Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Le Sénégal du président Léopold Sédar Senghor avait organisé à Dakar, du 1er au 24 avril 1966 , le 1er festival mondial des Arts nègres dont l'objectif était de "faire apparaître l'affirmation solennelle des valeurs de la négritude".
 Selon un article du journal " le soleil" de Dakar, consacré aux 40 ans de cet événement, ce festival avait accueilli des célébrités de la culture comme Alioune Diop, Josephine Baker, Katherine Dunkam, Langston Hughes, Aimé Césair....,et les délégations de 37 pays dont 30 africains. Au total 2.226 personnes.
 La République Démocratique du Congo avait été représentée par une délégation d'artistes dont l'orchestre OK-JAZZ de Franco Luambo. Selon le témoignage de notre compatriote Kokolo, arrivé malheureusement après le spectacle officiel de l'Ok-Jazz au festival, la population Sénégalaise avait été enthousiasmée par la prestation de l'orchestre congolais. Les mélomanes dakarois qui n'avaient pas assisté au festival eurent l'opportunité d'assister aux différents concerts livrés par l'Ok-Jazz, retenu plusieurs jours sur le sol sénégalais, suit à une panne d'avion.
 Par manque d'une documentation viable, nous ne saurions communiquer avec exactitude le répertoire exécuté par l'Ok-Jazz durant ce festival. Néanmoins, l'analyse de l'histoire discographique de cet ensemble musical place la chanson " balingaka ngai te" parmi les chansons les plus appréciées à cette époque. C'est éventuellement l'une de celles qui avaient emballé le public à ce festival.
Écoutons-la.

Balingaka ngai te.


Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

messager 04/07/2008 10:51

Une précision: Si tu bois beaucouo est une chanson de  ISAAC PEDRO et l'OK-JAZZ, sortie vers 1962.Messager

messager 04/07/2008 10:33

Oui Dodo, "Si tu bois beaucoup" est une composition de l'OK-Jazz.Soki olingi nakoki ko programmer yango prochainement.Messager

Dodo 04/07/2008 05:26

(je m'excuse)
Une autre chanson que les vieux Dakarois evoquent souvent, c'est la chanson TU BOIS BEAUCOUP...NAYEBI TE OH NAYEBI TE. Etait une composition de l'OK JAZZ? 

Dodo 04/07/2008 05:22

Une autre chanson que les vieux Dakarois c'est TU BOIS BEAUCOUP...NAYEBI TE OH NAYEBI TE. Etait une composition de l'OK JAZZ? 

joseph Pululu 02/07/2008 14:26

Ah la belle Epoque du Bouchez !Franco au Sénégal, en 1966, c'était en soit déjà un évènement. Comme nous le rappelle si bien Messager, même sans le 1er Festival des Arts Nègres, Franco pouvait mettre sens dessus-dessous Dakar "Andakara" . En effet, sa réputation l'avait dépuis longtemps précédé à Dakar, grâce à tous les Sinangalé et Sarakoulé, qui ramenaient chez eux ses microsillons. Ses disques étaient vendu par les marchands ambulants de retour de Kinshasa et Brazzaville. Les sonorités et mélodies de ses chansons étaient si amballants que les artistes des groupes comme les ambassadeurs du mali et autres groupes de l'Afrique de l'Ouest comme les bembeya Jazz, copieront outrageusement leurs chansons, en les traduisant dans les langues du cru. Mais Franco était devenue aussi une immense vedette grâce à radio Léopoldville, qui déversait ses chansons par les ondes du sud au Nord de l'afrique.Peuple débrouillard, les Sénécs (sénégalais des deux congo), appréciaient particulièrement le côté rebelle et autodidacte de Franco dont ils connaissaient le parcours. Le succès de l'OK Jazz à Dakar était surtout populaire. Si le dakarois a fait un triomphe à la rumba odemba, il n'en fut pas de même des hauts fonctionnaires et politiques, "Mindele ndombe" . cette "haute" société sénégalaise, formée à paris était plutôt ferue de musiqure black américain et du Jazz "saint germain des prés" qu'ils ont découverts pendant leurs années d'études, sinon du classique Mozart, Chopin. Ceci dit, n, les autorités du sénégal permettront à Franco de communier avec son public. La population de Dakar va faire un triomphe aux boléros, rumba Odemba et au "Bouchez".Plus que tout autre artiste, Franco a une référence indiscutable: il a connu la prison coloniale de Ndolo en 1958. Il avait donc une légimité de résistant au colon qui plaisait énormément à tous ceux qui magnifiait la culture nègre comme Senghor.