Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 
IV.    Le refus de combattre de la MONUC est un mensonge
 
    Portons notre croix sans échapper au défilé du Golgotha de la victoire, car cette fois-ci c'est le Christ qui crucifie le démon.  Il n'existe nulle part au monde une guerre qui dure des décennies sans "Déclaration de Guerre".  Le Rwanda et l'Ouganda sont allés trop loin dans la mise en place des échafauds pour exterminer les Congolais avec la complicité des Puissances occidentales.  Les Rwandais et les Ougandais se sont donné pour mission de chasser les populations congolaises de leur terre.  Les Multinationales, quant à elles, ne se sont pas privées d'apporter leur soutien dans l'approvisionnement en armes aux Armées d'agressions au Congo.  Ce sont elles qui donnent tout le soutien logistique, tactique et stratégique et qui couvrent les crimes contre l'humanité commis sur la femme congolaise par la propagande à vaste échelle.  Ensemble, ce cartel, afro-multinationale, d'une bicéphalité monstrueuse conjugue l'intrigue pour faire passer toujours les Congolais pour un peuple mauvais devant mériter le châtiment du génocide rwandais, à la place du bourreau, dont Paul Kagamé lui-même, sur sa propre ethnie.
 
    C'est ainsi qu'en peu de temps, nous sommes passés de Peuple libre au statut de peuple esclave.  Ce n'est pas faux, l'empereur de la RDC, c'est Paul Kagamé, c'est lui qui a nommé pour les élections présidentielles et législatives au Congo les personnalités rencontrant son agrément.  Il est le parrain de la Fonction publique et de l'État congolais.  Joseph Kabila sort de son contenaire et tout l'aréopage des Grands-Lacs répond de sa volonté d'administrer l'Afrique centrale et la Région des Grands-Lacs sous sa gouverne.  En fait, il s'agit pour Kagamé d'être toujours :
  • Celui qui influence le choix des politiques en RDC, en Ouganda, au Burundi et au Rwanda, son pays ;
  • Celui qui doit constamment édifier l'itinéraire de la conscience publique avec ses mensonges et sa dictature ;
  • Celui qui recrée le FDLR et les Interhamwes pour les présenter comme les ennemis de son régime.  En fait, Kagamé est le justicier et le terroriste en même temps ;
  • Celui qui manufacture la conscience national de tous et le consensus des politiques par son leadership émanant du mensonge et de la gabégie.
    En clair, Joseph Kabila n'est pas un Chef de l'État congolais, c'est un commissaire de police de charger de représsion et d'intimidation, sans oublier qu'il a la mission d'organiser la balkanisation de la RDC.  Comme Congolais, nous avons le devoir de nous libérer nous-même car nous n'avons plus aucun saint auprès duquel nous vouer.  Les conflits à répétition sont conçus pour porter délibérément les accusations sur les Congolais.  Ceux qui violent, ceux qui volent, ceux qui pillent sont toujours d'après la presse occidentale et Radio-Kapi, les FARDC, les FDLR, jamais le CNDP, pourtant c'est cette milice armée qui a déplacé 2.000.000 de Congolais vers les camps de réfugiés et qui fait tout le ravage dans le Nord-Kivu.
 
    Le génocide de 1994, est une cruauté Rwando-Rwandais, il ne peut en aucun cas devenir une licence pour avoir le droit de massacrer les autres tribus riveraines.  Après la Seconde Guerre Mondiale, les Israélites ont donné un exemple sans précédent.  Beaucoup de Juifs ont quitté l'Allemagne, il y a eu le procès de Nürenberg, mais jamais on a entendu les rabbins exiger que l'on égorge les Allemands.  De toutes les condamnations et exécutions majeures relatives aux crimes contre l'humanité et aux crimes de guerre, il n'y a pas eu plus que 15 noms importants du nazisme.  Les noms qui font manchettes de ce procès sont : Goebbels, Himmler, Göring, Hess, von Ribbentrop, Keitel, Dönitz, Raeder, von Schirach, Sauckel....  Les autres étaient en fuite comme Eichman, Martin Borman, En d'autres mots, les Juifs n'ont pas demandé de vengeance et les Allemands ont été aidés à reconstruire leur pays pour devenir cette puissance qu'elle est aujourd'hui.
 
