Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

SUD-KASAÏ: LES EVENEMENTS DE KASENGELU ET LES CONTRE VERITES DU COLONEL JOSEPH DESIRE MOBUTU.

 

 

            1960 est l'année de l'indépendance de l'ex Congo belge, l'actuel République Démocratique du Congo. Une des provinces, le Sud-Kasaï, sous la conduite de Albert Kalonji Ngoyi « Mulopue » entre en dissidence et fait sécession. Pendant cette triste période, il se produira un événement tragique dont Mbokamosika va parler. Il s'agit de l'histoire de notre pays. Nous la présentons telle que nous l'avons vécue. Ces faits sont connus par un grand nombre en RD Congo et notamment dans le Kasaï. Toute correction et toute complémentarité à cette histoire sera toujours la bienvenue.

 

            La ville de Bakwanga est reliée à la ville de Kabinda, dans ce Congo belge, par une route qui passe par Tshilenge et Katanda avant d'atteindre Kabinda dans le pays basonge. La compagnie MAS (Messageries Automobile du Sankuru) a longtemps desservi les populations des localités précitées par cette voie. Avant d'atteindre Tshilenge, cette route se divise en deux voies: une vers Tshilengi et une autre vers Nsangu à Bena Kabindi/Bakwa Bowa. L'endroit où cette route se scinde en ces deux voies s'appelle Kasengelu. Kasengelu se trouve dans le groupement de bakwa Ndoba. Pour bien clarifier les esprits, nous dirons que bena Kabindi c'est le village ou groupement d'origine de feu cardinal Joseph Albert Malula (Ngalula) et bakwa Ndoba, c'est le village ou groupement d'origine de feu Lucien Tshimpumpu wa Tshimpumpu.

 

            Dans l'empire Luba, il arrivait que des guerres inter clans ou groupes éclatassent. Parfois ces guerres étaient inter tribales. Les stratégies de ces conflits étaient diverses. Les guerriers qui allaient au front devaient avoir un moral gonflé à bloc pour vaincre la peur du combat et de la mort. Ainsi donc ces affrontements étaient précédés des chants guerriers pour galvaniser la troupe. Il y avait des chantres spéciaux dédiés à cette tâche. Ceux-ci se plaçaient à l'avant de la troupe et haranguaient les guerriers. Ils se servaient d'un instrument appelé  « nvunku »...C'était une « technique » de guerre ancestrale.

 Photo 1 600 visite des chefs (2)

Défilé durant la sécession du Sud-Kasaï

            Une fois la sécession du Sud Kasaï décrétée, Albert Kalonji entreprit la mise en place hâtive d'une « armée ». Et avec des moyens de bord. L'instruction militaire se limitait parfois aux chansons incitant les Baluba à se défendre contre les troupes de Lumumba qui venaient pour envahir le Kasaï et ainsi les massacrer. Les Baluba étaient appelés dans ces chansons à s'armer de bambous pointus et grâce à leur bravoure, se saisir des soldats de Lumumba par la force des bras !!! Un cas d'inconscience suicidaire. Nous devons aussi souligner que le conflit entre Lumumba et Kalonji était à son paroxysme. Pendant cette période, le colonel Mobutu annonça qu'il allait débarquer au Sud-Kasaï. Kalonji lui fit dire que s'il mettait ses pieds au Sud-Kasaï, il sera bien mis aux arrêts...Mobutu prendra les militaires de la garnison de Luluabourg. Les colonnes de l'ANC (Armée Nationale Congolaise) firent, ainsi, leur entrée dans Bakwanga. Le colonel Mobutu dira plus tard que c'était sur ordre de Lumumba qu'il avait ordonné cette expédition qui fit des milliers de victimes. Ce contre quoi Lumumba se défendit. Mais, Mobutu n'a jamais montré un ordre écrit reçu de Patrice Emery Lumumba ou du Président Kasa-Vubu. Plus tard, lui même Mobutu dira qu'il n'avait pas confiance aux politiciens et qu'en tant que militaire, il lui arrivait de décider ce qu'il fallait faire et s'affranchissait ainsi du pouvoir politique.  Mais les victimes de cette macabre odyssée furent mis sur le dos de Lumumba Patrice. Ce qui attisa encore la haine des Baluba contre le premier ministre Lumumba.

