Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Messager

 photo

  Emmanuel Bamba

 


 

 

Ndeko Serge,

 

Ndenge rapport ya C.N.S. ewuti kolakisa, Colonel Pierre Efomi a jouaki rôle central na piège Emmanuel Bamba, Evariste Kimba, Alexandre Mahamba na Jérôme Anany bakueyaki. Le, 02 juin 1966 ezalaki mokolo oyo esengelaki batiya bango singa na kingo. Kasi avant wana, Président Mobutu a boyaki par deux fois mpo basambisa bango na ba Tribunal civil. Mpe na mpokua ya le, 01 juin 1966, nde gouvernement Mulamba esanganaki lisusu mbala ya mibale au tour du Président Mobutu, mpe ezuaki mokano mua ko rejeter demande ya mibale oyo ekokaki ko épargner bango Tribunal d’exception. Pierre Efomi ye azalaki l’homme orchestre ya vrai-faux complot wana. Cléophase Kamitatu, un pion mususu ya coup, azali condamner na cinq ans ya servitude pénale, c’est-à-dire cinq ans ya boloko. Kasi, tango batindi ye na « isolement » na boloko ya Mbula-Mbemba, asali kaka dix-huit mois mpe azongi na Kinshasa parce que Président Mobutu a accordaki ye grâce sur proposition ya Ministre ya justice, Joseph Singa.

Avant même basambisa batu na simulacre ya procès ya pont Cabu, sort na bango eyebanaki mpo il fallait à tout prix pouvoir ya Président Mobutu elakisa na miso ya batu que soki mutu asakani na pouvoir na ye ou azali na miso na ebonga ya Chef de l’Etat, akosuka ndenge boye. Na même coup, ba militaires babandaki lisusu ko renforcer emprise na bango na pouvoir mpe kolakisa ba civils politiciens que bango nde bazali kokamba mboka !

Ba conjurés ya pentecôte bazali na état moko déplorable !!! Balatisi bango bilamba ya moindo lokola ba robes, ezipa nzotu malamu te mpe bazalaki na eloko te na nse, na ba cagoules ya moindo ezipa moto. Humiliation ya ndenge wana komona ba tata bana, nzotu polele bongo !!! Liboso ya Tribunal militaire balongolaki bango ba cagoules, kasi tango ekomaki que baleka bango, balatisaki bango yango lisusu. Général Louis-de-Gonzac Bobozo ayaki wana na ba paracommandos ya camps Tshatshi na ba Polices-Militaires. Ba encercla place pont Cabu nionso wana na ba soda na ba camions na bango.

Tango faux jugement wana esili, mutu ya liboso batiaki singa ezalaki Evariste Kimba. Ndenge basalelaki mabaya oyo bamatisaki batu ezalaki kokamua !!! Neti kaka ndenge ebandaki koleka na Moyen-âge na ba empires na ba royaumes ya mikili!!! Sima ya tubela, bamatisi Kimba wana, mutu na kati ya cagoule. Tango ba soda ba actionner système ya mesa wana, efunguami, etiki Kimba dans le vide, nzotu ezali kodiembela na singa. Bobozo apesa mitindo que sima ya 20 minutes nde docteur ya Armée akoya kotala soki mutu awe. Pire, Bamba, Mahamba na Anany bafandisi bagu na camion ya ba soda bazali kotalisa bango ndenge Kimba azali koleka. En suite, bakumbi Emmanuel Bamba, sima Jérôme Anany mpe basukisi na Alexandre Mahamba. Sika tango ekomi tour ya Alexandre Mahamba, likolo ekomi koyinda, tango kaka batie ye singa na kingo mpe mabaya wana efunguami, tourbillon moko ya munene esali wana ya makasi mpe ekumbi mpe ekueyisi batu. Na panique wana, ba barrières ba soda batiaki e céder mpe batu babandi kopalangana, misusu bakufi na étouffement, misusu na koniata, mpe misusu babukani etc. Ba soda bango moko mpe bakimi batiki bibembe bizali kodiembela na ba singa. Sima ya mua ngonga bazongi lisusu wana mpo na kokitisa bibembe mpe komema yango esika eyebana te tee na lelo oyo. Ndenge ezali wana, eyebana te esika ba soda bamema bibembe ya batu wana mine !

Sima ya somo ya ba pendaisons wana, leki ya Colonel Alphonse Devos Bangala, aloba na ye boye : « kulutu, mais batu oyo babandaki kosangana na yo awa, ndenge nini babomi bango boye mpe yo osali eloko moko te mpo na koyebisa que makambo oyo babomeli bango ezali ya solo te ? » Bangala a tomboka mpe a barer leki na ye na ndaku na ye, akati ye mpe atie nzotu naye na kati na congélateur. Abombeli muasi na ye mpe akangi congélateur na fungola. Lundi tango mutu ya musala aye, a forcer congélateur sous prétexte qu’il fallait abimisa niama ya kolamba mpo abandaki ko retrouver fungola ya congélateur te na cuisine esika ezalaka. Nde wana a asali découverte macabre.

Sima ya ba mbula zomi na libua, un des  fils ya Général Bangala, Joseph Bangala « Joe-Joe » ayaka kokufa na accident de voiture ya nzela ya A2 (autoroute Paris-Bruxelles ou Bruxelles-Paris) na sens ya Bruxelles, na retour sima ya fête bayaka na Paris. Na batu mitano oyo bazalaki na voiture wana, moko te azoka ; abukana, rien! Kaka muana ya Général Bangala nde akufa. Tokenda na matanga wana epayi ya Général Bangala, na Limete sur l’avenue Révolution. Ndenge alelaki muana na ye, ondima te que mutu oyo akokaki mpe koyoka mpasi ya boye ndenge moko esalaka ba familles ya butu oyo ye na ba Efomi balekisaki sans aucune raison. Na kolela wana abosanaki lisusu que aleka leki na ye parce que atielaki ye vérité en face ! Na cimetière de la Gombe, alinga amibuaka na libulu !!! Heureusement, ba gardes corps na ye ba ceintura ye immédiatement.
Nionso efutamaka kaka na nse !



Patriotiquement,


Emmanuel Kandolo

Clan: Mpudi A Nzinga

Village: Mbanza - Nsanda

Secteur: Lunzadi

Territoire: Mbanza - Ngungu

Province: du Bas-congo.

