Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Les membres de l'opposition sacrée,  presque tous anciens dignitaires du MPR , et ex- caciques  du parti, en costumes et cravattes, lors d'un rassemblement au Stade du 20 mai à Kinshasa . Cet accoutrement jadis seulement banni, fut synonyme d'opposition au point où bon nombre parmi notre génération, ont encore quelques difficultés à nouer convenablement une cravate.

Qui eut cru qu'un jour, les congolais allaient troquer l' abas cost et l' écharpe contre le costume occidental longtemps détesté.

C'est pourquoi dans la vie, il faut savoir relativer les choses. Ce n'est pas pour rien qu'Adou Elenga avait chanté ATA NDELE.

La fin du parti état  et le retour au multipartisme en RDC devraient édifier certains politiciens actuels .

Cette photo nous a été envoyée par notre ami Serge Mieko que nous saluons avec sa famille en Grande Bretagne.

 

Messager

 

ICI JE RECONNAIS QUE NGUZ & TSHISEKEDI AU 1ER RANG

2.

QUI EST QUI, JE NE RECONAIS QUE NGUZ KARL I BOND

 

Voici les noms qui me viennent à l'esprit sur les deux faces de cette photo:

Sur la photo d'en haut: 1er rang: Ileo,Nguz, Kibasa,Tshisekedi,Nguya Ndila?,Moando, Kithima?

2e rang: Tambwe Muamba, Me Kamanda, Singa Udju....Matanda.

 

Sur la photo d'en bas: 1er rang: Ileo et Nguz

2e rang:Tambwe, ...Me Kamanda, Nsinga Udju.

4e rang: Kengo

Notre ami Serge nous demande d'identifier les autres parsonnalités.

 

Une image insolite. Un instant inoubliable. Et toute une époque. C’était un des moments forts et rares de l’histoire de notre pays. L’opposition dans toutes ses tendances s’était à la fois unie et réunie pour parler d’une seule et  même voix contre un dictateur. Ce fut lors d’un rassemblement populaire que cette photo fut prise au stade Tata Raphaël. C’était aussi une façon de faire une véritable démonstration de force pour montrer au pouvoir ce dont l’opposition était capable, pour montrer aussi sa capacité à mobiliser les force vives de la nation. Combien y avait-il de monde ce jour-là ? Trente mille, quarante mille, peut-être davantage. C’était en tout cas une journée à marquer d’une pierre blanche. Et l’opposition marqua le pas. Autrefois partisans du Guide, ces nouveaux opposants au pouvoir personnel de leur ancien patron, désormais réunis dans la plate-forme appelée « Union sacrée » s’étaient donnés rendez-vous dans ce haut-lieu du football congolais. Ce temple où le sport-roi s’était distingué par des sacres et des victoires mémorables aussi par des défaites démoralisantes. Assis côte à côte à la tribune d’honneur et regardant tous vers la même direction, celle de l’espoir, ils avaient tous répondu présent à leur propre appel. Ces ténors de l’opposition allaient s’adresser au peuple comme le faisait autrefois le Maréchal au temps de sa splendeur. On reconnaît pêle-mêle en première ligne de la photo 1: Faustin Birindwa, Etienne Tshisekedi, Frédéric Kibasa-Maliba, Jean Nguz Karl-i-Bond, Joseph  Iléo Songo Amba. Au second rang, on voit Jacques Matanda, plus loin Singa Udjuu et Tambwe Mwamba. Il y eut après beaucoup de défections, de désunion et de mésentente. Cette plate-forme où se croisèrent plusieurs tendances contraires et contre-nature  fut le carrefour d’ un véritable imbroglio politique. Le groupe se disloqua à l’instar de nos formations musicales. L’union sacrée de l’opposition n’était devenue plus qu’un lointain souvenir dans l’univers politique zaïrois.

 

Samuel Malonga

 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ramiro 19/10/2010 14:51



cher frère Messager,


je vous remercie pour votre réponse; bien dit.


à propos du sujet sur la sapologie, vous n'avez pas dévellopé; je sais que vous en savez beaucoup. si vous pouviez approfondir le sujet, avec des photos à l'appui. c'est aussi une partie de
notre histoire.


merci d'avance.



Kala Ingangu 14/10/2010 09:34



Frères Le Guy et Milimu,


Je viens de visionner les clips sur le Swaziland et surtout le "reed dance ceremony", sans vous mentir c´est l´authenticité à l´état pur, chez nous les intello s´ y mettront pour lancer des FATWA
contre MJ 30 et autres danseuses...


 


Kala Ingangu



Messager 13/10/2010 14:37



Le Guy,


Hier j'ai oublié de répondre à la question que vous m'avez posée.


En fait porter l'abas cost n'avait rien de déshonorant. L'inconvénient est que le pouvoir avait IMPOSE son port. Si on avait laissé la liberté aux gens de le porter comme costume national, tout
en ayant la latitude de porter d'autres  tenues, je crois que jusqu'à ces jours, on continuerait é le porter.


 


 


Messager



MILIMU 13/10/2010 08:14



L´authenticité n´est pas l´affaire de Mobutu mais celle de tout un Noir à travers le monde. Le combat des Noirs Américains, en passant par Haïti et tout près de nous les MAU MAU, allez
chez les Sénégalais, tel que vu par les Congolais, il y a quelques jours seulement le Swaziland est accusé de tous les mots... Recours à l´authenticité TONDIMI YO MOBUTU SESE SEKO...



Messager 12/10/2010 20:11



Une photo sans légende est toujours sujette à beaucoup d'interpétations. Suite à vos remarques, nous venons de remanier le titre ainsi que le corps de l'article. Une façon de prouver à tous
les mbokatiers, que nous récrivons notre histoire ensemble, en tenant compte des remarques des uns et des autres, Tout en étant prêts à nous remettre en question, s'il le faut.


 


Messager



le guy de 12/10/2010 14:36



À Messager


je voudrais savoir si porter l'abacost était-il déshonorant?


À l'heure où la jeunesse zaïroise actuelle recours de plus en plus aux idéaux de la politique de recours à l'authenticité prôné par feu Maréchal?


À méditer...



Samuel Malonga 12/10/2010 14:26



Une image insolite. Un instant inoubliable. Et toute une époque. C’était un des moments forts et rares de l’histoire de notre pays. L’opposition
dans toutes ses tendances s’était à la fois unie et réunie pour parler d’une seule et  même voix contre un dictateur. Ce fut lors d’un rassemblement
populaire que cette photo fut prise au stade Tata Raphaël. C’était aussi une façon de faire une véritable démonstration de force pour montrer au pouvoir ce dont l’opposition était capable, pour
montrer aussi sa capacité à mobiliser les force vives de la nation. Combien y avait-il de monde ce jour-là ? Trente mille, quarante mille, peut-être davantage. C’était en tout cas une
journée à marquer d’une pierre blanche. Et l’opposition marqua le pas. Autrefois partisans du Guide, ces nouveaux opposants au pouvoir personnel de leur ancien patron, désormais réunis dans la
plate-forme appelée « Union sacrée » s’étaient donnés rendez-vous dans ce haut-lieu du football congolais. Ce temple où le sport-roi s’était distingué par des sacres et des victoires
mémorables aussi par des défaites démoralisantes. Assis côte à côte à la tribune d’honneur et regardant tous vers la même direction, celle de l’espoir, ils avaient tous répondu présent à leur
propre appel. Ces ténors de l’opposition allaient s’adresser au peuple comme le faisait autrefois le Maréchal au temps de sa splendeur. On reconnaît pêle-mêle en première ligne de la photo 1:
Faustin Birindwa, Etienne Tshisekedi, Frédéric Kibasa-Maliba, Jean Nguz Karl-i-Bond, Joseph  Iléo Songo Amba. Au second rang, on voit Jacques Matanda,
plus loin Singa Udjuu et Tambwe Mwamba. Il y eut après beaucoup de défections, de désunion et de mésentente. Cette plate-forme où se croisèrent plusieurs tendances contraires et
contre-nature  fut le carrefour d’ un véritable imbroglio politique. Le groupe se disloqua à l’instar de nos formations musicales. L’union sacrée de
l’opposition n’était devenue plus qu’un lointain souvenir dans l’univers politique zaïrois.



Samuel Malonga


 


 


 



Jérôme Nzembelé 11/10/2010 23:50



Bonjour les amis, je pense que lorsque nous balançons les photos, celles-ci doivent correspondre avec nos commentaires afin d'éviter des grosses confusions à ceux qui n'ont pas connu cette
période.
Je parle ainsi car le titre " les caciques du Mpr" ne correspond en rien avec les images reprises sur ces deux photos. Tous les hommes politiques qu'on voit ici avaient dépuis, quitté le MPR et
sont allés formés l'Union Sacré de l'opposition. A cette époque on ne parlait pas encore de l'Union Sacré de l'opposition radicale (Nguz est à côté de Kibasa et Tshisekedi). Donc parler des
caciques en brandissant ces deux photos n'est pas du tout harmonieux.



king 11/10/2010 19:45



Bonjour! kengo, kamanda, katanga, ngunz, kwungu, etc ont tous fait partie de l'union sacrée au départ



soungari 11/10/2010 16:20



Sur la 2ème photo, 1ère ranger partant de la gauche la deuxième personne c'est le professeur LIHAU, je ne sais pas si KENGO a fait partie de l'union sacrée, monsieur ILEO se certain qu'il fût de
l'union sacrée



soungari 11/10/2010 16:10



Je reconnais FAUSTIN BIRINDWA sur la 1ère photo assis entre TSHISEKEDI et MOANDO


SOUNGARI 



Messager 11/10/2010 11:36



Mais j''y vois Kengo et Ileo. Ont-ils aussi fait partie de l'union sacrée?


 


messager



kinvita kanga 11/10/2010 09:47



Les personalités politik de cette sont les responsables de l´union sacrée de l´opposition radicale.