 

            Lors de cette opération de l'ANC, il se passa un triste épisode, celui de Kasengelu. Kasengelu est resté tristement célèbre à Bakwanga. Voici les faits. Ce jour là, la colonne de l'ANC franchit le pont de Tshidiendela en direction de Tshilengi. Quand les hommes des groupements environnants apprirent la nouvelle, ils s'organisèrent. Avec des pieux de bambous, des lances, des flèches il vont s'opposer à des militaires armés d'armes modernes de l'époque: fusils mitrailleurs, mortiers et des lance obus. La rencontre entre les deux forces eût lieu à Kasengelu. Le chantre en mission de galvaniser les troupes, comme dans l'empire luba, fut liquéfié en premier avec son « nvunku » et transformé en vapeur par la première salve de mitraillette...la suite fut un carnage sans pareil. La débandade qui s'en suivit, eût comme résultat des montagnes de cadavres par centaines !!! Quand le calme revint quelques jours plus tard, avec les engins de la Miba, les corps furent enterrés dans des fosses communes. Partout, il y avait des charniers énormes. Ce fut le désastre de Kasengelu qui portera plus tard le nom de massacre de Kasengelu. Ces évènements montèrent jusqu'aux Nations Unies qui les qualifièrent de génocide.

 

            Au moment de ces faits, Albert Kalonji était le maitre incontesté du Sud-Kasaï. Il n'y avait aucun leader luba en opposition à lui. C'était un affrontement entre l'Armée Nationale Congolaise et les partisans de Kalonji. Ni Joseph Ngalula, ni Jonas Mukamba, ni Aubert Mukendi, personne n'était, à ce moment là, en conflit avec Kalonji. Donc, le conflit entre kalonji et Ngalula qu'on appellera « nvita ya bena tshibanda ne bena mutu wa mukuna » n'était pas encore né. Mais voilà notre maréchal Mobutu Sese Seko qui se livre, dans un élément vidéo, à une interprétation et une analyse de ces événements selon son angle. Hier, il disait avoir agi sur ordre de Lumumba, le voici dans cet élément vidéo affirmant le contraire...Il en profite pour régler ses comptes avec ses ennemis politiques dont Kalonji. Comme toujours à son habitude, Joseph Désiré Mobutu dénature l'histoire des faits et événements dont lui même, en tant que chef indiscipliné de l'armée, fut l'instigateur. Il présente et décrit ces événements comme s'il était sur les lieux. Le président Mobutu, alors colonel, n'a jamais été à Kasengulu et n'a jamais été visité ces lieux. Nous avons voulu donner une lecture historique de ces faits en les plaçant dans leur contexte réel, et par respect de la mémoire des victimes de ce massacre où tant des nôtres périrent. Dans cet élément vidéo, le président Mobutu se dresse contre ceux qui s'attaquent à sa personne pendant les assises de la Conférence Nationale Souveraine. Cette conférence fut une occasion donnée à chaque congolais et à chaque congolaise de participer, grâce à ses réflexions et suggestions, à la construction et l'orientation du pays. Mobutu refusa d'y participer, arguant du fait qu'il était au dessus de la mêlée. C'est son droit. Il aurait dû aller livrer sa version des faits à ces débats nationaux. Il n'en fit rien. Le maréchal Mobutu était l'homme qui avait raison envers tous, contre tous et sur tout...Loin de nous l'idée de dire que Albert Kalonji fut un ange. Il porte une lourde responsabilité dans les affrontements qui ensanglantèrent le Kasaï plus tard dans sa guerre contre Joseph Ngalula. Affrontements qui firent des milliers de morts. Nous voulons seulement porter une autre lecture plus exacte du déroulement des évènements de Kasengelu afin de permettre aux Congolaises et Congolais d'apprécier mieux l'histoire de leur pays. Etienne Tshisekedi n'est, ni de loin, ni de près concerné par ces faits. Le conflit d'Etienne Tshisekedi avec Albert Kalonji n'en était, à ce moment là, qu'aux étapes d'escarmouches verbales.

 

http://www.youtube.com/watch?v=ZaNnZiqPx4w

 

 

QUID DE LA LETTRE DE TSHISEKEDI A KALONJI POUR ASSASSINER LUMUMBA.

