Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

MOTS NOUVEAUX, SIGNIFICATIONS NOUVELLES

 

La langue est comme la science sujette à évolution. Comme la technologie, elle s’adapte au temps et au courant de l’histoire. Elle s’innove pour qu’elle ne meurt pas à l’instar du latin. En français par exemple certains noms propres sont devenus communs comme poubelle, macadam, bottin ou même guillotine. Le lingala n’a pas échappé à cette règle. Ces patronymes sont ou étaient d’usage courant, de sorte qu’il est parfois difficile de savoir qu’ils étaient des noms de nos compatriotes. Les artistes-musiciens et dans une moindre mesure les politiciens avaient été les grands pourvoyeurs de ces mots nouveaux qui ont enrichi notre langue. Désormais entrés dans la postérité et faisant partie intégrante de notre vocabulaire quotidien, nous avons pu retrouver quelques uns de ces noms propres devenus comme par enchantement des noms communs et qui pour la plus part s’écrivent avec une lettre minuscule pour la plupart. Si certains sont moins usités ou disparus aujourd’hui, d’autres résistent contre vents et marée à l’usure du temps en se faisant une nouvelle jeunesse.

 

Mukala: proche collaborateur de Rochereau, immortalisé dans une chanson. Il était

               chargé surtout d’entretenir les relations sentimentales de l’artiste d’ébène

               avec ses conquêtes féminines

mukala : personne qui sert de courroie de transmission entre une amante et son

               amoureux

 

Sakombi: homme politique et ancien gouverneur de la ville de Kinshasa

sakombi : petit gobelet en plastique servant de mesure capacité à partir des

                   années 80 et initiée par le gouverneur

 

Maboke: nom de scène d’un homme de théâtre congolais, de son vrai nom

               Benjamin Yeya

maboke: sketch

 

Prince: titre porté en 1955 par Baudouin de Belgique en visite au Congo

prince : route macadamisée

 

Maze: contraction africanisée du prénom Marie-José et titre d’une chanson de  Tabu

            Ley

maze : billet (rouge) de 50 zaïres

 

Angwalima : célèbre Arsène Lupin congolais des années 60

angwalima : voleur

 

Kiyedi: nom de fille et titre d’une chanson de Dino Vangu

kiyedi : billet (bleu) de 10 zaïres

 

Emoro : danseur-vedette de l’Empire Bakuba dans les années 80

emoro : nain ou toute personne de courte taille

 

Vadio : artiste musicien paraplégique

vadio : personne handicapée

 

Muzi : nom de fille et titre d’une chanson de Ntesa Dalienst

muzi : tique (liyanzi)

 

Adoula : ancien homme politique

ebembe ya Adoula : poulet congelé

 

Mario : prénom d’origine portugaise et titre d’une chanson de Luambo Makiadi

mario : gigolo

 

Mama Sese : 1re épouse de Mobutu

cercueil ya mama Sese : gros pain fabriqué jadis par Quo Vadis

 

Libanais : Citoyen du Liban

libanais : égoïste

 

emoro

Le danseur Emoro

 

On notera aussi la francisation de certaines expressions tout comme l’arrivée dans l’espace linguistique des mots nouveaux. Tantine Abeti  transformera bilanda landa en bi suivra suivra et Kiese Diambu vulgarisera l’expression deuxième bureau dans  sa belle composition Deuxième bureau nganda. De l’autre côté du fleuve, l’ancien instituteur Casimir Zoba devenu le  chanteur Zao  inventa un bel adjectif , cadavéré , dont l’utilisation se fait encore malheureusement attendre dans la langue de Molière. Dans la foulée de son célèbre tube Ancien combattant, il ne se limita pas seulement à décrier les cruautés de la guerre mondiaux qui "n’est pas bon ", mais en plus dans un style amusant et non sans ironie, il  égrena les unes après les autres les rares expressions nouvelles sorties de son imagination en parlant du coq qui ne va plus coquer cocorico ou de la poule qui na va plus pouler les œufs. Mobutu, lui, s’étant emparé du pouvoir suprême, s’installa confortablement au Mont Ngaliema avec dans ses cartons deux termes qu’on voudrait bien mettre à son actif.  La langue française fut alors enrichie de deux nouveaux mots : pémbéniser et politicailleur. Si le verbe francisé qui avait pour radical « pembeni » signifiait comme en lingala « mettre à l’écart » , le substantif trouvé par la bande à Mobutu selon la signification qui lui fut donnée à l’époque désignait les politiciens démagogues de la première république que l’armée venait justement d’écarter de la politique. Les politicailleurs de tout bord étaient pémbénisés par le Haut commandement de l’ANC le 24 novembre 1965. Pour une date mémorable et pour un événement inoubliable, deux vocables historiques venaient de voir le jour. En outre au terme péjoratif congolisation qui naguère était employé pour parler de l’extension des troubles à travers le Congo des politicailleurs, le futur maréchal opposa la zaïrianisation qui était la nationalisation de toutes les sociétés et entreprises étrangères au Zaïre. Quant à Dominique Sakombi Inongo en sa qualité de commissaire d’Etat à la Mobilisation, Propagande et Animation et Politique ( MOPAP) et ayant puisé dans ses ressources intellectuelles, il finit par inventer le mot mobutisme qui faisait la fierté et l’orgueil du Guide. Ce dogme nouveau était l’essence idéologique de la révolution zaïroise authentique. Et c’était bien trouvé par le chantre du parti-Etat.

