Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

S’il y a des guitaristes qui ont marqué les esprits des Kinois, Bongo Wende est l’un d’eux.  Après la parenthèse de l’orchestre Isi-Zonge, le showman Lita Bembo n’hésita pas à l’incorporer dans Stukas. Bojack qui remplaça le soliste Samunga parti grossir les rangs de Vévé, emballa les mélomanes de la bonne musique avec ses drôles de façon de manier la guitare.

D’emblée, le nom de Dactylo lui fut donné à cause de son jeu à la guitare qui reproduisait les sons émis par une machine à écrire tapée par un dactylographe chevronné.

 

Si pour les uns la guitare n’était qu’un un instrument, pour Bongo Wende, il était aussi un jouet. En plein concert il se plaisait parfois de s’amuser avec. Dans le registre de son idole l’Américain Jimmy Hendrix, Bojack avait ébloui son monde par la facilité avec laquelle il faisait sortir des sons merveilleux en grattant les cordes de sa guitare avec ses dents. Impressionnant !

 

 

 

Dans ses petits trucs éblouissants, il tenait la guitare de façon normale mais plaçait ses doigts en haut du manche alors qu’habituellement, on empoigne le manche par le bas pour faciliter les mouvements des doigts.

 

 

Parfois assis, il posait la guitare sur ses cuisses et se mettait à gratter sur les cordes comme il le faisait en position debout. Il rappellait par cette technique, la façon dont Docteur Nico jouait sa guitare hawaïenne. Sublime !

Comme le faisait son illustre aîné Bisikita du mémorable Bella-Bella dans les années 70, Bojack jouait parfois la guitare par-dessus ses épaules. Il lui avait seulement manqué de manier son instrument de prédilection entre les jambes comme son idole Jimmy Hendrix.

Quelle virtuosité, sacré Bongo Wende !

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Bonjour les Mbokatiers,

Une très triste nouvelle, avec la disparition de Bopol Mansiamina ainsi que Gégé Mangaya. Personnellement, je l'ai appris une semaine après; et dire que Bongo Wende fait partie de ces instrumentistes qui m'ont jamais déçu, mieux toujours émerveillé. Je ne sais encore combien de chansons il m'a épaté. De Viva la musica jusqu'à la Nouvelle Génération, sans oublier son passage marquant dans Victoria eleison pendant son apothéose, Bongo Wende a été un grand artiste et faiseur de succès au même titre que ses leaders qui tiraient ou tirent l'essentiel de louanges et reconnaissances; je ne peux pas oublier son passage dans Stukas que je n'ai pas vécu, mais les images du concert de 1976 témoignent de la virtuosité de défunt surtout pour moi sa prestation dans la chanson DC 10.
Que ton âme repose en paix et dans les bonnes mains du Seigneur Dieu!

Merci pour tout le bonheur que tu m'as personnellement apporté depuis mon enfance, et je peux le clamer haut et fort, tu ne m'as jamais artistiquement déçu.

Merci Bojack, un de tes nombreux anonymes et inconditionnels admirateurs!
Répondre