 

            Voici bien de temps que certains véhiculent une information. Etienne Tshisekedi aurait écrit une lettre à Albert Kalonji. Lettre dans laquelle il lui prévenait de l'arrivée imminente de Patrice Lumumba à Bakwanga afin de pouvoir l'assassiner. Nous avons posé cette question à Albert Kalonji. Voici sa réponse: « J'ai déjà répondu à cette question en 1987. C'est Honoré Ngbanda, avec les services de Mobutu, qui ont créé cette histoire. Une lettre concerne 2 personnes: l'expéditeur et le destinataire. Ngbanda Honoré peut-il dire comment il a eu cette lettre ? C'est moi le destinataire qui la lui ai remise ? C'est Tshisekedi, l'expéditeur d'près Ngbanda, qui la lui a remise ? Honoré Ngbanda prétend qu'il a été blanchi à Conférence Nationale Souveraine. Pourquoi n'avait-il pas remis cette lettre à la CNS pour appréciation ? Quand montrera-t-il cette lettre afin qu'on l'authentifie ? Tous les Congolais connaissent bien qui est ce monsieur. »

 

            Rappelons pour la petite histoire le constat suivant: l'UDPS a été créé par 13 parlementaires et d'autres personnalités congolaises. Nous porterons à la connaissance des congolais et congolaises que Albert Kalonji n'a jamais orbité autour de l'UDPS. D'aucuns diront que c'était à cause de Joseph Ngalula. D'autres renchériront que c'est à cause de Dinanga. Ce dernier travailla avec Kalonji dans l'Etat Autonome du Sud-Kasaï et se brouilla violemment avec lui. Et ils évoluèrent en trajectoires diamétralement opposées. Mais ces deux personnalités avaient fini par quitter l'UDPS. Et Albert Kalonji Mulopue ne gravitait toujours pas autour de l'UDPS. La raison, c'est Etienne Tshisekedi. Bien qu'étant du même groupement luba (bena Mpuka), ces deux messieurs ont toujours eu des relations bien inamicales...Etienne Tshisekedi et Albert Kalonji ne peuvent être bergers d'un même troupeau. Ils auront vite fait d'abandonner le troupeau et de s'empoigner. Tellement l'état de leurs relations est mauvais. Et cette situation date des années 1960.

 

            Qu'on nous comprenne bien. Nous ne disons pas que cette lettre n'aurait pas été écrite. Nous nous demandons seulement par qui et pour quelles raisons elle a été écrite. Il ne s'agit pas ici de défendre ni Kalonji ni Tshisekedi. Ils sont suffisamment grands pour le faire eux-mêmes. Nous voulons seulement apporter un élément d'appréciation aux Congolaises et aux Congolais sur des manipulations et des désinformations de mauvais goût. Ceux qui ont sorti cette histoire devront aussi expliquer comment deux personnes entretenant une relation aussi médiocre peuvent se mettre d'accord pour assassiner un des nôtres parmi les plus illustres, Patrice Emery Lumumba. Nous espérons aussi que les mêmes personnes qui parlent de cette prétendue lettre, nous montreront l'ordre écrit de Lumumba au colonel Mobutu pour amener l'ANC au Sud-Kasaï et perpétrer ainsi les massacres de Kasengelu. Depuis des décennies ces manipulations ont perturbé et déformé l'équilibre de bon nombre d'entre nous. Souvenons-nous « soki omoni Muluba na nioka, boma Muluba, tika nioka ». Ce sont les mêmes qui dirigeaient les services de sécurité de Mobutu qui fabriquaient ces bruits. Aujourd'hui, les mêmes sophismes du temps de Mobutu sont repris par les pays voisins, notamment au Congo Brazzaville. Nos frères de Brazzaville disent aujourd'hui « soki omoni zaïrois na nioka, boma zaïrois, tika nioka ». Ces têtes pensantes du mobutisme archaïque ont-elle réalisé le mal qu'elles font à notre peuple ?

 

CLAUDE KANGUDIE.


 

.LE CANON DES KALONJISTES

.canon des kalonjistes

 

 

Croquis du canon utilisés par « les jeunesses » de Kalonji. Cette sorte de canon était chargé avec des morceaux de ferraille, des clous, du piment, et de la poudre à canon. Il fallait s'éloigner et se cacher à plus de 50 mètres avant de tirer. Un des cousins de Kalonji eut un bras arraché par cet engin...

      D’autres liens sur le Sud-Kasaï :

.

.

Commenter cet article

Messager 14/09/2013 19:37



Chers mbokatiers


Certaines personnes ont été bannies  et ont été priées de se tenir hors du blog.  Ne soyez pas surpris que leurs commentaires soient effacés
 chaque fois qu’elles s’entêtent à écrire, malgré la sanction.