 

JPEG - 58.3 ko

Zao au 12ème Salon International de l’artisanat de Ouagadougou (SIO) en octobre 2010

 

Outre  tout ce qui précède, le Congolais s’est aussi montré champion dans l’art  de la dérision. Bon gré mal gré, l’homme de la rue transformait à sa guise à la fois avec sérieux et bonne humour certains sigles officiels en y donnant une nouvelle signification. En voici quelques exemples éloquents :

 

Plan Mobutu devenu plan mobulu

 

DTS: Droits de Tirage Spéciaux devenu Devises Transférées en  Suisse ou Détérioration Totale de la Situation

 

PAM : Programme Agricole Minimum devenu Peuple Alia Matiti, Président Aliya Misuni

 

MPR : Mouvement Populaire de Révolution devenu Mobutu Président de la République

 

JMPR : Jeunesse du Mouvement Populaire de la Révolution transformée en Joseph Mobutu Président de la République 

 

MOPAP : Mobilisation, Propagande et Animation et Politique sigle devenu célèbre et qui désignait toute personne rodée dans l'art de mentir

 

 

Samuel Malonga


MUKALA, PAR ROCHEREAU ET L'AFRICAN FIESTA NATIONAL

Commenter cet article

Samuel Malonga 21/05/2011 17:09



Losako ndeko MULOJI,


Oniati.



muloji 20/05/2011 22:45



mbote banduku bansu ya mbokamosika


ngai nakobakisa lisusu pona congolissime/zairissime:


coca diminutif de cocacola: boisson sucrée


gillette: lame de rasoir


pepsodent: dentifrice


bazooka: chew gum


zibulateur vient du verbe ouvrir/zibula en kikongo: tire bouchon


malembement: doucement


alakation: promesse


mentolatum ou viks: pommade


nasuki lelo awa pote eleki mingi


losako na ndeko MALONGA


 



Polo 20/05/2011 09:07



Ndeko Mituna,


nameka kopesa oyo ya nga version, mpo na kombo ya lokele, il semblerait soda oyo azalaki na nzete liboso ya fanfare ya Force Publique ( l´armée coloniale) ekolo na ye ezalaki LOKELE,
d´ailleurs ezalaki à la mode na tangu ya kala ya kobenga motu na kombo ya ekolo na ye, exemple Marie Muyanzi, Anna Mbunza, Marie Musakata, Marie Muzombo etc...  yango na ebengeli wana
etikala kaka LOKELE comme motu ya nzete liboso ya fanfare, tout comme MUKALA to chargé de mission...


Mpo na kombo ya Basile, nabanzi pompe funèbre ya liboso oyo ezalaki juste à côté ya hôpital de Léo-est to hôpital général to hôpital Congolais to hôpital Mama Yemo, nionso ezali kaka
ba kombo ya hôpital se moko, mokolo ya pompe funèbre wana azalaki mondele mpe kombo na ye ezalaki Basile "Ets Basile", tout comme Ets. Quador oyo ya ba pneus dit Quado.


Mpo na kombo ya Salongo nabanzi Ndeko Kandolo asila kobesa eyano na motuna wana, tala na ba articles awa na blog okomona makomi ya kulutu Emmanuel.


