Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Pour mieux fêter le 1er premier anniversaire de notre blog, nous avons voulu visiter   les trois temples de musique ayant abrité les trois orchestres mythiques qui ont marqué notre génération, à savoir Ma Elika pour Zaïko à travers "Etape", version originale; Type Ka pour L'Afrisa(dernier représentant du clan Africa-Jazz) à travers "Omanga"; et "Un deux trois" pour l'OK-Jazz  à travers "Bimansha".
================================================================================= To To celebrate better the 1st first anniversary(birthday) of our blog, we were anxious to visit three music temples having sheltered three mythical orchestras which marked our generation, namely Ma Elika for Zaïko through "Etape", original version; Type Ka for Afrisa (the last representative of the clan Africa-Jazz) through "Omanga"; and " Un deux trois" " for  OK JAZZ through "Bimansha".
=================================================================================

Etape

Omanga

Bimansha
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Antoine Nickel 15/08/2008 19:58

Cher Messager,Je viens ce jour de découvrir ton blog et je t'en félicite beaucoup. C'est vraiment génial !J'ai pu grâce à ton blog redécouvrir des merveilles comme Francine Keller (l'une des plus belles chansons de la musique congolaise), Consolation (que je désespérais de ne plus jamais entendre !) et la version originale d'Etape (chanson qui a depuis toujours été "massacrée" par Zaïko de Nyoka) et tant d'autres.J'espère que ces échanges continueront encore longtemps !Merveilleux de ré-entendre Max Mongali chanter ! Si quelqu'un peut retrouver sa chanson "ETIKE", je lui en saurai gré !Dans le même ordre d'esprit, des chansons qu'on aimerait ré-entendre : MWANA MAYI (Pépé Felly), ATANGA (Ada & ISIFI), MVWANZA (Bimi - Zaïko), MIYELELE (Shungu - Zaïko), BANA KIN (MAvuela - Yoka Lokolé), etc.Merci à tous !

Joseph Pululu 19/06/2008 22:58

Champagne, Lungwuila (écoutes-moi), Polar ou Pakasa, sortez-moi tous çà et servez-le bien tappé pour le premier anniversaire de Mbokamosika. Bien sûr, je suis tombé dedans comme à l'époque de Zéro année 'on rentrait à n'importe quel moment dans ces classes de découverte. Et dans ce blog, j'au pu me trouver une place. Il est vrai qu'à chaque étape, une petite musique entetée vous trtinne dans la tête alors que vos doigts courent sur le clavier. parfois, les idées vont plus vite que les mots sur la page du blog. les voyelles et les consonnes s'entremellent dans une belle sarabande, comme une nuit de fête à) la Franck Lassan - il parait qu'elle est spécifique aux bana kinshasa, lorsque "au clair de lune sous les palmiers,des pagnes et foulards bariolésau vent du soir se balancentet voltigent en cadence";J'ai retrouvé les sons du mwambé de Johnny Bokelo, l'Engombi de tabou national, le kiwelewele de Franco, le mashakado de mbuta ou la djeny de Papa wemba, mais je n'oubles pas le Mosinzo qui m'a propulsé dans cette belle époque de la rumba. Dites-moi Messager, qu'est-ce que j'ai raté? Faudra-t-il battre le rappel de tous ceux qui ont laissé sur ces pages leurs premières réflexions et comentaires.Dans tous les cas, soki Mboka eza mosika, blog na biso ezo sangisa. Je rêve "I have a dream" qu'un jour proche, non seulement nos enfants, mais aussi nos petis enfants, se saisissent de ces pages pour nous raconter leur monde. Le nôtre a encore beaucoup à leur dire...à travers les sonorités des guitares et parfois même des chansons ratés comme le chantaient si bien un certain Bakolota "Meca-meca tobina" avec ses merveilleux contretemps "My baby kumba ngai na kati kati ya meca, ngai awa bolingo eye" (mélodie cadence) Sinon j'aimera fredonner pour Messager et notre blog Mboka mosika, "Où est - le, dis-moi, dis-moi où elle est ma Sukisa" qu'un jazzman belge ticket ebunga, interpretait certains soirs dans la boite de "Kazembe" (vers la Grande Poste). Allez Polar, Pakasa, Princesse Kilawu, Lungwila et Nsamba pour tous. N'oubliez pas quelques makasu ou ngadiadia pour qu'on tienne jusqu'au bout de la nuit.