 


Messager

Rigobert 14/09/2013 16:11


JM Bomboko qui était le vice- 1er cométat et cométat aux affaires étrangères dans le gouvernement de feu le premier cométat Karl i Bond, fera cette déclaration juste après que ce dernier pris le
chemin de l´exil volontaire, JM Bomboko sera intérrogé par Me Tshibwabwa au Comité Central du MPR, dans sa réponse JM Bomboko dira qu´il avait fait cette déclaration pour minimiser l´acte posé
par Nguz a Karl i Bond,

Claude Kangudie 14/09/2013 13:37


Bonjour mon frère Rigobert. Je ne sais pas les raisons pour lesquelles JM Bomboko avait dit ces paroles. Je peux faire une supposition: je pense qu'au niveau de la CIA et du groupe de Binza
Bomboko était hiérarchiquement supérieur à Mobutu. Mobutu lui même dira plus tard que quand Bomboko allait aux USA, dès qu'il sortait d'un bureau de la CIA, Mobutu était informé de ce qu'il avait
dit. Mais avant que Mobutu aient bien des réseaux efficaces pour maitriser ses concurrents nationaux, je suppose que Bomboko était un danger pour lui. Quant à Kalonji, je suppose encore ceci:
Kalonji fut vaincu politiquement et non militairement. Sa milice s'était transformée en guerilla. Cette guérilla est restée active jusqu'aux années 1968. Ceux du Kasaï se rappelleront des
affrontements entre l'ANC et les "jeunesses" de Kalonji ou "mvita ya Tshibandabanda mpata mualabala". Finalement les populations furent fatiguées de ces affrontements meurtriers. Il fallait
signer un armistice et arrêter cette guerre. Les partisans de Kalonji exigèrent la présence physique de Kalonji Mulopue et que lui même leur demande de déposer les armes. Sinon, ils n'obéiraient
à personne. Chose qui fut faite. Je me suis toujours posé la question de savoir si Kalonji n'avait pas négocier cette capitulation de ses troupes avec Mobutu en échange de quelque chose. La
politique est compliquée...Et ces partisans de Kalonji, il a fallu du temps pour les démobiliser complétement. Je suppose qu'au moment où JM Bomboko a dit ces paroles, Kalonji était le seul qui
pouvait encore créer une insurrection militaire pour nuire Mobutu. Ce sont mes suppositions...Dressons nos fronts longtemps courbés...


 


Claude Kangudie.


 

Claude Kangudie 14/09/2013 13:17


Mr Anaclet, vous êtes totalement libre de croire ce que vous voulez. Je n'ai jamais dressé une cathédrale pour précher une évangile à des moutons dociles. Pouvez-vous nous fournir la liste
d'armes fournies par les Russes à Lumumba et nous dire par quels moyens ces armes étaient entrées au Congo jusqu'à la garnison de Luluabourg ? Et quels régiments étaient équipés avec ces armes ?
Nous étions au Sud-Kasaï, nous avons vu les armes dont parle Mr Anaclet. Je vous refuse le droit de décréter que les armes que mes yeux à moi avaient vues étaient russes...c'étaient des armes
américaines. Avec des gamins de mon age, nous les avions dessinées pendant nos jeux. Nous avons appris à prononcer leurs noms...Il y a eu un joueur de l'US Tshinkunku qui avait même un surnom de
ces armes: Kayembe FM. Je suppose que vous savez distinguer un fusil FM et une kalachnikov. Vous êtes un incorrigible. Je crois vous avoir répondu à ce sujet il y a quelques mois.Je vous prierai
d'exercer votre énorme savoir sur d'autres sujets. Ce que j'ai vécu fait partie de mon histoire...je vous prie de prester votre prédication ailleurs et à d'autres. Quand vous aurez des éléments
probants, nous les apprécierons. Mais en attendant, ce ne sont que des élucubrations. Vous êtes libre de proclamer ce qui arrange votre conscience selon vos intérêts. Libre à vous de haïr
Lumumba, mais arrêtez de vous prendre pour le directeur de conscience des Baluba. Nous savons ce que nous vécu et nul besoin de vous pour savoir qui en sont coupables...RDC Congo, Pawuni ya Talo.


 


Claude Kangudie.


 

Rigobert 14/09/2013 10:57


Souvenez-vous de du premier Cométat Nguz a Karl i Bond, Bomboko qui déclarera quelque temps après, au Zaïre, il n´y a que moi et Kalonji, si nous ouvrons la bouche, le
régime va trembler. Les deux, Bomboko et Kalonji sont encore en vie, mais par leurs déclarations rien de spécial, progéteraient-ils le Saint-Esprit ?

guy.p 11/09/2013 22:58


Mon frere Claude ,


Tranquilisez vous ,il n'a jamais ete question dans mon intervention de vous contredire.


c'etait tout simplement un complement d'information.