Ye abandaki carrière na ye na crédit  foncier ya Léopoldville mpe sima, ayaka kokoma Sénateur, élu ya ABAKO, na Léopoldville, Ministre ya Finances (mai 1962 tee na juin 1964) na gouvernement ya Cyrile Adoula mpe akomaki lisusu Sénateur na ba élections ya 1965.  Azalaki profondément croyant mpe kimbanguiste devant l’éternel. Ayaki kosala aile mosusu ya église kimbanguiste, na 1962, na kombo ya : Le salut en Jésus-Christ par le témoin Simon Kimbangu.

 

……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

 

REPUBLIQUE DU ZAIRE

CONFERENCE NATIONALE SOUVERAINE

RAPPORT DE LA COMMISSION ASSASSINATS ET CRIMES

DOSSIER : LES PENDUS DE LA PENTECOTE

1. Les victimes

01. Emmanuel BAMBA : ancien compagnon de lutte de Simon KIMBANGU.
Prisonnier comme lui à Elisabethville, Ministre des finances et de la Fonction Publique sous la première République, Sénateur.

02. Evariste KIMBA : ex-Ministre des Affaires Etrangères du gouvernement sécessionniste du Katanga, ancien Premier Ministre désigné sous la première République ;

03. Alexandre MAHAMBA : Ancien Ministre des Affaires foncières dans les gouvernements LUMUMBA et ADOULA ;

04. Jérôme ANANY : Ancien Ministre de la Défense Nationale dans le gouvernement ADOULA.

2. Les plaignants

Pour cette rubrique, il faut entendre les différentes manières dont la Conférence Nationale Souveraine a été saisie du cas des conjurés de la Pentecôte.
Il s’agit de :
01. La lettre du 29 mai 1992 et le témoignage écrit du 7 juillet 1992 du Professeur Emmanuel BAMBA KAMALANDWA ;

02. La lettre fort détaillée du 8 juillet 1992 des enfants Marcel BAMBA KIMBI YAVANGA et Samuel BAMBA di BAMBA DILUNGANI NIOKA-NO sur les circonstances de la mort des 4 conjurés ;

03. La déclaration écrite du 10 mai 1992 de Madame Claude KIME, fille du feu Evariste KIMBA ;

04. La requête et le vœu écrits non datés présentés au nom de la famille MAHAMBA par la veuve Monique MAHAMBA où elle rapportait les derniers propos que lui aurait tenus son défunt époux à partir du cachot ;

05. La lettre du 8 juillet 1992 de Monsieur ANANY MANDAMBO au Président de la commission des Assassinats et Violations des Droits de l’Homme à charge de Monsieur EFOMI EFEKEN’AONGO, de toutes les personnes ayant participé à la pendaison de Jérôme ANANY, son grand-père. Les plaignants proclament l‘innocence des suppliciés et réclament :
- la révision du procès ;
- la réhabilitation des condamnés ;
- l’exhumation des restes de leurs corps pour les funérailles dignes ;
- l’indemnisation à la hauteur du préjudice subi.

3.
Les faits incriminés

Le 2 juin 1966, Emmanuel BAMBA, Alexandre MAHAMBA, Evariste KIMBA et Jérôme ANANY, sont pendus à la Grand-Place de Pont Cabu à Kinshasa (actuel Pont Kasa-Vubu).
Ils étaient mis à mort en exécution d’un jugement rendu par un tribunal militaire d’exception créé par ordonnance n° 66 – 338 du 30 mai 1966 dont le
siège était composé des Officiers Supérieurs INGILA, MALILA et NKULUFA.
Il était reproché aux condamnés l’infraction d’atteinte à la Sûreté intérieure de l’Etat par le fait qu’ils auraient tenté de renverser le régime né du coup d’Etat Militaire du 24 Novembre 1965 et projetaient d’assassiner les Généraux MOBUTU, MULAMBA et BOBOZO. Non convaincus de la pertinence des faits infractionnels imputés à ces dignes fils du pays et de la légalité de la procédure suivie, le peuple zaïrois et plus particulièrement les membres des familles des condamnés ont-ils profité de l’opportunité offerte par la conférence Nationale souveraine pour dénoncer ces cas de violation des droits de l’Homme. L’analyse de ce dossier par votre Commission des Assassinats et violations des Droits de l’Homme a conduit aux constatations ci-après :

4. Analyse des faits

1)
Les témoins

Votre Commission a eu à entendre :
01. Le Colonel EFOMI, à l’époque des faits, Commandant de l’Unité Côtière à Matadi et principal dénonciateur du complot ;

02. Le Professeur Emmanuel BAMBA KAMALANDUA, neveu et confident du feu Emmanuel BAMBA ;

03. Monsieur Jean-Jacques KANDE, Haut-commissaire à l’Information ;

04. Monsieur Joseph N’SINGA UDJUU, alors Secrétaire d’Etat à la Justice

05. Monsieur Cléophas KAMITATU, co-accusé, jugé après pendaison de quatre, condamné à 5 ans de prison et banni à Bulambemba ;

06. Monsieur Paul BOLYA, co-accusé et détenu au Camp Kokolo en même temps que les quatre ;

07. Madame LUKUNGA BAMBA, nièce du feu BAMBA, âgée de 11 ans au moment des faits.

 

2) La dénonciation

Comme il l’avait déclaré dans son droit de réponse devant la plénière de la Conférence nationale souveraine, le Colonel EFOMI a confirmé à votre Commission avoir dénoncé BAMBA dans un rapport adressé au Premier Ministre et au Président de la République.

3)
L’initiative du complot


La version de Monsieur EFOMI est en contradiction avec celle des victimes.
Selon le Colonel EFOMI, c’est alors qu’il était commandant de l’Unité Côtière de Matadi qu’il fut approché par le Sénateur BAMBA Emmanuel, lequel lui aurait confié son désir d’obtenir un changement dans la direction du pays et aurait sollicité l’appui logistique des jeunes Officiers de confiance.
Cette version des faits, appuyés par le Général BANGALA est démentie par les déclarations des victimes faites au procès. Nous citons :
MAHAMBA : Les hommes qui sont ici ont été entraînés et ne sont pas responsables. Pour eux et pour moi, je demande l’acquittement.
BAMBA : C’étaient des militaires qui avaient pris l’initiative de l’affaire… La chose était montée par eux-mêmes, c’est d’autant plus vrai qu’il nous était matériellement impossible d’agir. Nous n’avions pas d’armes (cf. dossier du CRIPS CONGO, 1966, pp. 431 – 444).
Il déclare avoir été contacté par des inconnus qui le mirent en présence du Colonel EFOMI.

