Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Sur l'origine du SEBENE

 

Sous la plume de Dizzy Mandjeku, on peut lire dans la brochure bilingue (anglais/français) de "Roots of rumba rock: Zaïre classics 1953-1954 (CD-1991)" ce qui suit:

«Beaucoup de ces chansons se composaient de deux parties: la première exposait le thème; la seconde, appelée "animation" ou "sebene" (de l'anglais "seven" qui désigne ici un accord de guitare), similaire au "son montuno" cubain, consistait en un refrain indéfiniment répété sur lequel improvisait le chanteur, en alternance avec les cris de l'"animateur" , ou "atalaku".»

Cet extrait donne une explication de l'origine du mot "sebene". Les chansons: "Odjali na mouchoir?" de Kitenge et "Mam'alobi na bala yo" de Bowane, sont de classiques de "sebene" et classées comme tel aux exemples de "beguine, rumba, polka piké" sur ce CD.


Dr. Shungu M. Tundanonga-Dikunda

Dokta Shungu,

Je mets en doute cette explication de Dizzy Mandjeku, l'accord septième vient purement du Blues des noirs américains et non de Cuba. Écoutez BB King, vous comprendrez c'est quoi le 7ème.

A l'époque de Bowane, l'animation avec des cris n'existait pas. On attendait les interventions des saxos après les chants. Cette façon de faire vient de Lita Bembo et connaîtra son apogée avec les atalaku de Zaïko (Zekete zekete). Ceci confirme quand même que le sebene existait avant Manuaku et Dizzy, ceci ne leur enlève aucune de leurs qualités de virtuose.

Merci pour les reférences sur Bowane, ça c'était de la musique.

Thomas S.

 

Mon cher Thomas,

La chanson "Odjali na mouchoir?" de Kitenge n'est pas chanté: du début à la fin, une animatrice et un animateur parlent. Il ne faut pas oublier un fait important: dans tout l'espace culturel congolais, dans la folkmusic congolaise), telle qu'on la joue dans nos villages, telle qu'on la jouait et qu'on la joue dans les milieux urbains: les animateurs et les hommages aux personnalités font partie intégrante de cette musique, tout comme le fait de donner de cadeaux ou argent aux musiciens pour que le nom soit inclus dans une chanson. Il n'y a rien de nouveau.

Sebene était aussi un rythme, une dance au début des années 50. C'est musique cubaine qui avait le plus influencé la musique congolaise, et non le blues, bien que Franco en vait produit de formidables: Likambo ya mabele et Loi Bakajika entre autres. Notre musique a connu aussi l'influence de la musique grecque (le bouzouki) et même du tango et James Brown: les brochures qui accompagnent les CD des premiers enregistrements de notre musique contiennent des informations importantes sur l'origine de notre musique moderne. Nous faisons une erreur de nous concentrer sur Kinshasa, mais L'ushi est un autre pôle important de notre musique (Jean-Bosco Mwenda), et là il y a de l'influence de la musique sudafricaine (le jive) et cette musique avait influencé la musique en Afrique de l'Est.

Notre musique moderne a des origines complexes et son état actuel laisse à désirer. L'évolution de Zaïko (par ex. La Tout neige) et Quartier Latin (Elle et moi) montrent que la qualité de notre musique est descendu aux enfers.

Il y avait des orchestres congolais qui jouaient la musique avec de partitions, il y avait de fanfares qui jouaient la musique de danse. Il y a des instruments tels que l'orgue, la clarinette, la flûte, tous les instruments à vent ont disparu. Le boléro ne se joue plus.

Heureusement que nous avons encore des musiciens comme Makina Loca (latino), Ray Lema (musique classique: Symphonie de l'antiloppe, le prince Zeka: hip hop qui font honneur à notre musique.

Que sont devenus les solos congolais: les solistes congolais avaient donné un cachet particulier à notre musique. Pépé Félix du début de Zaïko n'était plus celui des années 70. Qu'est devenue la rumba congolaise?

