Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Bonsoir,
J'ai lu tous vos récits sur Franco et j'y ai appris un certain nombre de choses.
Par contre, j'ai des questions que je me suis toujours posé mais qui restent sans réponse.
Tout le monde a parlé de l'essor de Franco et de sa fortune qu'il a acquise en un temps record. Ma question est de savoir comment il a pu l'acquérir en si peu de temps de temps. Des ventes de disques ? je n'y crois pas trop, sinon Rochereau l'aurait été aussi.
J'ai entendu parlé des accointances avec la famille Mobutu, notamment en ce qui concerne son complexe de 1-2-3, quelqu'un aurait-il des infos à ce propos ?
Par contre, je me rappelle d'une émission radiophonique où Verckys était l'invité. Il parlait notamment de son début de carrière solo. Verckys racontait que, quand il était dans l'Ok Jazz, Franco l'emmenait avec lui en Europe lors de ses voyages. Et au cours de ces voyages, Franco négociait avec des producteurs européens dans sa chambre d'hôtel. En fait, il monnayait des enregistrements sur bande réalisés à Kin. Evidemment, les musiciens de l'Ok Jazz ne touchait aucun centime de tout cela. Verckys a capté le plan et lors d'un prochain voyage, il a amené avec des enregistrements qu'il a réalisés en cachette (nzong-zing) et a réussi à joindre un des fameux producteurs à qui il a pu vendre ses enregistrements au producteur. Je me rappelle encore de sa phrase, en parlant au journaliste : "je me suis dit : c'est Dieu qui lui envoie oh qui !" (sic).
C'est vrai qu'ils se faisaient rouler, Franco et lui, car sous-estimés, mais c'était déjà énorme par rapport à ce que gagnaient les musiciens congolais.
Et quand Franco a su comment Verckys a utilisé ses propres combines, il a été pris d'une colère terrible et a limogé Verckys. C'est comme ça que ce dernier a été créer son groupe Vévé, son nzong-zing lui ayant rapporté de quoi monter un groupe digne de ce nom.
ça ne doit néanmoins pas expliquer les fortunes amassées par Franco et Verckys.
Alors, d'où viennent leurs fortunes ?

Antoine Nickel

 

 

Anaclet,

 

Nakobakisa mua moke na makambo okomi. Tango Franco alongue na Yolo Sud, akendaki kofanda na Bandalunguwa. Sima aye kokoma na Limete. En suite, ayaki lisusu kolongua na Limete akeyi na Binza I.P.N. Mpona kosukisa ayaki kozonga  kaka na Limete wana. Tango wana, Grand Kalle nde afongolaka nzela ya Limete mpe bilombe bakomaki kuna : Docteur Nico, Franco, Roger Izeidi,

Yambo Franco akoma na Ford Mustang Coupe Fastback, azalaki na Volkswagen 411. Ayaki kotekisela yango (na credit) leki na ye Siongo Bavon Marie-marie mpe yango nde Bavon ayaka kosala na yango accident mortel le 06/08/2008

Bon, ndenge kaka olobi, Franco abandaki kolata makasi mpe azalaki na biloko ya qualité. Il fallait azala ndenge azalaki parce que ba leaders nionso na époque wana : Grand Kallé, Docteur Nico, Johnny Bokelo, Rochereau, Vicky, Roger Izeidi, etc. babandaki kolata liseki te mpe kotambola na ba voitures ya solo.

Ngai nayebaki Franco mpe nakutana na ye mbala na mbala, na voyagea elongo na ye (très souvent par hazard) coïncidence na ba jours ya voyage, na viva ye na O.K Jazz, Vita na Zaïre mpe na étranger na ba matchs ya coupe d’Afrique, papa na ngai na ngai moko tosenga mbala mingi na ye abeta miziki na ba événements na famille, etc. Nazali koyeba lisusu premier voyage ya O.K Jazz na Paris na 1961, tango père abengisaki bango na ndaku balataki classe. Ndenge moko na 1964 lisusu.

