Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager


La version de FNLA sur L'independance de l'Angola.

   
     

wpf298127f 0f-copie-1

Le guerrilheiros da ELNA ( fnla.net)

 

  Chaque mouvement de libération: FNLA, MPLA et UNITA a sa propre version sur la manière dont l'indépendance nationale de l'Angola avait été proclamée "unilatéralement" (sic) le 11 Novembre 1975. Les trois versions sont contradictoires et controversées dans la mesure où le pays avait été divisé en deux Républiques: Une au nord et une autre au Sud. . Ngola Kabangu, un ancien combattant de la liberté et chef de la FNLA, a déposé à la cour  ce qui s'ést, selon lui, réellement passé.

Le chef du FNLA a commencé par accuser  l'administration coloniale d'avoir violé les  Accords d'Alvor (Portugal), signé en Janvier 1975, ayant choisi MPLA, comme son partenaire privilégié, à l'exclusion des deux autres partis. Ngola Kabangu fait valoir que cette violation a été adoptée avant même la tenue de ce sommet au cours d'une réunion secrète tenue à Alger (Algérie) entre le président Agostinho Neto, le MPLA, et une délégation portugaise dirigée par le major Melo Antunes.

Cette rencontre s'est avérée une véritable "farce" pour le FNLA et l'UNITA, après la signature des accords,dont la conséquenjce fut l'échec ayant  entraîné une guerre civile de plusieurs années, avec un bilan de plusieurs milliers des morts , des mutilés, des veuves,  des orphelins, et des réfugiés et des déplacés de guerres..  "Après ces accords  les mouvements ont cessé de s'entendre, bien qu'il y ait eu des tentatives pour chercher le chemin qui nous conduirait à la compréhension.

Melo Antunes, qui était considéré comme l'idéologue en chef du "Mouvement de Capitaines" au Portugal, selon Ngola Kabangu ont contribué négativement à travers le cours du conflit armé en Angola, en faisant valoir que, après la présentation du projet du FNLA qui a conduit à des accords, mais la situation allait changer pour le pire après la découverte de la "fameuse" réunion en Algérie, l'un des pays qui soutenait sans réserve le MPLA, au cours de la guerre de guérilla.

Déclaration de l'Indépendance Nationale.

Ngola Kabangu, qui  dit que c'était lui-même qui  a annoncé l'indépendance nationale, à la demande de Alvaro Holden Roberto, à minuit, le 11 Novembre, son parti l'a fait conformémengt aux des accords précités. "C'est moi Ngola Kabangu,qui ai, au nom de l'ancien président Alvaro Holden Roberto, devant des milliers de ressortissants nationaux et étrangers,  proclamé l'Angola , comme un pays indépendant, contrairement à ce qui a été servi, à mentir au public. Je dois dire que dans Uige  personne n'a proclamé une République du Nord », a-t-il dit.

Ngola Kabangu, le compagnon et le confident de l'ancien Holden Roberto, afirme qu'en Alvor,les parties impliquées dans ce processus historique ont convenu que le 11 Novembre 1975, à minuit, l'Angola doit être proclamé comme un pays indépendant. «Et cela arriva de côté du FNLA". Selon la source, l'annonce a eu lieu devant le Palais provinciale de Uige , quand il était attelé le drapeau portugais et remplacé par un autre du FNLA, car à cette époque, il ya toujours une nouvelle république qui venait de naître ce jour mémorable.

Ensuite,il a a révélé que  le drapeau a été remis au citoyen portugais Lima Ferreira  qui avait été chargé de le remettre au représentant portugais à Kinshasa, sous les ordres exprès du conseil du FNLA. "Elle a été prise avec tout le respect, plié et remis à quelqu'un qui avait la nationalité portugaise pour que celui-ci puisse le donner à l'ambassade de
Portugal à Léopoldville au Congo. Ce citoyen, peut-être, est toujours en vie et je peut confirmer mes déclarations. "

Kabangu a dit que tout le reste tourne autour de la proclamation de l'indépendance nationale de son parti dans la province de Uige, qui était censé être destiné à diviser le pays, et ça ne correspond pas à la verité. «Ce que j'ai raconté ici, peut être confirmé par des milliers de ressortissants nationaux et étrangers qui ont été témoins de la loi, a-t-il insisté. «C'est la vérité sur ce qui s'est passé le jour de la proclamation de l'indépendance nationale dans la province de Uige, at-il conclu.

L'echec du Portugal

Même s'ils etait satisfait de la réalisation de l'indépendance nationale, les Angolais eux-mêmes qui ont combattu sans relâche contre la domination étrangère, à atteindre de cette façon,Le polititien de la FNLA  se révolte contre l'ancienne puissance coloniale, pour ne pas avoir fait de la cérémonie «de la transmission instruments de la souveraineté », lorsque l'administration portugaise a cessé de gestion de sa province d'outre-mer ancienne.

«Quand nous nous sommes arrêtés à l'administration d'occupation d'une puissance coloniale à la suite d'un accord entre le colonisateur et colonisé, il doit y avoir un transfert de cérémonie de la souveraineté des instruments de la puissance coloniale pour le nouvel état naissant,mais en Angola, ce n'est pas ce qui s'est passé, àcause de l'irresponsabilité des Portugais qui ne voulaient pas quitter le pays, après un régne de cinq cents douloureuses années, at-il souligné.