Merci pour votre travail dans mbokamosika.

Claude Kangudie 11/09/2013 20:39


Salut mon frère Abdel. Tu as bien raison de parler admnistrativement, cette province n'existait pas en 1960. D'ailleurs je me demande si je ne ferai pas bien d'écrire sur les origines et la
naissance de la province du Sud-Kasaï. Dans la tête des Baluba Lubilanji (ceux de l'actuel Kasaï-Oriental), la création d'une province à eux était une question de VIE ou de MORT. Ceci à cause des
humiliations, des dépossessions de leurs biens dans leur pays où ils furent chassés d'un peu partout en ces années-là au Congo. En juin 1960, DANS LA TETE des Baluba de Mbuji-Mayi, l'existence de
leur province était déjà réelle et acquise et non négociable. C'est pour cela que, de manière informelle, je parle déjà de la province du Sud-Kasaï depuis cette date. D'ailleurs, reseignes-toi
auprès des vieux du Sud-Kasaï de l'ambiance fiévreuse teintée de menace de guerre qui régnait à Mbuji-Mayi quand l'admnistration de Mobutu procéda à un nouveau découpage qui transforma le
Sud-Kasaï en Kasaï-Oriental. Si Mobutu avait rattaché encore Mbuji-Mayi à Kananga admnistrativement, crois-moi, la rébellion allait repartir de plus belle...Mon frère Guy.p, nul part nous n'avons
dit que Albert Kalonji ne porte pas la responsabilité sur le groupe de compagnons de PE Lumumba éxecutés à Bakwanga. Lis les archives de Mbokamosika ainsi que mes commentaires. RDC Congo ezali
LIBANGA YA TALO.


 


Claude Kangudie.


 

Guy.p 11/09/2013 19:29


http://youtu.be/f0SGg6IcRng


 


Mes chers mbokatiers ,voila encore un element parmi tant d'autres qui peut eclairer notre lanterne au sujet de l'assassinat des lumumbistes a bakwanga.


A partir de ( 10:23) dans cet element ,Kalonji avoue que ces gens ont ete executes legalement, apres proces regulier par le tribunal coutumier qu'ila convoque en session extraordinaire a cet
effet. Il parle meme de constat de deces etabli par son substitut du procureur. Pour ceux qui doutent encore de la responsabilite personelle de Kalonji dans cette histoire ,voila une edification
de plus . Bonne lecturte

Abdel 11/09/2013 19:28


Cher Claude,


J'aimerai clarifier ma remarque d'hier. Je voulais dire ceci: du 30 juin 1960 (independance du Congo) au 8 aout 1960 (secession du Sud-Kasai), le Sud-Kasai n'etait pas une province.


Mais la deuxieme phrase dans ton article dit je cite Une des provinces, le Sud-Kasai, sous la conduite de Albert Kalonji Ngoyi Mulopue entre en dissidence et fait secession fin de citation. C'est
ainsi que j'ai ecrit pour plus de clarification de ta part. Tu es toute une bibliotheque. 


Merci et bonne comprehension.   

Claude Kangudie 10/09/2013 21:28


Bonjour mon frère Abdel. Je n'ai jamais dit que le 30 juin 1960 le Sud-Kasaï était une province du Congo. Vous pouvez lire les archives de Mbokamosika. J'ai eu le privilège de voir la fierté des
Congolaises et Congolais de Bakwanga en ce jour du 30 juin 1960. Toutes les peines imposées par ces exodes étaient oubliées. L'envie de fêter le triomphe sur le blanc en ce jour-là était plus
forte que tout. Tous les Baluba (Kasaï-Occidental, Kasaï-Oriental, Katanga) sont des descendants de Ilunga Mbidi. Ils se réclament tous d'une même origine: Nsanga Lubanga. Pour ce qui est de
Mulopwe Kalonji, il a eu ce titre par cooptation des chefs coutumiers. C'est ainsi qu'il n'y a pas de prince héritier parmi les enfants de Kalonji. De quoi seraient-ils héritiers ? Kalonji
Mulopwe a connu une intronisation spéciale. D'ailleurs, il n'avait pas de trône impériale. Je crois, mais je n'en suis pas sûr, qu'il a eu le feu vert ancêstral pour "monter" sur la peau du
léopard. C'est pour cela, je trouve ridicule ces prétendues appelations de "Sa Majesté Impériale" qui viendraient de Tshisekedi à l'endroit de Kalonji. Ce sont des manipulations grotesques. Bien
de bonnes choses à toi. RDC Congo, ezali mboka ya Armand Tungulu...Libende ya Moto.


