Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Mbokamosika constitue désormais le recueil de souvenirs des congolais de quatre coins de la planète. Mais force est de reconnaître que votre blog a encore soif d'enregistrer les récits les plus diversifiés. Le recueil de nos souvenirs ne peut se limiter à  quelques signatures. Nous sommes à l'heure de l'internet. Permettons à nos enfants de se faire une idée sur ce qui s'est passé au pays des leurs ancêtres.
 Vous avez vécu au pays, exercé des fonctions importantes, sauvés des vies, fait la guerre, réalisé des actes de bravoures, effectué des missions diverses. Vous avez parfois cherché à écrire vos mémoires, mais les moyens vous ont manqués. L'occasion vous est offerte de laisser à postérité le récit de votre vie. Nous respecterons l'anonymat en cas de besoin.
 En attendant, ceux qui se sont déjà engagés continuerons à  remonter le temps passé, en compagnie des morceaux choisis de notre musique. Bientôt, notre cher ami Mwan'a Mangembo et tous ceux qui sont en vacances, reprendront leur place à bord de la barge mbokamosika, pour exhumer tous les souvenirs lointains.

Messager

Décidément, on ne peut pas échapper longtemps à notre cher blogsite Mbokamosika. Près d'un mois après avoir foulé le sol congolais, je continue à m'extasier des changements intervenus chez nous. Bien sûr on pourrait dire que ce n'est plus comme avant ou que c'était mieux jadis. Une chose est sûre, beaucoup de nos chères mamans de la diaspora auront du mal à se retrouver, si d'aventures, elles se décidaient à aller faire seules, comme de grandes, leur marché: le Sakombi est mort !
Oui vous avez bien compris, la mesure quasi universelle inventée par le chantre du mobutisme lors de son passage à la tête de la ville de Kinshasa a disparu des marchés. A la place, ce sont des sachets plastiques qui font office de mesure. Dieu sait portant combien le Sakombi a aidé à maîtriser les envolés des prix à la consommation. Le panier de la ménagère, chère à l'émission "mama o kati ya ndako" (elle passait sur la Voix du Zaïre le matin), se mesurait au prix des sakombi: Sakombi ya Fufu, sakombi ya madesu, sakombi ya mafuta, et vous aviez l'indice du coût de la vie à Kinshasa; tandis que la brave ménagère avec çà, pouvait nourrir toute la famille. Comme m'a révélé un ami de kinshasa, chez qui je me réfugie de temps à autre pour pouvoir naviguer sur internet - sinon cela me coûterait 1$ les 30 minutes- jadis on prenait son panier pour aller au marché, aujourd'hui les femmes y vont les mains vides et reviennent chargées de sachets. On est donc passé du panier au sachet de la ménagère. Les portions et les quantités évidemment ont baissées. On peut juste reconnaître que le passage du sakombi au sachet, va contribuer à sauver des documents d'archives importants, qui pouvaient risquer de servir d'emballage aux beignets mikate. En attendant de retrouver nos lecteurs d'ici là, voilà bien une histoire de mesures à échanger en famille. je ne vous invite pas à faire le deuil du sakombi, juste à nous rappeler et à le dire à nos enfants, qu'il eut une époque où l'on parlait du panier la ménagère en sakombi qui n'existe plus aujourd'hui
Mwan'a Mangembo (depuis Kinshasa)
Merci à Mwana Mangembo, pour ce bref souvenir, riche d'enseignements socio-économico-financiers. Mais ça traduisait également toute une mentalité. Commençons par ce dernier aspect. Une mentalité. Je voudrai être honnête ici, en reconnaissant un bienfait d'un mobutiste, Mr Sakombi, alors gouverneur de la ville de Kinshasa. Je pense, comme nombreux autres Zaïrois, que  certains bienfaits ont été laissés par certains dirigeants de la deuxième république de triste mémoire.. La mentalité sakombi, sur le plan du panier de la ménagère, en est un. Autant ici, il faut penser aux différents rond-points kabaïdi...Mais le comble des choses, c'est que ces faits d'histoire sont balayés par faute  de monuments ou d'archives à proprement parler.
Sur le plan financier, cette pratique a maintenu intact le levier contre les assauts de l'inflation. Nos économistes peuvent s'y pencher pour en faire des études approfondies, afin de trouver des réponses sur la spécificité des économies africaines.
Merci à Mwana Mangembo de nous rappeler tout cela.
Mwana Mayumbu 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kabundi 06/08/2008 17:43

Merci à Mwana Mangembo, pour ce bref souvenir, riche d'enseignements socio-économico-financiers. Mais ça traduisait également toute une mentalité. Commençons par ce dernier aspect. Une mentalité. Je voudrai être honnête ici, en reconnaissant un bienfait d'un mobutiste, Mr Sakombi, alors gouverneur de la ville de Kinshasa. Je pense, comme nombreux autres Zaïrois, que  certains bienfaits ont été laissés par certains dirigeants de la deuxième république de triste mémoire.. La mentalité sakombi, sur le plan du panier de la ménagère, en est un. Autant ici, il faut penser aux différents rond-points kabaïdi...Mais le comble des choses, c'est que ces faits d'histoire sont balayés par faute  de monuments ou d'archives à proprement parler.Sur le plan financier, cette pratique a maintenu intact le levier contre les assauts de l'inflation. Nos économistes peuvent s'y pencher pour en faire des études approfondies, afin de trouver des réponses sur la spécificité des économies africaines.Merci à Mwana Mangembo de nous rappeler tout cela.Mwana Mayumbu 

kim61 29/07/2008 15:03

Qui se souvient encore ?Qui se souvient encore des bus scolaires de la période faste du Congo ? Ces chauffeurs, ces receveurs, ces contrôles au dépôt de Cabinda ? Ces abonnements scolaires de couleur rouge ?Qui se souvient encore des "Grand Brossel" et "Petit Brossel "?Ashok Leyland, ça vous dit quelque chose ?Je me souviens encore de mon passage à l'école Massamba (1965-1966) et de ma scolarité à l'Ecole Primaire et Officielle de Limete sur la 12è rue à Limete.Cette école se trouve en diagonale de la maison de feu Franco; une maison que nous avons vu constuire...Le Docteur Nico habitait juste un peu plus bas et passait régulièrement à bord de sa VW blanche.......Je me souviens encore du bus scolaire (ligne 24 ?) qui nous prenait à Lemba-Terminus pour nous conduire à l'école à Limete.........Chaque matin, ma maman me donnait 2 makuta comme argent de poche; une somme qui suffisait largement pour m'acheter un demi-baguette avec beurre et fromage et un jus bien frais !!!!!!!!Je me souviens de ces bus qui nous attendaient à la sortie de l'école, sagement alignés devant la façade de l'école.....Chaque élève repérait son bus et y prenait place avant de se faire reconduire chez lui en toute tranquillité...Des temps en temps, il y avait des contrôles inopinés et les bus prenaient la direction du dépôt de Cabinda à Lingwala.....Ceux qui n'avaient pas d'abonnements étaient retenus au dépôt avant l'arrivée des parents qui devaient payer une amende..........Qui s'en souvient encore ? Du Père Noël et du Père Fouettard qui sont venus à Noël à l'école Massamba ?????? A l'époque, l'école se trouvait dans une parcelle à 2 pas de la résidence de feu Franco sur le même alignement avant de se propager un peu partout dans la ville !Je me souviens encore des aînés de l'époque tels que : Plik, Koffi Olomide (dans la classe de Mme Jopin), Mangamba Nortens, Les Mwanateba, les Bossekota, les Domingos......etcQui se souvient encore des prétendues "Mamiwata" qui nous faisaient fuir l'école, de ces soi-disant véhicules qui venaient "soutirer" le sang des élèves ???Qui s'en souvient encore ???Kim61 (Bruxelles)

Mwan'a Mangembo 28/07/2008 16:04

Décidément, on ne peut pas échapper longtemps à notre cher blogsite Mbokamosika. Près d'un mois après avoir foulé le sol congolais, je continue à m'extasier des changements intervenus chez nous. Bien sûr on pourrait dire que ce n'est plus comme avant ou que c'était mieux jadis. Une chose est sûr, beaucoup de nos chères mamans de la diaspora auront du mal à se retrouver, si d'aventures, elles se décidaient à aller faire seules, comme de grandes, leur marché: le Sakombi est mort !Oui vous avez bien compris, la mesure quasi universelle inventé par le chantre du mobutisme lors de son passage à la tête de la ville de Kinshasa a disparu des marchés. A la place, ce sont des sachets plastiques qui font office de mesure. Dieu sait portant combien le Sakombi a aidé à maitrise les envolés des prix à la consommation. Le panier de la ménagère, chère à l'émission "mama o kati ya ndako" (elle passait sur la Voix du Zaïre le matin), se mesurait au prix des sakombi: Sakombi ya Fufu, sakombi ya madesu, sakombi ya mafuta, et vous aviez l'indice du coût de la vie à Kinshasa; tandis que la brave ménagère avec çà, pouvait nourrir toute la famille. Comme m'a revelé un ami de kinshasa, chez qui je me réfugie de temps à autre pour pouvoir naviguer sur internet - sinon cela me couterait 1$ les 30 minutes- jadis on prenait son panier pour aller au marché, aujourd'hui les femmes y vont les amins vides et reviennent chargées de sachets. On est donc passé du panier au sachet de la ménagère. Les portions et les quantités évidemment ont baissées. On peut juste reconnaitre que le passage du sakombi au sachet, va contribuer à sauver des documents d'archives importants, qui pouvaient risquer de servir d'emballage aux breignets mikate. En attendant de retrouver nos lecteurs d'ici là, voilà bien une histoire de mesures à échanger en famille. je ne vous invite pas à faire le deuil du sakombi, juste à nous rappeler et à le dire à nos enfants, qu'il eut une époque où l'on parlait du panier la ménagère en sakombi qui n'existe plus aujourd'huiMwan'a Mangembo (depuis Kinshasa)