Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

 

Bonjour, un commentaire vient d'être posté par Fernand KINWANI sur l'article Hommage à Mbuta Matima, sur votre blog Le blog de Messager

:

Matima Pioso

                                   MATIMA PIOSO
C'est vrai. Je vous remercie pour vos hommages. On s'est beaucoup fréquenté depuis les années 80 à kin et 90 à Bxl. J'ai admiré comment, avec philosophie et ardeur dans le travail, il restait
fidèle au groupe. ça n'a pas toujours était facile.


Je garde de lui l'image d'un réaliste: A chaque sission, je lui disais vieux cette fois c'est fini pour Zaïko...Tranquilement,  il encaissait le coup et se ravisait...Petit, la musique c'est
le travail, on va travailler, ça ira.


Il jouait moins, mais il travaillait suffisamment loin de la scène. Proche de lui, il m'a toujours mis en garde contre le phènomène Libanga tant que cela ne m'était pas utile professionnellement.
Petit oza mwana kelassi, soki na mbandi ko buaka yo, moto ekovimba pamba oza n'eloko te ekokomela yo mindondo... donc eza na tina te. Ainsi refroidissait-il mes envies de figurer dans
ses chansons. Pour sa lucidité et cette protection, je lui en suis reconnaissant. 


J'étais encore à ses côtés à Liège je l'ai vu le dernier soir. Toujours, même dans la souffrance/la maladie, si simple, sympathique et attentif à mon égard... ce qu'il était dans
sa vie. Il m'a dit "Petit demain, tu te maries, tout est prêt? Je crois que je ne passerai pas cette nuit. Si demain je ne suis plus... Continue et , je serais...mon corps
sera là...seulement reviens après t'occuper de ton vieux frère (Comprenez Tata Leki)...  C'était sympa de sa part de m'encourager à mener parrallèlement deux évènements
opposés. Eh oui! Pas facile la vie d'artistes. Par respect pour lui et Zaïko, je ne raconterai pas les péripéties jusquà sa dernière demeure.

Fernand KINWANI

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

adei toko 19/04/2011 16:28



Je remecie beaucoup notre ami qui a ressucité Mbuta Matima quoi que l'on dise que les artistes ne meurent jamais. Zéphyrin Matima Pioso était au début de Zaiko celui qui assurait la première
partie qui mettait en scène les Mbuta Mashakado et autres Pierre Nkumu en scène; à cette époque d'aucuns l'appelaient "LE POP" mais ce qui étonnait chez lui c'était sa capacité de jouer de toutes
les guitares. En ce moment on ne parlait que de Pépé Fely, et pas vraiment de lui mais quelque soit la durée de la nuit, le soleil luira quand même. Un jour Efonge Gina prendra le risque de le
lancer dans une des ses chansons et boum le public découvre une nouvelle sonorité et depuis il joue dans des chansons composées par Gina. Malheureusement Gina fait sa crise psychiatrique et
queques temps après Zaiko engendre Isifi Lokole. Matima est visé par la bande à Evoloko mais il résiste, lui qui pensait que Manuaku serait emporté par ce vent s'était déjà imaginé un nouveau
Zaiko où ses idées musicales seraient mis en exergue. C'est ainsi qu'il deviendra lors du maquis de la Nsele le maître à penser de cet orchestre qui va accoucher des chansons comme Elo, nalali
pongi, yudasi,et les 2 dont lui même assurera les solos que sont "Toli kolumpe et Ma coco. En 1980 quand Manuaku était parti, tout le monde pensait qu'il allait assumer, mais non, il pense
tellement musique qu'il a du mal à la rendre par les instruments, il reste le James Last de l'orchestre et fait promouvoir Roxy Tshimpaka mais tout le monde se rappelle de sa guitare dans Fièvre
Mondo d'Evoloko que le public appelera plus tard Petrole. Au départ de Roxy, c'est lui encore, plus altruiste que jamais qui va promouvoir Popolipo et petit Poisson.La partition de Muvaro qui a
fait le succès de Poly est le fruit de son imagination.Quand en 1988, Familia Dei a voulu arraisonner ZAIKO en pleine mer c'est encore lui le commandant TITICHE comme on l'appelait
affectueusement qui redresse le bateau pour l'amener à bon port. Il va encadrer un soliste presqu'inconnu Chiro Mvuemba, il va le façonner à faire mordre la poussière à Roxy ou Poly. Zaiko
foudroie tout sur son passage et Jossart de clamer partout que Mbuta Matima est l'arme secrète de ZAIKO. En véritable homme de l'ombre il a fait sans se faire voir toute la
musique à succès de Zaiko. C'était lui le Directeur artistique de l'orchestre doublé d'un grand talent d'auteur compositeur et depuis sa disparition l'orchestre se trouve dans un état de mort
clinique qui ne dit pas son nom malgré les efforts du docteur Gégé Mangaya. Comme qui dirait certains grands noms sont irremplaçables.


ADEI TOKO



James 16/04/2011 00:55



Cher frère Fernand, salut


C'est très émouvant comme témoignage malgré que tu n'en dis pas plus. c'est vrai que par respect pour sa mémoire et je te comprends. Mais s'il ya une chose à retenir sur sa carrière, c'est que
j'ai plus aimé et dansé les chansons jouées par Ya Matima que d'autres qui sont et restent de très bons guitaristes. Sa doigté a fait cette différence et je pense que les amateurs de la bonne
musique ne me contrediront pas.