Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Dans le cadre du cinquantenaire, notre aîné Faugus nous envoie une confidence sur son séjour au Camerouns, en  rapport avec l'image que les africains se font de notre pays.

 

 

  

Messager,

 Une plaie ne se cicatrise pas dans mon coeur depuis le 3 janvier 1963, le jour où j'ai mis pieds pour la première fois à Douala au Cameroun. Un groupe des filles était venu par curiosité, l'une d'elles m'a dit:" nous aimons beaucoup la musique congolaise, mais les gens nous racontaient que les congolais ne sont pas beaux",  l'autre enchaîna: "Antoine Lobe, journaliste de profession leur a dit que, parmi les musiciens qui sont venus avec Manu Dibango, il y a un qui n'est pas mal".

 Je rigolais à haute voix puisque les Congolais sont beaux, mais une autre, intellectuelle de toute la bande m'a fait pleuré, elle m'a dit : "monsieur Augustin, votre pays le Congo est le seul pays d'Afrique, qui n a jamais goutté au fruit de son indépendance. Voilà nous allons fêter 47 ans après ses dires, sans goutter à ce fruit, à chaque fois qu'il y a problème au pays, je pense toujours à cette infirmière qui m'avait blessé, et pour me calmer, elle  m' avait donné l'occasion de faire pour la première fois à Douala, un tour au septième ciel, elle restera dans mon esprit jusqu'à ce que mon pays soit guéri de ses blessures.

   Faugus

 

 

Les premiers musiciens  de Manu Dibango dans sa carrière solo à Kinshasa en 1961 sont: Brazzos à la contre basse, Faugus à la guitare, Charly à la batterie, Fracasseur à la tumba, Edo Clary à la clarinette, coco sa femme aux maracas. Nous ne jouions pas la musique typique, nous ne faisions que du jazz. 

 

 Faugus

 

Faugus & Manu Dibango

Manu Dibango et Faugus

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Auguy lebakata 23/06/2010 11:31



Alors mon frère Willy, si c'était de cette manière que notre Tamtam à coulé, il doit être entre les mains de Jésus, les prêtres en question n'étaient pas bons mais je pense que Dib's devait faire
comme moi à Kin, j'avais un bar du nom de ''Le Peuple''qui était donné à notre orchestre African Fiesta National '' le people'' juste derrière le bar Vis-à-vis à quelques 100 metres seuleument de
l'église St Joseph de Matonge, ce bar était un lieu de rencontre des vedettes des grands orchestres avant et après leurs concerts, d'ailleurs c'était  de là que Bavon Marie Marie avait pris
ses derniers verres de Boisson de sourire avant de terminé sa course derrière un camion de sable en panne, toutes les semaines, je remetteis 2 casiers de bière et 2 des sucrés à ma paroisse,
j'étais aussi tous les matins à la messe, ses prêtres ne se cachaient pas la journée comme font les pasteurs actuellement pour venir  partagés evec moi et mes clients un verre de bière et on
se racontait des Histoires comme des amis, je t'assure que tous les jours à 4H 45', un des prêtre vennait me dire de baisser la musique pour consacré un petit temps à Dieu, sans honte moi et
quelques amis clients le suivait derrière pour assisté à la messe et reprendre notre consommation après la messe, c'est ce que Jésus à dit: qu'il était venu pour les
pécheurs.                                   
   Jusqu'à ce jour; nous les enfants de Matonge éparpillés dans tout Kinshasa, nous nous rencontrons tous les dimanches à l'église St joseph de matonge à l'heure de la messe en latin,
après chaque messe nous nous retrouvons dans des nganda du quartier pour garder notre origine, cela fait aussi partie de notre prière
dominicale.            Faugus



Muna Mboa 22/06/2010 19:01



Faugus mon Grand,


l'histoire que tu viens de raconter à propos de l'amie de Monkoi,est typique nos soit-disant "nouveau-riche"et grands pillards des ressources de nos peuples.


Mujos avait déguerpi de Brazza parce que la femme d'un représentant de l'ordre public,ne pouvait accepter que sa femme puisse le quitter pour un "Petit",musicien en plus.comme quoi ,le revers de
la médaille ne prévaut pas quand c'est l'inverse qui se produit.


Dès ton départ du Kamerun,Manu a subit une humiliation pareille à celle de Roger.Dans ce cas particulier,il ne s'agissait pas d'une femme,mais du Tamtam,la boîte oú toi et moi avons évolué.Le
prefet de Duala a vouku que Manu l'acceite comme associé.Cela ne lui suffisait pas qu'il soit actionnaire du Castel,il était jaloux du succès qu'avait le Tamtam,il voulait sa part de gâteau.