Musicalement,


Emmanuel Kandolo   

 

 Joseph Pululu

 

Soki Franco azalaki présenter comme délinquant mpe Grand Kallé neti « je le connais », ezalaki gratuitement te. Toloba ndenge ezali, Franco azalaki délinquant, akolaki na bala bala mpe azalaki na éducation de base te. Muana akolaka na famille esika éducation epesamaka na baboti ba ye, na kelasi esika akozua mayele mpe formation (instruction) oyo ekosala que akoma moto na vie. Soki muana azali na baboti te, l’Etat ekotiya ye na orphelina. Soki azali na handicape ou na difficulté scolaire, baboti ou l’Etat bakotinda ye na centre spécialisé.

Na mingi toyebi sur Franco, esengeli mpe kopesa longonia  puisque alakisa que tout est possible soki ozali na volonté ya kobongola makambo . Na yango, ayaki kosala ba cours perticuliers ya francais, ayekoli ko tenir livre de comptes, ayekoli ko répondre devant la presse mpe asalaki en sorte que alanda ebeteli ya African Jazz te, etc. Sima ye kolongua ya Vicky na mbal ya mibale na 1966 nde abandaki vraiment koluka que ba oyo nionso oyo bazanga ba s’identifier na nzela oyo ye alandi. Paradoxalement, na efforts wana  croyance na pratique ya kisi ezalaki likolo makasi, relation na groupe de Binza ezalaki fondement  na réussite matérielle na stabilité politique na ye.

Nazali vraiment komona te ndenge Franco a lutter contre ba discriminations ? Ba discriminations contre qui mpe na façon nini ? Résultat ya lutte wana, soki lutte ezalaki, ezali nini ?

Soki Franco abandaki kolata ba nzambala ou boubou, ezalaki mpo akomaki musulman. Kombo na ye ekomaki Abubakar Sidiki. Le fait Franco akoma musulman ezalaki lier na makambo ebele: réussite à tout prix na nionso ezali ko impliquer. Peut-être noko ya Anaclet a jouaki rôle na mbonguana ya croyance religieuse wana ? Kasi eyebani que musique, sport, affaires na ndenge ye abandaki komonela esengelaki azala na ba nzela wana.

 

Musicalement,

 

Ba ndeko,

 

 

Professeur Daniel Matokot akomi article kitoko kasi namoni que na ekomeli na ye aboyi na ye komitiya na contexte historique ya bomuana ya Franco na lolenge ye akolaki penza. Au lieu asala boye, ye a raisonner kaka na ndenge Franco a réussir carrière na ye mpona kolakisa que yango ezali nzela Franco amitongelaki sima ya mikakatano miyike oyo ye akutanaki na yango na vie na ye. Ko raisonner boye mpona kolakisa ndenge Franco akomi likolo lia ngomba ezali koboya kotala na bosolo penza, bomuana na bolenge bua Franco.

Le 6 juin 1956, O.K. Jazz ebotamaki. Kasi mbotama na yango eningisaki avenue Kitega te (bar Kassien), quartier Ruwe te et encore moins Citas na Lipopo. Mbotama ya O.K.Jazz esalamaki na yango sans publicité. Donc, ezalaki événement te. En réalité, mbotama eliki koloba nde mokolo oyo ba musiciens oyo babandaki kobeta na bar Kassien epayi ya papa (Kassien) Oscar Kashama na ye moko bakataki que orchestre oyo ebetaka wana ebandi kobengama O.K.Jazz = Oscar Kashama Jazz. Wana ezalaki likanisi lya vieux Kassien pamba te ba musiciens babandaki kaka koyokana te na nkombo oyo esengeli babengaka groupe na bango oyo. Neti ekomaki boye, esengelaki sika régularité na discipline ezala mpo but ezalaki ya kobetaka na bar mikolo nionso mpe na kobenda ba clients lokola.

