Publié par Messager

 

 

"La dispersion KONGO au nord du fleuve Congo".

 

    En complément aux tribus Kongo  d’Angola et de la République Démocratique du Congo recensés à la lecture des différents exposés de notre frère LUSED, voici le groupe KONGO après la dispersion.

 

Au CONGO-BRAZZAVILLE :

Bembé, Dondo, Kamba,  Kongo Boko, Kugni,

Lari, Manyanga, Mikengé ou N’Kengé, Sundi, Vili, Yombé

(Carte N°9)

                        Au CABINDA (Angola) :

Yombé, Woyo, Kotchi, Lindji

    Tous ces groupes ont encore une claire conscience de descendre de KONGO DIA NTOTELA (Ntotéla=Le Roi) leur centre de dispersion, leur origine à tous, leur foyer d’irradiation (Carte N°8),même si aujourd’hui tous ne s’appellent plus Kongo, à cause de l’accaparement abusif de l’appellation par un sous-groupe du royaume Kongo qui habite la région de Boko.

LA DECADENCE DU ROYAUME :

    Les Bakongo établirent des relations diplomatiques,qui prévoyaient également l’envoi d’une délégation à la cour royale du Portugal en 1485.Les relations d’abord égalitaires se transformèrent en une mainmise des Portugais.Dans un esprit de modernisation,l es dirigeants Kongo acceptèrent le christianisme des missionnaires européens. Cela comportait également l’adoption des mœurs et style de vie portugais,ce qui déplut à une grande partie du peuple. Qui plus est, vers 1452, un « ngunza » ou « ntumi »,c’est-à-dire prophète, Né-BUELA MUANDA, prédit l’arrivée des Portugais et la mise en esclavage physique et spirituel des Kongos.

    Il en résulta des tensions entre les chrétiens et les adeptes des religions kongo.En 1526 les Portugais furent expulsés de MBANZA KONGO (la Capitale) à cause de leurs activités de commerce d’esclaves que n’approuvaient plus le peuple Kongo. C’est alors qu’un groupe d’aventuriers portugais se replia dans la partie nord et nord-est à savoir SOYO, MBATA, PUMBU et du territoire vassal de LOANGO, dont les frontières s’étendaient sur tout le littoral de l’Océan Atlantique des trois actuels pays Angola,République Démocratique du Congo et République du Congo. Ainsi repliés, les Portugais détachèrent ces provinces de l’autorité centrale de MBanza Kongo, avant de s’allier contre les Kongos à des chefs militaires Kongo rebelles de la province de Yaka (les Bayaka) .En 1568 le Royaume du Kongo fut envahi par les Yakas et sa capitale MBanza-Kongo détruite. Le roi  Alvaro Ier dut demander de l’aide à Sébastien Ier de Portugal qui le rétablit en 1571, la suprématie portugaise devenant alors totale. Le royaume du KONGO ne retrouva jamais sa grandeur passée. Les années suivantes virent les Bakongo se battre alternativement contre et avec les Portugais,les Néerlandais (Hollandais) les Espagnols et les Britanniques .En 1665,les colons portugais d’Angola montèrent une expédition contre le royaume pour s’emparer de ses mines. Les Portugais furent victorieux, le Mani-Kongo décapité et sa tête enterrée dans une chapelle située dans la baie de Luanda au cours d’une cérémonie religieuse, tandis que la couronne et le sceptre du Kongo étaient envoyés à Lisbonne comme trophée. Manuel Roboredo, auteur et prêtre capucin métis qui avait essayé d’empêcher cette dernière bataille trouva également la mort.

    Cependant, le royaume continua d’exister comme un Etat fantoche durant deux siècles.Des luttes persistèrent jusqu’aux indépendances, comme celle de la reine Ana NZINGA qui tint en échec les coalitions portugaise, néerlandaise et britannique de 1626 à 1648 et freina l’expansion du commerce des esclaves. Ces sursauts nationalistes prirent parfois une forme religieuse comme lors de la croisade de la prophétesse NDONA KIMPA VITA à qui Saint Antoine de Padoue aurait ordonné d’unifier et libérer les Kongos. Elle fut condamnée au bûcher en 1706 par le Mani-Kongo à la demande des Portugais.

Document envoyé par Mwenze

 

      IMG-copie-2.jpg

.

Janvier-2013 0002-copie-2

Mpuanani, par Angelino et Tembo

.

