Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

Lorsque  Moïse Tshombe devient  Chef du gouvernement congolais le 10 juillet 1964, il se buta au difficile problème du « contentieux belgo congolais ». C’est Cyril Adoula qui le premier utilisa  ce terme dès 1961et qui mena les négociations avec Paul Henri Spaak . Déjà en avril 1960 Kasa-Vubu dénonça le transfert massif vers la Belgique du dépôt d’or  qui se trouvait au Congo ainsi que du déplacement de certains parastataux. Revenu aux affaires et devenu Chef du gouvernement, Tshombe partit alors à Bruxelles pour négocier avec l’ancienne métropole. C’était une question de gros sous et des milliards de dollars étaient en jeu. Le Congo voulait récupérer l’important patrimoine qu’il détenait en Belgique, comme, par exemple, 47% des actions des usines de Hoboken Overpelt qui raffinaient le cuivre et de plus de 500 autres entreprises qui à l’époque des faits étaient congolaises mais qui à la veille de l’indépendance avaient renvoyé leurs capitaux en Belgique.

 

Tshombe et sa malette

15 février 1965, Moïse Tshombe ramène triomphalement le portefeuille congolais

Le 15 février 1965, après d’âpres  négociations sur le « contentieux », Moïse Tshombé alias « Monsieur Tiroir-caisse » ramènera triomphalement le  « portefeuille » congolais.  Monté sur une Jeep de l’armée , on le vit brandir une mallette diplomatique en cuir portant l’inscription « RDC » et parcourir les principales artères de Léopoldville. Accueilli au pays en triomphe, le Premier ministre venait d’obtenir une victoire historique avec l’accord qu’il venait de conclure lors de ses pourparlers avec le gouvernement belge.  Le précieux  porte-documents  contenait un portefeuille d´actions d´une valeur d´environ  300 millions de dollars. Mais en réalité le litige n’avait jamais été réellement réglé, la Belgique ayant refusée, par manque de confiance et pour sauvegarder l’intérêt des  groupes financiers belges restés au Congo, de remettre la totalité des titres du portefeuille aux autorités congolaises. En 2010 encore, la presse congolaise avait évalué à 200 milliards de dollars le montant total des avoirs dont le Congo aurait été spolié en 1960 !

Samuel Malonga

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mebenga 24/03/2012 22:52


Monsieur,


 j'écoutais un morceau de franco sur le contencieux "belgo-congolais". J'ai donc cherché à en savoir un peu plus.


Merci de nous rapporter à la surface ces chapitres de notre histoire aujourd'hui classés en perte et profit, ce vandalisme économique, spirituel dont la seule logique était le renforcement des
fortumes coloniales.


Merci encore