 


Claude Kangudie.


 

Abdel 10/09/2013 19:12


Cher Claude,


Je crois que le 30 juin 1960 le Sud-Kasai n'etait pas une province, mais faisait plutot partie de la province du Kasai avec Luluabourg comme chef-lieu. Concernant Albert Kalonji, est-il
descendant direct ou indirect de Ilunga Mbidi Kalala, le premier Mulopwe de l'Empire Luba? Merci pour toute reponse. Bonne journee. 

Claude Kangudie 09/09/2013 23:14


 


Mon frère Sam Malonga je viens de consulter le lien que vous nous avez donné. Voici ce que je peux dire:


 




Patrice Emery Lumumba a été assassiné au Katanga. Nous le savons tous. D'après les acteurs katangais de cette tragédie, Moïse Tshombe n'était pas favorable à
l'éxécution de Lumumba. Cela nous pouvons le vérifier par les documents vidéo que tout le monde peut voir sur internet. Dans l'un d'eux, Jean-Baptiste Kibwe, un des acteurs de cette tragédie,
relate son échange avec Lumumba. En effet il dit ceci: « J'ai dit à Lumumba: tu m'avais dit que quand tu viendras au Katanga, tu m'écraseras (aux éléctions). Maintenant, c'est moi qui
vais t'écraser ». Nulle place pour une quelconque décision ou avis de Moïse Tshombe dans cet échange. Celui-ci avait préféré se retirer. Il faudrait souligner que les forces en présence
en voulant à Lumumba étaient plus puissantes que Moïse Tshombe et son pouvoir. Personnellement, je pense que Tshombe ne pouvait pas influer sur le destin de Lumumba et ses compagnons et les
sauver.




 




La deuxième partie de cette tragédie se joua à Bakwanga. Tout fut mis en oeuvre pour exacerber la haine d'une province contre le courant
nationaliste du MNC représenté par Lumumba. Les expéditions de l'armée de Mobutu ne furent pas étrangères à ce scénario. Hier encore, je discutais encore avec compatriote qui a perdu son père
dans ces événements. C'est lui que les militaires voulaient emmener...mais son père, pour l'amour de son fils, se proposa de le remplacer et il fut éxécuté quelques centaines de metrès plus
loin...Pour rappel, Kasengelu et les événéments de la cathédrale de Bonzola furent les plaies ouvertes qui demandaient vengeance pour le Sud-Kasaï. Je rejoins ici l'écrit de mon frère Ngimbi
Kalumvueziko. Le Gouvernement Central fut le pourvoyeur des lumumbistes pour le Sud-Kasaï. L'arrivée ou la fourniture de Jean Pierre Finant, Jacques Fataki, Pierre Elengesa, Emmanuel Nzuzi,
Cyrille Yangara, Christophe Muzungu par le Gouvernement Central était une condamnation à mort sans nom. Ils servirent des victimes expiatoires des crimes commis par d'autres et qu'on leur
avait mis sur le dos en tant que lumumbistes. A titre personnel, je crois que, contrairement à Tshombe au Katanga, Albert Kalonji avait le pouvoir de stopper ce crime. A ce moment là, il
était le chef incontesté du Sud-Kasaï. Peut-être qu'ils auraient connu le même destin, mais pas à ce moment là en tout cas.




 




Venons-en à « cette lettre de Tshisekedi ». Je dirai d'emblée que l'auteur de cette lettre ne l'ayant pas publiée sur notre blog, nous en resterons
juste à quelques constatations. J'ai eu un digne fils du Congo, originaire de la province de l'Equateur, comme professeur d'histoire. Il s'appelait Mr (citoyen) Mobembo (paix à son âme). Il
me forma à la critique historique comme bon nombre de ceux de ma génération. Mon frère Samuel Malonga, mes constats sont les suivants:




 




Etienne Tshisekedi fut Commissaire adjoint à la justice. Marcel Lihau fut son chef en tant que ministre de la justice. C'est dommage qu'il ne soit plus là pour
nous dire comment il gérait son ministère. Mais le gouvernement des Commissaires Généraux était dirigé par Justin Marie Bomboko. C'est lui qui présidait ce gouvernement avec fonctions de chef
de l'Etat. Lui, il est encore vivant. Et il fait partie de la bande ayant conduit Lumumba et ses compagnons


à la mort. Il peut nous éclairer sur le rôle joué par Tshisekedi avec cette fameuse lettre. C'est encore un témoin et acteur crédible de l'époque;




On peut s'interroger sur l'en-tête « officielle » de cette « lettre »...Nous connaissons ce que fut l'admnistration de
notre pays. A chacun d'apprécier l'en-tête de cette « lettre »;




Cette « lettre » n'est ni datée, ni signée;




Nous aurions voulu savoir comment et par qui l'auteur a reçu cette « lettre »;




Honoré Ngbanda parle d'une lettre de même sujet. S'agit-il de celle de Ngbanda ou d'une autre lettre ? Combien de « lettres » y
a-t-il ?




