Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

POUR  L'HONORABLE  MESSENGER--MON MARI EST CAPABLE

QUE CHACUN NA SPECIALITE NAYE AWA NA CONGO2000 COTE BA NKUNGA :lol: BA VRAIES NKUNGA YA HISTOIRE YA CONGO QUOI
MONSIEUR MESSENGER OA PRIMO :lol:
ET C EST LA 1 ERE FOIS NA SENGI YO OLUKELA NGA NZEMBO OYO STP
EZA CHANSON YA LE VIEUX RENÉ KASANDA DITE LE VIEUX CARÉ
MON MARI EST CAPABLE D´AFRICA FIESTA INTERPRETÉ PAR LE MONUMENT SEIGNEUR ROCHEREAU LEY :idea:

OU BIEN CHANSON YA VIEUX RENÉ KASANDA MUSUSU TITRE NA NGO
CHRISTINE POUR LA FIN LA CHANSON MOCRANO TOUS DE RENÉ KASANDA MAIS CHANTAIT PAR TABOU LEY DANS L´AFRICA FIESTA

MERCI D´AVANCE :lol: CORDIALEMENT VOTRE :wink:

ST  THERESE



Ah, j’oubliais: Abeti a une chanson nostalgique inoubliable sur la cuisine congolaise de Kisangani. La chanson s’intitule « Likayabo » (le même mot en lingala d’ailleurs, qui signifie poisson salé)… Les Boyomais se régaleront quand Le Messager aura ajouté cet opus dans son anthologie ouverte.
Alex Engwete


NDLR:Certaines demandes datent de l'année passée.C'est autant vous rassurer que nous finissons toujours par donner une suite aux requêtes de nos lecteurs,même avec un certain retard,dû à la recherche de certains titres rares..

Chansons

Mon mari est capable

Likayabo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alex Engwete 17/03/2008 05:33

Correction:
Je voulais dire "le site mbokamosika" au lieu de "mwanamboka"... Mes excuses!

Alex Engwete 17/03/2008 05:20

Le site « mwanamboka » opère en moi ce dimanche une redécouverte radicale de cette chanson d’Abeti Masikini. Je réécoute « Likayabo » et je constate pour la première fois que la chanson était écrite dans un contexte de séparation, d’exil qui est comme un écho au nom et à la philosophie du site de Le Messager : « mboka mosika ». La chanson s’ouvre d’abord sur une invocation syncopée de deux épices indispensables dans la cuisine congolaise de l’est du pays, qui dénote l’influence de la cuisine arabe : « manjano » (curcumine,) et « amndalasini » (en swahili classique : dalasini ; cannelle). Mais juste après ce vers survient le cri déchirant mais plein de défi de l’exilé :
« alafu
Nalulia kwetu
Nachoka na kukula bitu ya kuvimbisha tumbu »
[Et alors?
Je rentre chez nous
Je suis fatiguée de manger de la nourriture qui fait gonfler le ventre]
Alimentation de subsistance de l’exilé, sans les mets, les parfums et les épices de la cuisine du pays. Ce cri de séparation se précise dans la chanson : « Je pleure chez nous, chez nous au Zaïre » ou « Je rentre nous rentrons chez nous ». Tout en étant une ode à la cuisine de Kisangani, cette chanson est aussi un hymne au terroir congolais.
Abeti énumère alors les mets favoris des Boyomais : « likayabo » (poisson salé) ; « kamundele » (poisson grillé ou frit) ; « chikwange » ; « lituma » (plantains pilés) et certaines combinaisons classiques de plats : « lituma » et poisson ; ainsi que le riz et le « sombe » (feuilles de manioc).
Abeti cuisine aussi dans son imagination, ajoutant un peu de poivre (kalopilipili) ce moment-ci ou un peu de sel (kalochumbi) un moment plus tard. Tout en goûtant à la soupe qu’elle fait mijoter sur le feu : « ma ! » (onomatopée traduisant la satisfaction du goûteur évaluant le bon goût obtenu par une combinaison d’ingrédients) et « gio ! » (onomatopée de la déglutination agréable d’un fin gourmet). Bon appétit donc…
Elle mentionne aussi une façon toute particulière des Boyomais de manger le riz et les feuilles de manioc : le restant de ce plat réchauffé et mangé très tôt le matin---en lieu et place du petit déjeuner fait de café ou de thé et du pain : un régal et une aubaine pour les petits écoliers avant une longue journée à l’école. Toute une dimension anthropologique du manger boyomais… Mais je remarque un grand vide dans l’énumération d’Abeti : aucune mention expresse de la viande, bien qu’on puisse admettre dans la catégorie « kamundele » de la viande grillée ou frite. Mais à Kisangani, la viande cuite de cette façon n’est pas traditionnellement appelée « kamundele » comme à Kinshasa… Sur ce même sujet, on note aussi qu’Abeti exagère quand elle chante qu’il y a de la curcumine et de la cannelle dans son « kamundele », puisque celui-ci est un mets pas cher qu’on vend la nuit au coin de la rue pour les fêtards sortant des bars.
Il y a finalement un grand intérêt linguistique à cette chanson, ainsi qu’à l’autre chanson d’Abeti, « Aziza », affichée sur ce site le lundi 11 février 2008. Elles constituent des documents d’analyse comparée entre le swahili de Kisangani, le swahili des Kivu et du Katanga, et le swahili de l’Afrique de l’est. Des chansons multidimensionnelles donc… Encore une fois, Monsieur Le Messager, merci de m’avoir aidé à faire cette redécouverte incroyable de cette chanson de la Tantine Abeti.

Alex Engwete 16/03/2008 21:22

Grand merci pour « Likayabo » d’Abeti, hymne à la cuisine congolaise de Kisangani. Une grande fête pour moi donc ce dimanche avec de la bière bien tapée mais sans le bon « lituma » et du poisson « mboto » de chez moi à Boyoma. Grande addition aux archives sonores de « mbokamosika »---tout comme « Aziza », que j’ai enregistré manuellement en connectant mon ordinateur à une stéréo. Une question, je voulais me faire envoyer ce morceau sur mon compte courriel, mais je n’ai pu le faire, le fichier ne s’attachant pas automatiquement au message. Est-ce un paravent aux infractions du copyright ?

messager 16/03/2008 14:51

Merci à vous BadGuy.Déchaud ,de son vrai nom Mwamba,frère aîné de Nico ,celui qui assurait la stabilité rythmique du groupe est déjà mort.Votre présente intervention est une demande voilée .Prochainement,vous réécouterez une des oeuvres où la guitare de Déchaud est remarquable.Messager

BadGuy 16/03/2008 00:28

C'est formidable ! Le message de ST THERESE m'a fait découvrir un titre merveilleux. Je le remercie vigoureusement ( je vais entreprendre des recherches dans une malle)Mais est-il besoin de crier pour demander un morceau ? car comme la plupart des internautes le sait, écrire en majuscule est synomine de crier ou "engueuler les autres" .. LOLQuant au langage, j'ai tout compris et je n'ai pas eu besoin de faire de gros efforts ... re LOLMais au fait, il y'avait un accompagnateur fabuleux du nom de Déchaud (?) et qui serait le frère du Docteur Nico (?). Vivant ? Mort ?En tous cas, il est trop fort : C'est lui qui assurait la stabilité rythmique dans le groupe!Je vous aime bien !!!!