Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Salut à José Pululu, Andochanga et aux autres qui sont intervenus dans ce petit forum. La nuit m'a rendu le nom du premier orchestre de Pépé Felly. Il s'agit de l'orchestre BELGUIDE. Que Pépé Felly me corrige si je m'égare. Ce que je rapporte tout de suite  est ce qui me reste comme souvenir des nombreuses conversations enregistrées que j'eus en 1988 avec le Vieux Gégé MANGAYA (ancien de Thu Zahina, le frère d'Henri MONGOMBE) alors que notre journal TOP MAGAZINE se mettait à écrire une histoire de ZAIKO. Un beau jour donc, les fondateurs de BELGUIDE réunirent les membres de l'orchestre pour leur dire qu'ils étaient mécontents de leurs prestations et qu'ils étaient tous renvoyés...sauf Pépé Felly et Jhersy Jossart NYOKA. Le même jour, ils appelent Jules Shungu, Antoine Evoloko...pour leur demander de participer à la création d'un nouvel orchestre, du nom de Zaïko. Quand le groupe est créé avec tous les membres de la première séance de répétition,Jules Shungu fera ajouter le suffixe Langa Langa. Je raconte cette anecdote pour présumer que, peut-être sans le vouloir et sans le savoir, l'orchestre Zaïko est créé autour de la personnalité artistique du soliste MANUAKU Pépé Felly. Ceci explique peut-être cela, que, nonobstant la présence de voix particulières nouvelles sur l'échiquier musical congolais (Shungu, Nyoka, Evoloko...et dans une moindre mesure la deuxième voix de Siméon Mavuela ou de NKUMU...), la vie et les choix artistiques de l'orchestre se feront toujours autour de la capacité de Pépé Felly MANUAKU à digérer et à transcrire en sonorités les créations des chanteurs. Car, Pépé Felly ne jouait pas les chansons de Jules Shungu dans le même esprit que celles de Jossart Nyoka ou d'Evoloko Anto. Il se mettait toujours, c'est mon sentiment, au service de la mélodie du compositeur et de la cadence que celui-ci mettait dans le couplet, dans le refrain. Et, Pépé Felly MANUAKU était le dénominateur commun des musicalités diverses qui faisaient la richesse de Zaïko. Cela était une particularité de l'Orchestre ZAIKO. Chaque compositeur était une niche. Chaque compositeur était une mine où Pépé Felly puisait pour créer et se renouveler toujours. La personnalité artistique de Pépé Felly se ressourçait toujours dans les personnalités de chacun de ses chanteurs. Je dirais aussi que d'avoir commencé jeunes, ensemble, avait créé des automatismes inébranlables entre Pépé Felly MANUAKU et les chanteurs de la première heure. Cela facilita beaucoup les choses et peut expliquer la richesse et le succès des chansons de Zaïko. Je me rappelle encore que, quand nous avions entre 16 et 18 ans, toute nouvelle chanson de Zaïko était un émerveillement espéré qui était rarement déçu. Je peux même me rappeler quand (nous avions entre 17 et 18 ans), ayant appris à la veille de la fête de notre classe de Sixième Secondaire que KIAMUANGANA Verckys venait de larguer une nouvelle chanson d’Anto Evoloko que nous n’attendions pas, nous nous cotisâmes pour faire voyager un condisciple à partir de l’internat vers Kinshasa pour aller l’acheter pour notre fête (si Edo Mbenza et Felly Capitaine me lisent, ils doivent bien se marrer) : c’était Eluzam. La fête fut un festival grandiose grâce à la seule guitare de Pépé Felly dans ELUZAM. Nous sommes ainsi vers la fin de l’année 1973, si je ne m’abuse. Je ne pense pas que ces pâmoisons étaient le seul fait de notre fanatisme. Aujourd'hui encore, 36 ans après, Mishelisfé et Joliba restent des merveilles de chant et de guitares. 34 ans après, Eluzam et Chouchouna restent des sensations à nulles autres pareilles. La raison, ou la cause? Des doigts qui surent sur une guitare imprimer des notes qui magnifièrent les mélodies chantées. Comment? Pourquoi eux et pas d'autres en ce moment là? Je ne pense même pas que Pépé Felly le sait lui-même. Ne commettons pas l'erreur de croire que le résultat du travail d'un artiste est toujours une œuvre consciente. Sur un tableau, pourquoi un peintre barbouille-t-il du mauve au lieu du bleu? Parce que c'est comme cela qu'il le sent. Pourquoi Pépé Felly démarre-t-il son solo en ré et pas en sol majeur? C'est comme cela qu'il l'avait senti. Cela ne s'explique pas. Cela se fait, un point c'est tout. Et le font, ceux qui savent le faire, sont capables de le faire, ou ont aussi peut-être le génie pour le faire. Je m'emballe? Excusez-moi. L'on notera ainsi qu'EFONGE Gina, qui est venu dans Zaïko un peu plus tard, utilisa plus souvent MATIMA que Pépé Felly MANUAKU pour ses chansons (Bepe ya munu, Yo nalinga...). Alors, que peut-on attendre de Pépé Felly? Je ne sais pas s'il aura des explications ésotériques à donner. Je pense aussi que lui-même fut parfois plus surpris que nous de la qualité de ce qu'il lui arriva de faire. Il joua, comme il voulut le faire, comme il put le faire, et nous aimâmes. Quelle explication? La force, la puissance, la richesse de ce qu'il nous joua. Comment y arriva-t-il? La réponse est dans ce qui précède et dans son génie propre à lui. Peut-il expliquer son génie? Je ne pense pas. Ce qu'il pourrait nous expliquer, c'est comment il est arrivé à devenir un grand guitariste soliste, comment il a su entendre AVEC SES DOIGTS les chansons qu'il jouait, comment il a pu améliorer la technique de son jeu à la guitare. Il nous dira bien d'autres choses, bien sûr, si nous arrivons à lui poser les bonnes questions. Mais ne nous leurrons pas : avoir Pépé Felly en direct pour nous parler de son art, est une occasion pour apprendre et comprendre, et non une opportunité pour donner une réponse à nos fantasmes, si fantasmes il y eut jamais. Ah ah...qu'est-ce qui ne s'était pas dit autrefois...que par exemple il arrivait à Pépé Felly d'aller dormir dans l'eau deux jours ou trois pour trouver des solos...Hey, même si cela fut le cas, ce n'est pas sur Radio Mangembo qu'il viendra l'avouer. Alors, profitons de l'instant pour savourer les confidences de ce grand de notre musique.