Quelles voies ont été utilisées pour acheminer cette lettre à Kalonji ? Par la poste ou par personne porteuse ? Si c'est par la poste, nous serons ravis de
collectionner les magnifiques timbres de notre poste des années '60. Dans la deuxième hypothèse, qui est cette personne ?




Nous savons que dans l'univers, il existe des astres vieux. L'astronomie nous apprend qu'on peut savoir l'histoire et la période de splendeur
de ces astres en interrogeant les rayonnements cosmiques. La plupart de ces messieurs sont déjà très vieux. Mais il faut se renseigner sur ce que furent leurs relations. Les appellations
qu'on attribue à Tshisekedi à l'endroit de Kalonji sont fantaisites. Bon nombre ne connaissent pas la personnalité de Jonas Mukamba ni de Aubert Mukendi...ni l'état de leur relation avec
Kalonji sur cette histoire « d'empereur ». Quant à Tshisekedi, le dernier à s'y frotter, le « médiateur » Sassou Nguesso, sait ce qu'il en est...Je puis vous assurer que
tout ce monde là ne pouvait PAS appeler A. Kalonji « Votre Majesté ». Que ceux qui le peuvent, aillent discuter avec eux sur cette période...




Nous connaissons tous le format des documents de l'époque. Cette lettre ressemble bien à quelques lignes tapées à la machine. Qu'est ce qui en fait un courrier
???




 


Dans la vie, il y a un avenir et un futur. Un avenir c'est une expression et une projection dans une société de bonheur. Un futur, c'est une vie au jour le jour.
Avec des contraintes imposées et des privations qu'on subit. Un avenir, c'est la voie que prend un pays démocratique ayant des fondements nationalistes et un objectif. Un futur, c'est la voie
imposée par une dictature dans toute sa rigueur. Depuis le 24 novembre 1965, notre pays n'a pas d'avenir. Il a, plutôt, un futur. Tous ces événements doivent contribuer et nous aider à tracer une
voie qui conduira notre pays à un avenir radieux, tels que voulu par ses pères fondateurs.


 


Claude Kangudie.

Samuel Malonga 09/09/2013 10:08


Cette lettre dont parle Claude est-elle celle qui est sur ce lien? http://www.laconscience.com/Le-crime-de-Bakwanga.html

Claude Kangudie 07/09/2013 23:23


Mon frère Jpk, Kalonji a tenté d'être actif dans l'UDPS. Il a frappé à une porte qui lui ai restée bien fermée. Sa tentative de devenir membre influent et éminent aurait fait de l'ombre à
certains et aurait fait réssurgir de vieilles querelles. Ceci pour les raisons que j'ai évoquées. Combien de temps est-il resté membre ??? RDC Congo ezali Libanga ya Talo.


 


Claude Kangudie.


 

jpk 07/09/2013 22:05


J' aimerais juste signaler à l' auteur de ce texte que KALONJI MULOPWE  a bel et bien été membre de l' UDPS dans les années 90.Je l' ai vu à LUBUMBASHI arbirant fièrement les insignes de-u
parti de TSHISEKEDI

Claude Kangudie 07/09/2013 11:32


Mon frère Jacques, Mbokamosika a déjà écrit sur le conflit KALONJI-NGALULA ou la guerre "bena tshibanda vs bena mutu wa mukuna". Vous pouvez fouiller dans nos archives, vous nous lirez à ce
sujet. Kuetu ku ndela, nansha bakuamba nzala...RDC Congo, ezali Libende ya Moto.

