Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

La question mérite d’être posée. Les images de l’époque et les vidéos tournées dans les années 60 sont la preuve de ce que bien des Congolais ignorent jusqu’au jour d’aujourd’hui. Kasa-Vubu a ses habitudes vestimentaires. Le plus souvent lors des grands événements, il porte une tenue d’apparat, coiffé d’un képi tout en arborant un sabre. Quelle signification a-t-on donné à cet habillement que le président porte souvent lors des grandes occasions ?

 

La tenue du roi Baudouin

Le mercredi 29 juin 1960, Baudouin 1er de Belgique débarque à Léopoldville pour la proclamation de l’indépendance du Congo. Comme en 1955, il est en uniforme militaire et porte un sabre, celui-là même qui est subtilisé par un activiste congolais. Le 30 juin, le souverain belge porte la même tenue. Militaire, il l’est. Son grade : lieutenant-général. Joseph Kasa-Vubu, le nouveau président, qui est à ses côtés tout au long de cette journée mémorable qui a marqué la fin de la colonisation belge est un civil. Mais pour combien de temps encore?

 

Portrait officiel

Comme pour conjurer les difficultés de sa présidence faite de rebellions, de sécession et de diverses crises politiques, Kasa-Vubu se présente en uniforme militaire devant l’objectif du photographe pour son portrait officiel. L’homme se plait à s’afficher même dans les billets de 100 et 1000 francs congolais émis en 1961 par la Banque nationale du Congo.

Brazzaville, premier voyage à l’étranger

Après les festivités de l’indépendance, Kasa-Vubu troque son costume contre une uniforme d’officier militaire. Le 15 août 1960, à l’invitation du président Youlou, il traverse le pool et va à Brazzaville pour la commémoration de l’indépendance de ce pays voisin. A la tribune où se trouvent les officiels, on le voit en uniforme militaire avec sabre et képi d’officier supérieur de l’armée. Si beaucoup de Congolais pensent que c’est la tenue officielle du nouveau chef d’Etat, bien peu savent  que Kasa-Vubu ne la porte pour rien, ne fait pas le salut militaire pour rien. Dans cette période trouble, il porte l’uniforme presque partout où il se rend, comme en décembre 1960 à Coquilathville (Mbandaka) pour son premier voyage à l’intérieur du pays.

 

Généralissime

La grande tenue d’apparat portée par le locataire du mont Stanley, veut dire qu’il n’est plus un civil ordinaire. Introduit dans la corporation par le poste qu’il occupe au sommet de l’Etat, Il est ″officieusement″ devenu militaire par la force des choses, officier supérieur de l’ANC, général trois étoiles avec le grade de lieutenant-général. Sa fonction : commandant suprême des forces armées. Les insignes qui marquent son rang dans l’armée ne se trouvent pas sur les épaulettes de sa tenue. Ses trois étoiles sont plutôt visibles sur les deux revers de la veste de son uniforme militaire et une sur son képi. Le sabre qu’il a toujours sur lui symbolise et incarne le pouvoir qu’il détient. Kasa-Vubu est devenu soldat sans pour autant l’être réellement.

 

 

Maréchal officieux de la République

Le maréchalat n’est en soi pas un grade militaire mais une dignité que l’on peut attribuer à un officier  général ayant commandé victorieusement en temps de guerre. Si Mobutu est nommé lieutenant-général par ordonnance n⁰ 400 du 3 novembre 1965, Kasa-Vubu l’est devenu bien avant lui en 1960. Le même Mobutu précise que le Président avec sa demi-douzaine d’étoiles a plutôt rang de maréchal de l’Armée nationale congolaise depuis la promulgation le 1er janvier 1965 des statuts des officiers et sous-officiers de l’ANC. Il n’a pas de bâton de maréchal mais un sabre semblable à celui de Baudouin.

 

L’homme et sa tenue

Dès le début de sa présidence, Kasa-Vubu apparaît le plus souvent comme un soldat,. On ne peut dissocier l’homme et cette tenue qu’il arbore et qui se confond avec son personnage. Cette marque a accompagné sa silhouette dans les grands moments. Lorsque l’armée le démet de ses fonctions en novembre 1965, Kasa-Vubu est un officier général fortement étoilé. Il est le plus gradé de la hiérarchie militaire. Des trois étoiles de lieutenant-général glanées en 1960, il en porte six lorsqu’il est mis prématurément en retraite politique forcée. Sa légendaire tenue militaire est immortalisée dans des photos d’archive mais aussi dans le monument érigé en son honneur au rond-point Kimpuanza (indépendance) dans la commune de Kasa-Vubu où il a été bourgmestre à l’’époque coloniale.

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Messager 10/05/2021 11:12

Kasa-Vubu a arboré cette tenue en tant que commandant suprême de l'Armée. D'ailleurs, il a raté l'occasion d'étouffer les ambitions de Mobutu qui est passé de sergent au colonel en un clin d’œil. Les premiers généraux de l’époque n’avaient jamais suivi la formation d’officiers. C’étaient des gradés d’élite devenus généraux à la suite d’élections.
Que dire de Bemba dans la rébellion ? N’est-il pas devenu général ?

Lend Nyanguila 12/05/2021 03:22

Chers Sam Malonga et Messager,bonjour et tous mes remerciements quant à la révision de ce reportage,à neuf jours de son putsch,dans lequel ce Mobutu cachait son jeu par pure hypocrisie! Kasa-vubu,par nonchalanche,avait fait glisser notre dans une mauvaise passe! En attente,bien à vous.