Commenter cet article

Keynes Henriques Jose 28/04/2013


Apres avoir lu les titres "Le systeme de Di-Zina ou Ki-Zina chez les bakongo" de Lused et "La dispersion Kongo au nord du fleuve Congo" de Mr Mwenze, j'ai compris que ces deux illustres
auteurs sont censes parmis tant d'autres de mettre la lumiere sur le phenomene selon lequel nous trouvons en territoire Kongo d'Angola (nord) des communes, des villages et "mazumbu" (anciens
villages de nos ancetres, deja abandones) qu'on appele: Kimpese ou Kimpesi, Kindundu, Kisantu, Kipaku, Yidi ou Mayidi, Madimba, Luvaka, Mpangala, Lukunga, Nsundi ou Mbanza-Nsundi, Bangu, N'kasu,
Mpinda, Kuzi, Mazina, Nkiende et Vunda, pour ne citer que ceux-ci; Alors qu'on en retrouve aussi en RDC, plus precisement dans le Bas-Congo. Pour terminer, je voudrais aussi savoir si cela
se passe aussi au Congo Brazzaville et dans le sud-ouest de la Republique Gabonnaise?


Keynes 

Claude Kangudie 28/04/2013


Mon frère Mwenze, merci d'avoir resssortit le nom de ce grand monsieur...le prophète Né-BUELA MUANDA.J'ai entendu parlé de
ce monsieur au Kongo Central. Moi même, je me définis comme un muluba-mukongo ou un mukongo-muluba selon les circonstances. Ne Buela Muanda, d'après l'histoire de nos ancêtres, avait prédit la
fin de la liberté de l'homme noir. Il avait vu et annoncé l'avenir sombre dans lequel l'Occident nous a plongé depuis le 14ème siècle jusqu'à nos jour...Congo ezali mboka ya Monseigneur Kataliko
na Chebeya, tobosana Armand Tungulu te...


 


Claude Kangudie.

Abdel 29/04/2013


Cher Mwenze,


Quels sont les noms des tribus Kongo du Gabon? Je n'arrive pas a les situer sur les deux cartes. Merci.


.


Cher LUSED,


Si j'ai bien compris le nom SANSALA designe les Ne-Kongo de San Salvador. Je trouve cela drole qu'on utilise des mots etrangers pour designer une tribu Kongo. Quel etait le nom de
cette tribu lorsque la ville s'appelait Mbanza Nkongo? Merci.


Abdel


 

Lused 29/04/2013


À mon Cher Abdel


1º Le nom Sansala désigne les Ne-Kongo de San-Salvador ?


Oui ! Mais pas seulement Mbanza-kongo.Les Ba Sansala (au singulier : mu sansala),désigne les Ne-Kongo de San Salvador (Mbanza-Kongo) et Kuimba.Donc de Mbanza-Kongo jusque Kuimba.Après des
siècles,les princes ainés résidaient à Kuimba.


N.B:Depuis l'indépendance de L'Angola ,San salvador est redevenu "Mbanza Kongo".


 


2º-Quel était le nom de cette tribu à l'epoque de Mbanza-Kongo ancien ?


 La tribu Kongo donc les Ne-Kongo ou Bakongo.C'était l'époque avant dispersion,les multiples noms n'éxistaient pas encore.Le nom San salvador est venu avec la
christianisation des Portugais.Alors plutard viendra la dispersion puis les multiples noms des tribus ont commencé.


3º-Pourquoi on utilise un nom des etranger pour une tribu Kongo ?


C'est parce que après dispersion ,toutes les tribus venant Mbanza Kongo sont d'office des Bakongo.L'appelation Ba Sansala permet de diferencier la tribu qui est resté à Mbanza Kongo et Kuimba
avec les autres multiples Bakongo qui sont allé loin de la capitale:les ba Solongo ,ba Zombo, Ba Yombe ,ba Lari ...etc.À part ce terme Ba Sansala ,on ne voit pas d'autre qui peut
maintenir l'histoire.


 


LUSED


 

LUSED 30/04/2013


Pour Keynes Henriques José


 1º-Pourquoi trouve -t-on au nord de l'Angola des villages,comunes,Mazumbu(villages de nos ancêtres abandonnés) ? 


-Tout d'abord il y avait un Royaume Kongo ,puis vinrent les Colonisateurs Portugais,Belges et Français.Ils se sont divisés le Royaume ,tracé les limites puis chacun a agrandi son
espace en ajoutant par-ci par-là les terrains.Ce sont pays que nous appelons aujourd'hui Angola,RDC et Congo.