Par ailleurs, dans son témoignage à la Commission, le Professeur BAMBA KAMALANDUA a rapporté une confidence de son oncle : J’ai un problème très délicat qu’un certain Major EFOMI m’a soumis à Matadi, lui a-t-il confié. EFOMI est un Officier… Il est venu me voir à l’Hôtel Métropole à Matadi. Pour EFOMI, les jeunes Officiers de l’Armée n’approuvent pas le coup d’Etat décidé par le haut-Commandement, car le pays risque de sombrer dans une dictature.
En outre, dans sa déposition devant votre commission, le Colonel EFOMI a spontanément avoué s’être rappelé la promesse que le Président MOBUTU lui avait faite à Luluabourg, promesse de lui confier des fonctions civiles. Il s’en est souvenu tout juste au moment où il lui adressait son rapport de dénonciation. En effet, plus tard, Monsieur EFOMI sera nommé Administrateur Général de la Sûreté et puis Ambassadeur. L’initiative a été donc prise par les militaires comme le démontre la suite des événements.

4)
L’arrestation


Après la dénonciation, le Colonel EFOMI, suivant toujours sa déposition devant votre Commission, est invité à Kinshasa où le Président de la République le charge de reprendre contact avec BAMBA, de faire semblant d’accepter son projet de coup d’Etat et de suivre l’évolution de la situation.
A cette fin, le Président autorise la formation d’une équipe de jeunes Officiers placée sous le commandement du Colonel BANGALA, gouverneur de la Ville de Kinshasa, sous le prétexte d’apporter un appui logistique aux politiciens comploteurs. Il s’agissait des Colonels TOKPUI et KWIMA, des Majors MWARABU et TSHIKEVA.
Les militaires entraînèrent les infortunés civils à des réunions, dans une maison privée à Bongolo et à N’sele. Mais, constatant un certain relâchement, le Général BOBOZO, à qui les Officiers rendaient régulièrement compte, ordonna de faire diligence. C’est ainsi que le Général BANGALA convoque la dernière réunion, tenue à sa résidence officielle le dimanche 29 mai 1966. Il alla jusqu’à prendre les infortunés à leurs domiciles. Madame LUKUNGA BAMBA affirme, en effet, avoir vu le Colonel BANGALA dans sa voiture officielle au domicile de son oncle, dans la soirée du dimanche 29 mai 1966. Emmanuel BAMBA qui se trouvait déjà en pyjama dans sa chambre à coucher, fut obligé de suivre le Colonel, sur insistance de ce dernier.
Au cours de cette réunion, les politiciens furent pressés par les militaires de dresser une liste des membres du futur gouvernement. C’est en ce moment-là que des soldats de la Garde Présidentielle cachés derrière un réfrigérateur surgirent pour arrêter tout le monde et le conduire au Camp Kokolo, où, chose étrange, tous les militaires furent immédiatement libérés.
A ces quatre politiciens arrêtés, vinrent en joindre d’autres dont les noms avaient figuré sur la liste du Gouvernement, échafaudée à la demande des Officiers. Il s’agit entre autres des Messieurs KAMITATU, BOLYA, DELVAUX, MIRUHO et KAPWASA.

5)
Le jugement

Au Camp Kokolo, les quatre détenus furent soumis aux tortures, comme l’ont attesté les témoins. Monsieur Jean-Jacques KANDE a déclaré à votre Commission avoir été convoqué nuitamment par le Général MOBUTU qui lui présente les quatre hommes ligotés et en très mauvais état suite aux tortures. Alors que les suspects n’avaient pas encore été jugés, le Haut-commissaire à l’Information annonçait : Ils seront jugés par un tribunal militaire pour haute trahison. Ils risquent la peine de mort ; ils pourraient être pendus sur la place publique.
Interrogé sur sa déclaration, Monsieur J-J. KANDE nous a répondu qu’il avait parlé au conditionnel. Le 30 mai, un tribunal militaire d’exception fut créé par ordonnance présidentielle pour juger BAMBA, MAHAMBA, KIMBA et ANANY. Les Officiers ne furent pas cités à comparaître, même pas comme témoins. Le procès qui se déroula devant un public hystérique réuni à la Grand-Place du Pont Cabu dura 1 heure et 30 minutes seulement, dans un brouhaha indescriptible de la foule.
Le Juge-Président finira par conclure : Messieurs, nous sommes ici devant le conseil de Guerre, ce n’est pas pour discussion. Nous sommes ici, c’est pour punir quelqu’un, donc le tribunal militaire ne demande pas beaucoup de temps. Maintenant, en tant que Président, nous allons à côté pour mettre les choses au point.

Ces délibérations prirent cinq minutes et le verdict tomba sec : la peine capitale pour les 4 inculpés. Le haut commandement exigea l’application immédiate de la sentence que confirma le conseil des Ministres réuni à deux reprises dans la nuit du 1er et du 2 juin. Le Chef de l’Etat refusa d’accorder la grâce, malgré les nombreuses interventions en faveur des condamnés. Ces derniers furent pendus le 2 juin, devant une foule estimée à 300 000 personnes.

5. Avis et considérations

1)
Point de vue juridique

Les pouvoirs spéciaux, dont c’était arrogé le Président de la République au lendemain du coup d’Etat militaire en vertu de l’Ordonnance-loi n° 7 du 30 novembre 1965, avaient cessé d’exister à la publication de celle n° 66/92 du 7 mars 1966 qui lui conférait le pouvoir législatif. Cependant, cette dernière prérogative n’avait pas supprimé systématiquement les textes légaux tels que les codes pénal et de procédure pénale, d’application devant les juridictions de droit commun et ceux applicables devant les juridictions militaires ordinaires. Même en laissant au tribunal militaire d’exception le soin de régler lui-même sa procédure, on s’aperçoit rapidement que les Magistrats qui avaient composé le siège avaient recouru à ces textes légaux.
Par conséquent, en optant pour la procédure pénale ordinaire, comme le prouvent les références reprises au jugement, les juges avait l’obligation de se conformer scrupuleusement aux normes de cette procédure ; il en est de même des dispositions du titre VIII du Livre II du code pénal telles que modifiées par l’Ordonnance-Loi n° 299 du 16 décembre 1963 auxquelles dispositions a renvoyé l’Ordonnance-loi sus évoquée. Mais, que s’est-il passé dans le cas d’espèces ?