 Guillaume

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Guy-Pascal Burume 09/03/2011 14:10



De toutes les façons, si nous parlons encore, fort heureusement de ce grand ensemble qu'est le Zaïko Langa Langa, c'est surtout grâce à notre très cher N'yoka LONGO. Son ombre a plané et plane
encore autour de l'oeuvre de son Ya DV Moanda. Maximum de respect!!! D'ailleurs, pour moi, l'intérêt que j'ai eu et que je porte encore à ce jour sur ce groupe, est centré sur la personne de
N'yoka LONGO. Sans lui, point de Zaïko.


Merci de ne plus le crucifier.



Guillaume 18/12/2008 05:42


Salut EDJIDJIMO. Edo serait content de savoir que tu m'as écrit sur MBOKAMOSIKA. BON...Tu es lequel des EDJIDJIMO? Honoré ou Abel? Aha. Excuse-moi, je n'étais plus revenu sur cette rubrique.
 
J’ai bien suivi les précisions de Pépé FELY MANUAKU sur la création de ZAIKO LANGA LANGA. Nous avons, je pense, entendu le même témoignage.
 
Nous avons tous le devoir d’inscrire dans le marbre de l’histoire les faits marquants comme ceux-là. Voilà pourquoi ce témoignage de PEPE FELY MANUAKU est à considérer comme une contribution de valeur et non comme de l’huile jetée sur le feu d’une polémique. La critique historique confrontera et validera dans le temps les témoignages des uns et des autres. L’histoire n’est pas une science exacte : elle se construit toujours à partir des faits, des intentions, des vœux et, plus souvent que nous ne croyons, les mécanismes de sa matérialisation parfois nous échappent. C’est pourquoi je dis que même si l’histoire de ZAIKO a déjà été écrite mille et une fois, ZAIKO fait tellement partie de l’histoire de notre pays que son histoire aura toujours besoin d’être écrite et réécrite. Comme je disais l’autre jour à propos des artistes à qui leur propre génie peut être inexplicable, les hommes peuvent aussi être ignorants de la façon dont eux-mêmes ou leurs actes ont pu influer sur la marche de l’histoire.
 
Voici comment je lis le témoignage de PEPE MAGICIEN.
 
ZAIKO LANGA LANGA a été créé le 24 décembre 1969 par l’équipe dirigeante de BELGUIDE. A savoir les fondateurs André BITA et DELO MARCELLIN, le Président Henri MONGOMBE et le Vice-président DV MOANDA. Il faut savoir que BELGUIDE, selon le témoignage de MANUAKU, était comme une pépinière dans laquelle étaient déjà passés des musiciens comme ROXY THSIMPAKA, ZAMUANGANA, JOSSART NYOKA. Mais, le 24 décembre, seul MANUAKU sera le rescapé de BELGUIDE qui fera partie du nouvel orchestre qui vient d’être créé.
 
