Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Samuel Malonga

Personnalités congolaises dont les figures sont inconnues

Au Congo, plusieurs personnes publiques ne sont connues que par leurs noms malgré leur célébrité. Si certains parmi eux ont fait la une des journaux, avec le temps et avec le manque d’archives, leurs images s’effacent de la mémoire collective même si leurs patronymes semblent restés dans l’actualité. Qui peut reconnaître encore le visage de Mbelekete, Angwalima, Mukala, Kashama Nkoy, Makanda Kabobi ou du footballeur Sekele? Des noms pourtant familiers. Dans le cadre du devoir de mémoire, Mbokamosika s’est donné plusieurs objectifs parmi lesquels la publication des photos de tous ceux qui ont fait l’histoire du Congo quels que soient leurs domaines. Aujourd’hui les photos de quatre fils du Congo sont à découvrir.

 

1.  François Kupa

Il participe à la Table ronde de Bruxelles comme membre effectif des coutumiers de la province Orientale. A la proclamation de l’indépendance, il devient secrétaire d’’Etat aux Finances dans le gouvernement Adoula du 2 août 1961 au10 juillet 1964. Il est gouverneur de l’Uélé du 6 juillet 1965 au 20 décembre 1966, gouverneur de Bandundu du 30 août 1967 au 9 août 1968. Son nom est directement lié au jargon journalistique appelé ″coupage″.

 

Le coupage

Dans la presse congolaise, ce terme désigne toute rétribution donnée à un journaliste par les organisateurs d’un événement qu’il couvre. Cette gratification où le journaliste se fait payer pour reportage est une sorte de corruption qui le rend partial. L’expression apparaît en 1964 alors que François Kupa est secrétaire d’État aux finances. L’intéressé après avoir accordé une interview aux journalistes de la radio nationale leur donne une grande somme d’argent avant de les laisser partir. Surpris par le montant reçu, les reporters rentrent à la rédaction sans leur matériel qu’ils ont oublié dans le bureau du secrétaire d’Etat. Leurs collègues qui se sont moqués d’eux arguent que François Kupa les avait tout simplement ″coupés″. L’acte posé par l’homme politique est aussitôt appelé ″kupage″ puis francisé le terme devient ″coupage″. Pourtant en décembre1962, François Kupa s’est offusqué de la décision prise par monsieur Mayamba, commissaire spécial pour la province de l’Équateur, qui a accordé des avances sur les salaires aux magistrats. Il annule la décision, exige la restitution des sommes reçues tout en enjoignant des peines disciplinaires voire la révocation pour ceux qui refuseraient de s’y conformer.

Coupage dans les provinces

Cette pratique née dans les années 60 a un impact réel dans le traitement de l’information et entame l’indépendance des médias. Ce phénomène qui gangrène la presse nationale s’est largement répandu. Plusieurs grandes villes ont aujourd’hui leur terme équivalent selon Patrick Félix Abely.

Lubumbashi : Kawama (du nom d’un village situé à 12 kilomètres de Lubumbashi où un journaliste répondant au nom de Senga Lukavu avait l’habitude d’aller chercher ses sacs de braise dont la vente lui permettait de couvrir les deux bouts du mois).

Mbuji-Mayi : Mulangi wa mala (bouteille de bière)

Bukavu : Transport, mot de la fin, sauvetage

Goma : Cachet, sombe ya batoto, makayabo, maziwa

Coupage en Afrique

Madagascar : Donne-moi ta gifle

Gabon : Gombo

Rwanda : Free lunch (qui mange partout) est le journaliste qui accepte le coupage.

 

2.  Victor Promontorio

Né en 1912 de mère de congolaise et de père italien, il grandit en Belgique où il fait ses études de droit. A la veille de l’indépendance, il participe à la Table ronde de Bruxelles en qualité de conseiller de Jean Bolikango. Pendant la période de recours à l’authenticité, il prend le nom de sa mère pour s’appeler Seya Tshibangu. Il a tour à tour été sénateur, bâtonnier de Kinshasa, avocat. Il meurt vers 1973.