Claude Kangudie 07/09/2013 11:27


Bonjour mon frère Jacques. Tout ce que vous avez écrit est juste. J'ai parlé de Tshisekedi et Kalonji comme étant des bena Mpuka d'une manière générique. D'une manière générale, je crois que vous
le savez, dès qu'on dépasse Miabi, toutes les contrées suivantes on les appelle bena Mpuka. Mais je sais que Kalonji est de bakua Dishi. Plus loin encore, je dirai même qu'il est des Bakwanga. En
effet son clan avait quitté les Bakwanga bakua Tshimuna, dont il est issu, pour émigrer dans le pays des bakua Dishi. Ceci suite à un conflit coutumier meurtrier. Ce sont les missionnaires qui
les avaient installés sur ces terres. Exactement comme les bena Nsapu au Kasaï-Occidental. Pour mon frère Ngimbi Kalumvueziko: juste un rectificatif. Le lieu s'appelle Kasengelu et non Kasengula.
C'est dans ces environs que se trouve l'usine de bière Skol pour le Kasaï. Je ne sais pas si cette usine existe encore. Bon week-end chez vous. Tobosana te ke mitolo na biso ekundama na Congo
RDC, Libanga ya Talo.


 


Claude Kangudie.


 

Ngimbi Kalumvueziko 07/09/2013 00:41


D’après Albert Kalonji (livre LA SECESSION DU SUD-KASAI, LA VERITE DU MULOPWE,
ED. L’Harmattan, Paris, 2005)Kasengula est aussi le lieu où six dirigeants lumumbistes (Jean Pierre Finant, Président du MNC/Stanleyville, Père de la chanteuse Abeti Masikini, Jacques Fataki,
Commissaire de Police à Stanleyville, Pierre Elengesa et Emmanuel Nzuzi, dirigeants de la Jeunesse lumumbiste, Cyrille Yangara Commissaire du district du Haut-Uélé, et Christophe Muzungu, Chef de
la Sureté congolaise) ont été assassinés après avoirété livrés par le gouvernement central de Leopoldville. Ils avaient été pris dans la traque des lumumbistes qui avait suivi l’arrestation de
Lumumba en décembre 1960. Voici un extrait tiré de mon livre CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION Ed. l’Harmattan, Paris 2013 d’après le récit d’Albert Kalonji : « Quant à la traque de six lumumbistes livrés à Bakwanga, Albert Kalonji dit n’avoir pas été informé de leur arrivée à Bakwanga et qu’il s’était retrouvé à
Kasengula où des ministres de son gouvernement l’avaient fait venir sous le prétexte de la tenue d’une cérémonie nocturne. En réalité, il s’agissait du jugement devant une nombreuse foule des
personnes envoyées par Léopoldville, parmi lesquelles il avait reconnu Jean Pierre Finant et Jacques Lumbala. Albert Kalonji dit avoir assisté impuissant à leur condamnation, s’être retiré de la
scène et n’avoir appris leur exécution qu’une fois rentré chez lui. »


Par Ngimbi Kalumvueziko,
auteur de CONGO-ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D’UNE NATION, LE PYGMEE CONGOLAIS EXPOSE DANS UN ZOO AMERICAIN, SUR LES TRACES D’OTA BENGA, ET CONGO-ZAIRE, LES ACTEURS DE L’HISTOIRE, editions
l’Harmattan, Paris.

Jacques 06/09/2013 21:47


Une Precision,


Kalonji et Tshisekedi ne sont pas du meme clan. Kalonji est Mukwa Dishii du Village KATENDE en territoire de MIABI et Tshisekedi est Mwena Mpuka du Village MUPOMPA (des Ntombolo) en territoire de
KABEYA KAMWANGA. 15 Km seulement sur la National No1 separent le Village de Katende de l'entree du Village de Kena Nkuna( ou siege l'administrateur de Kkamwanga).


Kalonji est rapproche' de Tshisekedi pcq les deux sont du Tshibanda (Bena Tshibanda cad ceux de la Vallee ) par opposition a Ngalula qui vient du Mutwa Mukuna cad sommet de la
colline. Claniquement Ngalula est Mukwa Nsumpi du territoire de Lupatapata 15 Km au Nord de Mbuji mayi. Les Tshibanda( TERRITOIRE DE MIABI & KKAMWANGA) sont geographiquement
situe's a l'Ouest de MBM alors que les Mutwa Mukuna ( TERRITOIRE DE LUPATAPATA, KATANDA,NGADAJIKA, TSHILENGE) sont a l'Est de MBM. MBM est le point neutre ou ces clans se
cotoyent avec moins de segregations. Historiquement MBM etait pour les Bakwanga mais ceux-ci s'identifient dans le territoire de Lupatapata au sud.


Nota: les divisions Tshibanda / Mutwa Mukuna etait l'oeuvre de Ngalula (premier ministre du Sud Kasai ) pour affaiblir "l'empereur Kalonji" en 1960. Les Bena Mpuka
(T.KKAMWANGA) sont plus proche des Bakwa Kalonji (T.TSHILENGE)