Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

Des 3 chansons de l’indépendance que Le Messager présente, je connais très bien la seconde, « Gouvernement ya Congo » de Depiano avec la danse cha-cha « begen ». J’étais enfant à Kisangani, à la Tshopo, et il y avait un bar près de chez nous appelé « Palmiers » au rond-point de la 15ème Avenue, qui faisait un tapage nocturne dans notre quartier. Parmi les disques qu’on jouait sans arrêt dans ce bar, il y avait cette chanson de Depiano. Garcia et son frère Tinapa qu’on a déjà mentionnés sur ce blog jouaient aussi dans ce bar : je profite de cette occasion pour m’excuser auprès des autres frères que j’ai contredits sur ce blog au sujet de la nationalité de Garcia de « Singa Mwambe » : j’ai dans l’entre-temps parlé avec d’autres Boyomais qui sont au pays et qui m’ont confirmé que ces 2 frères sont bel et bien des Bazombo de l’Angola… Une autre chanson qu’on jouait aussi souvent dans ce bar commençait par l’animation « ebukabuka dynamique », chanson que je n’ai toujours pas retrouvée depuis. Ou une autre : « Oo Mayanga Mbela… »… Il y a aussi de la documentation historique dans cette chanson de Depiano : on mentionne Antoine Gizenga comme vice-premier ministre d’Adoula. C’était donc quelque temps après la mort de Lumumba et avant la sécession de Gizenga à Kisangani en 1962, je crois me souvenir, où il a établi une sorte de République Populaire reconnue par les gouvernements « progressistes » de l’époque. Encore une fois, grand merci, Messager, bien que tu aies failli me donner une crise cardiaque de nostalgie avec cette belle chanson de Depiano. Une question: L’homme aux lunettes au coin supérieur droit de la pochette de disque, est-ce Manu Dibango qui, m’a-t-on dit, jouait aussi à l’époque à Kinshasa ? (Pour éviter toute confusion, je t’informe que Jean-Pierre est mon nom et « Alex Engwete » mon sobriquet: que tu veuilles bien m'excuser de semer la confusion).

Jean Pierre dit Alex Engwete

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Eh bien ce matin en lisant le commentaire de M. Jean Pierre dont le sobriquet est Alex Engwete, j'ai failli à) mon tour faire une crise cardiaque. Fichtre, aurait dit mon cousin belge le capitaine Hadock, compagnon de Tintin, Ils ont donc des noms "jean Pierre" à Kisangani? Il n'y avait pas seulement les Finant (Abumba et Abeti), mais aussi des jean Pierre où notre ami s'est emmêlé les pinceaux en livrant son "prénom" à messager.
ceci dit, les souvenirs d'Alex Engwete m'ont permis de faire un voyage virtuel, dans le sillage de tous ces kinois qui ont adopté la ville de Kisangani. Et pas seulement les frères Ndongala - Garcia et Tinapa, l'interprète de congolais de    qui vient de nous quitter; mais aussi parce que des Ngembo aussi s'y sont établis.
je pense ici à l'un des plus célèbres artistes que compte le Congo, Arthur Nyemba Ndilu. Comédien, chef de chorale, directeur artistique de philips, il choisira Kisangani pour rebondir avec l'animation politique.
"bango bango wana e,  bilombe bana haut Zaire bakoyemba, bakokumisa Mobutu sese seko", la chanson et les chorégraphies des belles kisanganienne, en 1974 au stade du 20 mai - j'avais 15 ans - m'ont marqué à jamais.
Une chose est sûre, dans les années 60, Kisangani était le passage obligé de tous les orchestres kinois pour marquer les mélomanes. festival des maquisards, african fiesta, vox africa et j'en passe, tous ces groupes ont sacrifié au rituel d'une tournée vers Kisangani.
Sam Mangwana et son compère Guvano y avaient perdu leur ticket... dit-on.

Grand Ngembo
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mwanga Paul est un chanteur interprète de l'époque Bakolo Miziki. Il est à côté de Jimmy Onduruwé l'un des tous premiers artistes à avoir gravé leur oeuvre sur palaki (78 tours). Mwanga Paul serait originaire de l'angola. Jusqu'à  la fin des années 80, je le croisais régulièrement dans les parages de la salle Cultrana (Cultures et traditions nationales), le siège de la compagnie du théâtre national Mobutu Sese Seko.
Mwanga Paul est l'interprète de la chanson Maboko Likolo ou Onduruwé.

