Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par RICHARD

RICHARD SE SOUVIENT  DE ROY INNOCENT

Bonjour.
je voudrais raconter une petite histoire accessoire qui se rapporte à cette chanson Roy Innocent "étoile ya basi". 
Mes parents avaient acquis une parcelle à Ngiri-Ngiri sur la rue Lokolenge, entre Saïo (Boulangerie Thomas à l'époque, puis ensuite Mama Poto) et 24 Novembre. Nous avions donc quitté Bandal pour aménager dans la nouvelle maison en 1965. Le chanteur Roy Innocent habitait la même rue mais plus haut que le croisement Saïo (entre Saïo et Birmanie) en prolongement de la Boulangerie.


Dans leur parcelle familiale, il y avait même un cinéma de quartier le soir. On y allait voir des films. Mais ça ne marchait pas fort à cause des annulations trop fréquentes. Je ne connais pas grand-chose de sa scolarité. Mais je me souviens qu'il avait une vingtaine d'années à la sortie de son "tube" et ne fréquentait plus un établissement scolaire. Sinon qu'à longueur des journées, il s'adonnait tout à son art en s'accompagnant de sa guitare. Il était bel homme, portait beaucoup de favoris et charmait les fille du quartier.


A l'époque, il avait fait quelques tentatives pour intégrer de groupes musicaux plus connus, mais sans succès. De ce fait il avait entrepris de monter son propre groupe avec quelque jeunes dont certains du quartier. Mais pas loin de là, à Kasa-Vubu, toujours dans la direction Saïo, les frères Soki aussi préparaient leurs répertoires de chants.


Si je ne me trompe pas, je pense que c'est le plus jeune des frères Soki qui étudiait aux Beaux-arts à Lingwala, qui le premier; suite à un concours de chanteur à se faire connaître.
Ensuite Roy Innocent a sorti son titre "étoile ya basi". Mais il faut souligner que Roy avait bénéficié d'un coup de chance à cause d'un voisin, vieux ou papa Valère qui travaillait à l'époque à la Radio Nationale, chef de la régie (je crois) ce qui a fait que la chanson s'était vite retrouvée sur les ondes et avait connu un succès conséquent.


Mais la meilleure est que Roy et mon frère aîné étaient tous les deux rivaux à cause d'une fille de quartier dont je ne citerai pas de nom et dont la maman vendait le pain de la boulangerie proche. Elle était jolie à l'envi. Et suite à cette rivalité que cette chanson était née. En plus les agressions verbales et quelques roulements de mécanique pour faire comprendre à mon aîné de lâcher l'affaire. Roy considérait mon frère de "petit" parce que lui était de 1949 ou 1950 et mon frère de 1952. Voilà! Souvenirs, souvenirs. Ps. J'en ai une autre concernant la chanson de Soki "chauflélé palado".

 

RICHARD

Bonjour RICHARD ndeko...ça c'est l'histoire sur les loves des bill, gurbas et yankées de ces années là...ba grands favoris, ba grands kuntuala, kamua vé. Vieux Roy Innocent na photo oyo etiami...tala kaka ntela, asi abeti tube ya dorot. Ah que c'était romantique. Pour draguer une gonzesse, c'était toute une histoire. Il fallait d'abord mettre une bonne stratégie en place:
1) Ecrire sa lettre d'amour: si on n'a pas une bonne écriture, il fallait trouver un copain qui écrit très bien. Surtout bien négocier car si ça se gâte, il ne faut qu'il se fasse taper dessus par son père...une fois son rédacteur trouvé, il fallait trouver un bon dessinateur. Car la feuille de la lettre doit avoir des dessins de belles fleurs tout autour...

2) La lettre est écrite avec de beaux dessins. Il faut maintenant la faire parvenir à la fille...aïe. Il faut trouver un porteur: un petit frère ou une petite soeur fera l'affaire. Il faut attendre une occasion pour la remise de la lettre: c'est soit quand l'élue du coeur va au marché, au moulin à manioc/maïs ou l'école etc...

3) Le courrier est remis...ouille !!! le coeur bat. Risque encouru: la fille se fâche et t'accuse chez ses parents et on vient voir ton père...Avec ta lettre, difficile de nier. Une bonne raclée paternelle surtout maternelle risque d'être au menu...Bon, on croise les doigts. Au bout de 1 ou 2 jours, si il n'y a aucune accusation auprès des parents...oups, première étape franchie...