2)
Sur le plan de la procédure


Les conjurés n’avaient pas été cités à comparaître dans le délai légal de 8 jours francs ou tout au moins à bref délai sur base de l’ordonnance du Juge et cela, au moment où la procédure de flagrante n’était pas encore instituée dans le système judiciaire zaïrois.
Dans la composition du siège, il n’y avait ni Ministère Public, ni Greffier. Le rôle de ceux-ci avait été rempli illégalement pas chacun des assesseurs.
Le bénéfice du double degré de juridiction, consacré par la Constitution aux personnes condamnées, avait été retiré par l’Ordonnance-loi ayant institué le Tribunal militaire d’exception. Le mode d’exécution des condamnés à mort tel que prévu en droit commun n’avait pas été respecté.
Enfin, il avait été refusé aux condamnés d’introduire un recours en grâce, une autre violation des droits.

3)
Quant au fond

De l’analyse qui précède, des sérieuses présomptions permettent d’attribuer aux autorités militaires, notamment le colonel EFOMI, le Général BANGALA ainsi que leur commanditaire, la paternité de l’assassinat de BAMBA et consorts.
En effet, les 4 conjurés ne disposaient d’aucune arme ni d’aucun appui extérieur ; dans ces conditions, eux comme n’importe qui n’aurait songé à réaliser un Coup d’Etat.
C’est pourquoi, votre Commission s’est finalement rallié à l’hypothèse d’un scénario dont l’objectif aurait été de faire tomber la tête de quelques opposants pour inspirer la peur et faire asseoir la dictature. Tous les militaires qui étaient mêlés dans cette entreprise étaient conscients de ce qu’ils ne sauront jamais passer sincèrement aux actes, ils auraient tout simplement exploité la naïveté de BAMBA et de ses amis. A supposer même que les conjurés aient avoué les faits, on doit retenir que l’aveu, considéré autrefois comme la reine des preuves, se trouve réduit aujourd’hui à un simple commencement de certitude car si aucun élément matériel ne vient le conforter, les Juges doivent ne pas en tenir compte et l’écarter des débats. Tous les militaires qui étaient surpris ensemble avec les politiciens civils n’avaient absolument pas été inquiétés, pas même EFOMI et BANGALA.
De tout ce qui précède, votre Commission estime que le prétendu complot n’avait été en réalité qu’une provocation, une tentative impossible et partant non punissable. Même si par impossible les faits pouvaient tomber sous le coup de la loi, c’est l’article 194 du Code pénal, livre II tel que modifié qui aurait dû s’appliquer, dispositions pénales qui ne prévoient pas la peine de mort. En prononçant cette dernière là où il ne fallait pas, les Juges avaient fait une mauvaise application de la loi pénale est d’application restrictive car il n’y a pas de peine sans texte (nulla poena sine lege).
Nous sommes donc devant un cas d’assassinat politique dont le but est d’effrayer la classe politique. Dans le face à face avec la presse, le 4/7/1966, le Président Mobutu dit : Le respect au Chef, c’est quelque chose de sacré. Et il fallait frapper par l’exemple. Il fallait couper court à cela pour que les gens ne puissent plus recommencer (CR.ISP.1966, p.442).
Certaines personnes, notamment les familles des victimes ont soupçonné Monsieur KAMITATU d’avoir trahi ses amis avec lesquels ils se seraient réunis. Le Général BANGALA a affirmé, devant votre Commission, que Monsieur KAMITATU ne prenait pas part aux réunions. Monsieur BOLYA, arrêté aussi à l’époque, a déclaré avoir appris que Monsieur KAMITATU se rendait à la dernière réunion du 29 mai 1966 lorsqu’un militaire lui signale en dialecte qu’il courait à un piège.
Interrogé à ce sujet par votre Commission, Monsieur KAMITATU nie avoir assisté à une seule de ces réunions. Il reconnaît qu’à l’occasion d’un entretien avec Évariste KIMBA sur la politique générale, son interlocuteur l’aurait informé qu’un groupe de jeunes officiers voulaient renverser le régime de MOBUTU pour restituer le pouvoir aux civils. Il aurait conseillé à KIMBA de se méfier de militaires et des blancs, surtout les belges. Si donc, il a été impliqué, c’est uniquement parce que son nom figurait sur la liste que les suppliciés avaient confectionnée, à la demande des militaires 6. Responsabilités

La responsabilité principale incombe aux commanditaires des assassinats politiques, le Chef de l’Etat, Monsieur MOBUTU, pour avoir, sur dénonciation intéressée d’un Officier en quête de promotion, le Colonel EFOMI, monté un scénario macabre dans le but de faire peur aux politiciens. MACHIAVEL n’aurait pas conseillé meilleure intrigue au Prince. La responsabilité du feu Général BOBOZO qui a coordonné la machination et l’arrestation est également établie. Le Colonel EFOMI et le Général BANGALA sont également responsables comme exécutants du plan machiavélique. Le Tribunal militaire d’exception est responsable collectivement dans l’exécution d’un ordre illégal.

 

6. Recommandations

 

- Considération que les enquêtes décidées par la Conférence Nationale Souveraine et confiée à la Commission des Assassinats et Violations des Droits de l’Homme a abouti à établir que les faits qui étaient reprochés aux conjurés de la Pentecôte ne reposent sur aucun fondement ;

- Considérant que devant l’absence de motif de la condamnation à mort des précités, on est endroit de croire que leur mort ainsi que le procès qui les y avaient conduits n’avaient été que des moyens savamment conçus pour intimider les opposant et faire asseoir le régime ;

- Considérant que pareille entreprise est constitutif de génocide, soit d’actes accomplis avec l’intention de détruire une classe d’individus et partant punissable par la loi ;

- Considérant que les corps des conjurés, importants hommes politiques avaient été inhumés sans aucune considération digne d’eux et à l’issue de leurs familles ;

- Considérant que la perte des intéressés a causé des graves préjudices tant pour la société zaïroise que pour les membres de leurs familles respectives, qu’il y a lieu à réparation :

 

Votre Commission recommande à la Conférence Nationale Souveraine :

01. que le procès dit des Conjurés de la Pentecôte soit révisé par une juridiction compétente pour vice de procédure et absence de motivation ;

02. que les auteurs et complices de la mort de BAMBA Emmanuel, KIMBA Évariste, MAHAMBA Alexandre et ANANY Jérôme, soient traduits en justice ;

03. que les auteurs et complices soient interdits d’accéder aux fonctions politiques pendant au moins deux législatures ;

04. que les restes des corps des conjurés soient exhumés pour être inhumés avec honneur et dignité et cela à charge du pouvoir ;

05. qu’un monument soit érigé à leur mémoire en guise de leur réhabilitation ;

06. que l’appellation les Conjurés de la Pentecôte soit désormais remplacée par celle de Martyrs de Pentecôte ;

07. que l’appellation du Stade Kamanyola, lieu de leur pendaison soit désormais remplacée par celle des Martyrs de Pentecôte ;

08. que les biens meubles et immeubles des intéressés qui auraient été arrachés illégalement soient restitués en nature ou en espèces aux membres de leurs familles respectives ;

09. qu’une justice et équitable indemnisation soit allouée aux membres de la famille de chacun de ces martyrs.