Compte tenu de ce combattant de la liberté, avec vaste carrière militaire et politique au sein du FNLA, partout dans le monde est "standard ce qui rend cette instruments de transmission, mais il y avait ici», réaffirmant qu'il y avait eu mauvaise foi des Portugais. Il a rappelé que le fait que le MPLA a été choisi comme le partenaire idéal pour le Mouvement des Forces Armées (MFA), qui était composée principalement par le Parti communiste portugais (PCP), est considéré comme la cause principale de l'absence de cérémonie.

Les déclarations de Ngola Kabangu sont fondées sur le fait que MFA a informé le gouvernement portugais d'avoir fait un «noyau dur» au cours du processus de décolonisation de l'Angola. Kabangu déplore l'attitude des autorités portugaises à l'époque étant donné que la «souveraineté du peuple angolais a été jeté à la mer,offerte aux poissons de la baie de Luanda." Selon le vétéran de la politique, au cours du processus de décolonisation, les Portugais se sont retirés tranquillement.

MPLA a violé les accords d' Alvor.
.
Poursuivant sa déclaration, Kabangu  a déclaré sans tergiversations que  «ce processus a été vicié et de couloré en termes idéologiques, parce que les Portugais avaient déjà choisi le bon partenaire, le MPLA, et tout a été péparé pour l'assaut du MPLA pour  prendre le pouvoir avec l'appui forces armées portugaises et cubaines.

«C'est la vérité de l'histoire. Certains d'entre nous en tant qu'acteurs de la lutte contre le colonialisme et faisant partie intégrante des Accords de Alvor sont encore en vie et il n'y a rien à cacher à la nouvelle génération », at-il dit, ajoutant qu '« il est nécessaire de raconter l'histoire précisément, la vérité et l'honnêteté intellectuelle. Avec chaque année qui passe notamment ,les nouvelles versions le 11 Novembre, fabriquer des mensonges et préfèrent louer les bataille comme celle de Kifangondo, at-il déclaré, visiblement irrité.

Bataille de Kifangondo.

Ngola Kabangu a été indigné exaltation excessive la fameuse bataille de Kifangondo par  des  membre du MPLA, à quelques kilomètres au nord de Luanda, qui est considéré comme l'un des plus sanglants, au cours de laquelle ont été répudiée marionnettes  de ELNA (forces armée de la FNLA) soi-disant pour empêcher la proclamation de l'indépendance nationale. "

Selon Kabangu, ils n'étaient pas  des«marionnettes», mais «guérilleros qui étaient épuisés après avoir participé à une longue guerre de libération nationale, face à un internationaliste armés qui a été un noyau dur composé d'une armée classique, armés par un ancien pouvoir qui était l'Union soviétique. " Kabangu a été demandé par quels moyens les guérilleros pouvaient affronter une armée classique, fatiguée et en espérant de proclamer l'indépendance? ".

Il a rappelé qu'il est indispensable de dire la vérité sur la bataille vantée de Kifangondo, car selon lui, ils ne concordent pas et les déclarations qui nuisent à la sensibilité des combattants de la liberté nombreuses personnes qui se sont donnés corps et âme à la libération de ce «peuple généreux et héroïque» souffert pendant quatorze années de guerre. "Seule la vérité doit être dite, pour le reste ne vaut pas d'être pour tromper les gens sur la réalité des faits", at-il conclu.


 

                                                               Texte envoyé par Ndombasi Kupessa Ngombo.


                                                                                                                           Source: O país.

Commenter cet article

FELY 21/03/2017 09:56

LA VERITE FINIT TOUJOUR PAR TRIOMPHEe.....SF.K.

ROBERTO Grace 19/01/2011 14:27



Erreur de frappe


 


devrait se faire du vivant de Holden ROBERTO



ROBERTO Grace 19/01/2011 12:10



J'ai oublié de mentionner autre chose. Il faut absolument que les militants apprennent que la mallette du défunt a été vidée alors qu'il était sur son lit sans vie. C'est inhumain! Qui sait si
l'avenir du parti en dépend ? Holden est parti nu. IL FAUT L'HABILLER.


La personne qui a commis cet acte doit savoir qu'il est seul responsable de tout ce qui se passe en ce moment. Si quelqu'un prétend avoir était le confident de Holden, alors ce
dernier en était pour tous.



ROBERTO GRACE 19/01/2011 10:54



C'est une histoire connue de tout le monde. Pourquoi se manifester seulement maintenant. Cest un effort qui devait ce faire du vivant de Holden ROBERTO. Ce dernier avait des soucis pour son
parti. De son passage à Paris en juin 2007, il nous a promis de réunir tout le monde dès son retour à Luanda, certaines personnes n'ont jamais reçu de convocation, et c'est le jour qu'il
nous a aussi quitté. C'est vraiment injuste. Il aimait  tout le monde.  Il avait été trompé.


Maintenant le "MOI MOI MOI " est à la mode. Pensons plutôt à nos maquisards(vivants et morts). Les militants attendent autre chose de vous. LA PAIX dans la famille du FNLA.