Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Salut messager,

Je suis un ivoirien étudiant la musique congolaise de 1966 à 1976, (Mokitani ya wendode Rochereau au 20 ème anniversaire de OK Jazz). Une période si courte, pourtant si riche. A ce propos, je voudrai savoir la signification précise du thème cavacha et qui ou quels ont été les premiers artistes à le promouvoir. J’ai déjà lu une interview de Méridjo qui parlait de Mbeya Mbeya, Liwa ya somo(1973 ???) et Mopero et l’orchestre cavacha ??? En dehors des caisses claires, existe-t-il d’autres caractéristiques du cavacha. Tiburce Koffi, éminent homme de lettres ivoirien écrivait : « Nous avons été colonisé par le cavacha ». Donc, si j’étudie le cavachac’est pour aller aux racines profondes des musiques ivoiriennes actuelles notamment le zouglou et le mouvement ivoiro-atalakou, maladroitement appelé coupé-décalé.

Merci messager. N’oublie de mettre quelques bons vieux tubes cavacha…. Inconnus

Merci mingi

Anicet Boka


Cher Anicet,

 

Merci de l’intérêt que tu accordes à notre blog et à l’histoire de la musique congolaise.

Étymologiquement, le terme CAVACHA n’est pas d’origine congolaise comme le sont « Ndombolo » « Atalaku », « Elengi eye », « Sonzo », Zekete-Zekete », etc, etc. Selon certaines sources, le premier usage du mot cavacha remonterait à l’époque des pionniers de la musique congolaise, époque dite « Tango ya ba Wendo » ou «  Bankolo Miziki ».

Pour la nouvelle génération, CAVACHA est un tempo, comme tu l’as appris, un rythme imitant le bruit du train initié en 1973 par le batteur Belobi Meridjo de l’orchestre Zaïko . C’est ce rythme qui a donné naissance à la danse populaire dénommée cavacha au Congo, alors Zaïre. Une danse dont le succès a rapidement débordé les frontières nationales grâce au puissant émetteur de la Radio Nationale baptisée à l’époque le « Tam –Tam d’Afrique ».

Cavacha n’est ni la première, ni dernière danse de l’orchestre Zaïko. Mais elle demeure la principale danse de Zaïko au grand complet, jusqu’au départ en 1974 de Shungu Papa Wemba, Evoloko, Mavuela, Bozi pour ISIFI . Avant Cavacha, Zaïko avait créé la danse « Six » en 1970, suivie de la danse « Rivole » en 1972.

Cavacha a trôné durant deux ans, de 1973 à 1975, avant de céder la place à la danse « Choquer », un an après la déportation de son inventeur Meridjo et son remplacement par Ilo Pablo.

Avec le recul, je peux affirmer que cavacha a introduit Zaïko dans la cour des orchestres populaires au Zaïre (Congo), et que la légende de Zaïko tire son origine de la danse cavacha.

Quant aux artistes qui ayant contribué à sa promotion je citerai d’abord son initiateur le batteur Meridjo, le soliste Manwaku, la chanson Eluzam et son compositeur Evoloko dans la mesure où son clip télé avait énormément fait la promotion de cavacha, ainsi que tous les chanteurs de Zaïko de l’époque : Shungu Papa Wemba, Mavuela, Nyoka Longo, Bimi, Gina..,sans oublier les musiciens comme Tedy Sukami, Ilo Pablo, etc, etc

Cavacha a connu quatre variantes ayant donné lieu à des albums de rêve dont les mélomanes se souviennent encore .

Cavacha tout court(1973)avec un album de 8 chansons : Onassis, Bakumba, Michelis-Fe, Belmondo, Mwanza, Muana Wabi, Chouchouna, et Zena.

 

Cavacha tambour (1973)avec un album de 10 chansons : Ngongi, Etape, Namipesi, Chouchouna 2èmeversion, Eluzam, Zena 2ème  Vesion, Selenge, Yo nalinga, B. P. Ya Munu, et Celio.

 

Cavacha Mondial (1973) avec un album de 6 Chansons : Liwa ya somo, Conseil, Lengela, Zania, Mbeya-Mbeya, et Eluzam 2ème version.  Et de Ngadiadia en 1974.

 

Cavacha Wondostock (1974) avec le 1eralbum 33 tours : Semeki Mondo, Zania reprise face B, Mwana Wabi,, et Conseil face B. Suivi d’un autre album comprenant 7 chansons : Miyelele, Ndonge, Selika, Liziba, Bondoki, Ando, et Ndendeli. C’est après cet album que le groupe Evoloko, Papa Wemba et Mavuela  est parti de Zaïko.