 

Fait à Kinshasa, Août 1992

 

Le Rapporteur Le Président

 

Kabamba Mbwebwe K. Kasusula Djuma Lokali

 

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………….

 

 

Ndeko Serge,


Ndenge rapport ya C.N.S. ewuti kolakisa, Colonel Pierre Efomi a jouaki rôle central na piège Emmanuel Bamba, Evariste Kimba, Alexandre Mahamba na Jérôme Anany bakueyaki. Le, 02 juin 1966 ezalaki mokolo oyo esengelaki batiya bango singa na kingo.
Kasi avant wana, Président Mobutu a boyaki par deux fois mpo basambisa bango na ba tribunal civil. Mpe na mpokua ya le, 01 juin 1966, nde gouvernement Mulamba esanganaki lisusu mbala ya mibale au tour du Président Mobutu, eyaki ko rejeter demande ya mibale mpo a épargner bango tribunal d’exception. Pierre Efomi ye azalaki l’homme orchestre ya vrai-faux complot wana. Cléophase Kamitatu, un pion mususu ya coup, azali condamner na cinq ans ya servitude pénale, c’est-à-dire cinq ans ya boloko. Kasi, tango batindi ye na « isolement » na boloko ya Mbula-Mbemba, asali kaka dix-huit mois mpe azongi na Kinshasa parce que Président Mobutu a accordaki ye grâce sur demande ya ministre ya justice Joseph Singa.

Avant même basambisa batu na simulacre ya procès ya pont Cabu, sort na bango eyebanaki mpo il fallait à tout prix pouvoir ya Président Mobutu elakisa na miso ya batu que soki mutu asakani na pouvoir na ye ou azali na miso na ebonga ya Chef de l’Etat, akosuka ndenge boye. Na même coup, ba militaires babandaki lisusu ko renforcer emprise na bango na pouvoir mpe kolakisa ba civils politiciens que bango nde bazali kokamba mboka !

Ba conjurés ya pentecôte bazali na état moko déplorable !!! Balatisi bango bilamba ya moindo lokola ba robe, ezipa nzotu malamu te mpe bazalaki na eloko te na nse, na ba cagoules ya moindo ezipa moto. Humiliation ya ndenge wana komona ba tata bana nzotu polele bongo !!! Liboso ya Tribunal militaire balongolaki bango ba cagoules, kasi tango ekomaki que baleka bango, balatisaki bango yango. Général Louis-de-Gonzac Bobozo ayaki wana na ba paracommandos ya camps Tshatshi na ba Polices-Militaires. Ba encercla place pont Cabu nionso wana na ba soda na ba camions na bango.

Tango faux jugement wana esili, mutu ya liboso batiaki singa ezalaki Evariste Kimba. Ndenge basalelaki mabaya oyo bamatisaki batu ezalaki kokamua ! Neti kaka ndenge ebandaki koleka na Moyen-Age na ba empires na ba royaumes ya mikili!!! Sima ya tubela, bamatisi Kimba wana, mutu na kati ya cagoule. Tango ba soda ba actionner système ya mesa wana, efunguami, etiki Kimba dans le vide, nzotu ezali kodiembela na singa. Bobozo apesa mitindo que sima ya 20 minutes nde docteur ya armée akoya kotala soki mutu awe. Pire, Bamba, Mahamba na Anany bafandisi bagu na camion ya ba soda bazali kotalisa bango ndenge Kimba azali koleka. En suite, bakumbi Emmanuel Bamba, sima Jérôme Anany mpe basukisi na Alexandre Mahamba. Sika tango ekomi tour ya Alexandre Mahamba, likolo ekomi koyinda, tango kaka batie ye singa na kingo mpe mabaya wana efunguami, tourbillon moko ya munene esali wana ya makasi mpe ekumbi mpe ekueyisi batu. Na panique wana, ba barrières ba soda batiaki e céder mpe batu babandi kopalangana misusu bakufi na étouffement, misusu na koniata, mpe misusu babukani etc. Ba soda bango moko mpe bakimi batiki bibembe bizali kodiembela na ba singa. Sima ya mua ngonga bazongi lisusu wana mpo na kokitisa bibembe mpe komema yango esika eyebana te tee na lelo oyo. Ndenge ezali wana, eyebana te esika ba soda bamema bibembe ya batu wana mine !

Sima ya somo ya ba pendaisons wana, leki ya Colonel Alphonse Bangala aloba na ye boye : « kulutu, mais batu oyo babandaki kosangana na yo awa, ndenge nini babomi bango boye mpe yo osali eloko moko te mpo na koyebisa que makambo oyo babomeli bango ezali ya solo te ? » Bangala a tomboka mpe a barer leki na ye na ndaku na ye, akati ye mpe atie nzotu naye na kati na congélateur. Abombeli muasi na ye mpe akangi congélateur na fungola. Lundi tango mutu ya musala aye, a forcer congélateur sous prétexte qu’il fallait abimisa niama ya kolamba mpo abandaki ko retrouver fungola ya congélateur te na cuisine esika ezalaka. Nde wana a asali découverte macabre.

Sima ya ba mbula zomi na libua, le fils unique na ye général, Joseph Bangala « Jojo » ayaka kokufa na accident de voiture ya nzela ya A2 (autoroute Paris-Bruxelles ou Bruxelles-Paris) na sens ya Bruxelles na retour sima ya fête bayaka na na Paris. Na batu mitano oyo bazalaki na voiture wana, moko te azoka ; abukana, rien! Kaka muana ya Bangala nde akufa. Tokenda na matanga wana epayi ya Bangala na limete sur l’avenue Révolution. Ndenge alelaki muana na ye, ondima te que mutu oyo akokaki mpe koyoka mpasi ya boye ndenge moko esalaka ba familles ya butu oyo ye na ba Efomi balekisaki sans aucune raison. Na kolela wana abosanaki lisusu que aleka leki na ye parce que atielaki ye vérité en face ! Na cimetière de la Gombe, alinga amibuaka na libulu heureusement ba gardes corps na ye ba ceintura ye immédiatement.
Nionso efutamaka kaka na nse !


Patriotiquement,


Emmanuel Kandolo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ya papa 26/02/2010 09:40


Merci papa Kandolo. Je viens de lire ton article sur "les pendus de la pentecôte"et les commentaires déposés par tes lecteurs. Tu es une memoire vivante de l'histoire de notre pays. Bravo pour tes
recherches! Je suis toujours édifié après t'avoir lu. Comme les amis l'ont suggeré avant moi, nous devons- par notre connaissance historique -, réecrire l'histoire du Congo car elle est vraiment
depuis longtemps falsifiée. Les jeunes générations- celles qui veulent et cherchent le changement de tout l'homme congolais et de toute notre société-en ont besoin. Par ailleurs, peux-tu
nous dire quelque chose sur Kudiakubanza (Kuku Jean de Dieu). Je t'en serais reconnaissant. Merci pour tout.   


anglebert 23/02/2010 13:27


Ndeko Dio-Dio! Esengo mingi yako yeba k tozalaka okati na mitema na bino!
Na Congo2000, na yaka mingi kuna mais nakoma mingi kotanga makomi ya batu k kokoma.
Une facon pour moi de laisser aux autres de s'exprimer aussi, toutefois nakoma kosepela na mema ya nga mwa contribution na makambo etali masolo ya mboka.
Soki otangi na rubrique y'histoire ya Congo2000, okomona mwa makomi na makambo etali masolo ya mboka, mais Mbokamosika ezali site moko oyo ezali ko se concentrer uniquement na likambo etali masolo
ya mboka.
Na yango nayaka mingi awa pona kokabola moke na bandeko mosusu.
Kuna etikala kk pona masolo mususu!


Tshikobele Mongombe@


Amerique du Nord, canada mboka malili hein!


Alphonse NDONGA MAWABI 21/02/2010 00:50


Ayant suivi l'émission LE GRAND LIKITA sur radio mangembo sur www.mangembo-fm.com,
j'ai appris que les hommes de Dieu, Martin Luther king, Simon Kimbangu, emmanuel Bamba et autres, s'impliquaient dans la vie politique de leur pays.
En entendre aujourd'hui certains de nos pasteurs dire ou déclarer que la politique ne leur regarde pas, je me demande si ce Dieu a changé , Lui , dont la bible dit qu'Il ne change pas ou alors ce
n'est pas le même Dieu?
Cette émission sera réediffuser dimanche 20fév à 10h et lundi 22 fév à 22h.
Alphonse NDONGA MAWABI


lukelo lukau salay 20/02/2010 22:39


 Chers freres.  

je suis a la recherche de la bande dessinee  apolosa et kikwata,vraiment moto nionso ya   bonne volonte oyo azali nayango pardon mingi a contacter nga na email.


Claude Kangudie 20/02/2010 11:54


Bonjour Vicky Kandi. Justement en lisant ce passage sur le vieux Bamba, j'avais pensé à toi. Heureusement que tu as, toi même, réagi en apportant un rectificatif. Mes salutations.


Likelemba 20/02/2010 10:25


Balobi president Masamba-Debat ya Brazza atindaki ministre na ye Charles Ganao mpo nakobondela General mobutu aboma ba 4 conjures te, balobi tangu vieux Charles Ganao akomaki na Kinshasa, akeyi
kokutana na president Mobutu, balobi akutaki vieux Seskoul na kwiti moko ya somo, ndenge balobaka na lopoto IVRE MORT.


Jules 20/02/2010 10:17


Toloba epayi puis totala epayi, toloba penza ndenge mibali responsables balobaka, en tant que ba personnes adultes EST-CE QUE BA VIEUX OYO YA HAUT COMMANDEMENT MILITAIRE ba cereveau na bango
ezalaki ko fonctionner to ezalaki kosala te. Makambo nionso kaka na ndenge ya loma, ya liboma, oyo ya mabe, yango nde ezali malamu, oyo ya malamu ekomi mabe, finalement bazalaki batu ya ndenge nini
ba Vieux wana. Kosala makambu tout na canaille kaka.


VICKY KANDI 19/02/2010 23:19


Ndeko Emmanuel kANDOLO,
veuillez trouver ici tous mes remerciements pour ce travail de titan que vous faîtes.vous nous faîtes revivre(je crois ne pas être le seul dans ce cas) des souvenirs avec un réel plaisir.
Awa boye, je voudrais réagir na écrit na yo au sujet ya papa emmanuel BAMBA ou mieux encore, KOKO, pona ngayi.
Nazali d'accord te na ndenge okomi que papa Emmanuel BAMBA azalaka ambitieux mingi pe alingaka bokonzi minigi.Na ndimi te que ezalaka ndenge wana.
C'était plutôt l'explication qu'on avait bien voulu donner pour le discréditer.Papa KISOLOKELE (frère aîné de papa DIANGENDA), azalaka pe Ministre na gouvernement ya LUMUMBA, na ndimi te que
ezalaka problème pona ye!
papa Emmanuel BAMBA azalaki moto moko na sens élevé na probité donc, na eloko bien fait dans l'art.
ya solo, na 1951,pouvoir colonial ekangaka ye pe etindaka ye na prison centrale ya Elisabethville pona makambo ya Nzambe.Na prison wana akutanaka na papa prophète Simon KIMBANGU.
Ba liberaki ye na 1957 et arreté une seconde fois la même année, cette fois-ci pona makambo ya politique et plus précisement makambo ya INDEPENDANCE YA CONGO.
Ezali moko ya ba mama ya makambo oyo eyebana te dans la lutte pour l'indépendance ya Congo na biso.
Cette fois-ci, batikaka ye na 1959 na veille ya indépendance. 
Je vous invite à vous brancher sur RADIO MANGEMBO sur FM 99.7 ou sur internet www.mangembo-fm.com pona olanda ce samedi 20/02/2010 à 16H, émission LE
GRAND LIKITA à 16h , émission sur LES PENDUS DE LA PENTECÔTE.
Patriotiquement
Vicky KANDI


anglebert 19/02/2010 13:41


Juste une modeste contribution de ma part. En ce qui concerne Evariste Kimba, qui fut parti du gouvernement secessioniste Katangais et un proche de Moise Tshombe, fut utilise par Kasa Vubu et
Mobutu. Apres que le CONAKAT gagnat les elections, il etait clair que Tshombe devrait etre reconduit au poste de premier ministre, mais grande fut la surprise sur le choix d'Evariste Kimba, un
Katangais et un proche de Tshombe. Comme dirais-je, diviser pour mieux regner.
Ce meme scenario se repetera en 1991 quant Mungul Diaka de l'union sacre fut nomme a la place de la reconduite d'Etiene Tshisekedi.
Comme beaucoup l'on dit, la pendaison d'Evariste Kimba etait un message fort que Mobutu lancait en l'endroit de Tshombe.
Il est clair que Tshombe devrait qu'applaudir cet acte en signe de revenge!