 


-Le plus mauvais était le Portugais qui dès son arrivée est venu avec l'esclavagisme.Le Portugais maltraitait l'homme noir.C'est pourquoi ,ceux qui étaient au Nord du côté portugais avaient
préferé fuir du côté belge ,qui était mieux que le Portugais.


D'ailleurs en RDC on disait dans le temps que "BAZOMBO BAYAKI NA FONGOLA NA MONOKO" (Les Angolais appelés dans le temps Ba zombo,sont venus avec la clef à la bouche).Ce n'était
pas vrai ,mais certaines cicatrices de tortures chez certains vieux  pouvaient faire penser à des choses imaginaires..."On les a fait ceci ,on les fait cela, on les a mis la clef à la
bouche..."Imaginations !!!


 


-Ces villages,comunes,Mazumbu que tu as cité au Nord de l'Angola: 


 Kimpese,Kindundu,Kisantu,Kipaku,  Mayidi,Madimba,Luvaka,Mpangala,Lukunga,Nsundi,Bangu,Nkasu,Mpinda,Kuzi,Mazina,Nkiende,Vunda...etc


Ce sont ceux là qui fuyaient vers la partie Belge.Arrivés là ,ils ont reconstruits leurs villages d'origine avec les mêmes noms antérieurs.


 


2º-Pourquoi seulement la Partie Nord de L'Angola ? 


-C'est là oú se trouvait l'ancien Royaume Kongo ,oú le Portugais est arrivé avant d'étendre plutard son espace qui s'appele aujoud'hui:Angola.Le Royaume Kongo arrivait jusque Luanda.C'est là ou
se passait son  esclavagisme.Ensuite , cette partie Nord lui a beaucoup resisté.Plutard au Sud la difficulté ne sera pas la même.


 


3º-Pourquoi fuir au Bakongo de RDC ?


-Bakongo de RDC est une partie du Royaume Kongo ,qui en passant sous l'autorité Belge ,était devenue frontière du Nord de L'Angola.Donc on peut fuir facilement à pied


-Après independance,les fuyants commencaient à revenir en Angola pour reconstruire leurs anciens villages.Mais d'autres seront abandonnés ce sont ces Mazumbu (ou villages abandonnés).Pour les uns
,la famille est trop petite ,ne voulant pas être trop isolés,pour les autres les conditions climatiques ont changés :exemple la rivière a séché ,plus d'eau,la terre n'est plus fertile,il faut
construire ailleurs.


 


4º-Cela se passe aussi au Congo Brazaville ou sud-ouest de Gabon ? 


Je ne crois pas ,puisqu'ils n'ont pas vécu la même situation avec ceux qui fuyaient les Portugais.À cette époque RDC n'avait pas de raisons de fuir en masse au Congo Brazzaville ,Ni Congo
Brazzaville au Gabon.


 


LUSED


 


 

LUSED 30/04/2013


Pour Heynes Henriques Jose


Concernant d'autres points que j'ai parlé en passant comme les Portugais,l'esclavagisme,la dispersion ...etc.


Lisez ou relisez aussi  les sujets suivants:


1º-DU PRÉCURSSEUR VERS LE FONDATEUR ,JUSQU'AUX  3 CLANS D'ORIGINES DU KONGO


 http://www.mbokamosika.com/article-du-precurseur-vers-le-fondateur-jusqu-aux-3-clans-d-origine-du-kongo-117318989-comments.html#anchorComment


2º- LA NOTION DE LUVILA APRÈS DISPERSION


http://www.mbokamosika.com/article-la-notion-de-luvila-apres-la-dispersion-117059044-comments.html#anchorComment


 


OBS:cliquez seulement


 


LUSED

Pedro 30/04/2013


Il y a deux règles pour la construction d’un ethnonyme en kikongo.


