Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

LA DÉTENTE DU 20 MARS 2021 AVEC L’ORCHESTRE DIAMANT BLEU.

Le 13 mars dernier, nous avons renoué avec notre rubrique intitulée : la détente, qui est en fait une sélection des chansons souvenirs du répertoire congolais et africain. Ce travail de mémoire à travers la chanson est aussi crucial que les différents articles sur le passé publiés sur mbokamosika.

En renouant avec la détente, nous voudrions un tant soit peu l’innover par l’imprévisibilité des œuvres sélectionnées. En d’autres termes, nous nous efforcerons par nos choix  à surprendre et à édifier nos lecteurs.

En effet, les 18 et 21 janvier dernier, notre site a diffusé pour la première fois deux chansons intitulées : « Bolingo azui liboma » et « Badjoko » de l’orchestre Diamant bleu, formation au sein de laquelle, Réné Moreno, Germain Kande, Fulgor, Mario, Guvano Vangu, Lokasa ya mbongo,, Joe, Jean-trompette Nzenze, et Mayasi avaient fourbi leurs premières armes.

Suite aux bonnes réactions provenant de nos lecteurs, nous avons jugé utile de baser la détente d’aujourd’hui sur une compilation du reste des œuvres de l’orchestre Diamant bleu, fournies au site respectivement par David et l’ami commun depuis le mois de janvier 2021.

Ainsi, la compilation d’aujourd’hui comprendra les chansons de Diamant bleu ci-après :

- TINDA, de Réné Moreno, offerte par l’ami commun

- FOTI YA MUNU, offerte dar David

- KINSHASA MBOKA, offerte par David

- EL MANDOLINA, offerte par David

En attendant la détente prochaine, nous vous souhaitons un bon week-end

Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

blondé 08/04/2021 13:12

Comme une réponse à mes dernières inquiétudes, je viens de voir depuis hier (07/04) toutes les publications qui ont été faites après le 13 mars. Merci à vous et merci à Dieu. Pour cette détente comme pour toutes les autres, au delà de joie et du plaisir que je ressens, une certaine curiosité pousse en moi. Quand j'imagine ma vie, je me rends compte que pour que je commence à faire une collectionn musicale ou autre, il a fallu que j'ai un certains âge et surtout une certaine autonomie financière. Alors quand je mesure depuis que je suis ce média, l'ampleur de l'apport de monsieur DAVID et l'AMI COMMUN, surtout au vue de l'âge des œuvres qu'ils fournissent, je me dis: mais ils étaient déjà comment en 1960 et ils sont comment aujourd'hui. Ensuite quand je mesure souvent les efforts que je fournis sur place sans pouvoir obtenir ici en Côte d'Ivoire la moindre documentation sur la musique ivoirienne, je me demande comment ils font, surtout qui ils sont. Pour moi, les féliciter est peu. Ce sont des monstres et bravo à eux. Messager, David et l'Ami commun sont supers.

Pedro 21/03/2021 11:04

Ce commentaire n’a rien à avoir avec les chansons de notre détente, mais je crois que ça peut intéresser certains mbokatiers. Pendant quelques semaines, un programme radiophonique animé par Alain Foka sur RFI (Les Archives d’Afrique) a tissé une histoire centrée sur Pascal Lissouba et qui a nécessairement abordé beaucoup d’épisodes – l’exécution de Massamba-Débat, l’assassinat de Marien Ngouabi, etc. – et a aussi parlé de presque tous les hommes politiques du Congo Brazza – les Yhombi Opango, loes Noumazalaye, etc. Ce qui m’intéresse ici, c’est le fait que les interludes musicaux ont inclus des chansons comme Course au Pouvoir et Mokolo Nakokufa. J’ai eu l’impression que cette sélection musicale ne voulait pas signifier que la musique congolaise des deux rives du fleuve est la même. Comme à l’église (protestante) où la personne qui prêche essaie de faire en sorte que les hymnes chantés consolident un peu le sermon, il aurait fallu sélectionner des chansons du Congo Brazza de ces époques-là, et il y en a beaucoup. Peut-être fallait-il éviter les chansons sur le PCT pour ne pas favoriser le candidat de ce parti aux élections présidentielles d’aujourd’hui, qui n’a pas besoin de faveur, puisqu’il n’organise pas les élections pour les perdre.