 

Il convient de souligner le contexte socio économique ambiant à lépoque Cavacha au Zaïre . Le pays était en pleine croissance économique ayant occasionné la politique de grands travaux. Sur le plan diplomatique, le Zaïre avait marqué des points à travers le discours de Mobutu à l’ONU. Le combat de boxe Mohammed Ali Foreman (1974) était précédé par un grand festival mondial de musique . C’était la période où les politiciens congolais clamaient encore «  Heureux le peuple que chante et qui danse »

Tu voulais écouter quelques chansons de cavacha inconnues, je crois qu’à la lumière des albums ci-dessus, presque toutes les chansons de cavacha sont connues et trouvales sur le marché des disques. Beaucoup ont déjà été diffusées à travers ce blog. Mais comme tu tiens à  écouter « Machine ya kauka » j’ai choisi la chanson http://media.putfile.com/02---Yo-Nalinga-2 de Gina, dans laquelle Meridjo exécute à merveille son tempo préféré. Pour terminer  écoutons encore l'hymne de cavacha : http://media.putfile.com/09-Eluzam-2a-me

                                               
Messager.

 

PS .  Les informations sur les albums de Zaïko ont été puisées sur le site de Zaïko
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

messager 07/12/2008 13:32

Anaclet,Cette référence du Kavacha à l'Inde est une vraie trouvaille. Félicitaions pour votre esprit de recherche. Lorsque nous posons des questions pour connaître l'origine d'un mot, d'un thème, c'est pour aider le lecteur le moins informé à se faire une idée sur sa genèse. Notre ami Anicet doit être gâté par cette folpée d'explications sur le thème "Cavacha".Messager

anaclet 06/12/2008 22:13

Un 18ème siècle Rajasthan, en Inde HINDU "Plaquette" AMULET (KAVACHA) est offert à votre examen. Cette magnifique pièce fait absolument fabuleux One of a Kind ANTIQUE collier. Voici le scoop de la pelle professionnel / chercheur qui a trouvé ce trésor sur une achat voyage en Inde.
Hindu "plaque" amulets operate for the benefit of the wearer, based upon the deity depicted in the stamped silver.  Normally worn from a cord or chain around the neck, this custom of wearing amulets is unique to the women of two rural states in India -- Gujarat and Rajasthan.  The formal name of this type of amulet is KAVACHA . Hindoue "plaque" amulettes fonctionnent au bénéfice de l'utilisateur, sur la base de la divinité représentée dans le cachet d'argent. Normalement usé d'un cordon ou une chaîne autour du cou, cette coutume de porter des amulettes est unique aux femmes rurales de deux États de l'Inde - Gujarat et du Rajasthan. Le nom officiel de ce type d'amulette est KAVACHA.
This plaque amulet is an extremely rare depiction of two important deities: Ganesh, the elephant-headed God alongside his mother Parvati. Cette plaque est une amulette très rare représentation de deux importantes divinités: Ganesh, l'éléphant-dirigé Dieu aux côtés de sa mère Parvati. Of all Hindu deities, Ganesh is one of the most revered. De toutes les divinités hindous, Ganesh est l'un des plus vénérés. Ganesh has many roles -- God of wisdom, commerce, and all the creative arts and sciences -- but perhaps the most important is "the remover of obstacles." Ganesh a de nombreux rôles - Dieu de la sagesse, du commerce, et de tous les arts créatifs et des sciences - mais peut-être le plus important est "le déménageur d'obstacles."
Parvati, his mother, is known for loyalty, everlasting love and appreciation and union.  Their appearance together on a single amulet can be interpreted by the following statement: The path shall always be cleared to loyalty, love and friendship, and blocked from anything that might break these meaningful bonds. Parvati, sa mère, est connu pour la loyauté, l'amour éternel et de l'appréciation et de l'Union. Leur apparition ensemble sur une seule amulette peut être interprété par la déclaration suivante: Le chemin d'accès doit toujours être autorisé à la loyauté, l'amour et l'amitié, et bloqué de tout ce qui pourrait briser ces liens de sens.
This particular KAVACHA was found in Rajasthan and has a wonderful UNIQUE CHARACTERISTIC.  Embedded in the silver are traces of tikka, a red powder applied to the worshipper at the time of prayer.  It suggests this amulet was held in great esteem because the woman rubbed the kavacha with her thumb while praying after rubbing the tikka on her person. Cette KAVACHA a été trouvé dans le Rajasthan et a un merveilleux caractère unique. Embarqués dans l'argent sont des traces de tikka, une poudre rouge appliquée à l'adorateur au moment de la prière. Il suggère cette amulette a été tenue en grande estime parce que la femme de la frotta kavacha avec son pouce après la prière tout en frottant la tikka sur sa personne.
This kavacha dates from the late 18th - early 19th Century.  The amulet measures 2-3/4" long and 2" wide and the chain is 19" long. Cette kavacha date de la fin du 18e - début du 19e siècle. L'amulette mesures de 2-3/4 "de long et 2" de

anaclet 06/12/2008 21:18

Le mot Cavacha viendrait de l'Inde,je ne puis ni confirmer ni infirmer. Je vous laisse juge. Si celà peut faire avancer Anicet dans son travail. Qu'il s'interesse au gourou indient Shri Sai baba et Shri Sai Leela. 



CHARME





 Sujet du message:
Posté: Sam 07 Avr, 07 12:02 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso






Loumo a écrit:
Je cherche le catalogue des médailles où se trouve la Cavacha. J'en avais un, je l'ai perdu. J'avais commandé cette médaille. Mon colis a été dérobé à la poste de Brazaville. Ceci n'expliquant pas forcément cela, on m'a appris que le receveur du bureau de poste de Poto-Poto a sombré dans la folie dans le même temps. Durant ses crises, on dit qu'il se met à danser nu comme un ver de terre.Il faudra que je me fasse venir d'Inde une autre médaille. On m'a parlé d'une médaille qui fat fureur dans le milieu des magiciens d'Afrique Centrale. Le talisman s'appelle NDOMBOLO.
Tu ne pouvais pas mieux faire pour nous dérider un peu




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Sam 07 Avr, 07 12:50 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso






Blaise a écrit:
Charme, tu vois tout ce qui se dit sur mon idole Evoloko ? C'est cela l'Afrique Charme. Le talent est un crime. Quand tu as du talent tu déranges car on veut absolument trouver des origines mystiques au talent. "Tu as mangé ton frère pour avoir ce talent". "Tu as fini tes enfants pour avoir ce talent". Et voilà le pauvre Evoloko à qui on attribue ses insomnies à une médaille qu'il aurait commandé pour devenir le plus talentueux de sa génération. Son insomnie dans d'autres sociétés auraient trouvé une toute autre explication. D'autant plus que Mwana Kin nous dit que le frère d'Evoloko souffre du même mal. Il est connu aussi que les insomniaques sont des monstres de travail. D'ailleurs moi-même on m'a souvent accusé d'insomniaque. C'est vrai que je dormais 03heures seulement par jour. ça me suffisait. J'ai été rassuré grâce à une émission que j'avais vu en France. Nous sommes nombreux dans le cas. Et d'après que Bernard TAPIE en fait partie aussi. Mais j'arrête là Charme, sinon on va encore me reprocher de tout ramener sur MOI. En 1981, EMENEYA a failli devenir fou, quand il était rentré au maquis pour la sortie de son Orchestre Victoria Eleison, après qu'il ait quitté Wemba (la plus grande des révolutions dans la musique zaïroise). Tout le monde avait dit que EMENEYA avait touché une médaille qui l'aurait rendu fou. En fait ce n'était qu'un surménage. Au maquis EMENEYA bossait 24H/24. Il ne dormait plus. Il voulait relever son défi contre WEMBA et il réussit. C'était le premier à l'avoir fait. D'où son sobriquet de KING KESTER. La sortie de l'orchestre Victoria Eleison se fera avec la chanson "Okosi ngaï Mfumu". Un tube d'anthologie. Le connais-tu Charme ? PAPA WEMBA était à terre. Il n'avait pas vu venir. Mais il se relevera en grand artiste qu'il est lui aussi. Ah KESTER, j'adorais KESTER. Après Evoloko, chez moi c'était Kester. Je parle des orchestres jeunes bien entendu. Car toute catégorie confondue tu sais où vont mes préférences. Blaise
Juste une parenthèse pour dire à quel point nous devrions faire un effort pour ne pas sombrer dans cette facilité qui consiste à parler d'Afrique (donc à généraliser) alors même que l'on parle d'un pays, dans notre cas des deux Congo. Après tout, peut-être que tu as eu la chance de la parcourir. Pour ce qui me concerne, l'Afrique dans son ensemble je ne connais pas, je ne sais pas comment les anglophones, les lusophones, les ouest'af interprètent les mêmes faits mais je doute que nous ayons tous la même approche. Je refuse de faire mien les sstéréotypes qui rassemblent tous nos pays sous un label , plus ou moins stigmatisant en oubliant les multiples clivages qui traversent les différents pays de ce continent. Fin de la parenthèse Pour aller dans ton sens, j'ai dans l'idée que le succès (plus que le talent) fait toujours des jaloux mais c'est une constante universelle à laquelle chaque culture répond par ses propres vecteurs, d'aucuns ne peuvent se départir d'en appeler à la métaphysique, la sorcellerie et autres réjouissances, là où les autres feront allusion au lobbying, à une appartenance sociale et autres gracieusetés mais à la finale le résultat reste le même : le déni de travail et de talent de celui que l'on veut dénigrer. L'un et l'autre se valent à mes yeux, leur moteur est la jalousie et les conséquences en sont parfois meurtrières dans les deux cas. Pour revenir Emeneya je ne connais pas "Okosi ngaï Mfumu" mais j'aimais bien nzinzi c'est drôle parce qu'il n'y a pas très longtemps je l'ai entendu chez des amis et sans même m'en rendre compte dès les premières notes, elle m'a réchauffé et je me mise à chanter, mwasi ya bato elengui mingui na ko lula ye, ya yo moko po nini o bonguisaka ye té... et les trois autres congolais présents se sont rapprochés de moi et on s'est spontanément mis à chanter qui un couplet, qui un autre nous avons improvisé un choeur sur le refrain " bonguisa mwasi na yo nzinzi é é, ébélé ya mbongo oyo ko zua ka papa kaka kwiti na basi oyo bayina mabala.On s'est éclaté comme des ados, heureusement qu'ils étaient là, je ne connais pas la chanson par coeur ! Arrête de faire ton parano ! Te reprocher de tout ramener à toi ? ou plutôt simplement constater ce qui est ? Évidemment que tu ramènes tout à toi, tu ne vas pas te référer au pape en parlant de toi ou bien ?




