Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

             Michel BOYBANDA et  Max MASSENGO

 

                            Les retrouvailles tiennent bon !

 

         Fruit des efforts de l’éditeur émérite ANYTHA NGAPY, le rassembleur

 

Le contact avec la Rumba populaire « Odemba » est désormais rétabli. L’éditeur ANYTHA NGAPY n’a ménagé aucun effort pour obtenir à ses adeptes en la matière, Michel BOYIBANDA et Max MASSENGO la composition des arrangements pour l’album  de retrouvailles en grand orchestre : « Vanité des Vanités ».

 

Le résultat est célébrissime et magnifique. ANYTHA NGAPY a réussi ici, sa grande expérience modèle : Rassembler les frères séparés du monumental NEGRO BAND. Un exploit mémorable dans une famille longtemps en explosion, s’est rétablie comme par miracle, pour aboutir à un résultat sublime d’équilibre et d’intelligence autour du grand concert de retrouvailles du 07 Juin 2010 à l’Espace « La Détente » à Bacongo, 2ème arrondissement de Brazzaville, et du nouvel album «Vanité des Vanités » remarquable.

 

Un chef d’œuvre au même titre que les œuvres d’amour, de compassion, de déception que BOYIBANDA et le regretté FOUSSIKOU « Nezi » chantaient à la belle époque, où l’inspiration folle et inépuisable nourrissait alors la rumba « Odemba ». Admirable.

 

Notons, pour la petite histoire, c’est le 18 Novembre 1958 au bar « Domingo », commune de Kinshasa, Léopoldville, qu’est né l’orchestre NEGRO BAND.

Les cofondateurs en majorité natifs de Brazzaville placent en tête le kinois Jean MOKUNA « Baguin », guitariste soliste qu’entouraient Franklin BOUKAKA et Michel BOYIBANDA chanteurs, puis : Max MASSENGO  clarinettiste, Denis LOUBASSOU « Tintin » percussionniste, Casimir ELOSALA « Elo » bassiste, Jean Marie FOUSSIKOU chanteur, Louis NGUEMA « Lily » guitariste accompagnement.

 

On compare déjà à tort les premières productions de Negro Band à celles de l’OK Jazz, car « Baguin » très bon soliste insuffle à son groupe un style rationnel pour atteindre les amoureux de la rumba « Odemba ».

 

1960, l’orchestre s’installe définitivement à Brazzaville, néanmoins il fait la navette entre les deux capitales, s’octroyant la faveur rythmique sonore dont il animait chacun de ses concerts.

 

1960, Max MASSENGO succède à  jean MOKUNA « Baguin » à la tête de l’orchestre qui devra dorénavant affronter la rude concurrence aves Les Bantous et le Cercul Jazz.

 

1962, le Negro Band à le mérite de graver pour la postérité, un disque avec la célèbre chanteuse Lucie EYENGA, dont les titres « Georgette » et « Adoula » comptent parmi les meilleurs de l’année.

 

1970 (au cours de la décennie) le Negro Band est à son apogée, précisément lorsqu’il se rend à Paris pour effectuer des enregistrements chez Pathé Marconi. Le séjour parisien de Negro Band a permis la sortie de plusieurs disques qui sont restés au palmarès des meilleurs albums réalisés par les orchestres congolais de l’époque. On se souviendra longtemps des chefs

d’œuvres comme « Maseke », « Marie Hélène », « Gilette ya le 4 Mai », Mado

ndima mokumba » et « Mokono Antoine » (nom du parrain qui a longtemps contribué à la gestion du groupe).

 

1971, le 27 Mai, éclate un conflit qui pousse les dissidents Rubin TOMBA « Major », Louis NGUEMA « Lily », Démon KASANAUT, TERGIEFF « el diablo ». à créer l’orchestre  « Les rebelles » MASANO.

 

Enfin 1980 (au cours de la décennie) l’orchestre NEGRO BAND « Mbuzila »

cesse d’exister pour renaître des cendres trois décennies après, le 07 Juin 2010 au bar « La Détente » à  Brazzaville avec quelques anciens et des nouvelles recrues. Un enchantement à la fois émouvant et intimiste.

 

Clément OSSINONDE

Clement.ossinonde@sfr.fr

 


 

Michel BOYIBANDA et Max MASENGO & le Negro BandNEGRO BAND (ph.d'archive)




 

 

 

Georgette naleli yo, par Lucie Eyenga et le Négro-Band

Vanités des vanités, par Max Massengo

Bantantou, par Michel Boyibanda

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article