Nayebi te soki ba versions misusu mpe ezali, kasi ekoki kozanga te, puisque ezali masalo ya sociéte qui se transmettent de bouche à l´oreille et de quartier en quartier.



sam samina 19/05/2011 22:47



cher message,ma fille de 16 ans m'a fait découvrir une autre type de la musique congolaise,résultats d'une grande  recherche musicale   il s'agit celle  de notre nouvelles
stars MOHOMBI J'aimerais que vous nous parliez en long et en larges de cet artiste qui fait la fierté dela rdc  ici en amérique du nord  pour que les jeunes congolais puissent le
connaitre et l'adopter.



Serge Kongo na biso 14/05/2011 09:49



Mbote ba ndeko,


Une fois nakendaki na zone ya Maluku pe nafandaki na moko ya ba ndaku ya ya commissaire de zone
ya tango wana na kombo ya Mr Mulele (ye azalaki moko ya batu ya confiance ya Mandungu Bula Nyati pe asalaki plus de 25 ans na poste wana).  Balakisaki
nga garde civile moko soki na bosanati te kombo naye ezalaki Ya Doudou mais bakomaki kobenga ye « Satema » lokola «Satéma ». Babetelaki nga lisolo ndenge azuaki kombo
wana.  Il parait na tango ya formation militaire, mokolo moko na butu, ba formateurs bamemaki bango na mayi moko etonda ba ngando, bayebisi bango
bakota na buatu, bakata ngambo pe ba zonga.  Il parait ba soldats nionso babangaki pe baboyaki kosala mission suicide wana, tii Ya Doudou andimaki
asala yango, amata na buatu pe akenda ngambu ti ngambu, suite na ésprit na ye ya kobanga te, batiyaki ye na poste ya discipline na centre ya ba garde civile ezalaki na zone Maluku.  


Bréf : Satema eza kombo ya ebale kasi ekomaki kombo ya mutu pona courage pe détermination
naye.


Serge Kongo na biso.  



Serge Kongo na biso 13/05/2011 18:20



Mbote kulutu Malonga,


Oyo ezali article moko ya motuya, eza mikolo nionso te nde tomonaka b’articles ya
boye.  N’apprendre mua makombo ebele oyo nayokaka mais nayebaki te ewutaki wapi.  Merci kulutu
Malonga.


Serge Kongo na biso



Ndombasi Kupessa 12/05/2011 12:48



Ebongo KIYEDI ya fufu ?



Mituna 11/05/2011 21:07



Lokele est une tribu du Haut-zaire, je ne sais pas bien ndenge nini ekoma ke motu oyo to soda oyo azalaki liboso ya fanfare ya ba soda na nzete, bazalaki kobenga ye Lokele, finalement ezala na
fanfare ya ba soda, ya la police, ya kimbanguiste, ya ba protestant, ya ba écoles, bref na fanfare nionso kaka, motu oyo azalaki na nzete na liboso, tobandaki kobenga ye lokele, est-ce que nakoki
kozua explication ya malamu na likambo yango.


Ya mibale BASILE, avant zairianisation, ba pompes funèbre nionso tobandaki kobenga yango Basile, soki motu akufi na famille, na quartier, okomona bakotuna banani oyo bakokende na Basile po
nakosomba sanduku.


Ya misato kombo ya SALONGO ewuta wapi, po eya kokoma ndoyi ya Alinga Mosala.


Nasuki awa, merci po na biyano.



Samuel Malonga 11/05/2011 16:29



Merci Adeitoko pour la correction.



adeitoko 11/05/2011 12:51



Ton excellent article a rejoui mon coeur mais je voudrai tout simplement corriger que la chanson"deuxième bureau nganda" est une composition de LOKOMBE et non de
Kiese Diambu



Musa May 11/05/2011 10:45



Eh! Oui. L'art de la dérision. Un autre exemple éloquent est la définition donnée à la malheureusement célèbre maladie aux début des années 80.


SIDA: Syndrôme Imaginaire pour Décourager les Amoureux. C'était tellement bien trouvé      que certaines personnes y avaient cru. 



yens 11/05/2011 10:24



A cette liste je pourrai ajouter "QUADO",du nom d'un monsieur qui tenait une entreprise de vulcanisation (la prémière à LEO)et tous ceux qui font ce metier sont appelés ainsi



Samuel Malonga 11/05/2011 09:54



MOPAP : Mobilisation, Propagande et Animation Politique



Samuel Malonga 10/05/2011 22:06



ERRATUM


Il faudrait lire: ...avec sérieux et bonne humeur certains sigles...