Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

 

 

L’entrepreneuriat des Angolais au Congo.

 

 

Selon Ndombasi Kupessa Ngombo, « tout Angolais n’est pas nécessairement un « Muzombo », contrairement au cliché largement repandu en RDC. Franchement, ce cliché péjoratif  est lié à l’image du commerçant prospère que les congolais attribuaient aux entrepreneurs d’origine angolaise venus d’enrichir sur leur sol.

 

Pourtant, la vérité recommande de reconnaître qu’au Congo Belge, les réfugiés Angolais, au départ défavorisés scolairement et administrativement, ont embrassé le commerce de détail, l’exploitation des débits de boisson, la couture, les salons de coiffure,…….pour survivre dans un pays où les autochtones préféraient être salariés au sein de l’administration ou des entreprises.

Ainsi pendant des décennies, les Angolais ont mis la main sur pratiquement toutes les activités libérales. Les grands couturiers, les hommes d’affaires, les détenteurs des débits de boisson, les grands photographes, les propriétaires des grandes alimentations s’appelaient Johnny tailleurs, Landu Lajos, Mingiedi, Pembele Mingiedi (Mimile), Photo Diogo, Photo Nduka, Bila François,Tchiago, etc, etc.

 

Une des clé du succès des Angolais dans les affaires c’est leur sens d’épargne qui les faisaient passer parfois pour des radins, et leur utilisation des techniques du marketing moderne à une époque où les autres commerçants les ignoraient totalement.

Voici un exemple : vers les années ‘70 il y a avait une table des vendeurs de viande Angolais au marché de Matete. Durant les ventes, quatre jeunes gens animaient sans interruption derrière le vendeur souvent débordé par les clients, attirés par l’animation. Nous avons découvert durant nos études que cette technique de la publicité s’appelait : la Publicité sur le Lieu des Ventes «  PLV » dont le but était de booster les ventes.

 

Lorsque les congolais se sont réveillés vers 1973 , au début de la crise du pétrole pour s’adonner au commerce, c’était trop tard, les Angolais avaient pris de l’avance. Il a fallu attendre leur retour en 1975 pour que les congolais occupent le terrain laissé vacant par les Angolais et les Ouest-Africains.

 

Ironie du sort ou coup de chance, les ex-réfugiés rentrés en Angola ont trouvé leurs compatriotes dans la situation des congolais, préférant le statut de salariés, dans un pays qui sortait à peine du système socialiste, avec des ravitaillements gratuits des vivres.

Cette situation a beaucoup avantagé les ex-réfugiés (regressado) qui ont profité de cette aubaine pour s’imposer en affaires, suivis par les autres compatriotes dans le domaine du kandong.

 

Avant de terminer, revenons sur l’une des activités libérales pratiquées avec succès par les Angolais en RDC, à savoir la musique, pour auditionner une œuvre intitulée "Mombassa" dédiée par Nyboma à l’un des leurs, Vata Mombassa, ancien accompagnateur de Lipua-Lipua.

Messager

 

Mombassa, par Nyboma et Lipua-Lipua


 

.

Cher Messager,

 

L'introduction de ton article me fait prendre conscience en effet combien sur les deux rives du fleuve Congo la population a le sens du raccourci,de l'humour et surtout du péjoratif. Rappelons-nous les termes "sénégalais" ou "basénégalais" et leur déformation phonétique locale "ndingari","bandingari" ,"Wara","Bawara"(en référence à leur juron "W'Allah!" comprenez"par Allah!") pour désigner l'(es) ouest-africain(s):Sénégalais, Maliens, Guinéens,quand bien même la majorité d'entre eux sont plutôt des Maliens.

 

Nous avons aussi "Popo",Bapopo" pour désigner les originaires du Bénin,Togo,Ghana,Sierra-Léone,Libéria,y compris les Haoussas qui ne sont pas Popos,ou encore "NZambé ya basénégalais"(la religion des Sénégalais) pour désigner à l'époque l'Islam. Les exemples abondent,pour ne pas les citer tous,au grand bonheur des ethnologues.

 

MWENZE

.