O.K Jazz ebandaki kobeta miziki sans ko bouler ndenge totangi awa : ko bouler que esengeli to atteindre niveau boye ou tosala boye rien ! Même pas likambo ya ko créer style parce que mingi kati na bango babandakai kobeta na compte ya studio Loningisa donc bazalaki déjà na style wana ya loningisa oyo ezali kolanda lokolo ya Bowane, encadreur na loningisa. Kasi tango succès eye makasi suite na apport décisif ya ba Moziki : la Mode, wana nde mayele ya kosala mbongo ekomi koya, koteka ba disques ebele na koluka kobeta miziki oyo ezali kosepelisa batu. Boule eyaki nde sima. Mpe ba nzembo ya liboso oyo O.K. Jazz ebimisaki ezalaki na longonia ya ba moziki na ye ba jeune filles oyo basimbaki bango mpo grâce na bango nde bilamba ebandaki kotekama, ba maisons d’Editions ebandaki kosala mbongo, mibali ya mbongo babandaki kolanda bango na ba bars mpe kokotisa mbongo mpe batu bakomaki sika kobengisa O.K. naba feti ya mbotama, mabala,  etc. Ba nzembo neti : Aya la Mode, Tondimi La Mode, La Mode ya Puis Epiki Dalapo, Bana AGES « Association des Gentlemans Sélectionnés », Bana la Pause, Athénée Moziki ya O.K., Amida Asukisi Molato, Puis Tala Mode Préférée, Amida Moziki ya O.K.). Lisanga ya O.k. Jazz na la Mode esala que Franco abala ma Paulina Masuba Mboyo oyo azalaki l’une des têtes ya la Mode.

To bongola te ! Na Congo-Belge bana banso bazalaki molongo moko : droit na santé ; hygiène ; scolarité ; loisir na ba jeux. Nionso oyo na kati ya discipline. Yango, soki Franco atangaki kelasi te, ezalaki mpo alingaki yango te mpe abandaki na ye kokima mateya. En plus, papa na ye Ivon Emongo Lomanda azalaki vraiment na esprit ya kokolisa bana na ye na discipline ya classe te. Atako  kelasi ezalaki obligatoire na Congo-Belge, ebongi toyeba que bana misusu babandaki kokima yango mpe na suka babandaki kobengana bango libela. Ndenge moko na Franco. Na kotelengana na balabala wana nde ayaki kokueya na mileu ya miziki sans pour autant azala na makanisi ya kosala yango. Kasi neti yango ekokaki kofandisa ye esika moko mpe kopesa ye mua meya, atingamaki tee na ndenge ayaki kokomela na yango.

Avant création officielle ya O.K. Jazz, groupe oyo ezalaki kobeta na Kassien Bar ezalaki na : Essous Jean-Serge, Daniel Lubelo (De la Lune), José (Joe) Phillippe Lando (Rossignole), Dieudonné Nino Malapet, Pandy Saturnin (Ben), Augustin Moniama (Roitelet), Célestin Kuka (Célio), Moando Armando Brazzos, François (Franco) Luambo, Victor (Vicky) Longomba, Edouard Nganga (Edo), Bosuma Dessoin.

Avant le, 6 juin 1956, Essous Jean-Serge nde azalaki leader ya groupe wana. Kasi tango alongue na baninga na ye : Roitelet, Rossignole na Nino Malapet bakeyi kosala Rocka Mambo, De la Lune aye kokoma leader, mpe na création ya O.K. Jazz ye nde azalaki chef ya orchestre. Par contre, Franco ayaki kokoma leader tango ba Congolais ya Brazzaville (De la Lune, Célestin na Edo) bakatisaki ngambo après ba événements ya 4 janvier 1959 mpe na ndenge Vicky na Brazzos bakendaki na African jazz na Bruxelles. Pendant période ya départ ya ba Congolais, na African Jazz na Bruxelles, Franco azalaki na prison ya Ndolo akangamaki pour une affaire ya droit commun. Tango abimi, akutaki kaka vieux Dessoin, Issac Musekiwa oyo ayaki kokota na OK Jazz quelques semaines après en provenance ya African Jazz, na Léon Bombolo (Bolhen) oyo Vicky a engageaki tntangu Franco akotaki wele. Bango misato basali recrutement ya Joseph Mulamba (Mujos), Jean Kwamy, Simon Lutumba (Simaro), etc, mpe na sima Edo Aye kozonga mpe Vicky na Brazzos, etc. Yulu na Verckys bayaki mua sima.