La première est l’affixation du préfixe mu- (singulier) au nom d’une certaine contrée. Le pluriel de ce préfixe est ba-. C’est ce qui nous donne
l’ethnonyme mukongo/bakongo (singulier/pluriel) qui désigne ce que certains ethnologues appellent le groupe ethnique. Le nom de la contrée (Kongo) devient donc
ce qu’on appelle la racine de l’ethnonyme mukongo/bakongo, et chaque sous-contrée de l’espace Kongo a un nom qui est aussi la racine d’un ethnonyme qui désigne
un sous-groupe des bakongo. C’est ce que le mbokatier Abdel appelle « tribu ». J’ai déjà rencontré des gens qui n’aiment pas ce mot, mais nous pouvons nous en servir. Par exemple, la
sous-contrée Zombo est la racine de l'ethnonyme muzombo/bazombo. Ce n’est peut-être pas différent de la construction des ethnonymes dans d’autres groupes bantous. Il y a, néanmoins, une variante
de l’ethnonyme mukongo/bakongo, notamment nkongo/akongo. C’est dommage que cet exposé ne soit pas oral, car le singulier de cette variante (nkongo) est un mot à trois syllabes, comme son pluriel
akongo. Si l’on prononce ce mot avec deux syllabes, il signifie « chasseur ». Donc, l’ethnonyme singulier nkongo contient ce que les linguistes appellent une nasale syllabique, qui est
le premier son de ce mot. Moi, par exemple, j’appartiens à un sous-groupe qui dit nkongo/akongo, nzombo/azombo. Pour cela, même en référence à d’autres ethnonymes, je dis mon ami est nluba (au
lieu de muluba) ; à l’internat j’avais beaucoup de collègues aluba (au lieu de baluba). D’ailleurs, la prononciation du mot nluba nous aide à comprendre la nasale syllabique, puisque la
consonne l (elle) précédée de la consonne n (ene) ne permet pas une prononciation à deux syllabes. Il n’y a donc pas d’ambigüité comme il arrive avec la consonne k de nkongo.


La deuxième règle pour la construction d’un ethnonyme en kikongo est l’affixation (il y a plus d’un préfixe ici) de mwisi/besi. Ces particules ont aussi des variantes  comme
musi/basi, etc. J’ai déjà lu quelque chose au sujet de cette construction sur mbokamosika. Je crois que c’est Ndombasi Kupesa Ngombo qui en a parlé quand il présentait les sous-groupes de la
province angolaise de Uige. Je n’ai pas pu repérer ces articles pour être certain, mais chaque fois qu’on se sert des préfixes mu-/ba- (n-/a-), on pourrait aussi dire mwisi/besi. Au lieu de
muzombo/nzombo, on peut toujours dire mwisizombo. Au lieu de bazombo/azombo, on peut toujours dire besizombo. Ce type d’ethnonyme fait en sorte qu’il soit impossible d’énumérer tous les
ethnonymes en kikongo, parce que les habitants de chaque village deviendraient une tribu, pour ainsi dire. Les habitants du village Kimayala, par exemple, sont les besikimayala.


C’est cette construction d’ethnonyme qui nous donne mwisingombe/besingombe, sauf que, dans ce cas, bien que la racine corresponde à Ngombe qui est un mot en kikongo, il ne semble
pas vrai que toute la contrée où les besingombe ont leurs villages se désigne Ngombe (sous correction), même s’il y a des toponymes comme Ngombe Matadi et Ngombe Lutete. D’ailleurs, la première
règle énoncée ci-haut, c'est-à-dire la préfixation de mu-/ba- se heurte aussi à des exceptions où la racine des ethnonymes ne correspond nécessairement pas au nom de la contrée où les villages du
sous-groupe se trouvent. Ainsi, je ne crois pas que les bandibu habitent une contrée appelée Ndibu (sous correction), les basolongo une contrée appelée Solongo, etc.


 


C’est ce qui fait que les besingombe ne soient pas des bangombe et les bandibu ne soient pas des besindibu.


Donc, il y a des fois où, en kikongo, les préfixes ba- et besi- ne sont pas interchangeables. Les langues ont une dynamique exceptionnelle. Cette
non-interchangeabilité a permis que l’ethnonyme mukongo/bakongo (ou nkongo/akongo) ne désigne pas le même concept que l’ethnonyme mwisikongo/besikongo. L’un désigne des gens dont les villages se
trouvent dans tout le royaume. C'est-à-dire, toute l’ethnie. L’autre désigne des gens dont les villages se trouvent aux alentours de la capitale Mbanza-kongo, y compris la sous-contrée de Kwimba,
comme LUSED le dit. L’ethnonyme musansala/basansala (nsansala/asansala) est construit selon la première règle, avec comme racine –sansala, qui est la forme bantouisée de San Salvador (São
Salvador en portugais). Ce qui est marrant, c’est que le mot Sansala lui-même n’existe pas comme toponyme (sous correction). C'est-à-dire la ville de São Salvador (Mbanza Kongo) ne porte pas le
nom bantouisé de Sansala.