Comme Dib's avait refusé, il est parti voir les prêtres du collège Lieberman,pour qu'ils portent plainte contre Manu pour tapage nocturne etpertubation du temps des études des élèves internes.


Résultat: le tamtam ferma.et Manu a été obligé de se réfugié avec ce que cela comporte pour quelqu'un qui avait investi toutes ses économies sur une affaire qui marchait.Même si  le destin a
eu son mot à dire,c'était une injustice sans pareil,et un abus de pouvoir.le riche contre le simple citoyen qui ne voulait que gagner sa vie honnêtement.


Comme quoi.pauvre Afrique.


salut et  à bientôt


Muna Mboa 



Auguy lebakata 22/06/2010 13:58



je voulais dire que,  nous les artistes n'avions pas participés à la destruction de nos pays, pourtant nous avions attirés leurs attentions depuis par divers chansons avec de themes du
patriotisme qui pouvaient leurs inspirés, mais pamba bazali moto makasi mpe moyimi, toutes générations confodues mais alors,  s' il ya cent jours; il y aura un qu'ils se poseront des
questions ou les questions leurs seront poser. Nous les voyons priés, si nous prions le même Dieu ils seraient déjàs punis Chrétiens ou musulmans, comment Qieu n'écoute que leurs voix et non nos
pleures surtout à notre âge, attendons seulement à chacun son jour J..... Fêtez bien les anniverssaires, mais vous les fêtés pour un jour de plus vers la Tombe? ou un jour de moins pour la tombe(
sort resèrvé à tous) boyebi nzembo ya Franco te ? oyo elobaka (kabaka eh kabaka eh kabaka, partagions eh partagion eh partagions ? okoyoka kaka oh! conférence sur ceci ou cela, à quand les
inaugurations des insfrastrutures sur les interventions cardiaques ou de la prostate sans bistourie ?  traitement de diabète ya ofele? Radiothérapie, rythmographie et autres? pasi na biso ba
Africains.  Faugus



auguy lebakata 22/06/2010 11:49



Mba naloba muna mboa, heureusement que nous n'avions pas déruit nos pays par notre métier sacré, car il est dit que tous ce que nous produisons viennent de nos esprits, puisque nos oeuvres
 sont aimées de tous les peuples, cela prouve que l'esprit de Dieu est avec les artistes contairement aux politiciens, j'ai connus un Ambassadeur Malien au Congo en 1961, il était
immortalisé par Kallé et l'African jazz dans la chanson Matanga ya Modibo Keita na Aliun, ce dernier a rafflé à Roger  son amie de longue date du nom de Marie Josée Bompeli,
elle aussi immortalisée par Roger Izeidi avec le même orchestre mais ce qui était grave monsieur l'Ambassadeur amenait cette femme dans la boîte où nous jouions avec Manu Dibango et que Roger
Izeidi était administrateur gérant, il passait commande de deux bouteilles: une de Champagne et l'autre de la Bière Primus que même Manu aimait.      Il consommait avec
cette femme de la bière et demandait aux serviteurs de cette boîte d'asperger le contenu de champagne aux pieds de cette femme et de les secher avec la serviette qui est livrée de coutume avec le
sceau de Champagne et tout cela aux yeux de Roger, immunité diplomatique le protègeait, comme si cela ne suffisait pas, il payait le double de la facture. Oh pauvres
enfants d'Afrique tes souffrance ne date pas d'Aujourd'hui.        Faugus   



EPÉE Ekwe Silo Epée 20/06/2010 20:52



Mon cher Faugus, je ne sais pas au juste ce qui t'a blessé.


Est ce la partie de  jambes en l'air.le fait que le Kongo comme le Kamerun n'aient jamais goutté au nectar des fruits de leurs undependances ou alors que les Bana kongo ba zalaki kitoko
te.je  tiens à te rappeler que à part la question de beauté qui est personnelle d'individu à l'autre,nous n'avons jouis de nos indépendance.je te conseille d'aller sur "peuple Sawa .com" et
lire l'article de réflection sur le ciquantenaire de nos soit-disant indépendances.tu n'est pas sans savoir que pendant tout tob séjour camerounais ,nous vivions pratiquement sous état de guerre
larvée comme le Kongo.je comprend ta douleur m,ais la réajité est là ,nous ne pouvons la nier.heureuse que la dame t'en fait visiter sans ascenseur le "7ème ciel",comme quoi tu as parlé le
language universel hé,hé.hé.....qui dit mieux?


Nyambe a be na oa


Muna mboa



auguy lebakata 05/06/2010 12:48



African jazz du sang, mbote mingi na yo, biso na Willy tokoma kosolola mingi mpenza na nzela ya email, kasi yo nakobosana yo te na nzela ya blog.



African Jazz du Sang 04/06/2010 14:03



Vieux Faugus, 


Napesi yo lisusu mbote mingi, Vieux Willy awuti kotindela ngai SMS alobi boye,


 


African Jazz du Sang, Faugus atindeli yo mbote, abandi kokoma buku ya nsango wa miziki mia kongo mobimba, Vieux Willy.


 


Personnellement nabengaki Vieux Willy na telefone, nayebisaki ye ete numero ya Vieux Faugus na E-mail na ye ezali na www.mbokamosika.com, nabanzi bosololi mpe bozwi ba compromis na manso bozali
na yango mposa.


Nasuki awa, wa yo leki African Jazz du Sang.



auguy lebakata 01/06/2010 11:10



African jazz du sang: Oyebi nzembo oyo toyembaka na kinshasa soki omoni moto oyo ozali na besoin na ye? Tolobaka boye: (moto tolukaka ye yo einh einh sala biloko na yo) vraiment Willy asala
biloko na ye. Tunela ngai ye, soki ayebi mwasi nazalaka na ye na Douala, du 10 janvier 1963 au 4 Janvier 1964, tokabwanaka na ye tango nakendeke voyage de non retour à Kinshaha, mpo nakotaka na
African fiesta, kombo ya mwasi yango ezalaka Dine -Marianne, nayebi 'te akufwa, kasi ngai na ye tobota mwana, nakendeki kotala mwana yango na 1968 avant la mort de sa maman, kasi tango nakomaki
Douala, Dine akendeki Kong samba, lokola nazalaki de passage na orchestre, tokutanaki naye ye te, eloko ezali kosala ngai pasi, nayebi lisusu epai mwana na ngai azali te, azali mwana ya misato na
libumu ya Dine Marianne, mwana na ye wa liboso azalaka retardé mental et moteur, mwana ya mibale azalaka métisse, oyo ya misato nde mwana na gai, soki akoki kotunela ngai na bato baye bayebaka
Dine Marianne, balukela ngai mwana na ngai nayebi elongi na ye ya bo mwana, kasi ye ayebi oyo ya ngai te, mpo ngai namona ye, kasi ye amona ngai kaka na 4ans, nayebi akoma tata, abotama na début
1964 entre janvier et février, lelo soki azali en vie akokisi pene na 45 ans 1/2, recherche oyo nasengi moto nionso ya bonne volonté oyo ayebi association oyo elukisaka bato a informer ngai.
portable na ngai 0610662811 ou E-mail izeidi.faugus@hotmail.fr         merci mingi na  yo.



African Jazz du Sang 31/05/2010 16:22



Vieux Faugus,


Ya liboso mbote mingi na yo lokola mayi ya ebale ya ba koko na biso Fleuve Kongo, nasepeli mingi nakotanga mua lisolo na yo na Douala kuna na Cameroun, elongo na Orchestre ya Manu Dibango,
nalingi kaka nayebisa yo ezali na ndeko na biso moko ya Camerounais, atangaka yo mingi, na Diki (petit frere ya vieux Tino Baroza), en tout cas soki akutani na Congolais, ezala ya Brazza to ya
Kinshasa, kombo na bino mibale Faugus mpe Diki elekaka te na masolo ma ye. Kombo ya Camerounais yango ezali Willy Ekoue, ye mpe abetaki na Orchestre ya Manu Dibango na Douala mpe na Paris, akoma
na Stockholm na Sweden, abotama na 1945, azali bongo mobeti mbonda ya monene, wana ezali instrument na ye abetaka malamu, puisque ezali mpe na ba instruments misusu oyo ye abetaka, nakoki kopesa
yo numero na ye ya TEL. 00 46 70 646 96 03, zerozeroquatresixseptzerosixquatresixneufsixzerotrois, ba artistes congolais nionso oyo babeta awa na SUEDE, surtout na Stockholm ye nde azalaki ko
accompagner bango, lokola Mbilia Bel, Tshala Muana, Tabu Ley, Kanda Bongo Man, Papa Wemba Bokoul, Bozi Boziana, y compris na pauvre Mama Africa Myriam Makeba....


Soki ozui vieux Willy te na phone o signaler awa na blog, bongo nalukela yo ye, ekozala peut-etre interessant mpo na yo, puisque boyebani malamu malamu.


Nasuki awa, lisusu mokolo molamu epayi ozali kuna na Paris.


 


NB. Vieux Willy alobaka : lingala, Francais, douala, anglais, suedois...


 


African Jazz du Sang.