Commenter cet article

Nostalgie 28/02/2013 11:24


La souffrance est un conseil dit-on, ba Angolais oyo bayaka na Kinshasa na tangu ya kala, bazalaki conscients na ba conditions na bango, d´abord ndenge ndeko Kupessa alobi ba subissaki
discrimination sur tous les plans, donc il fallait ya koluka moyen mosusu ya ko vivre, puis à la longue ekomaki on dirait coutume na bango, ya kosala commerce, ya kozala maboko makasi na mbongo
(épargne à outrance), koliya mpe kolata ya malonga te etc... Bien que na époque coloniale biloko ya koliya ezalaki na yango cher te, soki na se souvenir lisusu, tozalaki soki tobimi na classe,
lelo biso tout tokokende koliya epayi ya ba masta tel, lobi kuna epayi ya ba oyo wana etc... puis ealaki damage varié, loso, mbisi, ngulu, niama, pondu... kasi epayi ya ba masta ya ba Angolais
toujours même damage, okomona kaka MADESU, WANGILA, MUNSAMBU, LA MER OYO YA MPIODI ba faux damage, finalement tokomaki kokende ko damé epayi ya ba masta ya ba Angolais. Nzokande ba pères na
bango bazalaki makasi na KISANGALA to ekonzo (épargne), bokokamua mokolo mosusu père ya muzombo asombi camion ya komema koni na zando, to carrément afungoli magasin oyo bazalaki kobenga
"cooperative", na mua ekela pembeni.


Lokola tout angolais bazalaki kobenga ye MUZOMBO, mpe bazombo balingaki mombongo, finalement soki ozali mozombo te bongo olingi commerce, mbala moko ba bambi yo Muzombo ya Coq soki ozali mungala,
Muzombo ya Muluba soki ozali kasaïen etc...


Soki mpe ozali maboko makasi na famille to na baninga, surtout soki ozali maboko makasi epayi ya basi, mbala moko okomi MUZOMBO, maboko mabanga, maboko nzete, maboko bebende, maboko makasi lokola
muzombo.

Serge - Kongo na biso 26/02/2013 11:57


Mbote kulutu Mwenzé,


Ya solo penza okobi na maye nalobaki, ozali solo na
raison ke ba nkoko na biso bayebaki kobekesani kati ya loposa ya mindele po ba nkoko na biso bazalaki na bunia pe mayele ebele.


Oyo nalobi ezali kati na biso bana tango tozalaki kokola na Kinshasa tozalaki kobenga ba libanais, ba pakistanais, ba grecs, ba Indiens, ba português na ba belges
nionso ba mindele, bango nde batondaki na ville na biso ya Gombe pe bazalaki na ba boutiques pe ba magasins ndenge na ndenge, tozalaki koloba « tokende kosomba bilamba epayi ya ba mindele na ville », awa na poto nde namoni ndenge mondele aza kokabola biso na bikolo surtout na ba formulaires
ya l’état nde eza kosenga otiya groupe ethnique na yo : Blanc, Noir Européen to Africain, Indien, Bengladesh même na religion pe bongo na bongo, kutu batu misusu bakoma kobenga ba mindele ya
Europe de l’Est « ba faux blanc ». pona nga liboso mabele nionso ezuami libanda ya Africa eza poto mais mokolo mosusu nazalaki kosolola na kulutu na nga aza na America alobi na nga
« omomi bino kuna na poto … », na milobeli « ah donc America eza poto te. » Ezalaki
mingi conception na biso bana soki tomoni mutu ya loposo pembe elengi koloba ke aza kaka mundele. Tango nakendeki na Arabie Saoudite sauf construction ezalaki kitoko mais mentalité na bango
« Africain kutu malamu », kanisa kaka ke motuka eza koya na kati ya macadam to goudron na vitesse mais un piéton pe aza ko traverser macadam calmement, namituni naza wapi ? nde naye komona ke « batu oyo baza mindele te », bus ebuki rétroviseur ya voiture ya moninga, chauffeur ya bus a calmer kaka chauffeur ya voiture « swabr, swabr c.à.d zala patient, zala patient ou kosilika te kosilika te » akeyi na
ye pe eleki  nango.


Merci kulutu Mwenzé na contribution na yo ya lisolo eye, nga kutu nasi nasepelaki na
bozongi nayo.


Serge – Kongo na biso

MWENZE 26/02/2013 11:21


Ndéko Serge KONGO NA BISO natondi yo na mboté otindéli ngai mpé makanisi na yo ma boboto élakisi bolingo okati na biso.Likolo na makomi na yo,nalingi kabakisa boyé:


Bakoko na  biso bayébakâ penza bokéséni okati na mposo ya pembé,"mondélé" épayi,yé azalaka na Poto,mpé mosusu apésakâ kombo "ndibu",été Arabe.Ndakisa:ayébaka été Stanley
mondélé,kasi Tipo-Tipo,ndibu.


Epayi mosusu bakoko na biso bakabolâkâ na biténi,bapaya na ndengé ya bokélami na bango.B'ô nionso miso ébendana,"bachinoi".Ahuta ékolo Chine yango moko,Indochine kala-kala(lélo
Vietnam,Laos,Cambodge),nionso babengi mabélé ya Asia.Lisusu na kati na Asia,liboké moko épayi wapi akotisâ bahuta nionso ya India,Pakistan,Ceylan(lélo Sri-Lanka),Bengladesh pé bongo na bongo,na
ébengéli ya "Indu".


Otango banoko baméméli bango mayélé na bango nakoyéba mabélé América,pé lisusu bilili (cinéma),ndé bayé koyéba "baindien".


Ndengé okoki komona,bakoko na biso bazalaka kosangisa loposo nionso ya pembé na kombo ya mondélé té,lokola olobi awa.Bazalaka pénza na bososoli.


Bongo té?


NKolo azala na yo na mokolo mwa lélo.


Wa yo,MWENZE.

Serge - Kongo na biso 25/02/2013 18:49


Mbote


Danos Canta Nyboma alobaki ke yen de mutu apesa
guitariste Vata kombo ya Mombassa, donc Mombassa ezali kombo ya famille na ye te kasi ezali sobriquet.


Ya solo bazombo bazalaki makasi na commerce, kasi nga
nayebaki ke bango nionso te bazali bazombo po ba voisins na biso bazalaki ba Sansala mais ezalai facile soki olobi Muzombo mutu nionso ayebi ke aza originaire y’Angola. Na Congo mutu nionso ya
loposo pembe azalaki « Mundele » azala mutu européen, Indien, Libanais etc ezalaki peut être po tozalaki batu ya ba détails kili kili te (mingi te). Na sima na biso papa moko ya
Angolais azalaka wana, kutu muasi na ye amipesa kombo « Vie mabe » po vie na bango ezalaki nango kaka bongo bongo mais papa wana alakisa vraiment force na ye ya mbongo mokolo mama na ye
akufaki. Tokamua mabe, vie oyo azalaka na mbongo ya boye na ndaku !


Mua parenthèse mais à vérifier, il parait lelo oyo même
ba chinois na Angola bakomi pe ko exhiber carte d’identité bakoma « né à Uige, né à Makela do Zombo…» est ce que c’est vrai ? Wow, tokolemba kokamua te !!!  Mais kobima mboka esala ke ba ndeko ya Angola balobaka minoko ebele, surtout ba politiciens. Une fois petit moko akamua ke Edouardo azalaki kosala interview na
francais. Baloba ke ba gardes ya Edouardo pe bakamua na Gbado tango amonaki basi moko ya kitoko ayebisi Mobutu « ah boza na ba vraies momies awa eee ! »


Mboté na le vieux Mwenzé, kala trop.


Boboto o mbokamosika


Serge – Kongo na biso

Messager 25/02/2013 15:57


Merci à notre ami Mwenze pour sa contribution. Ces différentes appellations qui font partie de l'' histoire des migrations africaines méritent d'être expliquées aux jeunes.


 


Messager

Mwenzé 25/02/2013 14:29


Cher Messager,


L'introduction de ton article me fait prendre conscience en effet combien sur les deux rives du fleuve Congo la population a le sens du raccourci,de l'humour et surtout du péjoratif.Rapelons-nous
les termes "sénégalais" ou "basénégalais" et leur déformation phonétique locale "ndingari","bandingari" ,"Wara","Bawara"(en référence à leur juron "W'Allah!" comprenez"par Allah!") pour
désigner l'(es) ouest-africain(s):Sénégalais,Maliens,Guinéens,quand bien même la majorité d'entre eux sont plutôt des Maliens.Nous avons aussi "Popo",Bapopo" pour désigner les originaires du
Bénin,Togo,Ghana,Sierra-Léone,Libéria,y compris les Haoussas qui ne sont pas Popos,ou encore "NZambé ya basénégalais"(la religion des Sénégalais) pour désigner à l'époque l'Islam.Les exemples
abondent,pour ne pas les citer tous,au grand bonheur des ethnologues.


MWENZE

Messager 25/02/2013 12:16


Cher Mwenze,


Ok, je viens de retrouver tous tes deux messages et j'y ai répondu. J'attends ta réaction.


 


Messager

Messager 25/02/2013 11:45


Cher Mwenze,


En attendant la vérification, je viens te de répondre par mail. Si ça tient, tu peux reprendre ton message par mail.


il s'est passé bcp de choses durant ton absence, mais nous ne t'avons jamais oublié.


Messager


 


 

Mwenzé 25/02/2013 11:24


MESSAGE PERSO:


Cher Messager bonjour!


J'attends tojours que tu rentres en contact avec moi,suite à mon mail du mardi 19 février 2013 à 14heures31 sur "Mboka64yahoo.fr".Vérifie bien ta boîte s'il te plaît.Tu y trouveras tu y les
raisons de mon absence omentanée sur le blog ainsi que mes coordonnées personnelles.


Amitiés à toi et à tous les mbokatiers.