Sans Jules SHUNGU WEMBADIO, ZAÏKO n’aurait jamais existé. C’est sa prestation au cours d’une répétition de BELGUIDE qui indique aux membres du comité de BELGUIDE que la composition de l’orchestre n’était pas de qualité. Les patrons de BELGUIDE décident donc de créer un nouvel orchestre sur les cendres de BELGUIDE avec PEPE FELY MANUAKU et Jules SHUNGU Presley. Baudouin et Chriso MITSHO, Belgicains en vacances à Kinshasa et amis de Jules SHUNGU donnent le nom de ZAÏKO : ils transforment tout simplement le nom d’un orchestre ZAÏCO (contraction de ZAÏRE et CONGO : la monnaie ZAÏRE existe déjà au Congo) qui existe déjà à Bruxelles dans le milieu des Belgicains. Mais pour DV MOANDA et les autres fondateurs, ZAÏKO prendra la signification ZAÏRE YA BANKOKO. Plus tard, il semble, que c’est SHUNGU qui ajoutera le suffixe LANGA LANGA, du nom d’une plante médicinale du SANKURU.
 
 
Le 24 décembre 1969, à la réunion prévue pour la dissolution de l’orchestre BELGUIDE, DV MOANDA parle au nom de tous les fondateurs de BELGUIDE et informe tous les musiciens de leur révocation. Pépé FELY MANUAKU part avec eux tous, mais revient plus tard seul ainsi que cela avait été convenu.
 
La première répétition a lieu le 25 décembre 1969. Avec comme seuls musiciens MANUAKU et SHUNGU. Peut-être est-il déjà prévu en ce jour, que SUKAMI, habituellement membre administratif de BELGUIDE, deviendra guitariste dans le nouvel orchestre. En tout cas, ce 25 décembre 1969, seuls MANUAKU et SHUNGU répètent quand, ZAMUANGANA de passage, entre dans le lieu de la répétition et devient le troisième(quatrième) membre de ZAÏKO.
 
DELO Marcellin insiste pour récupérer JOSSART NYOKA, l’ancien de BELGUIDE, pour qu’il fasse partie du nouvel orchestre ZAÏKO. Il sera le cinquième élément.
 
Pourquoi DELO Marcellin insiste-t-il pour récupérer JOSSART NYOKA ? Et si le vrai détonateur avait plutôt été JOSSART NYOKA parti avant même l’arrivée de PEPE FELY MANUAKU dans le groupe parce que celui-ci dans sa composition d’alors ne valait rien en tant que groupe ? Qui avait été en même temps que JOSSART NYOKA dans BELGUIDE ? Quand NYOKA LONGO intègre-t-il et quitte BELGUIDE ? Quitte-t-il vraiment l’orchestre? Est-il seulement si peu motivé? Les moyens financiers seulement l’empêchent-ils de rejoindre DENDALE depuis son lointain NDJILI ? Qui pourrait affirmer qu’en ce 24 décembre 1969 JOSSART NYOKA ne fait plus partie de BELGUIDE pour avoir démissionné ou pour en avoir été révoqué ? Peut-être que dans l'esprit des fondateurs, il est déjà bel et bien le deuxième membre de BELGUIDE qui fait partie du nouvel ensemble musical.
 
Une question devrait aussi être posée à ces messieurs, MANUAKU, SHUNGU, NYOKA…. Après combien de jours de répétition du nouveau groupe ZAÏKO NYOKA a-t-il rejoint le groupe, ainsi qu’EVOLOKO et MAVUELA, pour que le groupe soit en mesure de se produire en sortie officielle le 24 mars 1970 au bar HAWAÏ avec toutes ses vedettes de l’heure : JULES, JOSSART, ANTO, SIMEON ?
 
C’est un travail pour l’histoire. Une histoire qui n’appartient plus à leurs auteurs car nous Congolais avons besoin de savoir comment cette histoire ZAIKO s’est mise en route. Nous avons besoin de dénombrer et de démonter un après un les ressorts qui ont fait ZAÏKO. L’histoire pourrait retenir un jour l’aventure ZAÏKO comme la seule réussite véritable du Congo. Alors, autant savoir comment faire pour que des choses marchent et durent au Congo. 
 
·        ZAÏKO a été créé et a prospéré autour la personnalité artistique du plus jeune membre du groupe, PEPE FELY MANUAKU. Il fut d’ailleurs longtemps le chef du groupe.
·        ZAÏKO a retenu l’attention à cause du cachet vocal qui s’inspirait du courant des belgicains qui n’étaient pas permanents sur le marché national ;
·        ZAÏKO n’est pas encore mort parce NYOKA LONGO ne l’a pas laissé mourir ;
·        ZAÏKO restera toujours une œuvre collective à nulle autre pareille dans l’histoire de notre pays. A titre de preuve, tous ceux qui sont passés dans ZAÏKO s’estiment toujours membres de la maison, et sont toujours considérés comme les bienvenus par ceux qui ne sont jamais partis.
 
A propos de Gina, et le choix des solistes, il faut rappeler que CELIO et CONSOLATION font partie de la période durant laquelle MANUAKU fut le seul soliste typique, MATIMA étant à l’époque attitré au yéyé. Plus tard, MANUAKU jouera aussi OMIBONGISA pour Gina.
 
Mais, cette attitude de la part de GINA, faisait plutôt partie de son personnage : le rebelle, le non-conformiste, celui qui fait les choses autrement… Alors… vous, vous chantez PEPEPE MAGICIEN ? Eh ben, moi je prends MBUTA MATIMA … Et peut-être aussi une réelle préférence pour MATIMA… Lui seul pourrait nous dire. MATIMA et MANUAKU étaient de toutes les façons les deux roues d’un même vélo, donc pas de problème.
 
Merci, à plus.
Courage au messager et merci à tous les contributeurs. grand merci à M. Emmanuel KANDOLO. 
Guillaume
 

Edjidjimo bina Wa Bonguma_(Abel) 01/10/2008 19:22

Salut guillaume,Bravo pour ta chronique et vous exhorte de continuer à nous informer sur l'histoire de la musique Zairo-Congolaise.Un ancien du CMS-KUBAMA. KisantuEdjidjimoGa-USA

BEN TATI 15/08/2018 12:10

le talent d'un artiste se révèle par le temps si l'on pouvait l'honorer, Pépé Fely le mérite, Zaïko continue à nous marquer, il est quand tu écoute vie ya mosolo, mosinzo, paile, francine keller, la tout neige, yo na linga, bepe ya munu, eluzam, chouchouna, tu as toujours envie de danser le répertoire Zaîko est riche et varié aujourd'hui grâce à un homme qui a su mener la barque quand elle frôlait l'abîme Jossart Njyoka Longo dit frère Joseph.

Antoine Nickel 21/09/2008 12:57

Cher Guillaume,un autre détail qui doit être rectifié dans ton récit : Eluzam n'a pas été produit par Kiamwangana mais pas par PARIONS (Mondenge). En effet, après Onassis, C'est la Vérité, etc., la plupart des membres du groupe sont allés dans l'écurie Parions, qui a offert aux stars du groupe des voitures (VW Passat). Seul Gina est resté chez Vévé.

Antoine Nickel 21/09/2008 12:53

Bonjour Guillaume,Ton récit est intéressant, mais je voudrais apporter quelques rectifications.Quand BelGuid a été dissous, Jossart n'y était plus, contrairement à ce qui se raconte (et par Jossart lui-même). Le groupe BelGuid n'a jamais décollé : ni concert, ni disque. Jules Shungu, qui n'a jamais fait partie de BelGuid, est passé un jour rendre visite à ses cousins qui lui ont proposé de chanter un morceau. Il a été accompagné par Pépé Felly et le groupe (Nyoka n'y était pas).Le soir même, DV et les autres dirigeants du groupe ont annoncé à Pépé Felly qu'ils allaient révoquer tous les musiciens et chanteurs et que seul lui allait rester pour créer un nouveau groupe. Ils l'ont annoncé le lendemain à tout le groupe, puis ont fait appel à Wemba. Ce sont les 2 premiers membres du groupe. Teddy Sukami, qui était un administratif, a décidé de jouer à la guitare, devenant ainsi le 3ème membre.Anto Evoloko est arrivé plus tard : Zaïko ne décollait pas beaucoup et surtout se prenait des "branlées" face à un groupe des jeunes de Kalina : le MapS. Alors, DV et les dirigeants de Zaiko ont débauché la star de ce groupe Evoloko.Gina, dans cette époque, a 4 composé 4 chansons : 2 jouées par Pépé Felly (Consolation et Celio) et 2 autres par Matima (Yo Nalinga et Bepé ya Munu). _______________________Antoine Nickel