Tshikobele Mongombe@


canada malili hein!


Congo Lipanda 19/02/2010 11:05



LES RAISONS CACHEES :

Papa Jerome Anany, ancien ministre de la Defense Nationale, balobi ye motu atindaki General Joseph Desire Mobutu na bitumba ya Kamanyola, histoire ya Kamanyola eyebana, na bozongi ya Mobutu na
sima ya guerre wana, akangela vieux Anany kanda moko ya kosakana na yango te.
Papa Emmanuel Bamba, ancien ministre des Finances, lokola ye motu azalaki ko empecher General Mobutu na ba demandes incessantes ya kobimisa mbongo, na kanda wana, Mobutu akangela ye mitif na
motema.
Vieux Evariste Kimba,  premier ministre lors du coup d'etat, c'est normal azala le plus vise, puisque soki coup d'etat e echouaka, elingaki kozala ye vieux Kimba motu alingaki aliya general
Mobutu mobesu. Bolanda oyo Dr Moise Tshombe Kapend alobaki apres pendaison : Mobutu a bien fait d'avoir pendu ce traitre a la nation, au fait, ezali kanda ya libonga ya ki premier ministre.
Papa Mahamba, nayebi mingi te sur ye, kasi lokola azalaki originaire de l'Est Congolais et fief ya ba rebelles, ezalaki message fort en direction des rebelles, Mulele Pierre payera a titre
d'exemple.
Soki botali malamu, ba noms de famille ya les quatre conjures ya pentecote, ezali na deux voyelles A na I, c'est comme si bazali batu ya famille moko, parfois destin ezalaka cruel. 

Congo Lipanda. 



Crispin-Régis Lukoki 19/02/2010 05:17


Cher Kabinda,ça nést pas un language propre à un homme d´Etat.Soki ye azalaki te na tango ya C.N.S,ayeba pe que azalaki te  na tango ya Indépendance.Un pays ou un chef qui ne
respecte pas les décisions de ses instutitions,n´a pas de raisons d´être.Aussi longtemps que le peuple congolais n´osera pas demander des explications à ses dirigeants,il n´y aura jamais de
démocratie dans le pays.Quand est ce que le congolais se rendra-t-il compte de son devoir d´ implication dans l´entreprise de gouverner le pays.Nous devons prendre conscience de
notre force et ce que nous représentons pour notre pays.Il me semble que nanu tozuwi mayele te.C´est nous le pays et non les gouvernants.Liloba ya nzembo ya Ok jazz ezali penza ya solo"BAWUTA
BAKOMI BANA LIPOPO,BISO BANA MBOKA TOKOMI SIMA NA BANGO".Soki olalisi miso devant mokonzi,suka na yango nde amoneli yo.Kasi soki ozali miso gâ,nde akomeka kotosa yo ata moke.
Crispin-Régis.       


Kabinda 19/02/2010 03:50


On ne demande pas a un militaire en arme de ce qu'il fait de son arme, la CNS a ete elle-meme bafouee, fermee avec force, meme le nouveau president issu de la liberation de l'Afdl, l'avait dit
clairement, CNS NA BINO, NGA NAZALAKI TE, ETALI NGA TE, pourquoi vous vous acharnez sur l'applicationn de ces recommandations, c'est reste lettre morte a ce jour.


Crispin-Régis Lukoki 19/02/2010 03:34


S´il vous plait,lisez "venir jouer au piano",au lieu de jour au piano.
Crispin.


Crispin-Régis Lukoki 19/02/2010 03:31


Chers Mbokatiers,
Likambo oyo ezali likambo elakisi boniama kati ya ekolo na biso.En 1968,j´allais au conservatoire de musique qui bordait la place de la population noire,comme l´appelaient les belges.Mon ami Samy
Bamba était élève du conservatoire aussi.Nous avions l´habitude d´y rester jusque tard la nuit.Je me rappelle que Samuel avait une motocyclette pour ses déplacements.C´était très dur pour lui,venir
jour au piano sur le lieu où quelques années derrière,était pendu son cher Papa.Un soir après les cours,il se mit à jouer un chant religieux au piano et finit par pleurer.Ce fait m´avait touché et
est resté affiché dans mon coeur jusqu´à présent.Bien que cela ne pourra jamais consoler ces familles,je voudrai savoir si les conclusions de la C.N.S ont été toutes appliquées.
Crispin-Régis Lukoki.


Jérôme Nzembelé 18/02/2010 23:27


Bonsoir LE Vieux Ka,

c' est encore une joie immense de vous lire sur ce fameux complot qui a toujours hanté mon enfance. J'ai aussi lu tous les 9 commentaires sur cet article.

Sans rencune ni esprit de vengence, je pense que la fin tragique des dignitaires de la deuxième république  n'est que justice de l'histoire. Notre pays aura certainement besoin de plusieurs
années pour se résaisir mais mieux vaut que les choses se soient passés ainsi.

Pour répeter un des mbokatiers, mon souhait est celui de voir sur ce blog les photos de ces militaire à l'origine de ce guet-apens afin que leur forfait soit retenu par la grande histoire.

Ensuite, je souhaite aussi lancer un appel à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à cet assassinat et qui en detiennent une part de sécret, de se prononcer sur ce
blog afin de pouvoir soulager la peine de ces quatre familles qui n'ont que trop attendu pour connaître le sort réservé aux dépouilles de leurs parents. Mieux vaut tard que
jamais. Ils n'ont rien à craindre car les faits ont été longtemps prescrits. C'est pour l'histoire que nous leur réclamons des témoignages.


Makengo 18/02/2010 14:54



Je ne suis pas juriste, mais je voudrais savoir si la pendaison était un nouveau règlement institué par le Haut Commandement Militiare ou tout simplement un règlement de comptes. Car on avait
entendu  les Militaires dire à l´époque : LES POLITICIENS ONT TOUT MANGÉ.



Dio-Dio 18/02/2010 13:40


Mbote ya TROP kulutu EMMA..
Merci ya trop na lisolo OYO...
Ndenge nayebisaka yo TOUJOURS periode oyo ngai nazalaki VRAIEMENT MWANA MUKE..parceque nazali GENERATION moko na DEFUNT JOJO BANGALA...

