Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

En 1936, un missionnaire belge, le révérend père Raphaël de la Kethulle de Ryhove, celui-là même qui a introduit le football au Congo, a un rêve fou : mettre sur pied une équipe scolaire. Directeur d’école lui-même, il se focalise sur ses propres élèves en recrutant parmi eux ceux qui vont former l’ossature de la formation qu’il entend monter. Le prêtre sélectionne les meilleurs footballeurs de l’école Saint Joseph.

 

 

Il réussit à rassembler autour de son projet ceux qui ont retenu son attention par leurs qualités de footballeur.  Ils sont onze jeunes garçons dont un Brazzavillois. On le voit sur la photo assis à l’extrême droite. Dossard n⁰ 10, François Ngombe, le futur Maître Taureau, est parmi les heureux élus. L’équipe s’appelle Union, nom porte-bonheur prêté à la grande formation d’Union qui joue à la cour des grands et qui en 1935 et 1936 est championne de Léopoldville.

Très vite, l’équipe change d’appellation. Revenu de ses vacances en Belgique, Père Raphaël rassemble les onze élèves-joueurs dans son bureau et leur propose un autre nom, celui de Daring. Peut-être que le missionnaire a été un inconditionnel du Daring Club de Bruxelles où dans la décennie 60 ont évolué plusieurs Congolais notamment Max Mayunga et André Assaka.

 

Daring 1936 ou Daring originel est l’équipe non bottée des élèves de l’école Saint Joseph. C’est une petite structure composée d’ados qui jouent pour le plaisir. Ils participent aux rencontres interscolaires où concourent les sélections des divers établissements scolaires de Léopoldville. Le club se distingue lorsqu’il remporte la coupe mise en compétition dans un tournoi organisé quelques mois seulement après sa création. En récompense, chaque joueur a reçu une boîte de conserve et un paquet de biscuits. Belle prime à l’époque pour des ados qui ont mouillé leurs maillots jusqu’à la victoire finale.

L’équipe se métamorphose peu à peu avec le temps. D’un simple club des élèves de l’école Saint Joseph, Daring devient une grande formation. Il a changé de nom à plusieurs reprises. En 2014, Maître Taureau a donné l’explication de l’appellation Imana lors d’une interview. Si ce nom est officiellement porté par l’équipe au début des années 70 suite à la politique de recours à l’authenticité, il a par contre été un pseudonyme du club dans les années 50. Ce terme vient selon lui de la cité de Bolobo. Il est sorti des expressions  "Kende komana",  "lomanisa" et "kende komanisa ngai" qui signifient "va te battre". Imana veut tout simplement dire guerrebataille ou combat . Comme leur rival Vita (du kikongo mvita : guerre), Daring est toujours animé par l’esprit de vaincre lorsqu’il entre sur le terrain. Vita et Imana sont synonymes mais dans deux différents dialectes du Congo.

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lused 19/06/2021 23:36

Quel beau Souvenir ?

Ça crée un grand sentiment de joie et ça fait du bien , pour nous autres fanatiques de Daring Imana .

Merci mon frère Sam pour cette belle découverte !!!

LUSED

Samuel Malonga 24/06/2021 16:13

C'est vrai, les langues bantoues sont proches les unes des autres.

Messager 21/06/2021 07:39

En swahili, la guerre est aussi VITA. Ce qui ne fait que confirmer le rapprochement des langues bantu.

Messager 21/06/2021 00:23

Sam,
Les langues bantu sont très proches. La guerre en tshiluba est Mvita, presque comme en Kikongo.
Muadia mvita est un seigneur de guerre.
Vaticanon ėtait devenu Vatukanu durant le recours à l'authenticitė.

Samuel Malonga 20/06/2021 23:29

Bonjour Nickel,
L'histoire du grigri "imana matiti mabe est connue de tous. Mais ici, je n'ai fait que reprendre les propos de Maître Taureau qui contrairement aux idées reçues à expliquer ainsi le terme "imana". Lui qui fut imanien pendant 80 ans (1936-2016) savait ce qu'il disait. Ce ne sont donc pas mes propos.
Bien sûr que le vocable Imana est couplé au nom Daring depuis l'époque coloniale. Ce n'est pas nouveau.

En réalité, le mot "guerre' se traduit par "mvita" en kikongo rt non "vita". Pour des raisons de cosmétique la lettre "m" a été souvent supprimée surtout par le colonisateur comme dans Kanza (Nkanza), Pembele (Mpembele), Sona-Bata (Nsona-Mbata) etc. . Mais sache que l'on fait la guerre pour la gagner (victoire) pas pour la perdre.

Cordialement

Antoine Nickel 20/06/2021 22:44

Bonjour Samuel,

Je crois me rappeler que "Imana" désignait plutôt une plante à laquelle on attribuait des pouvoirs magiques, d'où l'expression "Imana matiti mabe".
Pour résumé, ça faisait donc allusion aux gri-gris !
Contrairement à V.Club, Daring avait déjà l'appellation "Imana" avant le recours à l'authenticité, car on l'appelait déjà "Daring Faucon Imana Matiti Mabé".
L'authenticité a fait sauter "Daring Faucon".

Quant à Vita ce nom a été trouvé pour remplacer Victoria et garder l'appellation "V.Club", pour satisfaire cette politique de recours à l'authenticité.
V.Club est donc passé de "Équipe de Victoire" à "Équipe de Guerre".

Pour info, Vita, qui veut bien dire "Guerre" en kikongo, avait déjà été utilisé par Izeidi pour la production des œuvres de l'African Fiesta.

Amitiés