Tango professeur Matokot azali kokoma boye : »Le grand Maître augmente les effectifs de l’orchestre et pratique une politique de débauchage et de recrutement des grandes vedettes congolaises du moment. Il s’attache les services de Vicky Longomba, ,Isaac Muzikiwa, Dessoin, etc. » Elingi koloba que azali ko confondre chronologie ya O.K Jazz. Ce qui démontre mua ba affirmations gratuites.

Franco, ya solo, azalaki koloba makambo polele mpe ba nzembo na ye mosusu ezalaki moralisateur. Malheureusement na moralisation wana tango mosusu abandaki kozala na respect na muasi te. Nalobi boye pamba te na ba nzembo na ye mosusu abandaki kofinga muasi sans pour autant ayeba soki abandaki kobima na nzela ya moralisation. Napesi ndakisa ya ba nzembo : Bisalela, Jacquie, Hélène, etc.  D’un côté, azali kolobela makambo ya société. De l’autre, azalaki « le porte flingue » ya pouvoir kobanda époque ya groupe de Binza tee na nouveau régime. Parmi misala mi aye, nakotanga (Bomboko Justin-Marie, Belela Authenticité na Congrès ya M.P.R., Candidats na biso Mobutu, Dix ans ya Révolution).

« Franco utilise sa puissance financière pour se libérer de l’oppression des maisons d’édition et de production. Il crée sa propre maison d’édition et de production, puis son propre complexe « Un-Deux-Trois » dans la commune de Kasavubu (Kinshasa). ». Franco abandaki ko subir la soi-disant oppression des maisons de disques te ! Na période wana ba leaders mingi bakomaki na ba maisons d’Editions na bango. Par ailleurs, un, deux, trois ezali cadeau pouvoir esalaki ye.

Tozongela masolo ya vie ya Franco, riche carrière na ye mpe na lolenge O.K. Jazz epikaka makasi na Congo-Belge, R.D.Congo na Zaire.

 

Musicalement,

 

 

Emmanuel Kandolo



Joseph Pululu,

 

Ndenge yo moko oyebi na mokili oyo tozali na deux extrémités : mbotama na kufa. Yambo ezali likambo ya esengo oyo ekomeli moto nionso, mbotama na mokili oyo ya nse. Natombeli yo mbotama elamu, ndeko na ngai. Na mokolo iye ya esengo natombeli yo lisusu nzotu kolongono, atako mikolo ekokende liboso, mpo ozalaka na biso awa mpo tosimbaka blog na biso oyo. Ezali moko mua yo, sepela yango na biso na ba nzembo ndeko Messager atieli yo.

 

Fraternellement,

 

Emmanuel Kandolo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

anaclet 13/10/2008 02:58

Je ne comprends pas, comme Alain Mabanckou tout le monde qualifie Franco de Mi Amor de misogyne! En quoi les railleries d'un poète sont elles assimilables au mépris et à la haine des femmes ?  Pour quelqu'un qui doit sa cerrière à l'amour que lui portait les femmes et surtout à leurs soutiens une posture de misogyne semble tout à fait incongrue et malsaine.Les chansons de Franco surtout dans le dernier tiers de sa carrières traduisaient les scènes de la vie courante sans que lui même soit partie prénante dans le texte. Il portait son texte dans un  rôle bien défini. C'est particulier dans la poésie congolaise que le chanteur joue le personnage d'une femme ce que l'on ne trouve que dans le théatre No au Japon. Là le déguisement et le maquillage interviennent pour que l'acteur habite son interprétation. Les chansons de Franco sont des véritables petites pièces lyriques de trois à dix minutes qui passe en révue la vie des hommes et des femmes telle que nous la vivions habituellement ou exceptionnellemet. Dans Mario il n'y a aucune insulte,la vie d'un gigolo est analysée avec force satire. D'ailleurs l'oeuvre satirique de Franco est immense et c'est son côté sarcastique qui fait mal à ceux qui se réconnaissent dans ses textes. Faut-il brûler le poète.Nous sommes amoureux de l'ensemble de sa poésie dont seule l'esthétique des textes et la musicalité des mots nous interessent. Qui croirait que Franco n'aime pas les femme. On a traité Molière de Misogyne après sa pièce les femmes savantes.  

