Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Rites traditionnels Japonais et Zaïrois(Congolais) avant le début de la construction du Pont de Matadi en 1979.

Nous avons publié un article sur l’historique du Pont Mobutu  à Matadi depuis sa construction jusqu’à nos jours.  Mais il manquait un aspect spirituel qui avait eu lieu avant le 1er coup de pioche de cet ouvrage, à savoir une cérémonie traditionnelle Japonaise, le « Doruma » suivie de la libation traditionnelle zaïroise.

Ces deux rites sont bien décrits sous la plume de Bangonda-Banzadio Kukiakanda à travers le même article du quotidien Elima du samedi 22 décembre 1979 dont un extrait a été publié dernièrement.

Cet-à-côté pose  la problématique de l’importance et de la fréquence des rites traditionnels avant les débuts de grands travaux à travers le monde entier. Même à l’époque coloniale africaine marquée par le christianisme, les Belges par exemple, recouraient aux cultes traditionnels par les biais des notables et des chefs coutumiers avant la construction des ponts ou des autres ouvrages d’intérêts publics.

Nous aimerions avoir les avis de tous ceux qui sont impliqués dans le domaine de la construction et des hommes de Dieu qui sont parmi nous.

 

Messager.

 

Extrait de l’article du quotidien Elima du samedi 22 décembre 1979 sur les débuts des travaux de construction du pont de Matadi.


« A l’issue de ces différentes discours, une cérémonie traditionnelle japonaise fut célébrée au chantier de Nkala-Nkala. Il s’agit de Daruma, une coutume largement répandue au Japon pour des circonstances comme celle-là.
La cérémonie consiste à la coloration en noir de l’un des yeux du « Daruma », représentant un bronze assis. Immobile, en profonde méditation. Cette cérémonie est tirée d’une légende d’un prince hindou au nom de Bodhidhama qui, passé en Chine au 5ème siècle, fonda la secte Zen du boudhisme.
Selon la légende, il est resté assis pendant neuf ans devant un mur pour méditer et trouver l’essence du boudhisme, à tel point que ses membres se raidirent. Il est donc l’exemple de la force de volonté, de la patience, de l’assiduité et du courage.
C’est pourquoi, au début des travaux de ce genre et de longue durée, on invoque le « Daruma » qui symbolise la volonté et le courage d’affronter l’épreuve et de surmonter les difficultés. Colorer l’un de ces yeux en noir signifie qu’on a atteint le but à moitié et qu’on fonde tout son espoir pour le bon succès de l’œuvre entreprise.
Cette cérémonie qui se marie avec nos rites traditionnels, notre authenticité pour cette circonstance, donne plein succès à la réalisation des travaux. Nos ancêtres qi ont accepté la cérémonie de libation, peu après le premier coup de pioche par le Premier commissaire d’Etat, feront en sorte que cette œuvre grandiose s’accomplisse sans incidents, en parfaite harmonie et communion d’esprit, entre tous ceux qui y participent, sans distinction de nationalité. »


Bangonda-Banzadio Fukiakanda.

Rites traditionnels Japonais et Zaïrois(Congolais) avant le début de la construction du Pont de Matadi en 1979

Commenter cet article

Gégé 06/09/2014 00:29

Na minute oyo mondele moko azali kosumba neyi na Italie, akoyoka, atiyaki tembe amoni na miso.

Benjamin CKISSONGY 12/08/2014 17:56

Salut cher messager !
Merci pour cet éclaircissément , c' ètait le DARUMA ce fameux rite japonais . Et alors quel genre de rite qui fut célébré du côté Zairois ( Congolais ) ? Comme Matadi appartient aux MANZAMANTEKE , est-ce que c'est leur rite qui fut en l'honneur ? Le nom de cela , s.v.p. !
En rappel , j'avais assisté à la pose de la première pierre . Merci encore !

Messager 12/08/2014 19:47

Benjamin,

Du c'oté Zaïrois on parle de libation qui qui fut accepetée par les encêtres. De coutume il s'agit d'offrandes de diverses natures. L'article de détermine pas quelle genre d'offrande.
Ceux qui étaient présents peuvent nous édifier là -dessus.
Messager

Lused 11/08/2014 19:01

SELON LA TRADITION ,LA TERRE APPARTIENT AUX ANCÊTRES ,PAS AUX GOUVERNEMENTS ACTUELS.

Ici il ne s’agit pas seulement des Japonais ni du rite japonais ,il s’agit ici surtout d’une tradition très ancienne qui consiste à considérer La terre comme una appartenance exclusive des ancêtres de ce lieu.Donc une propriété privée des descendants de ces ancêtres et personne ne peut les ravir ,ni s’en approprier sans contacter les representants vivants qui sont les chefs coutumiers de cette zone.Raison pour laquelle ,même les Japonais ne pouvaient pas faire leur rite sur le fleuve de Matadi, sans contacter au préalable les Chefs coutumiers Congolais locaux de Matadi ,sinon ça allait échouer ,il y aurait une lutte spirituelle la nuit ,acompagnée des degâts et même des morts le jour pendant les travaux jusqu’à l’arrêt total.

Aujourd’hui le mot Gouvenement signifie diriger tout court ,même un etranger peut diriger et etablir d’autres etrangers comme Ministres ,generaux ,s’approprier des terres comme bon leur semble.Un etranger peut devenir President de la republique ,general ,un homme quittant sa province et devenir gouverneur ,chef local ailleurs…
Mais dans la conception du mot Gouvernement dans les temps anciens,on ne voyait ni etranger ,ni colonisateur mais les autochtones (BANA MBOKA) et les familles qui sont sont les propriétaires de la terre.On ne pouvait pas devenir Roi tout en étant etranger,ni se deplacer pour aller devenir chef du village ,dans un village d’autrui.Les terres appatenaient aux familles locales .En Kikongo on dit “NTOTO BATUSISILA BA NKAKA” (la terre que nous ont laissé les ancêtres) , soit “ZUMBU” (forêt) laissé par les ancêtres , NKOKO (rivière) ,ou NZADI (fleuve) , soit YANGA” (etang ) .Tout appatenait aux familles locales ,sous la directions des anciens ,des vieux des ces familles locales qu’on appele chefs coutumiers.

Ces Chefs Coutumiers sont des traditionnalistes extremistes ,jusqu’ au niveau de conserver le fétiche et sorcellerie anciens.Ils n’ont rien à avoir avec vos nouvelles religions qu’ils consedèrent comme des dieux etrangers ,ni vos nouvelles organisations de GOUVERNEMENT ,vos nouvelles manières de gouverner ,qu’ils considérent comme une suite de la colonisation.

Malgré la modernisation des langues ,des coutumes ,des traditions dans les familles , ces Chefs sont restés strictes en ce qui concerne LA TERRE DES ANCÊTRES.
“LA TERRE (Ntoto) ET SES RICHESSES , LES FORÊTS (mazumbu) et SES RICHESSES , LES EAUX,LES ETANGS (mayanga) ET SES RICHESSES , donc les poisons ,LES FLEUVES (nzadi) ……. APPARTIENENT AUX ANCÊTRES ,DONC À LEURS ENFANTS VIVANTS”

Raison pour laquelle certains traveaux des rues ,des avenues ,des ponts ont échoués soit ont eu une courte durée surtout en Afrique.Vous terminer les traveaux ,l’errosion vient detruit tout.

Dans une certaine region de l’Angola ,CAMACUPA ,dans la province de Bié ,les Ingenieurs chinois voulurent restructurer un ancien Barrage electrique.Il fallait arriver dans les eaux ,entrer dans les eaux et faire des pesquises.Alors l’ingenieur chef ,le premier entra et les autres suivirent ,après les remières pesquises ,il fallait rentrer en ville pour se reposer .Au retour sur le même chemin ils se rencontrèrent aves des serpents ,qui menacaient les Jeep.Arrivés au camp l’ingenieur chef Chef tomba gravement malade,tres gravement alors .il a fallu arreter les pesquises et le transferer d’urgence en Chine,et il n’est plus revenu ,on ne sait pas s’il ne voulut plus rentrer ou était mort.Alors le Gouvernement en place ,conseilla d’arreter les travaux et contacter les Chefs Coutumiers.Alors les Chefs exigèrent des vins ,des boissons locales ,une chèvre et d’autres choses pour une ceremonie traditionnelle ,s’ils voulaient continuer leurs pesquises ,tout en condamnant les Angolais qui accompagnaient les Chinois de ne pas les avoir contacté avant les pesquises…Et ils firent les ceremonies ,jusqu’à la fin ,il n’eut ni malade ,ni serpent…

Dans une autre contrée nommée PIRI à la province de Bengo ,il fallait deboiser la forêt avant de commencer les traveaux de constructions des maison.Pendant le deboisement ,des serpents tombaient et menaçaient les travailleurs angolais et portugais …alors il fallut arreter …Alors l’entreprise portugaise en alliance avec une enterprise angolaise donnèrent leur rapport qu’il est impossible de deboiser cette forêt.Il a fallu changer de lieu.Alors le Gouvernement provincial les conseilla de contacter les Chefs coutumiers.Après les avoir consultés .Malgré l’autorisation du Gouvernement actuel ,les Chefs Coutumières blâmèrent les Angolais pour ne pas les avoir consulté avant les traveaux…Alors ils demandèrent des vins ,des boissons locales ,des cola ,une chèvre et d’autres choses pour demamder l’autorisation des ancêtres.Après la ceremonie ,jusqu’ à la fin ,il n’y eut aucune apparution d’un serpent.Tout se passa en paix totale.

SELON LA TRADITION ,LA TERRE APPARTIENT AUX ANCÊTRES ,PAS AUX GOUVERNEMENTS ACTUELS ,CORROMPUS PAR LES ETRANGERS…

"LIKAMBO A MABELE SANKUMA ....MABEKLE BAKOKO BATIKELA NGAI ....LIKAMBO A MABELE SANKUMA...
YO NA YA YO ,NGA NA YA NGAI ......LIKAMBO YA MABELE SANKUMA...."

LUSED

Pedro 11/08/2014 14:16

Ndeko Mwana Ngaba,
Natondi yo botondi po na réaction na yo. Namoni ete ozali mondimi yasolo ya bacroyance ya bikolo na bikolo. Chaque société a ses croyances. Néanmoins, si l’épisode du début des travaux du pont Ngaba-Lemba ont commencé en juin ou juillet, pendant la saison sèche, et il a plu, alors les bilima ont vraiment réclamé des rituels. Si c’était pendant la saison des pluies, il fallait que le bulletin météo se trompe. Ce n’est pas que je sois très sceptique. J’en parle tout simplement pour souligner le besoin d’une planification méticuleuse avant les rituels.

Pedro 11/08/2014 11:04

Donc, les esprits des ancêtres morts, qui ne sont pas morts, sont incontournables, alors que des projects comme le tunnel sous le Canal de Manche n’ont pas eu besoin de rituels !

Muana Ngaba 11/08/2014 12:54

Ndeko Pedro,
Mayele ya ba nkoko ya Afrika ndenge batikaki, Mobutu azongisaki yango na Recours à l´Authenticité, tambola esika nionso na Afrika tii na Diaspora - Brésil, Cuba, Haïti etc... - nani oyo abetaki tembe na Authenticité, nabanzi azali te au contraire bango lisusu balakisaki Mobutu mingi koleka oyo etali mayele ya ba nkoko. Soki okomi na Bénin - esika motema ya Vodou ezali - bakoyebisa yo ete tango bazalaki koya na ba esclaves mpo bamema bango na Amerika - ba Africains bazalaki koya mpe na Vodou na bango, lokola avant ya kokende mobembo ya Amerika, contrôle ezalaki makasi, ba ndeko oyo ya Afrika bazali kokende MOTAKO na mboka mosika, bazalaki kotika mayele na bango na Bénin surtout na Ouiddah - sanctuaire ya Vodou Dieu d´Afrique - yango tango wana ba ndeko oyo bakomaki na Diaspora - Cuba, Amerika, Haïti, Brésil etc... - ba belelaki BILIMA ya ba nkoko ya Afrika.
Ndenge moko mpe na ba ndeko oyo ya Loposo Pembe to mindele, tango bazalaki koya na Afrika, bango mpe bazalaki komema Vodou na bango to BIBLE autrement dit mayele na bango ya bo nkoko.
Yo okanisi avant ba travaux ya Manche ebanda ba Noko basalaki Messe te.
Mboka na mboka na makambo na yango, bikeko ya ba nkoko bango bandimaka te... Ayeee Nako mitunaka aaa

Muana Ngaba 10/08/2014 18:46

Soki nabosani te, ba années 61-62 tangu basalaki pont oyo e reliaki Ngaba na Lemba ya avenue Kianza, kopani oyo ezalaki kosala mosala wana, je crois ezalaki Société Coleten; ekangaki mayi mpe e deviaki mayi na Canal mosusu oyo batimolaki pour que e permettre bango basala pont na rivière naturelle, mayi mpe ebandaki koleka na yango normalement na mbamba to Canal oyo batimolaki, kaka mokolo oyo mindele ya kompani wana bayaki kotiya bibende na bango et autres matériaux na esika oyo pont ekozala, na butu wana kaka mbula moko ya monene enokaki, bongo lobi na tongo, likambo ya kokamua mayi nionso ya mbula ezongeli ko couler na rivière naturelle mpe ebuki mpe e ramasser ba installations nionso oyo mindele ya Coleten batiyaki, peine perdue tokoki koloba, travail à recommencer.
Deux mois après Papa Pierre Mombele (père ya nkondo Niarka) puisque ye nde nkolo mabele, na mindele ya Coleten na bakonzi ya Zone annexe ya Lemba na Commune ya Limete, tangu wana Ngaba ezalaki ko faire partie na Zone annexe ya Lemba, bango nionso bayeyi na esika bakosala pont ya Kianza, Papa Pierre Mombele asaki abeleli bilima nionso ya BATEKE, na sima basopi mungua, mbongo ya bibende, masanga ya mbila, makasu etc... et puis mbonda ya animation etoki kotoko... Et la suite, ba travaux nionso esalama sans incident tii na inauguration ya pont.
Mindele ya kompani Coleten baya juste, nabanzi bamema sango ya Authenticité Africaine na Poto na ba mboka na bango...

Messager 10/08/2014 15:22

Il s'agit de Daruma, C'ést une erreur de transcription s.v.p

Messager

Benjamin CKISSONGY 10/08/2014 14:52

Ce rite japonais c'est DORUMA ou DARUMA ? Un peu d'éclaicissément , s'il vous plaît .