement reconnaissable dans la magie déchaînée du guitariste solo Roxy
Tshimpaka, qui a apporta plus tard son jeu caractéristique de guitare dans Zaïko et Choc Stars. Le style Roxy sera plus tard supplanté dans Thu-Zahina par celui de
Thierry Mantuika.


La batteur Zicozaco, se plaisant dans le crépitement de son tambour piège « non-serré » , alimenta
ces solos par une multitude de rythmes, tandis que l’attaque-chant était assuré par Abeli Kelly, Denis et Bruno Bonyeme, Hendryx Biluala, Juslin Makanga, Dezzy
Bokanga, Frank Muntuana, pionniers de styles vocaux dont les arrangements harmoniques présageaient la nouvelle vague. Avec en support, Robot, Goby, Mukuna, Crusoe et
une douzaine d’autres musiciens.


Thu-Zahina a été créé vers la fin 67 alors que ses membres étaient encore des lycéens de 17 à 19 ans en
section Littéraires, Sciences, Education et Economie au Collège Albert 1er et l’Athénée de Kalina à
Kinshasa.


Thu-Zahina signifie « Personne » en kimongo et « Ami » en kibemba. C’est le premier groupe composé uniquement de lycéens. Parmi les cofondateurs de Thu-Zahina, il y
aPela Simba, neveu de Rochereau. C’est ainsi, après quelques changements dans la composition, le groupe fut contacté par Rochereau qui les aida pour les répétitions et les conseilla pour leur
1er concert au « Marinel » en 1968.


Leurs premiers instruments, y compris la double basse verticale de Gégé, furent loués et mis à disposition
par les Pères Jésuites, mais le succès fut presque instantané et après quelques mois ils purent en louer par leurs propres moyens. Ils jouaient tous les week-ends
pour la « jeunesse montante » de 14 à 18h30 (matinées de mode et de danse pour les jeunes). 
Leur charme était dû au rythme créé par une combinaison de la rumba congolaise, du
« Jerk » et du « Rhythm’n’blues » et, naturellement, à leur jeune âge. Ils étaient le 1er groupe de jeunes de la génération post indépendance.


Leurs mentors et inspirateurs furent le groupe que les étudiants d’université en Belgique avaient créé en
1966 pour leurs loisirs, groupe appelé Los Nickelos.


La culture rumba congolaise était basée sur deux écoles portées, d’un côté par Franco et de l’autre par
Kallé/Rochereau. Rochereau avait une grande influence sur la jeunesse la plus progressive tandis que la réhabilitation du folklore du Congo par Franco inspira cette
même jeunesse pour revisiter un des rythmes les plus puissants de la terre.


Ajouté à ces ingrédients, l’instrumentation et la dynamique du Rhythm’n’blues américain ainsi que les pires excès du Western Rock,
avec l&rs


















Messager 23/05/2010 18:09



Serge,


 


O nkombo ya baye banso otangi matondo mingi. Ndeko Emmanuel Kandolo aza bien. Aza kolanda manso na circuit fermé. Mituna mia yo esi ekomeli ye. kala te akoyanola yo.


Bonne fête ya Pentacôte.


 


Messager