Publié par Messager

Nous reprenons notre ronde  des  activités qui comblaient notre temps libre au pays.
Après le football, le cyclisme, la boxe,  nous voici au milieu du ring , non pas pour y affronter un quelconque catcheur, mais pour  jeter un regard rétrospectif sur ce loisir par excellence, qui se pratiquait  souvent en soirée.

Au Congo, le catch s'est développé tardivement. Ses premiers pratiquants sont des lutteurs reconvertis, à l'exception de Edingwe, qui a commencé par la boxe.
C'est par la télévision publique que le catch a opéré son incursion dans les moeurs populaires au cours des années soixante. Fasciné par le spectacle  qu'offrait les combats de catch télévisés, le public a fini par succomber au charme de cette discipline .
Un autre facteur de taille  ayant favorisé le goût du public pour ce "sport" particulier est le festival international de catch qui fut organisé à Kinshasa, vers la fin des années soixante, avec un certain Jimy Doula.

Après ce festival, certains catcheurs congolais, originaires de la province orientale, entre autres, Kele Kele, et Botowamungu, vont se révéler au public. Kele Kele finira même par être sacré champion du monde, à l'issue d'un tournoi organisé à l'étranger.

Mais le catch a véritablement conquis les coeurs des Kinois et des Congolais avec l'avènement de Ndonda Puma Noir et Edingwe. Ce dernier particulièrement a su allier admirablement  techniques du catch, pratiques magiques, et sens du spactacle.
Dès lors, les combats de catch étaient précédés par des carnavals et des fanfares à travers les rues, de sorte que personne ne voulait les rater . Des cris tels que "Edingwe, Edingwe, moto na ngenge", ou "papa  aye Wemba", étaient devenus familiers.

Nous nous souvenons encore ,comme si c'était hier: de la coiffure grotesque de Edingwe et ses pas de danse sur le ring; des coups de reins de Bosei 1er, avec sa jupe à l'écossaise;  de la culotte de Kanza et ses prises par le nez; des  acrobaties de Tao-Tao; des esquives de Lubuele Zéphir; du masque de "Puma noir"; du crane chauve à la "baba" de Muakanu Zarack; de l'élégance de Botamba "Hercule"; des doubles pattes dans le vide de Selemani Modja;de la canne de Litanda "Jaguar";des allures de Ilunga "Police belge"; de l'embonpoint de Tipie, le "mundele";de la résistance de "Machine de guerre"; des coups de poings de Lango "Mic-Mac"; des grimaces de "Baby Ndoki"; et de la bible d'un certain catcheur dont nous avons oublié le nom.
Par contre nous n'avons pas oublié l' accident routier  survenu aux environs de la rivière Kwango, qui avait occasionné le décès de nombreux catcheurs, parmi lesquels Botamba Hercule, que tout Yolo avait conduit à sa denière demeure,

 

Messager

 
Edingwe.jpg

Commenter cet article

mayavanga muza 05/04/2011



je suis tres decue en citant les nom des catsheur vous avez oublier l.entreneur mayavanga le rii celui qui fut le grand entreneur du catsh congolais de tous le temp qui est a cet accident routier
de maindombe ce grace a lui qu.il ya le catsheur comme edingwe selemani zarak botamba etc...je suis son fils demander a edingwe il vous diras qui est mayavanga on est change pas l.histoir merci



leo 11/04/2012


A part   Mayavangwa et Mahokola, tous deux, entreneurs de catch, morts en 1982 dans l'accident de maindombe dans le bandundu.Je me souviendrai toujours de ce jour lugubre de 1982
sur la rue bagata à yolo-nord où habitaient l'arbitre de catch Fika Corbillard, frère du directeur de l'Afridex et botamba Hercule, alias Ekule, grand-frère d'un ami du nom de Boleki.J'allais
quasi tous les jours à yolo, rendre visite à mon pote stevao sebastien dit soba ou steve avec qui j'ai terminé mes humanités.Si un mbokatier a les coordonnées de ce dernier, qu'il me les
transmettent car, cet ami habite en france mais, je l'ai perdu de vue.Lors de ce double deuil, il y avait un monde fou.Il faut dire que le catch avait le vent en poupe pendant cette période. sur
bagata, j'ai connu aussi Jean-simon enyeka dit jeansi, Mavos, Neves(frère de soba),Jean dit Guillaume,Fils malanda nzinga, Baravé.Ils étaient presque tous des élèves du feu Botamba Hercule
dans le clud Essende.Moi-même j'ai failli en faire également partie.aptès  la mort de botamba, c'était Maitre Djo Nsumbu qui était devenu entraineur titulaire du club, secondé par hyppan sec
bidens(décédé) et un certain nzuzi ou nsimba, alors étudiant à l'ista.Il y a tant d'anecdotes  raconter mais, je dois aller faire une course pour mes filles.

Messager 14/04/2012


Mon cher léo, je viens de lire ton méssage depuis Paris, par l'entremise de Mbokamosika; franchement je suis content de savoir qu'un ami que j'ai vu il y a plus de 20 ans cherche mes coordonnées,
c'est vrai qu'on s'est perdu de vue; de ce fait je te communique mon numéro de téléphone : 0635104945. Dès que tu veras ce message n'hésite donc pas à me téléphoner, et me donner un numéro où je
pourrai te joindre.Mon adresse mail est la suivante : estevaosebastien@yahoo.fr.


ESTEVAO SOBA DE SOBA (STEVE) depuis Paris 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog