Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Le document  ci-dessous relatif à la journée mondiale de la lutte contre la faim provient de Mwana Mayumbu.


 

 

A QUOI VA SERVIR LA CREATION D'UN NOUVEAU FONDS POUR LUTTER CONTRE LA MISERE ???



 

Un ami du CCFD m'a envoyé la Lettre d'Information de l'ACTION CONTRE LA FAIM du 25 juin 2008, qui préconise, en lançant un appel aux hommes de bonne volonté, la création d'un fonds mondial pour lutter contre la pénurie actuelle en matière d'alimentation..
Voici ce qu'a été ma réponse à son mail.

"Je suis de ceux qui pensent que cette formule de fonds est la jumelle de celle ayant trait à l'aide publique au développement ou à l'aide à apporter aux pauvres, aux affamés des pays en voie de développement. Cela fait, depuis plus de cinq décennies, des milliards, à compter jusqu'aujourd'hui: volatilisés, enfouis dans des banques occidentales, investis dans des domaines et châteaux dans des villes huppées du monde...bref, des milliards qui ont enrichis éperdument des riches et des puissants autour ou à la tête de nos pays.
Trop c'est trop...pour demander encore aux différents contribuables à donner de leur sous pour telle ou telle autre action contre la misère ou contre la faim.
Il existe certes, des  formules mises en place par certaines organisations crédibles qui financent des petits projets dont les résultats sont contrôlés par des mécanismes d’un type de partenariat bien défini ( Cfr par exemple les actions du CCFD-Terre Solidaire).

En revanche, je ne m'inscris pas sur des registres qui fabriquent des fonds dont les opérations ne sont contrôlées de personne; des fonds qui sont utilisés en grande partie pour de l'administration et des frais de missions des fonctionnaires qui vont en promenade ou en tourisme dans ces pays concernés et qui logent dans des hôtels huppés (3, 4, 5 étoiles) et qui ne ramènent à leurs hiérarchies que de la littérature classée sans suite...
J'ai fait un petit exercice consistant à comparer les textes portants DECLARATION FINALE DES SOMMETS MONDIAUX POUR L'ALIMENTATION. En effet, si vous ne prenez que les sommets de 1996, de 2002, de 2005 et celui de 2008 , Ce sont les mêmes constats, les mêmes jérémiades, les mêmes exhortations   C’est répétition des mêmes vœux, voire des mêmes mots et expressions. Ces fameux experts arrivent avec leurs archives biens pré-rédigés et les reproduisent à la fin de chaque sommet.
Pourvu que la presse et l'opinion trouvent matière à avaler...

Comme on peut le constater, aucune bonne intention n'a produit des résultats satisfaisants. La preuve, c’est que le nombre des personnes souffrant de la faim dans le monde passera bientôt (en 2009) de 800 millions à 900 millions.

 

Comment expliquer cette situation quand on sait que 50 ans après l'aide publique au développement, l’on soit toujours en devoir de se demander : quelle aide et pour quel développement ? Cette question mérite d'être posée et examinée, au regard du classement que vient de dresser le PNUD (2007-2008) en mesurant les critères suivants:
-la base de l'espérance de vie
-du taux d'alphabétisme des adultes
- du taux de scolarisation à l'école primaire, au secondaire et au troisième cycle,
- du revenu réel ou du PIB par habitant...

Tous ces éléments constituent l'ossature de ce qui est communément appelé INDICE DU DEVELOPPEMENT HUMAIN. 16 pays, parmi lesquels les pays africains ayant des fabuleuses ressources minières ou pétrolières, affichent aujourd'hui un IDH inférieur à celui de 1990. A titre d’illustration, considérons l'IDH de trois pays: la RDC, la Zambie et le Zimbabwe qui est aujourd'hui inférieur à ce qu'il était en 1975...Or, la RDCongo figure, aux côtés d’autres pays très riches en ressources du sol et sous-sol et en pétrole ( ex.  Congo-Brazza, Nigeria, Gabon, Angola…), Mais ces pays, en raison du pillage organisé par des puissants, en complicité avec leurs chefs d’Etats, se retrouvent avec des populations vivant  dans des conditions infra-humaines.

Je suis scandalisé d’apprendre que 60% de l’opinion publique en France pense encore qu’il faille augmenter l’aide publique au développement pour lutter contre la misère dans le monde.
La seule aide pour la quelle je suis prêt à militer, et ce dont les populations des pays pauvres ont besoin, c'est la rupture d’avec un système dans lequel fonctionnent des accords maffieux politico- économico-financiers signés aux lendemains des indépendances entre ces pays et leurs métropoles. Ce qui impliquera horizontalement et obliquement que des dictateurs et assassins cessent de se faire fabriquer et de se faire soutenir (par les puissants)à la tête de ces pays Regardons ce qui se passe au Zimbabwe ( tout comme dans des pays sus-mentionnés). Mugabe, c'est un produit fabriqué par ce système...
Pour revenir à la famine, j'aimerai qu'on fasse des études sur l'ensemble de terres arables dans le tiers-monde. Je parie que l'ensemble de ces terres sont abondamment fertiles, exceptés celles des pays désertiques ou qui souffrent de manque de pluie.
J'aimerai entendre et soutenir des actions qui luttent pour une meilleure exploitations de ces terres arables, mais aussi pour la juste commercialisation des produits miniers ou pétroliers, ou autres bois de forêts  dont les recettes permettraient à construire des infrastructures et à relever le niveau de vie de ces populations. Tout cela présuppose bien entendu UN NOUVEAU TYPE DE PARTENARIAT ( 8è objectif du Millénaire).
En dehors de cela, RIEN ne changera. Les riches devenant toujours riches ( le pourcentage des millionnaires vient d'augmenter dans le monde), et les pauvres s'engouffrant davantage dans la pauvreté.
Mon option n'est autre que cet adage chinois qui est revenu dans l'opinion de certains analystes africains ces derniers jours: "si tu me donnes un poisson, je mangerai. Mais si tu m'apprends à pêcher, je n'aurai plus faim".
Voilà ce que je pense, il se pourrait que je sois dans l'erreur. Mais, au moins le débat doit se recentrer sur la question: "à qui profite l'aide accordée aux PED ou aux opérations contre la faim?"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article