    Face à la tragédie qui se répand comme la peste sur le terrain au Nord-Kivu, l'ONU prend la fuite et choisit de se réfugier au Rwanda là d'où provient les criminels, on comprend aisément avec cette option que la MONUC est service de ceux qui endeuillent la RDC.  Au Conseil de Sécurité à New York, les hommes rassasiés et repus ne font que condamner sans contrainte et l'Union Européenne qui a imposé l'ordre de Kigali à Kinshasa est effrayée d'envoyer les troupes de représsions, l'Eufor, qu'elle a intimidé avec les Congolais lors des élections qui ont porté Joseph Kabila, son pion, surveillant des sites miniers dont tout l'Occident se sert par la fraude pour son économie et ramène ses frais d'exploitation du Congo en le défalquant sur la dette extérieure du pays pillé qu'elle n'aide pas, mais spolie et laisse mourir ses filles et filles que les rébellion qu'elle a générée avec le Rwanda et l'Ouganda.  L'ONU, l'Europe, l'Union Africiane et les États-Unis mentent tous les jours dans le dossier congolais, il n'y plus d'espoir de se voir protéger par ces intervenants si nous Congolais, nous ne nous sauvons pas nous même.
 
    Il est temps, encore une fois je le répète, nous devons nous défendre avec la même arme que celle de nos agresseurs qui nous tuent.  Ne craignons pas celui qui tue le corps quand nous avons raison.  La scène des multitudes et des multitudes jetées sur la route de l'exode sans nourriture ni provision doit cesser.  L'ONU ne nous défend pas et n'intervient pas, elle est là au Kivu depuis longtemps, elle n'a rien fait, elle intimide les forces gouvernementales qu'elle oblige d'abandonner ses positions et cède aux rebelles de Nkundabatuare.  L'ONU voit tout ce qui se passe, elle est amorphe.  Au lieu de déloger les rebelles, elle déloge l'Armée régulière et tue la population qui vient se plaindre à elle pour lui demander protection.  La MONUC a violé les femmes, et elle s'est rendue coupable du trafic des matières premières, de l'ivoire et de certaines essences forestières interdites à l'exportation.  Nous ne serons pas des criminels si nous répondons par l'épée contre l'épée.  En tant de guerre il faut se défendre.  La présence américaine en Afghanistan avec une conséquence des millions de morts à l'origine de sa raison d'y faire la guerre.
 
    Le 11 septembre 2001, les victimes de cette tragédie ne se comptent pas en millions, mais seulement dans l'ordre de 3,450 à peu près.  Pourtant, le monde entier a pleuré ces victimes plus que les 6.000.000 de Congolais tués par Paul Kagamé et Yoweri Museveni.  Aussitôt après ce qui advint, ce fut l'escalade fatale contre les Talibans.  Derrière les États-Unis, dans cette bataille qui est devenue cette du contre-terrorisme, se sont rengés la France, l'Italie, le Canada, la Grande Bretagne, l'Australie, la Pologne, la Belgique, etc.  Lorsqu'on est en péril de danger mortel, on ne demande pas la permission de se défendre c'est un réflexe naturel.
 
    Dans la levée des boucliers qui va s'ensuvire lorsque nous porterons contre l'ennemi notre première riposte, ayons à l'esprit que notre combat est une réaction contre l'arbitraire pour faire triompher la justice et le droit dont nous sommes usufruitiers comme n'importe quel peuple.  En clair, faisons la part des choses en nous rapportant à l'essence de notre raison pour faire la guerre, il s'agit précisemment de faire la part des choses.  Les ennemis du Congo ne sont pas les femmes, ce ne sont pas les enfants non plus et encore moins les étrangers qui vivent chez nous, nos ennemis sont les combattants illégaux qui commettent des crimes, l'Armée du Rwanda et l'Ouganda qui traversent depuis plus d'une décennie, au mépris de notre souveraineté nationale, notre frontière comme elle le fait sans répit.  Ces tueurs sans vergogne, il faut les poursuivre quand ils sont surpris et les traquer jusque dans leurs bases, même si cela requiert de traverser la frontière de chez eux.  Autrement, on ne nous craindra pas, on va continuer à nous massacrer comme on a exterminé plus de six millions des Congolais devant l'ONU et sa MONUC incapables de nous défendre et indifférents à notre souffrance.
 
    Dire que la MONUC est incapable d'effecteur son travail par manque de matériel, c'est un mensonge.  Au Katanga, la Gendarmerie Katangaise était bien plus nombreuse, sophistiquement armée et supérieure en nombre.  Pourtant, devant le péril que représentait ce corps des Forces Armées, l'ONU/Congo a affronté sans peur l'adversaire qui était chez lui et puissament équipé par la Belgique, la France, la Grande Bretagne, l'Afrique du Sud, la Fédération des Rhodésies et du Nyassaland, la Sud-Ouest Africain, l'Angola, le Mozambique et le Portugal.  Qui dit vrai entre les deux missions de l'Onu, celle des années '60, l'ONUC et celle de l'an 2000, la MONUC.  Il y a un manque de volonté politique et un refus d'en finir avec la rébellion parce que l'Europe de l'OUest, les États-Unis et l'Amérique du Nord tirent des dividendes faramineuses.
 
Congolaises, Congolais,
Peuple du Vendredi Saint
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article