 










Haut

   
 










niaou





 Sujet du message:
Posté: Sam 07 Avr, 07 3:58 















Inscription: Mer 14 Fév, 07 10:10Messages: 2053






Citation:
Arrête de faire ton parano ! Te reprocher de tout ramener à toi ? ou plutôt simplement constater ce qui est ? Évidemment que tu ramènes tout à toi, tu ne vas pas te référer au pape en parlant de toi ou bien ?
Avec celui là, tu n'as encore rien vu! Tu n'es qu'à tes débuts... Depuis son retour, il ne fait que ronger son frein, mais pas encore pour longtemps...celui-là qui considère la femme noire comme son paillason sur lequel il peut venir essuyer ses godasses! Patience et tu te rendras compte de quoi il est capable!!! C'est tout un cas, Plus retors et fourbe misogyne que lui, je meurs!




 










Haut

   
 










Mwana Kin





 Sujet du message:
Posté: Dim 08 Avr, 07 4:23 















Inscription: Sam 28 Juin, 03 7:26Messages: 167Localisation: Usa/ Californie






Loumo a écrit:
Mwana Kin....Déjà lui et Efongé Gina avaient commandé une médaille aux Indes pour activer leurs succès. Trop magnétisé, le talisman rendit Efongué fou. Evoloko s'en tira. Il eut un succès fou avec le pentacle hindou au nom devenu légendaire de CAVACHA.
Loumo, Je croyais que tu etais africain, car un vrai africain doit necessairement porter un cavacha. Tiens! j'ai oublie, c'est pas ta faute, c'est la faute du socialisme scientifique(rires..). Sais- tu que si Marien avait ecoute le grand leopard, qui lui proposa gratos un bon cavacha de chez nous, il serait encore en vie. Si tu veux je pourrais toujours te donner l'adresse de Djambala, au cas ou ... Je ne crois pas cela soit le cas avec Evoloko, qui a toujours voulu etre le "primum inter pares" de son groupe. Il parait que Gina Efonge,lui, a cherche plutot le succes que la protection. Cavacha venant de l'Inde? Non, chez nous on allait pas aux Indes, on allait plutot dans les plateaux Bateke. Donc pour nous le cavacha avait seulement un but conjuratoire. Il faut bien q'on se protege contre ce que Franco Luambo fustigeait dans "Kimpa Kisangemeni" J' ai mis cette chanson en ligne, au cas ou tu la connaissais pas. Voici le lien http://media.putfile.com/Kimpe-kisangameni Peut etre toi, ou charme, pourras traduire pour les autres et mettre en ligne le texte. A propos, je ne suis pas un ne kongo, mais je comprends le kituba et le kikongo a 70%. En fait c'est plus le kintandu que le kituba. A +




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Lun 09 Avr, 07 5:36 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso





Merci Mwana Kin pour le lien, je ne connaissais pas cette chanson. Quand à la transcription, Loumo ne me semble pas goûter ce genre d'exercice, Blaise en sa qualité de grand fan de Franco le fera sans doute ! @ plus




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Lun 09 Avr, 07 5:55 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso





tiens pour toi Blaise, voici un lien vers la vidéo de King Kester Okosi Ngai Mfumu II http://www.youtube.com/watch?v=2YRw4jP-cs8




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Lun 09 Avr, 07 5:59 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso






Mwana Kin a écrit:

Loumo a écrit:
Mwana Kin....Déjà lui et Efongé Gina avaient commandé une médaille aux Indes pour activer leurs succès. Trop magnétisé, le talisman rendit Efongué fou. Evoloko s'en tira. Il eut un succès fou avec le pentacle hindou au nom devenu légendaire de CAVACHA.
Loumo, Je croyais que tu etais africain, car un vrai africain doit necessairement porter un cavacha.Tiens! j'ai oublie, c'est pas ta faute, c'est la faute du socialisme scientifique(rires..).
j'adore ton humour ! il en faut ! justement pour rester dans le sujet voici un petit clin d'oeil pour vous deux ! Moyéké de Langa-Langa Stars http://www.youtube.com/watch?v=P0rBOy9tY9Y




 










Haut

   
 










Afficher les messages postés depuis: Tous1 jour7 jours2 semaines1 mois3 mois6 mois1 an Trier par AuteurDateSujet CroissantDécroissant 






 
 Page 4 sur 5
 [ 87 messages ] 
Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivante









Index du forum » Culture » Musique
Heures au format UTC









Qui est en ligne




Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 0 invités








 
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujetsVous ne pouvez pas répondre aux sujetsVous ne pouvez pas éditer vos messagesVous ne pouvez pas supprimer vos messages







 




Aller à:  Sélectionner un forum ------------------ Présentations    Annonces    Règles et charte du Forum    Présentation des membres Les Forums Congopage    Les Grands Débats    Forum Public    Souvenirs du Congo    Blagues à Gogo Culture    Culturama    Sports    Cuisine    Musique Langues congolaises    Le Lingala    Apprentissage du Munukutuba    Autres langues congolaises 








Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group

anaclet 06/12/2008 21:17

Le mot Cavacha viendrait de l'Inde,je ne puis ni confirmer ni infirmer. Je vous laisse juge. Si celà peut faire avancer Anicet dans son travail. Qu'il s'interesse au gourou indient Shri Sai baba et Shri Sai Leela. 



CHARME





 Sujet du message:
Posté: Sam 07 Avr, 07 12:02 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso






Loumo a écrit:
Je cherche le catalogue des médailles où se trouve la Cavacha. J'en avais un, je l'ai perdu. J'avais commandé cette médaille. Mon colis a été dérobé à la poste de Brazaville. Ceci n'expliquant pas forcément cela, on m'a appris que le receveur du bureau de poste de Poto-Poto a sombré dans la folie dans le même temps. Durant ses crises, on dit qu'il se met à danser nu comme un ver de terre.Il faudra que je me fasse venir d'Inde une autre médaille. On m'a parlé d'une médaille qui fat fureur dans le milieu des magiciens d'Afrique Centrale. Le talisman s'appelle NDOMBOLO.
Tu ne pouvais pas mieux faire pour nous dérider un peu




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Sam 07 Avr, 07 12:50 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso






Blaise a écrit:
Charme, tu vois tout ce qui se dit sur mon idole Evoloko ? C'est cela l'Afrique Charme. Le talent est un crime. Quand tu as du talent tu déranges car on veut absolument trouver des origines mystiques au talent. "Tu as mangé ton frère pour avoir ce talent". "Tu as fini tes enfants pour avoir ce talent". Et voilà le pauvre Evoloko à qui on attribue ses insomnies à une médaille qu'il aurait commandé pour devenir le plus talentueux de sa génération. Son insomnie dans d'autres sociétés auraient trouvé une toute autre explication. D'autant plus que Mwana Kin nous dit que le frère d'Evoloko souffre du même mal. Il est connu aussi que les insomniaques sont des monstres de travail. D'ailleurs moi-même on m'a souvent accusé d'insomniaque. C'est vrai que je dormais 03heures seulement par jour. ça me suffisait. J'ai été rassuré grâce à une émission que j'avais vu en France. Nous sommes nombreux dans le cas. Et d'après que Bernard TAPIE en fait partie aussi. Mais j'arrête là Charme, sinon on va encore me reprocher de tout ramener sur MOI. En 1981, EMENEYA a failli devenir fou, quand il était rentré au maquis pour la sortie de son Orchestre Victoria Eleison, après qu'il ait quitté Wemba (la plus grande des révolutions dans la musique zaïroise). Tout le monde avait dit que EMENEYA avait touché une médaille qui l'aurait rendu fou. En fait ce n'était qu'un surménage. Au maquis EMENEYA bossait 24H/24. Il ne dormait plus. Il voulait relever son défi contre WEMBA et il réussit. C'était le premier à l'avoir fait. D'où son sobriquet de KING KESTER. La sortie de l'orchestre Victoria Eleison se fera avec la chanson "Okosi ngaï Mfumu". Un tube d'anthologie. Le connais-tu Charme ? PAPA WEMBA était à terre. Il n'avait pas vu venir. Mais il se relevera en grand artiste qu'il est lui aussi. Ah KESTER, j'adorais KESTER. Après Evoloko, chez moi c'était Kester. Je parle des orchestres jeunes bien entendu. Car toute catégorie confondue tu sais où vont mes préférences. Blaise
Juste une parenthèse pour dire à quel point nous devrions faire un effort pour ne pas sombrer dans cette facilité qui consiste à parler d'Afrique (donc à généraliser) alors même que l'on parle d'un pays, dans notre cas des deux Congo. Après tout, peut-être que tu as eu la chance de la parcourir. Pour ce qui me concerne, l'Afrique dans son ensemble je ne connais pas, je ne sais pas comment les anglophones, les lusophones, les ouest'af interprètent les mêmes faits mais je doute que nous ayons tous la même approche. Je refuse de faire mien les sstéréotypes qui rassemblent tous nos pays sous un label , plus ou moins stigmatisant en oubliant les multiples clivages qui traversent les différents pays de ce continent. Fin de la parenthèse Pour aller dans ton sens, j'ai dans l'idée que le succès (plus que le talent) fait toujours des jaloux mais c'est une constante universelle à laquelle chaque culture répond par ses propres vecteurs, d'aucuns ne peuvent se départir d'en appeler à la métaphysique, la sorcellerie et autres réjouissances, là où les autres feront allusion au lobbying, à une appartenance sociale et autres gracieusetés mais à la finale le résultat reste le même : le déni de travail et de talent de celui que l'on veut dénigrer. L'un et l'autre se valent à mes yeux, leur moteur est la jalousie et les conséquences en sont parfois meurtrières dans les deux cas. Pour revenir Emeneya je ne connais pas "Okosi ngaï Mfumu" mais j'aimais bien nzinzi c'est drôle parce qu'il n'y a pas très longtemps je l'ai entendu chez des amis et sans même m'en rendre compte dès les premières notes, elle m'a réchauffé et je me mise à chanter, mwasi ya bato elengui mingui na ko lula ye, ya yo moko po nini o bonguisaka ye té... et les trois autres congolais présents se sont rapprochés de moi et on s'est spontanément mis à chanter qui un couplet, qui un autre nous avons improvisé un choeur sur le refrain " bonguisa mwasi na yo nzinzi é é, ébélé ya mbongo oyo ko zua ka papa kaka kwiti na basi oyo bayina mabala.On s'est éclaté comme des ados, heureusement qu'ils étaient là, je ne connais pas la chanson par coeur ! Arrête de faire ton parano ! Te reprocher de tout ramener à toi ? ou plutôt simplement constater ce qui est ? Évidemment que tu ramènes tout à toi, tu ne vas pas te référer au pape en parlant de toi ou bien ?




 










Haut

   
 










niaou





 Sujet du message:
Posté: Sam 07 Avr, 07 3:58 















Inscription: Mer 14 Fév, 07 10:10Messages: 2053






Citation:
Arrête de faire ton parano ! Te reprocher de tout ramener à toi ? ou plutôt simplement constater ce qui est ? Évidemment que tu ramènes tout à toi, tu ne vas pas te référer au pape en parlant de toi ou bien ?
Avec celui là, tu n'as encore rien vu! Tu n'es qu'à tes débuts... Depuis son retour, il ne fait que ronger son frein, mais pas encore pour longtemps...celui-là qui considère la femme noire comme son paillason sur lequel il peut venir essuyer ses godasses! Patience et tu te rendras compte de quoi il est capable!!! C'est tout un cas, Plus retors et fourbe misogyne que lui, je meurs!




