Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


 Merci mwana Mangembo pour cette page qui me rappelle mes premiers pas à ce qui convenait d'être bien appelé Kin-la belle. En effet, venu fraîchement de Mayumbu, je débarquai à Kinshasa, bien fort d'un diplôme d'état de la section littéraire obtenu dans une des institutions des Pères Jésuites. Objectif: fac ! Mes premiers moments dans la capitale étaient jonchés de plusieurs inadaptation à ce que j'ai trouvé comme attitudes ou pratiques chez des pots trouvés sur place. Heureusement que j'avais un ami proche, Thierkas, venu trois ans plus tôt, et qui m'aidait à trouver "normales" beaucoup de choses.
 La première, c'est ce que Mwana Mangembo évoque dans son récit: je ne pigeais absolument pas qu'un grand garçon de plus de 20ans soit encore dépendant de ses parents en termes élémentaires. Par exemple, qu'il a passé toute la journée sous le manguier, et vers 16 heures par là, vienne demander à sa mère ce qu'elle a préparé comme repas. Plus grave, on l'a vu s'acheter de la bière, des arachides, donner quelques billets d'argent à une "momie"qui, de passage allait au marché...Pire encore, d'autres aînés, à peine "coiffés" par un début de calvitie, n'ont jamais envisagé d'aller fonder un foyer; attendant la mort du père pour "acquérir" la parcelle....Je me plaignais par ailleurs auprès de Thierkas du fait par exemple que le matin, avec leurs brosses à dents, des pots, fraîchement réveillés, pouvaient entamer des visites chez des voisins, saluant à la main quiconque trouvé sur place.
  Les kinois nous qualifiaient effectivement de "bawuta" ou "bayuma moko boye" ( des personnes peu éclairées, ignorantes des réalités de la capitale). Ils se permettaient même de nous  confisquer des "momies" (petites amies) intoxiquant ces dernières que nous ne méritions pas les filles de la capitales. C'était un peu dur pour nous. Une après-midi, nous avons convoqué notre satff du quartier (nous sommes à Lemba foire), pour examiner le fondement ( bien-fondé) de cette relation d'avec nos pots trouvés sur place et qui se targuaient d'être "kinois". Ayant passé au peigne fin les raisons de leurs attitudes ( un complexe aux apparences de supériorité), très peu tenaient debout.
 En effet, en dehors du fait d'être né à la capitale, d'avoir pour la plupart, des parents sur place sur qui ils pouvaient compter (eya na moyi, eya butu...), beaucoup de ces pots quand on demandait ce qu'ils faisaient dans la vie...rien du tout. Jusqu'à quel niveau ont-ils terminé leur cursus scolaire...là commençaient les hésitations et les balbutiements...
 Du coup, nous réalisions petit à petit, à commencer par le nombre des "vrais kinois dans nos auditoires à la fac....,que le véritable kinois n'avait pas beaucoup de raisons pour se montrer supérieur à nous. Surtout quand on pouvait se rappeler que quand nous fûmes à l'internat au secondaire, huit sur dix ne terminaient pas trois années successives dans une même école, au motif de renvoi ou d'autres raisons sociales ou sanitaires...Au fil des années, ce complexe qui ne reposait sur pas beaucoup d'atouts, s'ébranlait petit à petit, cédant la place à d'autres types de comportements. Ces comportements ont connu des mutations (transformisme de Darwin) pour frôler un certain type de courtoisie vraiment calculée.
 Du jour au lendemain, des pots commençaient à nous appeler "vieux". Le dessus des cartes: les fêtes de baptêmes et ! 1è ;res communions ont commencé à rivaliser avec les festivals de "collation de grades académiques". Sans exagérer, de Lemba à Matete, de Bandal à Basa-vubu, la plupart des cortèges académiques comptaient une écrasante majorité des "bawuta"...Quelques mois suffisaient pour que du statut de "mowuta", on basculait au statut du "fonctionnaire" d'"agent" de... Ofida, Onatra, Sofidé, Snel, d'enseignant ou d'assistant à l'enseignement supérieur, de médecin, etc.
 Comme conséquence visible, les annexes autrefois assiégés par les aînés de famille, sont devenues des résidences de nouveaux citoyens, ex-"bawuta". Les anciens occupants, contraints de se reloger dans les grandes maisons. Deuxième conséquence, "cette parcelle n'est pas à vendre". A ce niveau en effet, le kinois, coincé par le "mowuta" devenu "vieux" ou "patron" ou "chef" ou carrément "préso", doit vendre la parcelle pour le "mikili" (Europe). Et, lorsque les autres enfants ou d'autres membres de la famille ont le moindre soupçon, le grand mur de la clôture ou simplement la façade avant de la maison se revêt d'une grande inscription "CETTE PARCELLE N'EST PAS A VENDRE"! ...Je vous fais grâce d'autres détails.Mais le plus intéressant, c'est qu' on a suivi le kinois en Europe, et...tout le monde est né....à kin !

"Mwana Mayumbu

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Dodo 27/04/2008 00:27

Cette situation conflictuelle entre soi-disant Kinois et et Non-kinois n'est pas aussi clairement definie comme certains le pensent. Qui n'a pas entendu des Kinois appeler d'autres Kinois "Mut'a logique", "Muana Campa", "Nfumu Buku"?"Ah! vieux wana aza taureau"; en tout cas, le citoyen-lambda du quartier ne reconnut plus le Viva-La-Musica, qui, au depart, sembla pourtant inviter tout le monde a communier au village national.Et vus de facon generale, ces conflits de classe et de culture ne sont pas propres a Kinshasa. On les retrouve un peu partout au Congo. A une epoque au Kasai, on appelait "Mukoongo" tous ceux qui parlaient Lingala. je ne sais pas pourquoi. Dans le Bas-Congo meme, les gens du bas-fleuve se voient appeler ailleurs "Bantu Ya Nzila Masini" (les gens du chemin de fer).En fait, c'est tout simplement des formes diverses de classisme, d'ethnicisme et de tribalisme qui empoisonnent encore ce pays.Et les autorites competentes, a tous les niveaux, n'ont jamais vraiment  pris ces problemes a bras-le-coprs. C'est-a-dire, definir les concepts, eduquer les masses.C'est qui est parfois marrant, c'est quand on croisait un de ces zaza Parisiens en Afrique, surtout a l'epoque de RTL (radio-tele-litoyi): " Oyebi yango tolobaka na poto, "ca c'est l'Afrique, dit", yuma wana atelema na ngai te, ngai Parisien, Mwana PARIS". Pourtant, l'homme n'a vu Paris pour la 1ere fois qu'il y a 6 ans de cela. Et, dans le fond, il n'a pas tort: Parisien, on peut le devenir.  

Sulmany 26/04/2008 18:25

Pour aider Shango, Je me rappelle cette chanson mais pas le titre parce qu'elle a été chantée en anglais et à cette époque étant adolescent, je suivais seulement le rythme sans comprendre les paroles, mais j'avoue que c'est une belle chanson de Billy Barel effectivement.SuLMANY

messager 26/04/2008 14:20

Voudriez-vous préciser le nom de la chanson s'il vous plaît.Messager

Shango 25/04/2008 11:39

Bonjour le messager,je voulais juste vous demander si c'est possible de nous passer l'une des chansons de Billy BAREL, chanteur Pop de l'orchestre Bella Bella de Freres SOKI.En esperant vous lire bientot,je vous souhaites une bonne Journée.Shango