Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 
V.    Ne plus laisser l'initiative de transiger aux seuls Kouchner, Louis Michel ...
 
    Ces hommes deviennent dangereux quand ils sont les seuls à décider des affaires du monde sans connaître leurs cultures, seulement avec leur partie pris et leur agenda d'État.  Bernard Kouchner n'est pas une lumière dans la diplomatie internationale, sa position même de Ministre des Affaires Étrangères trahi l'idéal d'activiste humanitaire dont il s'est fait le porte-parole depuis le Biafra.  Du Parti Socialiste mitterrandien au Parti Conservateur sarkozien, il y a maille à parier que celui-ci est une personne sur on peut compter.  la guerre au Congo est une entreprise des multinationales.  À mon tour de dire franchemment qu'est ce que l'on peut espérer d'un Ministre d'une grande puissance dont la part de responsabilité dans le drame du Congo est palpable.
 
    Kouchner dit : "Franchement, il y a tellement longtemps que ça dure, il ya déjà des troupes là-bas, envoyer des troupes ça ferait quoi".  Est-ce que cette exclamation a une valeur de parole politique et d'État quand on sait que l'Union Européenne, par l'EUFOR a envoyé ses militaires pour surveiller des élections de 2006 alors qu'en même temps, les troupes de la MONUC étaient sur place, en RDC.  Kouchner ne dit-il pas que laisser les Noirs se tuer entre-eux, après tout, ce ne sont que des Noirs.  En fait, le séjour de Louis Michel à Kinshasa est envisagé pour faire obliger les Congolais, par leur gouvernement fantôche, de négocier avec Laurent Nkundabatuare, un criminel qui a sur les mains l'épaisseur d'une montagne des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre commis à Kisangani et dans le RCD/Goma et tous les jours comme maintenant ces Congolais qui meurent et qui ne sensibilisent pas le coeur de George W. Bush et Gordan Brown qui n'ont des yeux de réprobation que Robert Mugabe au Zimbabwe et à Wall Street pour soigner l'argent et abandonner les êtres humains condamnés à mourir à cause de leurs politiques étrangères.
 
    Ce qui me fait prendre position pour la risposte du tic au tac, c'est le sang de notre peuple qui me monte à l'esprit et submerge tout mon corps de son liquide vermeil versé pour rien.  Sur ce point, je viens de recevoir une réflexion très pertinent d'une Dame à l'intelligence rare.  Dans son article destinée à plusieurs lecteurs, c'est le deversement du sang des Congolais qu'elle met en exergue :
 
    "At the moment, Rwandan business interests make a fortune from the mines they illegally seized during the war. The global coltan price has collapsed, so now they focus hungrily on cassiterite, which is used to make tin cans and other consumer disposables. As the war began to wane, they faced losing their control to the elected Congolese government – so they have given it another bloody kick-start.  Yet the debate about Congo in the West – when it exists at all – focuses on our inability to provide a decent bandage, without mentioning that we are causing the wound.
 
    It's true the 17,000 UN forces in the country are abysmally failing to protect the civilian population, and urgently need to be super-charged. But it is even more important to stop fuelling the war in the first place by buying blood-soaked natural resources. Nkunda only has enough guns and grenades to take on the Congolese army and the UN because we buy his loot. We need to prosecute the corporations buying them for abetting crimes against humanity, and introduce a global coltan-tax to pay for a substantial peacekeeping force. To get there, we need to build an international system that values the lives of black people more than it values profit." Source : Johann Hari: "How we fuel Africa's bloodiest war What is rarely mentioned is the great global heist of Congo's resources". Thursday, 30 October 2008, Independent. United Kingdom.
 
    Maintenant pour faire échec aux mensonges, le rôle qui nous incombe c'est celui de nous assumer sans concours des intervenants illéttrés dans nos réalités de terrain.  Bernard Kouchner est un nom, mais il est seulement associé à Medecin sans frontière d'une manière significative.  Pour d'autres natures des questions, il ne faut pas que nous bassions les bras pour attendre les Européens et les Américains qui ne sont que sous informés, mais jouissent de l'avantage de transiger par l'abus de position de l'autorité de leurs pays tels qu'organisés au sein de l'OTAN, du G-8, de l'Union Européenne et de l'OCDE.  Certains chef de mission occidentaux qui s'insèrent dans les crises africaines sont des personnalités qui n'ont que des vues étroites et très courtes.  En effet, beaucoup d'entre-eux ne connaissent que leur petit coin du pays.
 
    Mais, par le prestige du diplôme, de la notorieté de son Université, voire de l'organisme ou l'État qui les emploient, ceux-ci deviennent par l'ampliture de l'envergure que leur conférèrent la mission sur le sol africain, congolais ou Tiers-Monde, des spécialistes des problèmes font ils n'ont aucune idée.  Bernard Kouchner est de ceux-là.  Certes, il voyagé, mais a-t-il fait assez des pas dans la collectivité du territoire hôte pour déflorer les paysages de sa randonnée, a-t-il suffisamment pris le pouls des questions telles qu'elles se posent avec acuité ou bine n'a-t-il étét qu'un blanc comme les anciens Administrateurs de préfectures coloniales qui attendaient tout des nègres ?
 
    La situation en RDC est exactement éludée par des spécialistes de cet ordre superficiel, mais qui sont cru parce qu'ils ont passé un temps au Biafra pour soigner les blessés et les malades pendant la guerre de sécession.  D'autres le sont uniquement parce qu'ils ont séjourné un jour chez Joseph Kabila.  Rien qu'avec ces références là, les voilà projetés au piédestal des personnes ressources.  Si telle était la vérité, la RDC aurait pu trouver la paix et repris de sa santé socio-politique.  Par contre, ce qui est évident, tous ces intervenants sont des courtiers envoyés par des entrepirses pour palper le terrain envue d'exploiter et d'exploiter les pays visités sans état d'âme.  La RDC est en guerre parce qu'on ne le l'aime que pour y voler, piller et enregistrer des affaires faramineuses.  C'est tout.  Pour la congratuler, ce sont les armes que l'on donne à ses déliquants.
 
    Debout Congolais, sauvons-nous nous même, les canons rwandais tonnent en son cratère, mettons fin à l'éruption de sa détonation sur nos populations,  Renaissons en dressant nos fronts comme les Pères Boka et Lutumba l'ont recommandés dans notre hymne national, le "Debout Congolais".  Faisons la guerre à nos tueurs, ne leur laissons pas la chance de nous étrangler et de voler ce qui nous revient de droit, car les richesses dont nous sommes propriétaires à vie et à jamais sont l'héritage que nous ont laissé nos ancêtres.  Il faut que de toute part aujourd'hui jaillisse l'écho d'une mobilisation nationale monstre qui nous pousse et incite à nous réapproprier notre pays et à poursuivre dans une offensive décisive et capitale, les bourreaux de notre peuple pour que vive à jamais la République Démocratique du Congo.  Pour cela, le mot d'ordre sur le plan national, c'est d'être vigilant et patriote et sur le plan internationa, ne plus laissons plus l'initiative de transiger en notre nom aux seuls  étrangers tels Kouchner, Louis Michel ...
 
Congolaises, Congolais,
Peuple du Vendredi Saint
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article