 










Haut

   
 










Mwana Kin





 Sujet du message:
Posté: Dim 08 Avr, 07 4:23 















Inscription: Sam 28 Juin, 03 7:26Messages: 167Localisation: Usa/ Californie






Loumo a écrit:
Mwana Kin....Déjà lui et Efongé Gina avaient commandé une médaille aux Indes pour activer leurs succès. Trop magnétisé, le talisman rendit Efongué fou. Evoloko s'en tira. Il eut un succès fou avec le pentacle hindou au nom devenu légendaire de CAVACHA.
Loumo, Je croyais que tu etais africain, car un vrai africain doit necessairement porter un cavacha. Tiens! j'ai oublie, c'est pas ta faute, c'est la faute du socialisme scientifique(rires..). Sais- tu que si Marien avait ecoute le grand leopard, qui lui proposa gratos un bon cavacha de chez nous, il serait encore en vie. Si tu veux je pourrais toujours te donner l'adresse de Djambala, au cas ou ... Je ne crois pas cela soit le cas avec Evoloko, qui a toujours voulu etre le "primum inter pares" de son groupe. Il parait que Gina Efonge,lui, a cherche plutot le succes que la protection. Cavacha venant de l'Inde? Non, chez nous on allait pas aux Indes, on allait plutot dans les plateaux Bateke. Donc pour nous le cavacha avait seulement un but conjuratoire. Il faut bien q'on se protege contre ce que Franco Luambo fustigeait dans "Kimpa Kisangemeni" J' ai mis cette chanson en ligne, au cas ou tu la connaissais pas. Voici le lien http://media.putfile.com/Kimpe-kisangameni Peut etre toi, ou charme, pourras traduire pour les autres et mettre en ligne le texte. A propos, je ne suis pas un ne kongo, mais je comprends le kituba et le kikongo a 70%. En fait c'est plus le kintandu que le kituba. A +




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Lun 09 Avr, 07 5:36 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso





Merci Mwana Kin pour le lien, je ne connaissais pas cette chanson. Quand à la transcription, Loumo ne me semble pas goûter ce genre d'exercice, Blaise en sa qualité de grand fan de Franco le fera sans doute ! @ plus




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Lun 09 Avr, 07 5:55 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso





tiens pour toi Blaise, voici un lien vers la vidéo de King Kester Okosi Ngai Mfumu II http://www.youtube.com/watch?v=2YRw4jP-cs8




 










Haut

   
 










CHARME





 Sujet du message:
Posté: Lun 09 Avr, 07 5:59 


















Inscription: Jeu 01 Jan, 70 12:00Messages: 2167Localisation: mu nsi ya paladiso






Mwana Kin a écrit:

Loumo a écrit:
Mwana Kin....Déjà lui et Efongé Gina avaient commandé une médaille aux Indes pour activer leurs succès. Trop magnétisé, le talisman rendit Efongué fou. Evoloko s'en tira. Il eut un succès fou avec le pentacle hindou au nom devenu légendaire de CAVACHA.
Loumo, Je croyais que tu etais africain, car un vrai africain doit necessairement porter un cavacha.Tiens! j'ai oublie, c'est pas ta faute, c'est la faute du socialisme scientifique(rires..).
j'adore ton humour ! il en faut ! justement pour rester dans le sujet voici un petit clin d'oeil pour vous deux ! Moyéké de Langa-Langa Stars http://www.youtube.com/watch?v=P0rBOy9tY9Y




 










Haut

   
 










Afficher les messages postés depuis: Tous1 jour7 jours2 semaines1 mois3 mois6 mois1 an Trier par AuteurDateSujet CroissantDécroissant 






 
 Page 4 sur 5
 [ 87 messages ] 
Aller à la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivante









Index du forum » Culture » Musique
Heures au format UTC









Qui est en ligne




Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 0 invités








 
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujetsVous ne pouvez pas répondre aux sujetsVous ne pouvez pas éditer vos messagesVous ne pouvez pas supprimer vos messages







 




Aller à:  Sélectionner un forum ------------------ Présentations    Annonces    Règles et charte du Forum    Présentation des membres Les Forums Congopage    Les Grands Débats    Forum Public    Souvenirs du Congo    Blagues à Gogo Culture    Culturama    Sports    Cuisine    Musique Langues congolaises    Le Lingala    Apprentissage du Munukutuba    Autres langues congolaises 








Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group

messager 06/12/2008 14:36

Anaclet,Votre dernière intervention appuyée par des liens valables m'a beaucoup édifiée. Je crois qu'elle édifiera davantage notre ami Ivoirien qui fait des recherches sur l'origine du mot Cavacha. En sus, tous ceux qui avaient des questions là-dessus ont trouvé de quoi assouvir leur curiosité. C'est ça le but de ce site: fournir de la dicumentation culturelle viable.Merci pour vos recherches.Messager

anaclet 06/12/2008 14:02

Messager,Vous n'ignorez pas que le lingala de Kinshasa emprunte à beaucoup de langue entre autres le portugais,le français et les langues du pays. J'aurais du mal pour déterminer l'origine du mot cavacha. Mais je confirme que ce mot était usité naturellement lorsqu'on évoquait cette amulette qui donnait de la force ou servait à  se protéger. J'ai trouvé un lien qui y fait allusion aussi.