Cette chanson serait la toute première oeuvre musicale congolaise gravée sur disque, c'est-à-dire elle est antérieure à Marie Louise de Wendo éditée par les éditions Ngoma.

Derrière Paul Mwanga, se cache un producteur juif que l'on a trop vite oublié : Alhadef .Ce dernier à été l'un des premiers a tenter l'expérience de la production musicale mais s'est très vite effacé devant Jéronimidis de Ngoma. Dans les années 75 -78, j'allais encore acheter mes uniformes dans quelques magasins à l'enseigne d'Alhadef, perdus au fond de la Gombe, à la limite avec Citas.
Très peu se souviennent encore de lui. Rochereau est l'un des ceux qui l'ont chanté. Il suffit d'écouter Rochereau, pour se rendre compte qu'il était parmi les mécènes de la musique congolaise naissante.
Un jour de 1984, j'ai croisé au Cultrana, à côté de la Cité (population noire) au pont Kasa-Vubu, Paul Mwanga. IL répétait avec ses amis bakolo Miziki au sein de l'orchestre de la compagnie du théâtre national dirigé alors par Mobyem Mikanza.
Entre deux verres de bières, Paul Mwanga me confiera son amertume d'avoir été oublié alors qu'en tant que contemporain de Wendo, il était en droit d'attendre la même reconnaissance.
Il existe très peu d'enrégistrements de Mwanga Paul à ma connaissance, à part deux titres dont je me souviens encore aujourd'hui : Onduruwé et Maboko Likolo ( à moins que ça ne soit la même chanson.)

Deux années plus tard, en marge de la course jubilaire du Véloclub de léo 2, où j'avais fait jouer le groupe de Bakolo Miziki de Wendo, accompagné au piano par Joseph Booto et à la trompette par Jeannot Lompongo et Kasongo au saxo, j'ai demandé à Wendo pourquoi il n'avait pas pensé à incorporer dans son groupe Mwanga Paul. Wendo me dira qu'il ne se le permettrait pas. Ce serait mais mine de ne pas comprendre, il ajouta : est-ce vous voyez Franco aller jouer dans l'orchestre et sous les ordres de Rochereau?....
Ce peti témoignage m'a paru utile pour rendre à Mwanga Paul, l'hommage qu'un jour, que Wendo Kolosy lui avait rendu. Je signale à toute fin utile  l'anthologie de la musique congolaise réalisée en 1973, et financée par le président Mobutu.

En parlant des inédits, il faudrait voir, cher messager, s'il est possible de nous retrouver "Onduruwé", interprêté par Mwanga Paul, mais en fait une composition du guitariste d'origine centrafricaine Jimmy.
Joseph Pululu

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Kafu kafu ! Et des larmes, beaucoup de larmes. Moi qui croyais que le site du Messager était seulement une archéologie de la musique congolaise, voilà que je découvre une autre dimension de ce site : un espace de psychothérapie. Les chansons « Les Voyous »,  « Bolingo Camelita » et « Brigitte » ont brutalement éveillé en moi un souvenir enfoui de mon enfance. J’avais accidentellement cassé le ressort du phonographe « His Master’s Voice » de mon père. A son retour du travail, il voulait jouer sa musique préférée mais l’appareil était temporairement foutu. Il hurlait : « Qui a cassé mon Iss Massa Waïsa ? Qui a cassé mon phono ? » Et c’est maman qui m’a donné une bonne fessée avant qu’on aille faire réparer l’appareil. Ah, Messager, grand merci de me faire revivre mes parents qui sont outre-tombe ! … Grand merci incidemment pour les chansons de Manu Dibango, Dewayon et Tinapa que je ne connaissais pas.

Jean Pierre dit Alex Engwete

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

NDLR:Merci à vous chers Jean Pierre et Joseph Pululu pour vos remarquables commentaires.Je signalerais à Joseph qu' Alhadef est un commerçant Juif qui avait beaucoup d'activités partout au Congo.Il avait aussi d'importantes activités au kasaï et au shaba où ses enfants disposent encore de nombreuses  concessions.Il s'était marié avec plusieurs femmes congolaises avec lesquelles il eut beaucoup d'enfants parmi lesquels la veuve Mpinga Kasende, Mwankana,l'ancienne directrice du centre mama Mobutu,dont la mère était Kanyoka; le docteur Kabamba Nkamany,ancien représentant de l'OMS,dont la mère était musonge;et le colonel Ngoy dont la mère était  muluba shaba.
Messager
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article