Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager


Lettre à Monsieur le Directeur Général est à mes yeux l'oeuvre la plus accomplie de Franco de Mi-Amor. Il se situe dans la droite ligne des chansons comme princesse Kikou, Terre des hommes ou Kinshasa makambo, des mémoires de Franco, témoin des mutations socio-culturelles de la Ville de Kinshasa. L'artiste fauché par la mort à 51 ans, aurait eu 70 ans ce mois de juin 2008. Lettre à Mr le DG, publié en 1983, alors que l'artiste venait d'avoir 45 ans, marque un tournant dans la carrière artistique de Franco et dans son comportement. N'oublions pas qu'il venait de connaitre les affres de la prison de Makala pour sa série de chansons pornographiques "François". Il faut croire que le dure à cuire qui avait acquis ses lettres de noblesse chez les Enfants terribles Lipopois, à cause à ses différents séjours à la Prison de Ndolo, avait mal digéré d'être non seulement jété en prison comme un vulgaire quidam, mais d'avoir perdu au passage sa qualité de dignitaire de l'ordre national du Léopard, sur ordre d'un "mbanda", en l'occurrence Kengo wa Dondo, à qui il déniait d'ailleurs cette légitimité. Même si Mobutu le réhabilitera dès son retour, la pilule était amer et dure à avaler.
Nul doute cependant que l'artiste a profité de cet expérience traumatisante pour se remettre en question. Outre qu'il va choisir un exil volontaire entre Bruxelles et Paris, il accepte une réconciliation avec Rochereau. Ce qui était impensable vue de Kinshasa a pu se réaliser depuis l'Occident. L'occasion était trop belle pour que l'artiste n'en profite pas pour régler ses comptes avec ses rivaux et adversaires dits "mbanda", avec ce style satirique qui lui est propre.

Qui était le DG ?
Destinataire de sa première lettre chanté, nul doute que c'est Mobutu le DG "Mwana malamu, alobaka na ye té, bandeko ya ekolo babisaka ye". Ici c'est l'homme blessé qui rappelle au DG qu'il doit savoir rendre la justice, faire attention à cet entourage qui détruit son travail. Il l'invite aussi à nettoyer son entourage, phagocyté par les membres de sa tribu. Franco rappelle aussi son statut particulier à l'égard de Mobutu (qu'il connaissait avant l'indépendance). Derrière le ton et l'humour, derrière le mbokela, c'est bien un homme blessé qui parle, qui fustige la délation qui l'a éloigné de son  DG.  " mosala na ngai, nasalaka yango na motema moko" (princesse Kikou), je suis à la vigie, je vois ce qui peut arriver et ma bouche dit vrai, je suis sincère, bien que quelquefois, je prends plaisir à la provocation, souligne-t-il cependant.
L'avertissement était sans frais pour le DG du Zaire Mobutu Sese Seko. Les choses auraient-ils changé si dès 1983 voire 1987, Mobutu l'avait écouté et ouvert le pays à la démocratie? En tout cas, Moins de dix ans après la mort de Franco, Mobutu mourra en exilau Maroc. Les dignitaires de son ancien régime ne se déplaceront même pas pour son enterrement.
Il est bon de noter que Mobutu avait compris, mêmeun peu tard, que sa relation avec Franco était particulière. Je rappelle pour nos lecteurs que cet artiste est l'un des rares a avoir reçu l'hommage du Parti - Etat à sa mort. Tout le bureau politique et l'ensemble du gouvernement l'ont accompagné dans sa dernière demeure. Il est peut être le dernier "vrai militant" du MPR, le mouvement populaire de la révolution; celui à qui le Parti Etat afutelaki ticket(Rumeurs).

Bien évidemment, les trois chansons lettre au DG, suite n°1 et Likambo ya mbanda, sont liées. Elles permettent de comprendre l'état d'esprit de Franco et sa volonté d'être réhabilité d'une part, et de regler ses comptes avec ses rivaux et concurrents d'autre part.
Nous reviendrons prochainement sur le contenu du Likambo ya mbanda - Franco y rappelle qui il est et ce qui le différencie de ses rivaux et concurrents: son statut de Kinois et Lipopois.

Kawata Ashem Tem dans son dictionnaire français-lingala note pour le mot mbanda  (mbanda classe 1a (pluriel classe 2 bambanda) trois définitions :

  1. concurrent, rival
  2. co-épouse, co-époux
  3. (Rare) beau-frère, belle-sœur
    Mbanda peut aussi désigner deux personnes qui ont pris femme dans une même famille. Mbanda enfin peut désigner des personnes qui se sont rapprochés à l'initiative de leurs conjoints.

Mwan'a Mangembo

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

messager 05/06/2008 18:53

aduna,J'ai visité votre blog. Félicitation. On apprend toujours quelque chose des autres.Messager

aduna 04/06/2008 22:12

Ooops! Mauvais lien. Voici le bon :http://aduna.free.fr/aduna.blog/blog.htmA bientôt..

aduna 04/06/2008 22:03

Trèe intéressant. C'est un plaisir de lire vos articles. Bravo!