Loumo





 Sujet du message:
Posté: Jeu 09 Sep, 04 9:10 















Inscription: Mar 16 Sep, 03 8:30Messages: 5577





La notion de "troisième école" est un concept utlisé pour signifier la rupture d'un statu quo. C'est l'équivalent politique de la troisième voie quand, pour faire le change on se départit de la bipolarité, par exemple "gauche/droite". On choisit, dans ce cas, une voie alternative. Quand Zaïko est né, il a rompu avec le système musical incarné par deux courants : African Jazz s'inspirant des Cubains et Ok-Jazz mimant les Corses (Tino Rossi). Il y a eu une véritable révolution culturelle à l'image de celle qui a marqué, en peinture, le passage du réalisme au surréalisme. Le trait raffiné chez Michel Ange devient "sauvage" chez Picasso. Le tempo de Zaïko n'avait plus ce côté binaire et carré qui caractérisait (en dépit de leur différence avouée) African-Jazz (très latino) et Ok-Jazz (très typique). En fait le vrai courant "jazz" apparaît avec Zaïko qui aurait dû s'appeler, d'ailleurs "Zaï-Jazz" ! La mélodie à la Tino Rossi (ou à la Tino Baroza) aux yeux d'un chanteur comme Evoloko Antoine n'était plus le souci majeur dans le système musical qu'empruntaient ces jeunes de Matongé (fief urbain de Zaïko). La danse "cavacha" surprit d'autant plus qu'elle emprunta son nom à une amulette magique. Comme toute innovation, une scission se fit dans la société : les conservateurs détestèrent, les jeunes adhérèrent. Quand Nyoka dit que Zaïko représente la 3è école, je me permets de lui faire remarquer que le phénomène qui, en musique, a opéré la rupture épistémologique des années 70 est incarné par un certain Gaby Lita dit Lita Bembo avec ses Stukas Boys. Le Cohn Bendit qui a entamé le "mai 68" de la musique urbaine congolaise c'est bien ce garçon turbulent des environs du Stade du 20 mai. Certes ce groov couvait aussi à Ma Elikia (le Liverpool des garçons de Matongé), mais sur le plan de la hiérarchie de l'apparition médiatique, Stukas Boys a précédé Zaïko. Nota Bene : Les aléas de l'échange internet : Je n'avais pas fini la composition de mon article que Blaise y avait déjà répondu. Pour la cohérence des débats, je le reprends donc à la suite de son intervention.
Dernière édition par Loumo le Jeu 09 Sep, 04 9:46, édité 2 fois.



 










Haut

   
 










Blaise





 Sujet du message:
Posté: Jeu 09 Sep, 04 9:26 















Inscription: Dim 07 Avr, 02 8:46Messages: 5940Localisation: Val-de-Marne





Merci LOUMO, si j'ai bien compris, on est bien d'accord sur le fait que ZAIKO LANGA -LANGA a bien représenté la troisième école de la Musique congolaise, au regard des écoles représentées par l'AFRICAN JAZZ puis OK JAZZ et AFRISA. Sauf que pour toi école signifie rupture, pour moi c'est








Emmanuel Kandolo peut noue éclairer sur le mot  que les Kinois connaisse aussi sous le vocable "Cable".

messager 05/12/2008 06:58

Anaclet,Merci pour votre lumière sur le terme Cavacha. Je suis curieux de savoir précisement de quelle langue congolaise le mot "cavacha" ou "cavache" tire son origine ? Car ce mot "cavacha" me paraît étrange par rapport au contexte linguistique de nos langues.Messager

anaclet 04/12/2008 17:13

Cavachat ou cavache est un terme populaire bie connu des kinois. En plus du comon dont a déjà parlé ici on portail un genre de bracelet au dessus du biceps pour se donner de la force que nous appelions cable puis cavache ou cavachat bien sûr avec l'accent kinois. Si l'on se rappelle des passages de Anto Evoloko à la télévision en tenue traditionnelle,on pu remarquer pour illustrer le cavachat il en portait au dessus des biceps et croisés au niveau du thorax. Et j'ajoute que Wondostoc est la transcription de Woodstock le fameux festival des hippies dans la même époque aus USA.