3) au bout de 4 ou 5 jours, tu vois un petit du quartier qui te tend une enveloppe...grosses transpirations, le coeur s'emballe !!! tu ouvres, loin de tout regard inquisiteur, la lettre: c'est OUI...."comprenez mon émotion". Là on tient plus en place le coeur menace d'éclater.

4) la relation démarre: tu fais TOUT pour décourager les rivaux...comme Roy Innocent...et tu entonnes "Roy Innocent, étoile aimée ya basi"...tout le quartier kaka yo...on se sent un vrai gurba...héhé.

5) au bout de quelques mois, par malheur, la petite tombe enceinte....héhé. Mambu ma sobele !!! Ba koya kotikela ya momie, aceinté, les faux amis et les rivaux s'en donnent à coeur joie...on vient déposer la fille chez tes parents, c'est ta "femme"...ouille !!! le scandale. Samedi, les parents se réunissent pour trancher. Et là, à cette rencontre de deux familles, vient TOUJOURS la question FATALE: la première fois c'était où ? Ba vieux, bazalaki mpe ba voyeurs!!!...la réponse à cette question, je le laisse mbuta SamWele répondre...

Aujourd'hui, il n'y a plus aucun charme...les petits ne savent plus draguer...

RD Congo, mboka ya Roy Innocent, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claude Kangudie 18/05/2021 20:30

Bonjour RICHARD ndeko...ça c'est l'histoire sur les loves des bill, gurbas et yankées de ces années là...ba grands favoris, ba grands kuntuala, kamua vé. Vieux Roy Innocent na photo oyo etiami...tala kaka ntela, asi abeti tube ya dorot. Ah que c'était romantique. Pour draguer une gonzesse, c'était toute une histoire. Il fallait d'abord mettre une bonne stratégie en place:
1) Ecrire sa lettre d'amour: si on n'a pas une bonne écriture, il fallait trouver un copain qui écrit très bien. Surtout bien négocier car si ça se gâte, il ne faut qu'il se fasse taper dessus par son père...une fois son rédacteur trouvé, il fallait trouver un bon dessinateur. Car la feuille de la lettre doit avoir des dessins de belles fleurs tout autour...

2) La lettre est écrite avec de beaux dessins. Il faut maintenant la faire parvenir à la fille...aïe. Il faut trouver un porteur: un petit frère ou une petite soeur fera l'affaire. Il faut attendre une occasion pour la remise de la lettre: c'est soit quand l'élue du coeur va au marché, au moulin à manioc/maïs ou l'école etc...

3) Le courrier est remis...ouille !!! le coeur bat. Risque encouru: la fille se fâche et t'accuse chez ses parents et on vient voir ton père...Avec ta lettre, difficile de nier. Une bonne raclée paternelle surtout maternelle risque d'être au menu...Bon, on croise les doigts. Au bout de 1 ou 2 jours, si il n'y a aucune accusation auprès des parents...oups, première étape franchie...

3) au bout de 4 ou 5 jours, tu vois un petit du quartier qui te tend une enveloppe...grosses transpirations, le coeur s'emballe !!! tu ouvres, loin de tout regard inquisiteur, la lettre: c'est OUI...."comprenez mon émotion". Là on tient plus en place le coeur menace d'éclater.

4) la relation démarre: tu fais TOUT pour décourager les rivaux...comme Roy Innocent...et tu entonnes "Roy Innocent, étoile aimée ya basi"...tout le quartier kaka yo...on se sent un vrai gurba...héhé.

5) au bout de quelques mois, par malheur, la petite tombe enceinte....héhé. Mambu ma sobele !!! Ba koya kotikela ya momie, aceinté, les faux amis et les rivaux s'en donnent à coeur joie...on vient déposer la fille chez tes parents, c'est ta "femme"...ouille !!! le scandale. Samedi, les parents se réunissent pour trancher. Et là, à cette rencontre de deux familles, vient TOUJOURS la question FATALE: la première fois c'était où ? Ba vieux, bazalaki mpe ba voyeurs!!!...la réponse à cette question, je le laisse mbuta SamWele répondre...

Aujourd'hui, il n'y a plus aucun charme...les petits ne savent plus draguer...

RD Congo, mboka ya Roy Innocent, ezali Libanga ya Talo...

Claude Kangudie