Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Traduction de « Nakobeta yo mabe », de Franco et l’OK-Jazz ( 1961)

Le jeune Franco, svelte, élégant, à l’allure d’un sapeur

« NAKOBETA YO MABE » de franco et l’OK-Jazz, tel est le titre qui boucle les traductions de quelques chansons boléros, initiées dans le cadre de la 31ème commémoration de la mort de Franco. Cette œuvre, comme nous avons essayé de la traduire ci-dessous, décrit l’état d’esprit de Franco dans sa jeunesse, prêt à se battre, en cas de provocation. N’avait-il pas révélé dans une de ses chansons des années ‘80 qu’il avait recouru à certaines pratiques fétichistes « KAMO » pour mieux s’aguerrir. À cet égard, sa photo qui illustre notre article se passe de tout commentaire.  

Par ailleurs, nous informons nos amis africains qui apprécient notre travail qu’il existe sur notre site des dizaines de traductions qu’ils peuvent consulter en inscrivant le mot « Traduction » à l’endroit de recherche, placé tout en haut, à droite, à la première page du site.

Dans la mesure de notre disponibilité, nous nous efforcerons de traduire davantage des titres, afin de permettre à tout le monde de saisir les messages des auteurs de la chanson congolaise.

Messager

 

.

Traduction de « Nakobeta yo mabe », de Franco et l’OK-Jazz ( 1961)

« Je vous battrai à mort »

 

Nakobeta yo mabe

COUPLET

Yo panzi te

Yo monene te

Kasi kotumola ngaka ngai te oh `!

 

Yo makasi te

Yo goi-goi

Tika matumoli na yo oh

 

3X

 

REFRAIN

 

Yo komeka ebale modindo oh

Okeba, noki okondinda

Nalapi ndayi,

Ndenge nayo dit

Nakobeta yo mabe

Lokola okufa !

 

2X

 

 

 

Dépourvu de condition physique

Sans forte corpulence

Mais ne me provoquez pas !

 

Vous n'avez pas d'énergie 

Vous êtes un fainéant

Cessez vos provocations

 

 

 

 

 

Vous sondez la profondeur du fleuve !

Attention, vous risquez de vous noyer

Je jure

Tel que vous êtes

Je vous battrai

À mort !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article