Bonne journée!

Tundanong


Nous remercions notre compatriote Andochanga  qui passe pour le moment pour le plus grand « pourvoyeur » en arcticles de notre blog. C’est encore lui qui nous a envoyé ce document sur l’origine du sebene.

Nous allons le compléter en diffusant les deux chansons  auxquelles il se réfère, à savoir : « Odjali na mouchoir » de Kitenge, et « Mama alobi » de Bowane, datant des années 1953-’54.

 

messager



Sebene,ce mot est apparu beaucoup plus tard. Au debut on parlait de seben sans e muet à la fin. C'était une variante de danse qui s'incorporait dans la rumba congolaise.
Ceux qui se souviennent encore des morçeaux de Franco de Mi Amor qu'enfant nous traduisions par tata na Kingotolo tata na kingotolo par exemple dans Na likwanga  na seli
Je pourrais me tromper,seben était une danse à Brazzaville comme à Kinhasa. Puisque nous participons à l'histoire de la musique congolaise,pourquoi n'interrogeons-nous pas les musiciens de l'époque qui sont encore vivants.

Anaclet


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

John Mukadi 26/01/2013 19:32


Chers amis,


Je ne peux pas vanter d'etre musicologue, mais ayant pratique la musique depuis ma tendre jeunesse, ayant suivi l'evolution de notre musique depuis plus de 40ans , ayant joue toute sorte de
musique, je crois qu'il est de mon devoir d'intervenir, chacun denous peut contribuer a la recherche dfe la verite.


D'abord, jeremercie tous les intervenants et reconnait le talent musical de beaucoup d'entre-eux. Pour revenir a ma contribution, je voudrai releverque le bouzouki n'est pas la musique grecque,
mais l'instrument ressemblant a un banjo en forme de poire qui fait le solo dans la plupart des musiques grecques, car il y'en a plusieurs ( Sirtaki, Kalamatiana, zembekiko, hasapika ) , j'ai
joue dans un orchestre greck pendant plus de 10 ans, je sais de quoi je parle.La musique grecque est tres differente de la rumba, meme le tempo  est tres different. Notre musique congolaise
est un mixage des rythmes sud-americains et notre folklore ( En fait le rythme sud-americain vient aussi du folklore africain ).


L'accord de septieme est principalement la bemolisation de la septieme ote dans l'echelle des notes d'un accord,afin "d'appeler"l'accord de quatrieme degre, cela n'a rien a voir avec le sebene.


Enfin, d'apres-moi, le sebene vient de notre musique traditionelle. Dans toutes nos musiques, les chansons dansantes commencent toujours par une narration, ou l'auditeur ecoute l'histoire qui est
racontee, et puis viendra la partie dansante ou, principalement c'est le tamtam leader qui fait danser, et c'est dans cette partie qu'on apprecie la virtuosite du batteur de tam-tam vedette et
son habilite a faire danser. C'est pendant cette partie que l'on cite les noms des donateurs, chefs coutumiers, grand danseurs etc, qui donneront de l'argent . Donc cetam-tam a ete remplace par
la guitare de Manuaku, Dizzy, Huit-Kilo et qui-sais-je encore.


C'etait just ma modeste contribution.

anaclet 08/11/2008 10:54

Sebene,ce mot est apparu beaucoup plus tard. Au debut on parlait de seben sans e muet à la fin. C'était une variante de danse qui s'incorporait dans la rumba congolaise. Ceux qui se souviennent encore des morçeaux de Franco de Mi Amor qu'enfant nous traduisions par tata na Kingotolo tata na kingotolo par exemple dans na likwanga na ngai na mama.Je pourrait me tromper,seben était une danse à Brazzaville comme à Kinhasa. Puisque nous participons à l'histoire de la musique congolaise,pourquoi n'interrogeons-nous pas les musiciens de l'époque qui sont encore vivants.