Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Chers amis de notre blog Mbokamosika,
Est-il encore nécessaire de nous rappeler l'intérêt de nos contributions sur ces pages musiques, qui finissent toujours par nous ramener vers nos souvenirs d'abord mais aussi à reposer un regard à la fois lucide et impartial sur notre époque" La plus belle de toutes", soutient chaque génération.

Le mariage de la Rumba Odemba et du Nzambele

J'aimerai m'arrêter un moment sur un artiste qui a fait partie de l'équipe qui a enregistré les deux titres que propose Messager, à la demande des bloggers : La république du zaire et Georgette - Simaro Massiya.

Cet artiste, dans sa trajectoire a toujours été une énigme pour moi. Ngembo (de Kintambo), je suis un beau frère du Singa Kwanga ( de Lingwala) l'artiste Simaro, qui a épousé ma soeur de quartier Hélène Nkelani. Une alliance qui je le rappelle a toujours présidé aux rapports entre deux des plus vieux quartiers Humbu du Vieux Kinshasa.

Simaro est arrivé dans l'OK Jazz en 1961, à une époque où Vicky Longomba est en train de surfer sur la vague des Bana 15 ans, avec qui il va créer le Négro Succès. Simaro va succéder à Blhen Bombole, le cousin de Longomba.

Pendant un près de 30 ans, il va imprimer son gratté à côté du style odemba de Franco. Aujourd'hui encore, il est difficile d'installer l'artiste deans les polémiques et comparatifs dont ont toujours soufferet les guitaristes dans la musique congolaise.
En effet, même au plus fort des comparaisons entre le Dieu de la guitare Nico et le sorcier de la guitare Franco, Simaro ne sera jamais comparé à Déchaud Mwamba par exemple, et encore moins à Faugus Izeidi, tous deux ses contemporains. Alors que la comparaison se fera entre Michelino et déchaud par exemple.

Très peu de chroniqueurs sont capables de dire exactement où se situe Simaro dans la base instrumentale du groupe de Franco: était-il accompagnateur ou mi-solo? une chose est sûre sa guitare rythmique était essentielle pour permettre à Franco de prendre le micro et placer sa belle voix deuxième.

La rythmique de Simaro que les usagers de notre blog peuvent reconnaître aussi dans les deux titres mis en ligne par messager, n'a pourtant rien de particulier, sinon peut être qu'elle est la synthèse de la rencontre des rythmes Nzambele de Singa Kwanga (Lingwala) et de Bois dur (Ngiri-ngiri). La rencontre du vieux Kinshasa et de la nouvelle cité.

Voilà pourquoi mon Simaro Massiya, c'est "le Singa Kwanga", Mwana saint Jean Lingwala. Ses textes nourris de la sagesse des yankés - si, si...- sont aussi des pages d'histoire de la Ville de Kinshasa. Lisano Ebandaka na kini malebo, Est-ce que na Lifelo Bisengo bizali", ces deux titres publiés sur un 45 tours à la fin des années 60-début 70, se situent à une époque charnière de ce fidèle lieutenant de Franco. C'est à dire un peu avant son mariage avec la fille d'un directeur d'école - Maître Vital Nkelani - et après le succès phénoménal de Ma Hélé.

Comme tout Kinois, c'est sûrement entre deux joints de diamba, et des notes de guitares, au milieu d'un bon nganda au milieu de ses amis d'enfance que l'artiste a compris que sa carrière pouvait se dérouler entièrement aux côtés de Franco.

Je ne sais pas si la mort de Bavon marie Marie le petit frère de Franco a joué dans son choix, mais il se trouve que le début des années 70, s'il a bouleversé beaucoup de choses sur l'échiquier musical congolais a aussi touché l'OK Jazz.

Verckys est parti après son Nzon Nzing avec Youlou, pour créer son orchestre vévé. Kwamy Munsi est parti rejoindre Grand Kallé à paris. Vicky Longomba et Franco se sont séparés à l'amiable et Simaro s'était révélé au grand public comme un compositeur de talents, sans céder aux sirènes de l'époque.

Son expérience Mi-amor lui avait prouvé qu'il était possible de faire de la Rumba Odemba sans Franco. Pourquoi n'a-t-il jamais franchi le pas? C'est peut être cela la sagesse du Singa Kwanga (Lingwala).

Je rappelle à nos lecteurs qu'un hommage spécial a été rendu à l'artiste le 29 mars dernier à Kinshasa. Le projet était piloté par le journaliste Yves Kambala.L'artiste est né le 19 mars 1938.
 Joseph Pululu 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article