Référence : Victor Promontorio, premier universitaire congolais diplômé en Belgique - MBOKAMOSIKA

 

3.  Albert Delvaux

Né en 1918 d’un père belge et d’une mère yaka, il fait ses études chez les catholiques, suit une formation d’enseignant et devient plus tard directeur de pharmacie. Président de LUKA et secrétaire national du PNP (organisation nationale regroupant de nombreux partis tribaux). Fortement anticommuniste, il participe à la Table ronde de Bruxelles. Il devient ministre résidant en Belgique chargé des relations entre la Belgique et le Congo dans le gouvernement Lumumba, puis ministre du Travail dans le gouvernement Ileo I . Devenu Mafuta Kizola avec l’authenticité, il a été le doyen du comité central du MPR.

 

4. Pierre Mombele

Petit-fils du chef Ngaliema, il fait ses études chez les catholique et travaille plus tard dans une brasserie comme employé. Président de l’Union des Bateke (Unibat, il  participe à la Table ronde de Bruxelles en 1960. Il est le père du roi de la Sape Adrien Mombele plus connu sous le  sobriquet de Stervos Niarkos.

Samuel Malonga

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Samuel Malonga 05/05/2021 20:35

Ndeko Manwana,
C'est vrai Niarkos bazalaki kobenga ye 'pape de la sape". Na esprit na ngai natiaki "roi" po bango banso bazali "ba souverain".
Pona photo ya Pierre Mombele, namonaki bilili ebele kasi oyo nde ezalaki clair. Ekozala esengo soki opesi bisoi vraie photo na ye ndenge olobi.

MANWANA Kitwa 05/05/2021 10:52

Mbote bandeko,

Nalingi na loba mbeba ezali na photo oyo bakomi pe balakisi "Pierre Mombele , Albert Delvaux". Mr.Pierre Mombele azali na photo oyo te. Kasi ezali ya solo Mr. Albert Delvaux, ye nde azali na droite ya photo oyo. Photo oyo ezalaki na libanda ya salle ya Table Ronde na Bruxelles na 1960. Photo oyo ezali ya kokata. Mutu moko azangi azalaki na gauche, membre ya Aprosoma (Astrida). Astrida ezali na Rwanda. Ezali archive ya musée ya Tervuren. Na photo oyo bakomaki:
« Dans les locaux qui entourent la salle Europe dans laquelle se tient la conférence de la Table ronde ainsi que dans les locaux réservés à la presse règne une grande activité où journalistes, délégués techniciens, etc, échangent leurs idées. Notre photo : De gauche à droite Mr.Munianganu, Président de l’Aprosoma (Astrida) de h. Mombele et Delvaux du (P.N.P.) »
HP.2009.3.80_PHOTO_01. MRAC. Nayebi te tina nini bakomaki kombo ya Mombele. Mokolo yango Mr.Pierre Mombele alataki écharpe te. Mobimba ya photo oyo ezali na buku na nga.
Mbeba ya mibale ezali Niarcos azalaki roi de la Sape te. Ezali ya solo te. Kasi azalaki Pape ya religion kitendi oyo ye asalaki. Nakosenga na bandeko kotanga ba buku nakoma: Ngatshie Strervos Niarcos, étude sur la sape et la religion kitendi, vie et oeuvres Tome I; Histoire des Bateke à travers Ngaliema, Pière Mombele, Strervos Niarcos, Mvula Moke et Lingwala, une nouvelle page de l'histoire de Kinshasa. MANWANA Kitwa

Messager 05/05/2021 16:11

Cher Manwana,

Veuillez nous encoyer la bonne photo.

Messager 12/04/2021 09:51

Au Mozambique la corruption était désignée par "Falar alto" il y a quelques années.

Messager

Messager 12/04/2021 20:37

Traduction de falar alto: parler fort ou à haute voix.

Congo Zoba 12/04/2021 08:46

LUKA nde ezalaki parti politique, biso tout toyebi ke bayaka na ba reunions na bango (matanga, feti etc...) ezalaki kosuka se na bitumba to matata (na lingala ya kala) yango wana bana ya Leo babengaki bango ba LUKA MAMBU to eluka makambo, nzoka nde ewuta na parti politique na bango....

Samuel Malonga 12/04/2021 18:14

Ya solo ndeko, LUKA ezali abréviation ya kombo ya parti politique pe na molayi elingi koloba "l’Union Kwangolaise pour la Liberté et l’Indépendance".