Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Le rêve de l’unité de l’Afrique eut lieu en 1963 lorsque l’OUA fut créée. La conférence historique débuta le 22 mai et fut clôturée le 25 mai avec la signature solennelle de la Charte qui régissait l’Organisation de l’Unité Africaine.  Le choix de la capitale éthiopienne était dû à la grandeur et à la forte personnalité de l’empereur Hailé Sélassié qui à l’époque était l’homme d’Etat le plus respecté d’Afrique. C’est bien lui qui invita tout ce beau monde dans son pays qui est le seul en Afrique à n’avoir jamais été colonisé. Mais parmi les chefs d'État fondateurs, les avis divergeaient sur la nature de cette union entre les radicaux du Groupe de Casablanca, les modérés du Groupe de Monrovia et les profrançais du Groupe de Brazzaville.  Les partisans du fédéralisme, menés par le président du Ghana Kwame Nkrumah, s’opposaient aux tenants d’une « Afrique des États » avec à leur tête le président sénégalais Léopold Sédar Senghor. Ces derniers imposèrent leur vision et l’OUA devint un outil de coopération entre les États africains et non d’intégration. Les Etats-Unis d’Afrique avec un gouvernement fédéral tant rêvé par Nkrumah  fut enterré. Lui qui pourtant dès 1961 avait prévenu : « Divisés nous sommes faibles. Unie, l’Afrique pourrait devenir, et pour de bon, une des plus

 

OUA

Veille de la conférence, le Président Kasa-Vubu  arrive à Addis-Abeba où il est accueilli par l’Empereur

Hailé Sélassié Ier.

 

grandes forces de ce monde. Je suis profondément et sincèrement persuadé qu’avec notre sagesse ancestrale et notre dignité, notre respect inné pour la vie humaine, l’intense humanité qui est notre héritage, la race Africaine, unie sous un gouvernement fédéral, émergera non pas comme un énième bloc prompt à étaler sa richesse et sa force, mais comme une Grande Force dont la Grandeur est indestructible parce qu’elle est bâtie non pas sur la terreur, l’envie et la suspicion, ni gagnée aux dépends des autres, mais basée sur l’espoir, la confiance, l’amitié, et dirigée pour le bien de toute l’Humanité ». Il était aussi l’auteur d’un livre au titre évocateur : L’Afrique doit s’unir. L’histoire de la naissance de l’OUA fut écrite dans la grande salle de l’Africa Hall à Addis-Abeba par un empereur, des rois, des présidents et des chefs de gouvernement des 32 pays indépendants d’Afrique. dirigée pour le bien de toute l’Humanité ». Il était aussi l’auteur d’un livre au titre évocateur : L’Afrique doit s’unir. L’histoire de la naissance de l’OUA fut écrite dans la grande salle de l’Africa Hall à Addis-Abeba par un empereur, des rois, des présidents et des chefs de gouvernement des 32 pays indépendants d’Afrique.

 

http://www.peace.ca/JP000002.gif

Fresque en hommage aux pères-fondateurs de l’OUA. En  bas à gauche, on reconnaît l’effigie du

Président  Kasa-Vubu.

 

http://www.oau-creation.com,                                                                                                      

http://www.africa-union.org/root/AU/AboutAU/Founders/oau_founders.htm

Parmi les pères-fondateurs de l’OUA, on peut citer notamment l’Empereur Hailé Sélassié 1er (Éthiopie), Kwame Nkrumah  (Ghana), Léopold Sédar Senghor (Sénégal), Mokhtar Ould Daddah (Mauritanie), Modibo Keita (Mali), Ahmed Sékou Touré (Guinée-Conakry), Félix Houphouët-Boigny (Côte d’Ivoire), Abbé Fulbert Youlou (Congo-Brazzaville), Joseph Kasa-Vubu (Congo-Léopoldville actuelle RDC), Julius Nyerere (Tanganyika actuelle Tanzanie), Ibrahim Abboud (Soudan), Roi Idriss (Libye), Gamal Abdel Nasser (République Arabe Unie actuelle Egypte), Ahmed Ben Bella (Algérie), Habib Bourguiba (Tunisie), Roi Hassan II (Maroc), Sylvanus Olympio (Togo), William Tubman (Libéria), Amadou Ahidjo (Cameroun), David Dacko (République Centrafricaine), Milton Obote (Ouganda), Maurice Yaméogo (Haute-Volta actuel Burkina Faso), Hamani Diori (Niger), François Tombalbaye (Tchad), Grégoire Kayibanda (Rwanda), Roi Mwambutswa IV (Burundi), Aden Abdullah Osman Daar (Somalie),  Hubert Maga (Dahomey actuel Bénin), Philibert Tsiranana (Madagascar), Benjamin Nnamdi Azikiwe (Nigeria), Léon M’Ba (Gabon) et Milton Margai (Sierra Leone)

 

Heads of State Conference

Une vue de la salle de conférence dans Africa Hall

 

La charte de l’OUA fut rédigée par les présidents Modibo Keïta  du Mali et Sylvanus Olympio du Togo. Ce dernier était le grand absent de ces assises puisqu’ayant été assassiné lors du premier coup d’Etat militaire en Afrique noire en janvier 1963 diligenté par un certain Etienne Gnassingbé Eyadema parrainé par la France. La charte comportait un préambule et 33 articles qui définissaient les objectifs poursuivis, les principes et les institutions de l’organisation : http://www.droitshumains.org/Biblio/Txt_Afr/Ua_63.htm.  Les premières résolutions adoptées concernaient la lutte contre l’apartheid  en Afrique du Sud et l’aide aux mouvements de libération dans les colonies portugaises. En 1984, le Maroc quitta l’OUA suite à l’admission de la République Arabe Sahraouie Démocratique proclamée par le Front Polisario en 1982. L'Organisation panafricaine  a fonctionné du 25 mai 1963 au 9 juillet 2002, date à laquelle elle fut dissoute et remplacée par l'Union Africaine (UA). Notons que le quatrième sommet de l’OUA eut lieu le 11 septembre  1967 à Kinshasa.  Cette rencontre connut la participation de 36 pays et 15 chefs d’Etat avaient fait le déplacement. Lorsque les lampions furent éteintes le dimanche 25 mai 1963 à Addis-Abeba, commencèrent alors la grande épopée de l’Afrique indépendante à travers l’organisation qui était sensée unir les Africains.

 

Bonus: http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/sommet-union-africaine-janvier-2010/p-6821-De-l-OUA-a-l-UA-une-histoire-de-l-unite-africaine.htm.

 

 

Samuel Malonga

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samuel Malonga 29/05/2011 00:16



Ce que vous dites (Musa May et Naleka Kuna) sur la présence congolaise au Libéria à travers les esclaves affranhis d'Amérique est vraiment édifiant.



Musa May 28/05/2011 09:56



L’histoire du Liberia telle que vous l’avez décrite est
vraie. Cependant, il faut remarquer que le Liberia n’avait pas été fondée comme une colonie des Etats-Unis. C’était plutôt un territoire acheté pour y installer des esclaves affranchis comme vous
l’avez dit. Mais le Liberia n’a jamais été une colonie américaine, au sens  généralement donné à ce terme. Notez bien que quand les américains
(anciens esclaves) débarquent sur le territoire qui deviendra leur pays, ils sont étrangers, américains et pour beaucoup, sans instruction ni les moyens et le cerveau pour construire le nouveau
pays. Et c’est pour combler ces lacunes que les premiers dirigeants, dont le Président Roberts (son nom fut donné à l’aéroport international de Monrovia),  étaient des blancs. En termes de Colonie, les vrais colons du Liberia sont les esclaves affranchis, et non le gouvernement américain. Je peux me
tromper !


Un autre Mbokatiers a fait allusion aux noms Congolais au
Libéria. En voici la genèse, selon nos propres observations pendant trois années passées à Monrovia. Les premiers bateaux accostèrent sur un petit ilot de la péninsule dénommée Mesurado. Il me
semble que les plus évolués occupent la péninsule (la Gombe de Monrovia) mais la grande masse fut installée à l’autre extrémité de la ville et le quartier fut appelé Congo Town, actuellement Old
Congo Town.


Cette appellation la peut être interprétée de différentes
façons : personnellement, j’ai toujours pensé que les affranchis  les plus en vue étaient les descendants d’anciens esclaves venus du royaume
Kongo. Je suis conforté dans cette interprétation par le fait qu’un autre quartier fut fondé, à qui on donnât le nom de Matadi. J’avais interrogé beaucoup de Libériens. Mais ce nom
« Matadi » n’existe dans aucune des langues ni du Liberia, ni de la Sierra Léone ni de la Côte d’Ivoire voisines. Aujourd’hui, ils existent un Old Matadi et un New Matadi. Bien plus
encore, la souche des Libériens qui débarquèrent de l’Amérique est appelée « Congo People ». La population libérienne est divisée en deux groupes : les Congo People, sans culture
ni tradition, et les autochtones. Et le Liberia fut dirigé par le « Congo People » (5% de la population) jusqu’au coup d’Etat à l’issue duquel Samuel Doe devint, contre toute attente et
la ruse, le premier président autochtone. L’Histoire écrite a certainement une autre explication, mais celle-ci est la mienne.


Cela pourrait expliquer l'origne de quelques à resonance
congolaises: j'ai trouvé un Mobutu par example. Mais il faut savoir que



Nsiku 26/05/2011 19:53



Le Sergent-Chef de l´armée libérienne se bombarda Général-Président après son coup d´état sanglant contre le président Tolbert dont tous les membres du cabinet périrent lors de cet événément
malheureux en avril 1980.


Le désormais Général-Président Samuel Doe sera recu à la Maison Blanche par le président américain Ronald Reagen, et pour mieux ridiculiser ce libérien "mwana mboka", Reagen lors des cérémonies
officielles à la Maison Blanche oubliera le nom de Samuel Doe pour l´appeler au nom du défunt président William Tolbert que Samuel Doe avait assassiné lors du coup d´état.


Le cadavre de Samuel Doe sera mutilé de la même facon qu´a été mutilé le corps de Tolbert.



Samuel Malonga 26/05/2011 14:37



Cher Musa May,


Contrairement à l'Ethiopie, le libéria fut fabriqué de toutes pièces. Contrairement à l'Ethiopie, il fut quelque peu colonisé par les USA à travers la société philanthropique American
Colonization Society qui contrôlait son développement. Ladite société rapatriait les esclaves affranchis en Afrique. Pour ce faire, elle acheta en 1821 des terres  sur le cap Mesurado à
l'embouchure  du fleuve Saint-Paul.  D'autres colonies furent établies sur la côte malgré l'opposition des populations autochtones. Bien avant la Conférence de Berlin en 1885, le
Libéria avait déjà ses frontières. La ville  bâtie par les esclaves libéreés  fut baptisée Monrovia en l'honneur du cinquième président américain James Monroe. Une
constitution inspirée de celle des Etats-Unis fut rédigée, les drapeaux des deux pays ont des similitudes frappantes. Le Libéria devient indépendant en juillet 1847 soit 43 après Haïti
dvenant ainsi le premier pays indépendant d'Afrique.  http://www.shenoc.com/Le_Liberiades_Americains.htm



Naleka Kuna 26/05/2011 13:27



C´est au Liberia qu´on trouve des noms d´origine Congolaise ou de l´Afrique Centrale, il y a de Mukendi, Do, Kabongo, Tchombé etc...  D´après ce que j´ai appris au Ghana, les Liberians sont
des esclaves qu´on avait retournés de l´Amerique en Afrique, comme il fallait leur donner un état, c´est au Liberia qu´on est venu les déposer, mélangeant ainsi les indigènes avec les esclaves,
il paraîtrait que tous les Présidents du Liberia sont ces esclaves américains à l´exception seulement de Samuel Doe qui en prenant le pouvoir par le sang, avait voulu laver cette honte et on sait
comment cela s´était terminé.


Eux-mêmes les Liberians se considèrent comme des Américains et leur Liberia comme étant une province des Usa d´outre-mer.


Naleka Kuna.



Musa May 26/05/2011 09:27



Mbuta Malonga, c'est juste une toute petite précision: le Liberia est un autre pays africain à n'avoir jamais été colonisé.