anaclet 12/10/2008 18:00

@,Antoine NickelJe n'aime pas personnellement faire dans la rumeur,sans être spécialiste je puis dire que Franco a gagné de l'argent en vendant de disques de 1960 à 1970. Même ceux qui écoulaient des disques dans des petites boutiques ont fait des bénéfices dans ces années là. C'est tout simplement parce que des nombreuses familles ont eu dès l'apparition des tourne-disques à la fin des années 50 et des disques 45 tours à se les acheter. Les 45 tours se vendaient comme des petits pains surtout à la veille des fêtes fammiliales ou de fins d'année. Du retour de Tshombé au pouvoir à 1973 beaucoup d'argent circulait au Congo et les gens gagnaient encore correctement leur vie. On va entendre dire que Franco a gagné son argent avec Mobutu. Mobutu a pu rétribuer Franco pour les chanson  à sa gloire et celle du MPR mais il ne l'a jamais enrichi. Les personnes enrichi par Mobutu il n'y en a pas beaucoup. Il a pu donner l'argent de poches à plein de gens sans les enrichir véritablement.  Je connais personnellement un Général père de mes connaissance qui a pu avoir de l'argent parce qu'il fût Ministre mais en tant qu'Officier supérieur de l'armée il vivait plus de l'argent de poches que Mobutu lui versait qu'avec son  salaire. Toutes les voitures qui étaient utilisées dans la famille avaient des cartes roses de la Présidence de la République. Le général est mort dans le dénuement total c'était pourtant un compagnon de la révolution et croire que Mobutu a pu enrichir un saltimbanque. L'histoire vraie nous éclairera. Je préfère continuer à croire que Franco s'est enrichi à la sueur de son front.

Rachelle 11/10/2008 13:06

Papa Emmanuel
Olobi ke Franco adjalaki moralisateur na ba loyebo na ye pe tango mosusu adjalaki ko respect muasi te.
Franco,adjalaki artiste oyo adjalaki ko décrire makambo oyo edjalaki koleka na société na biso. Franco adjalaki un rappeur sans ye moko ayeba un precuseur ya musique oyo tokomi kobenga lelo rap
Franco adjalaki koloba na likolo polele makambo oyo batu badjalaki  koloba na sous-sol na ba milieu ya basi ya ndumba. Faute edjali ya franco te. Franco adjalaki  ko respecter basi oya badjalaki ko pesa nzoto na bango respect. Kasi basi mususu mpe badjalaki ko respecter nzoto na bango te.
Na nzembo oyo olobi (bisalela, jacquie, hélène ,mpe na kobakisa François,..).
Est-ce que  faute ezali ya Franco, ou bien faute ezali ya société ?
Ndeko messager okoki kotiya ba nzembo yango mpo toyoka yango lisusu.
Na société ba mibale misusu badjali respectable pe basusu badjali ko se respecter te. Edjali ndenge moko po na biso basi. Franco adjalaki artiste, pe mosala na ye edjalaki ya ko decrire mabe nionso na malamu ya société na biso.
Rachelle

Papatoto 10/10/2008 22:37

C'est dans  le choc des idées que jailli la lumière. Notre idée est de réécrire  la vraie histoire de notre musique.
Notre compatriote Emmanuel Kandolo  a raison de dire que Franco n’aimait pas l’école. Pour preuve, la personne qui fut son enseignant en troisième année  de l’école primaire  l’avait dit à son neveu avant sa mort.
 
Pour ce qui concerne l’orgine du mot O.K Jazz, j’avais lu le livre ou le dictionnaire des immortels de la musique congolaise moderne de Mr Jean-François Nimy.
Ce dernier s’était basé sur un document audiovisuel dans lequel Mr Germain Gaston Cassien disait clairement qu’il ne s’appelait pas Oscar. En outre, suite au recours à l’authenticité, il avait prit le nom de Kashama.
Selon Mr Cassien, ″le sigle O.K n’est qu’un produit de marketing, pour suggérer simplement, aux clients du «Bar » , qu’ils devaient s’y sentir très bien, « très à l’aise », «all right », O.K chaque fois qu’ils viendraient, seuls ou avec des amis , sirorter un verre .″
 
En outre, selon toujours la même source, Mr Basile Papadimitrou patron de la maison Loningisa avait autorisé les musiciens de son écurie (les amis de Franco) de se produire  dans les bars de la ville de Kinshasa (Ciné Bar, Home des mulâtres, O.K bar, Congo Bar). Le Jeune Franco était aussi le seul responsable des instruments c’est-à-dire celui qui les installait et à la fin de chaque concert, il était le dernier personne à s’en aller pour la simple raison, il veuille que ces instruments soient acheminés au bon port. .
Je ne crois pas que  le jeune Franco de l’époque était à l’origine du nom O.K JAZZ.
Mais Jean serge Essous, le chef d’orchestre avait besoin d’un nom pour apposer  sur le contrat entre les amis de Franco et le chemin de Fer Matadi Léo (C.F.M.L). Comme il ne dispose pas de nom, les amis de Franco avait choisi le nom O.K JAZZ en se referant à OK bar (l’endroit ou ils se produisent souvent).
Personnellement, je trouve cette explication logique et cohérente.
Papatoto

Joseph Pululu 10/10/2008 10:08

Franco de Mi-amor : les années de jeunesseDécidément,On passe de surprise en surprise sur notre Mbokamosika. Moi qui voulait juste savourer Ma nuit de fête de Franck Lassan, je me retrouve embarqué dans un débat sur le yankisme de Franco. Et en la matière, j'en connais un petit rayon. Un yanké n'est ni un délinquant ni un voyou. C'est juste un "jeune kinois". Lorsque je qualifie Franco de yanké, je veux dire qu'il est en phase avec le "populo". L'homme de la rue. Parce que le yanké, c'est d'abord un jeune et ensuite celui qui s'exprime par la rue. Il peut être instruit, comme l'ont été les Paul Kabayidi, Sakombi et autres Zanga Zanga, mais il reste, dans son esprit, un yanké, c'est-à-dire, profondément kinois, usant de "Bunya mère na yo" comme insulte, prêt à enlever sa chemise pour regler un différent aux coup de poings. C'est çà le yanké. Et pour cela il a besoin d'un bon Bilayi ou Kamon, pour décupler sa force. Anaclet le souligne d'ailleurs dans son exemple que lorsqu'il s'est fait faire son kamon, c'était en déhors de la maison, dans la rue.Dans l'éducation du jeune kinois des années 50 - 70, une insulte peut aussi bien prêter à rire qu'a donner lieu à une bagarre, selon l'humeur du moment. Combien de fois n'ai-je pas assisté à des bagarres pour l'insulte suprême : "Bunya mère na yo", mais en même temps, la même insulte peut être relativisée. Ainsi nous rappelle Jean Pierre Lubaya dans ses souvenirs, avoir connu une personne qui s'est surnommé "Bunyamère": Vieux Bunya mère. Et l'insulte, la provocation chez les jeunes kinois dit yankés, se règle à la loyale, par une bonne petite bagarre - Nous, notre ring était à Synkin, au terrain Fita (derrière l'actuel Hotel Diplomate à Kintambo), avant de se déplacer vers le bassin vert (Djamaique). Cette propension à la bagarre ne nous a pas empêché d'aller à l'école et d'apprendre, bien au contraire, il contribuait à nous faire respecter des autres enfants. il suffisait de dire de quel quartier on était yanké pour avoir la paix pendant un moment.Le Franco Yanké que j'évoque est bien ce jeune ados de Ngiri-Ngiri, muan'a bosenge, qui allait se battre avec les enfants d'Ingende et Lokolenge (la rue de Papa Manzeku); ami d'enfance de Johnny Bokelo (souvenez-vous de Ah je n'ai rien) et d'un certain Kwamy Munsi (olingaka kosala semblant po toyebana bomwana, chante Franco dans course au pouvoir). Revenir sur les années de jeunesse de Franco, n'est nullement une insulte pour l'immense artiste qu'il était. Je précise qu'en ce qui me concerne, j'ai rendu un hommage public à Paurret Iyoma, le Grand Gourba de Kintambo en 1986. J'ai réuni autour de lui et pour les besoins d'une émission de télévision (Renapec) Vieux Eboma, le nganga de Franco pour son kamon et Nsumbuka Degazin de Lingwala-Singa Kwanga. Je voulais pour l'occasion souligner la conversion d'Iyoma Bayaka Paurret, qui au délà de son statut de yanké était bien l'un des membres fondateurs du CVR ( Corps des volontaires de la révolution), fonctionnaire de la territoriale (chef de quartier à Selembao) et proche d'un certain nombre de haut cadre du MPR. Moi même, je n'hésite pas à revendiquer mon bilayi auprès de mes enfants lorsqu'ils m'énervent un peu, leur rappelant, en rigolant bien sûr, que je ne suis pas n'importe qui mais un yanké.On notera tout de même que Kinshasa a connu de groupes de délinquants bien distinct, ceux qu'on appelait "les éboulementaires"; coupables de "prévénbu" ou sequestration de jeunes filles, d'actes de violences gratuites comme les "Bana US", célèbre groupes de triste mémoire, des frères Mbenga à Kintambo. Il y ' en avait d'autres dans les communes de matete, Ndjili ou Barumbu. ceux-là, les services de sécurité de Mobutu, les ont arrêtés et envoyés au bagne d'Ekafela au début des années 70.Reconnaître à Franco sa qualité de Kinois et de yanké, est tout simplement la moindre de choses, si l'on veut évoquer les années de jeunesse de cet immense artiste. Cela n'enlève rien au fait que l'artiste, même s'il avait atteint un niveau social élevé, ne s'empêchait pas de manger du cabri au coin de la rue, en buvant une petite bière à côté de ses amis en musuni ya bata, alors que la veille, il avait diné dans un bon restaurant du centre-ville ou au Zoo, avec des ministres et membres du groupe de Binza. Franco savait quand il était Luambo Lokanga Makiadi - PDG du Groupe OK Jazz, et quand il n'était que l'Oncle Yorgho, l'homme du peuple.

joseph Pululu 10/10/2008 08:18

Ndeko kandolo,Botondi po na malako ma yo kitoko, na oyo etali mbotama na ngai. Botondi lisusu na ba précisions opsei biso na oyo etali Franco. j'aimerai juste revenir sur la notion de discrimintaion qu'il y avait au sein de la société congolaise des énnées 60, juste après l'indépendance, où les évolués ont cherché à prolonger leurs privilèges. Vous le soulignez très bien, que par son éducation, Franco vient de la rue. Loresque j'évoque la discrimination, c'est celle qui l'a empêché de devenir président de Daring, parce quepeu instruit. je me souviens avoir une fois discuté avec Vieux Brazzos, lorsque j'habitais Bandal, dans les années 80, que Grand Kallé chambrait souvent Vicky Longomba pour sa proximité avec Franco - cet individu - qui n'avait pas de clasee.En insistant sur la discrimination, je veux juste attirer l'attention sur les "hauts" et les "bas" au sein de notre société congolaise. Vous le soulignez, Franco a aidé ceux qui ont eu le même parcours difficile que lui à gravir les échellons de la société, c'est sa façon à lui de donner un coup de pouce, de pousser à la mixité.Une ptite précision sur la voiture avec laquelle Siongo Bavon a fait son accident en face du complexe Cosbaki (complexe sportif bandal-Kintambo), c'était une R16 (Renault 16 et non une VW. je m'en souviens comme si c'était hier. j'ai vu l'épave de cette voiture le matin suivant léccident, encastré derrière un gros camion.Pour le reste, merci de continuer à améliorer noos connaissances sur nos artistes et leur parcours.