SOki oyebi esika NDAKO ya GENERAL BANGALA ezalaki na REVOLUTION...DONC OYEBI ESIKA ngai na KOLA na ba KULUTU neti ba ANDO CHANGA, ba KODJI MUTEBA, ba DOCTEUR MPONGO ba ENTRAINEUR KALAMBAYI ya
LEOPARD pe ya V.CLUB de L'epoque....donc ba MOSEIGNEUR MALULA, DOCTEUR TSHIBALANGA..etc..etc.. wana BANA ya QUARTIER na BISO...

Mais yebaka Defunt JOJO BANGALA nakola naye, nabeta naye BALLE ya QUARTIER, TOTANGA naye na INTERNAT..ti t'ango batata na biso baye KOSUNGA BISO kotinda biso na POTO...Donc LIWA ya JOJO na ACCIDENT
ya AUTOROUTE e confirmer PENZA ke OYEBAKA MOZINDO ya MAKAMBO olobelaka....DONC LOSAKA na BRAVO...

Bien SUR Liwa ya JOJO ekamwisa BATO EBELE...yo mutu ya liboso azali CONNECTION peut etre na LIKAMBO yaba EVARISTE KIMBA...apres tout tozali ba BANTOUS.


Ndeko ANGLEBERT...Losoka lisusu kotanga yo...
Mais nalingi yo na KULUTU EMMA KANDOLO de temps en temps bokotaka na CONGO2000.net...parceque bato ebele batunaka SOKI BOKENDA WAPI ?????
Donc nakosepela MINGI soki un jour BOYE KAKA pona KOPESA LOSAKA.........MERCI


Liso Ngwaa 18/02/2010 12:11


Manso tosalaka awa na mokili, ezali se masano ya la vie, manso makolekena, ezali mokili, bisengo bia mokili, bikowumelaka soki ata moke te.


Mayanga 18/02/2010 10:00


Est-ce que les recommandations de la conférence nationale et souveraine ont été suivies?
Des 9 décisions,lesquelles ont été exécutées?
Il serait instructif pour beaucoup d'entres nous, que des journalistes congolais en particulier, prennent l'habitude d'interwiever les acteurs politiques encore en vie de notre histoire.
Pour beaucoup de faits ,il ya prescription je suppose;donc ces hommes politiques n'auront rien à craindre en laissant leur témoignage pour les générations actuelles et futures.
Merci pour ce récit ,frère Kandolo.


historien 18/02/2010 08:44


NDEKO EMMANUEL,JOJO AZALAKI FILS UNIQUE TE YA GENERAL BANGALA.
MUANA MOSUSU YA GENERAL BANGALA,NAKOMBO YA DOCK BANGALA AKUFA NA1996 NA MONTREAL.AZALAKI VIDEUR NA BOITE DE NUIT.JAMAICAIN MOKO ABETA YE MASASI.WANA EZALAKI ATITRE D'INFORMATION.
DONC MALEDICTION EZALAKI KAKA KO CONTINUER.


Ngimbi Kalumvueziko 18/02/2010 05:59


Dans le livre que j'ai publie aux editions de l'Harmattan en aout dernier sous le titre de CONGO_ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D'UNE NATION, je parle abondamment de ce triste evenement. Il en est
autant de la mort de Pierre Mulele. Si quelqu'un a deja eu l'occasion de lire ce livre, je serais tres heureux de lire ses commentaires. Ca serait aussi une occasion de partager avec les
mbokatiers.Dans le livre que j'ai publie aux editions de l'Harmattan en aout dernier sous le titre de CONGO_ZAIRE, LE DESTIN TRAGIQUE D'UNE NATION, je parle abondamment de ce triste
evenement. Par exemple de l'implication des Americains dans le montage du piege qui avait permis d'arreter les "comploteurs"! Je parle aussi de la mort de Pierre Mulele et de nombreux
autres evenements heureux ou malheureux qui ont marque l'histoire de notre pays apres l'independance. . Si quelqu'un a deja eu l'occasion de lire ce livre, je serais tres heureux de lire ses
commentaires. Ca serait aussi une occasion de partager avec les mbokatiers.


Radio Trottoir. 18/02/2010 01:35


Que s'est-il vraiment passe entre Papa Simon Kimbangu et son adepte Emmanuel Bamba, et apres entre Papa Diangenda et Papa Bamba, d'aucuns disent que c'est Bamba qui aurait trahi Papa Simon Kimbangu
a la surete belge, et ce dernier lui aurait maudit en ces termes : NAYEBI OTEKI NGAI LIKOLO YA POSTE NA MOSALA MPE MOSOLO, BILOKO OLUKI MUANA, OKOZUA YANGO, KASI OYEBAKA, OKOKUFA LOKOLA MOYIBI SANS
HONNEUR,fin de citation.
Cette version est connue de tous les Kimbanguistes en particulier et de tous le congolais en general.
Bomeka nanu kolobela biso, vraiment likambo nini elekaki, ezalaki ndenge nini.
Radio Trottoir 


Richard Kasongo 17/02/2010 23:02



A, ah , ah! pasi pe mwa ya mingi na lolenge ba papa Kimba, Mahamba...na Pont Cabu lelo Pont kasa-vubu, pasi trop. Mais ngai nasemgi ete soki bozali na b'archives na bino botia bilili ya Gal
Bangala na Efomi..soki bozali nayango ata mokolo mosusu. Mais esuka ndenge nini na REVISION ya proces na bango??? Merci .- Richard Kasongo.-



anglebert 17/02/2010 22:13



En ce qui concerne le colonel Efomi, il subissat le meme simulacre. Juste apres les faits macabres, il fut mute en Europe pour une haute position militaire dans une des ambassades.
Au cours d'un voyage entre bruxelles et l'Allemagne, sa famille connut un accident mortel, il perdit d'un coup 4 enfants, y compris sa femme qui etait enceinte. Six cerceuils furent achemines au
Congo et sont tous enterres au cimetiere de la Gombe.
Plusieures hypothese furent mis a jour, nottament un complot ourdi vu qu'il etait un agent de la securite.
Il est toujours vivant. Il a tout vendu y compris sa maison a Macampagne, il aurait elu domocile quelque part vers limete ou kingabwa.
A quelques opportunites que j'eus l'occasion de le rencontrer, j'ignorais a quel point il etait implique dans les complots d'assassinat.
Ma seule question demeure: pourquoi n'ecrirait-il pas une memoire pour la generation future pendant qu'il est encore en vie?