Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 Nos inédits d'aujourd'hui nous amènent à parler des Bankolo miziki non-originaires de notre pays.Une façon de reconnaître que l'histoire  de la musique congolaise  a été écrite par les fils de deux congo ainsi que ceux de autres pays tels que l'Angola, à travers D'Oliveira Manuel et le camerounais Manu Dibango,sans oublier l'originaire du Zimbabwe, Musekiwa, et le centre africain Jimmy.
Détails sur Emmanuel Dibango dit Manu
 
Notre présentation d'hier sur le grand artiste musicien Manu Dibango  était très sommaire.Raison pour laquelle nous revenons sur l'apport  de cet artiste sur la musique congolaise.
 En effet,Manu Dibango était établi en Belgique durant les années '50 ,en tant que chef d'orchestre "Les Anges Noirs", qui jouait dans une boîte bruxelloise fréquentée par les  congolais.Lorsque Kallé se rend en 1960   à Bruxelles en compagnie de Vicky,Tino baroza, et Lutula Edo Clary, il va solliciter les services de Manu pour procéder  à  l' enregistrement des chansons,Indépendance Cha Cha ,Jamais Kolonga,Bomonaki yo, Lolo wa ngai.
 En 1962,Manu Dibango participera encore à l'enregistrement des chansons,African Mokili mobimba,de Déchaud,Kelly et Bombon sucré de Rochereau,Le bateau de Tahiti,et Twist à Léo.
 Fasciné par son talent,Kallé va incorporer Manu Dibango dans l'African-jazz ,en le convainquant d'aller au Congo.A kinshasa,le couple Dibango va d'abord assurer la gestion de la boîte,"l'Afro-Negro",avant d'ouvrir sa propre boîte,"Le Tam-Tam".Il restera au Congo de 1960 à 1965 avant d'aller au Cameroun.
 En 1970,Kallé fera encore appel à Manu Dibango pour monter à Paris le groupe Afro-Cubain,"l'African-Team,avec Edo Clary Lutula,le cubain Don Gonzalo,Essou Jean Serge,Kwamy Jean Musi,et Mujos.
 Ceci étant nous pouvons affirmer que Manu Dibango a participé à l'histoire et à l'évolution de notre musique.Il mérite que nous parlions de lui avec beaucoup d'égard, comme nous le faisons à l'endroit des autres monuments de notre musique.
 Écoutons  la chanson "Jamais Kolonga", dans laquelle le saxo de Manu Dibango avait valablement pallier l'absence de Nico à la guitare solo.
 
Jamais kolonga

Les Congolais et leur likembe géant
 Les Congolais de Brazza sont réputés pour leur maîtrise des instruments à vent. Avant les instruments à vent,ils ont été maîtres de l'instrument traditionnel,le likembe.
Hier nous avons apprécié la chanson "les voyous" du saxophoniste congolais Nino Malapet et le Rock à Mambo.Aujourd'hui,nous allons auditionner deux autres pionniers congolais de la musique,Antoine Mundanda et De Malo, qui vont nous interpréter "Nzila ya Ndolo" et "Tuwuti Brazza toye Kisasa",accompagnés par leur inséparable likembe géant.

Nzila ya Ndolo

Towuti Brazza toye Kisasa
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article