Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

SUR LE PODIUM (4) : JEAN-PIERRE NZENZE  (JEAN TROMPETTE)

Nous avons reçu un message du fils du trompettiste  Jean Trompette, de son vrai nom Jean-Pierre Nzenze, nous  invitant avec beaucoup de courtoisie , à corriger le prénom de son père, lorsque le temps nous le permettra. Ce que nous avons déjà fait.

Ainsi, avons- nous été non seulement touchés par sa  bienséance,mais jugé opportun de lui rendre la politesse,  en hissant  plus tôt que prévu, son père sur le podium de notre blog.

Voici le texte envoyé par le fils de Jean Trompette.

Correction du prénom de NZENZE Jean Trompette
NDONGISILA
Bonjour,
Je suis fils de feu le Trompettiste NZENZE dit Jean Trompette.
Vous avez marqué comme quoi son prénom est Jean-Marie.
Son prénom est Jean-Pièrre et non Jean-marie.
Je vous prie de le corriger lorsque vous aurez un moment libre.
Cordialement.

Alain.Ndongisila

SUR LE PODIUM : JEAN TROMPETTE


Le trompettiste Jean-Pierre Nzenze dit Jean Trompette fait partie des souffleurs qui ont contribué au succès  de la musique congolaise. Sa trompette se retrouve dans plusieurs chansons à succès des orchestres au sein desquels il avait évolué, de Vox Africa  à L’afrisa, en passant par Le Festival des Maquisards et l’African-Fiesta national (’66).


Mais, Jean Trompette ne s’est pas contenté de jouer de la trompette, il s’est aussi révélé comme un auteur compositeur et un bon vivant. Nous nous en rendrons compte à travers deux de ses compositions accompagnant cet article, à savoir :Kumbele Rumba la Frontière, réalisée avec le festival des Maquisards, et Lily ya Bomwana, composée au sein de l’African-Fiesta National. Dans la troisième chanson, Afrisa International, l'occasion nous est donnée d'apprécier le son percutant de sa trompette. 


1.Lily ya Bomwana, par Jean Trompette et l'African-Fiesta National ('66)

2.Kumbele Rumba la Frontière, par Jean Trompette et le Festival des Maquisards
3.Afrisa Intenational, par Rochereau et l'Afrisa
A travers ces deux chansons, le nom de Jean Trompette  « Mobali ya gaa »est associé à l’ambiance qui prévalait à l’époque à la Frontière, à la Yolo.

Le but de cette rubrique étant d’inciter les mbokatiers  à rendre  leurs hommages aux artistes concernés, nous attendons les témoignages, les photos et autres anecdotes concernant Jean-Trompette.

 

Messager

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alain Alungwa 22/09/2014 04:56

Salut à tous!,
Je suis l'un des fils du feu Pius Alungwa, qui fut le propriétaire du bar "la frontière" qui se situait sur kapela à Yolo que papa Jean-pierre trompette lui avait fait la chasson. J'aimerai me rencontrer avec l'un ou des artistes qui sont encore en vie, qui aviez chanté ou participé à la dite chanson pour certaines informations afin de me permettre de savoir plus sur l'histoire. Merci pour votre collaboration!

facebook 18/07/2014 15:53

bonjour, jesuis aussi le fils de jean trompette nzenze ,moi c'est donking nzenze mikanda j'ai une petite information de vs informez, l'orsque papa avait quitte kinshasa pour se rendre a son village pour des raisons personelle il etait parti se renconter avec ma mere Vicki Gbenge Bekisala et il a fait avec ma mere des enfants , moi et mon petit frere Nzenze Ebobi Julio. A cette epoque la, papa etait l'ami de General Mayele, lorsqu'avait vous se rendre encore a kinshasa moi j'avais 4'5 il aviez parler de nos grands frere entre autre ALAIN NDONGISILA WANGA, MA LIDY, SIDONIE, BOURRAU NZENZE DOUDOU MOKE, REX MOKI NZENZE INJENIEUR EN AVIATION ISTA KINSHASA, et j'ai fournie l'effort pour connaitre GRAND bourrau a kin, doudou nzenze en Afrique du sud ca me reste les autres entre autre Alain ndongisila wanga. ce que j'aimrais et que si vous pouvez m'aider a me mettre a contacte avec mon grand ca sera geniale merci bcp

Sosoliso 28/07/2011 09:46



C´est le cas avec l´Immorter Empompo Loway, n´eut été l´Authenticité il serait connu seulement sous le surnom de Deyess qui vient d´ailleurs de Denis et d´autres dieux antiques...



Clément OSSINONDE 26/07/2011 18:56



Je saisis cette occasion pour attirer l'attention des musiciens encore en vie de préviligier leur nom de famille, et le prénom, au détriment des pseudonimes qui enfreingnent à  l'histoire,
surtout pour la prostérité des enfants et  des petits enfants de voir figurer dans les pages de l'histoire de la musique congolaise le nom qu'il portent . 


Pour prendre le cas de notre virtuose de la trompette Jean-Pierre NZENZE, il était difficile de son vivant de connaître son nom, je suppose même qu'il signait ses chansons par "Jean Trompette",
aussi, même sur beaucoup de listes des orchestres où il a évolué, il n'était connu que par ce pseudonime, ce qui est bien dommage, car les générations qui l'ont connu  par ce petit nom
passent. Tandis que le nom s'il a été mis en exergue,  est une véritable pièce historique et une fierté pour la famille.


C'est d'ailleurs le cas aussi pour  le batteur de l'African Jazz en 1960 "Petit Pierre"; Dans toutes les listes où il est fait état des musiciens de l'African Jazz, il n' y a que "Petit
Pierre" qui apparait,. Son nom ELENGESA n'apparait nul part, c'est une lacune. On peut multiplier plusieurs cas du genre. Nous chroniqueurs, sommes souvent confront(er à ce problème. Enfin, voici
le meilleur exemple : Joseph KABASELLE, puis le reste vient après "Kalé"  "Grand Kalé", "Kalejof"...



mutuelle swiss life 26/07/2011 12:36



merci pour cette information