Conclusion, l’ethnonyme qui désigne le sous-groupe auquel les manikongo (les aristocrates qui ont régné à Mbanza Kongo), c’est besikongo (au pluriel). L’ethnonyme
basansala a la même signification, mais sa construction morphologique est différente. Le mot Nekongo n’est pas un ethnonyme. Je crois que Serge voudrait encore savoir ce que
signifie la particule Né. Il faut qu’on essaie d’en découdre une signification.

Pedro 30/04/2013


Pardon. Le Né a déjà été abordé par LUSED.

Serge - Kongo na biso 30/04/2013


Mbote,


Nayoka likambu ndeko LUSED alobi mais nga nayoka yango
ke « Bazombo bazalaki koya na Congo Belge na kumba na munoko » Kumba ezali « Cadena ».


En face na biso tozalaki na papa moko ya Muzombo
abotamaki na 1905, très courageux pe très colérique, biso tozalaki kokanisa ke ezalaki due na makambu amona n’Angola esika bawutaka, soki balle ekoti na lupangu na ye, akokata yango sans pitié na
ba morceaux moko ya mike sima atumbi yango lisusu, ah Ta Zuawu (Ta Joâo). Nayoka Ne Muanda Nsemi azalaki koloba ke tango ba mindele bawelaki eteni nini ya mabele ya Royaume du Kongo fallait ba se
partager, ba belges na ba français bakomaki na esika moko epayi ya ba Manianga ekaboli Congo Kinshasa na Congo Brazza ligne ya frontière na bango elekaki na kati ya cimetière moko pe juste
ekabolaki tombeau ya chef coutumier ya mboka wana de façon ke partie supérieure lokola tete etikalaki na ngambo ya Congo munene (Congo ya Lumumba - RDC) pe partie inferieure ekendaki na ngambo ya
Congo muke (Congo ya Cmdt Ngouabi - Rép. du Congo). Mindele (ba colons) bazalaki kokabola mabele y’Afrique ndenge balingaki sans tenir compte ke bazalaki kokabola mabota ya bato. Nayebi kaka ke
batéké bazuami na Gabon po Omar Bongo Ondimba azalaki Moutéké pe chef ya Batéké. Tozalaka kosala na vieux moko tres interressant, mokolo ayokakake mama na nga aza Munsundi, vieux Makanka aloba na
nga « nleke mais toza famille moko, soki oyoki Munsundi, yebaka ke wana penza mukongo ya luzitu, po tozalaka mingi te ».  Boboto !


Serge – Kongo na biso

Pedro 30/04/2013


L’histoire des bazombo bayaki na kumba/fungola na monoko risque d’être une simple métaphore. C'est-à-dire que beaucoup d’entre nous sommes arrivés sur le territoire congolais dans
un état pitoyable, sans dire mot, alors que ceux qui nous accueillaient parlaient la même langue que nous. Quand je dis métaphore, c'est-à-dire, il ne s’agit pas d’un mythe comme
tel, mais d’une façon de parler … de la littérature, quoi ! De 1961 à 1974 (peu après la révolution portugaise du 24 avril), le long de la route qui va de Kimpangu à Kwilu Ngongo, nous
étions toujours majoritaires dans nos classes. Dans une classe de 50 élèves, nos collègues congolais pourraient n’être que 3. Mais nous n’avons jamais vu une seule personne avec des boutons
cicatrisés sur les lèvres. Et chaque fois qu’on parlait des bazombo avec des cadenas, on disait que ceux-ci avaient débarqué du côté des balemfu, vers Ngidinga. Des choses comme ça ne se passent
que très loin d’où l’on est. L’autre preuve que c’est de la littérature, c’est l’expression fungola na monoko. L’usage de fungola au lieu de kumba, c’est la figure de style qu’on appelle
métonymie.

LUSED 30/04/2013


Ba ndeko Serge na Pedro


Ezalaki "BAZOMBO BAYAKI NA FONGOLA NA MUNOKO" TO "KUMBA NA MUNOKO" ?.Namoni ndeko Serge alobi  kumba e bongo ndeko Pedro yo olobi nini
?Lokola kumba ,lokola fungola...Ba souvenirs yango mosika trop.Es-ce que mbokatier mosusu aza te a rapeller biso ?

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog