Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

"L'histoire est une clé pour comprendre l'avenir" dit-on. En fouillant les archives fournies au blog par Michel Kinzonzi, nous avons été attirés par le "hit-parade" publié par l'hebdomadaire Zäire du 6 janvier 1975. Quatre sujets y sont abordés:  La chanson Bonana; la présentation de la chanteuse noire américaine ETTA CAMERON; le Soki-Show; la grande forme d'Abeti Masikina; et le classement du hit-parade.

En ce qui concerne ce dernier point, la revue Zaïre dresse la liste des 10 meilleures chansons, en tenant compte des informations recueillies auprès des maisons d'éditions, de la Seneca, et de la radiodiffusion.

Comme on peut le constater, toutes ces chansons étaient sorties durant l'année 1974. Année durant laquelle fut organisé le combat Ali-Foreman (25 septembre 1974). Ce classement reflète la forme des orchestres à l'époque. Lorsque les formations musicales rivalisaient de créativité. Lorsque les  thèmes des chansons étaient plus consistants, comme vous pouvez le remarquer à travers ZIBOLA, une oeuvre de Ndombe Opetum et le Makina Loka.


Messager

 

1.

Blo Za+»re 1975 045

 

2.

Blo Za+»re 1975 046

 

 

7.ZIBOLA ,par Pépé Ndombe et le Makina Loka

2.Mizou, par Bimi et le Zaïko

Commenter cet article

Michel Kinzonzi 17/07/2010 00:31



A PROPOS DE LA CHANSON"BONANA" DE MBO MAYAU & LE GRAND PIZZA


Chers Mbokatiers,


A travers cet article Hit parade du Zaïre,le journaliste nous parle d'une chanson Bonana de Mbo Mayau avec l'Orchestre Gd Pizza.J'ai beau fouillé dans ma
mémoire mais je n'ai plus de trace de cette chanson.Si parmi les Mbokatiers quelqu'un pourrait nous trouver cette chanson voire même nous envoyer par écrit le texte de cette chanson;de deux
qu'est-ce qu'il est devenu le compositeur(MBO MAYAU). J'aimerais connaître le parcours de ce Monsieur qui était cadre dans une société en début de l'année 1975(époque phare de la
Zaïrianisation).MBOKATIERS à vos claviers.



adeitoko 13/07/2010 11:18



Messager,


Avec tout ce que j'ai pu lire ou entendre sur Tabu Ley ces temps derniers, je voudrai encore l'entendre chanter l'ingratitude dont il a subi lors de son retour de l'Olympia de Paris où il est
allé représenter toute l'Afrique musicale.


Je vous demande, je vous implore donc de nous faire écouter PROPHETE


Quoi que l'on dise sur lui, il restera toujours le SEIGNEUR de notre musique