Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Il fut un temps où parler de Mbanza-Ngungu revenait à parler de l'omnipotent Général Somao.Sa présence à la tête des Troupes Blindées en tant que commandant avait totalement éclipsé les autres personnalités localles.Il était partout. il dirigeait tout et s'occupait de tout. On pourrait même parler d'un véritable règne de Somao.
 Sur le plan humain pourtant, ce n'était pas ce type de méchants généraux avec une moustache à la "Stanley".De corpulence normale, cet ancien collègue de l'Aigle de Kawele à l'école centrale de Luluabourg (Kananga), dont il ne cessait de vanter les mérites lors des émissions télévisées,passait pour un amuseur dans certains milieux restreints.
 Jusque là, ceux qui le connaissent vraiment doivent murmurer intérieurement que nous n'avons encore rien dit. Un instant.On arrive!
 Durant son règne à Mbanza-Ngungu, il s'était fait plus remarquer sur le terrain féminin que sur le champ de bataille.Et Dieu seul sait s'il y avait souvent mis ses pieds.N'est-ce-pas chers voltigeurs.
 Nous disions que le terrain de prédilection de"mon général" était la chasse aux femmes avec un derrière bien charnu. Ses exploits dans ce domaine avait franchi les limites de Mbanza-Ngungu. il ratissait large, étendant son rayon d'action parfois jusqu'à Kinshasa, où il venait stocker  certaines victimes, chargées d'assouvir ses besoins lors de ses escapades.
 Malgré ses nombreuses conquêtes, notre général était insatiable
au point où il provoqua un jour un embouteillage monstre, sur le Bouleverd Lumumba à limete.La cause: il venait de répérer   au niveau de la 12e rue, en sens inverse, la présence d'une dame remplissant ses critères de séléction,à l'arrêt du bus. Du coup, il ordonna à son chauffeur de s'arrêter brutalement en plein boulevard, et de se débrouiller, au mépris des règles de circulations,de peur que sa future proie, qui s'apprêtait à monter dans la ligne Zando-Kingasani ya suka ne puisse s'échapper.
 Un autre jour, rendant visite à un ami à l'ISP Mbanza-Ngungu, nous avions été témoin d'une autre scène non moins rocambolesque entre lui et les étudiantes. Venu pour visiter la salle où il devait tenir une conférence le ledemain,mon général s'est laissé titiller par un groupe de filles de l'ISP aux cris de :Somao yo, yo penzaa!",à la barbe de ses gardes du corps médusés. En guise de réaction, il s'était contenté de répondre timidement:bozila, bozila, na pokwa! Renseignements pris, ces filles faisaient partie de ses nombreuses conquêtes. Sans aucun doute,le général Somao était omniprésent à Mbanza-Ngungu. Que serait-il devenu?

Messager
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

magali 02/04/2009 02:05

Le général Somao dont vs parlez est mon grand père et je dirais que c'est vraiment triste que des gens trouve à faire que de descendre des personnes qui ont tout donné pour leurs pays à ce point.et la personne qui a écrit cet article déja est impoli, et je pense mm que peut être que mon grand père ne voulait pas de sa mère ou que il est des fils refusé de mon grand père. bref il a une dent contre mon héros de grand père. nOUS on t'aime grand père et je suis fière que tu ais bouffé de l'argent, et profité de la vie au moins tu aurais vécu sur cette terre. grand père oyé.mouaaa. Dans la vie soki obongi té kokoma jaloux té ohohoh.

LILO 24/03/2009 03:25

chère petite fille, la vie de votre grand-père n'avait rien de privé. Sa déviation sexuele était de notoriété publique. Tenez: un jour il rentrait se reposer chez son 2è bureau à nsona nkulu pour ceux qui connaissent ngungu, il rémarque la présence d'une femme à l'entrée de la résidence, elle correspond aux critères éxigés, càd: 120 cm de tour de poitrine, 150cm de tour de taille et 200cm de tour des hanches. Et là le général comme à ses habitudes perd le nord. Il demande à sa garde: mama azali? te mon général. yaka na nyama wana noki (ramenes ce gibier en vitesse). 

nicole lukama tchimala 09/03/2009 16:10

je suis assez choquée par tout ce qui a été écrit dans cet arcticle; d'autant plus que le "somao" dont vous parlez est mon grand - père. c'est le père de ma mère.ce qui me choque est que vous accorder une part bien trop importante à ce que moi j'appelle sa "vie privée" plutôt que sur ses "faits d'armes".parce que vous pouvez dire ce que vous voulez, il était d'abord un bon militaire, un brillant officier, et pour beaucoup de personnes, c'est ce qui marque les esprits. le fait qu'il ait eu beaucoup de conquêtes ne remet pas en question l'officier qu'il était, et c'est ce qu'il faut laisser comme histoire à la postérité.

audrey somao 13/10/2008 15:33

mon grand pére ne pas ce qu on dit celui ou celle qui a ecris c message me deçoit parceque mon grand pére c un homme quia bcp travaille pour son pays et il es respecté pour ça thierry mon oncle si tu vois mon message ecris moi sur ma boite audrey.somao@caramail.com

thierry somao 30/04/2008 16:02

je suis le cadet de tous les somao

messager 09/09/2007 08:48

djinoInscrit le: 03 Oct 2005Messages: 1313Localisation: Eurasmus Posté le: Lun Aoû 27, 2007 5:18 am    Sujet du message: Nous qui croyiions qu'avec l'arrivée des Kabila, les abus sexuels allaient disparaître avec les "libérateurs", mais hélas, ces abus se sont mutipliés de façon vertigineuse. Le Grand Hotel de Kinhasa s'était transformé en un "baisedrome". Les filles allaient et venaient jour et nuit ! Certains libérateurs venus de la diaspora avaient carrément laissés tomber leur femme de l'Europe et certains jusqu'à ce jour. L'expérience des "mobutistes accros au sexe, ne nous ont pas servis... Samao hier et le général Raus aujourd'hui et de qui on parlera t - on demain? Revenir en haut   MessagerInscrit le: 29 Sep 2005Messages: 442 Posté le: Lun Aoû 27, 2007 6:32 am    Sujet du message: En d'autres termes on n'a fait que déshabiller St.Paul pour habiller St. Jean. Pourquoi alors avoir combattu des années durant , si l'objectif consistait à reproduire les mêmes bêtises?_________________http://mbokamosika.over-blog.com Revenir en haut