Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Messager

L'heure de notre sélection musicale a sonné. Ce samedi , notre choix musical sera focalisé, comme la semaine passée, sur les années 1960. La seule nouveauté est que, dernièrement, nous avons oublié de mentionner  que désormais, nos sélections se feront sur base des choix réalisés par les éditeurs de l'époque. Aucune chanson ne sera publiée en dehors des classements antérieurs dont nous gardons des archives. Ainsi, nous pourrions revenir sur certaines chansons déjà diffusées pour autant qu'elles fassent parties de ces "hit parades".

Ce samedi, nous revenons sur la période mémorable des "Cupé" ou des "Culottes" (années 60). Nous auditionnerons une chanson des Bantous; une chanson peu moralisatrice de Mujos et l'OK-Jazz; une chanson  de  l'African-Jazz après sa dislocation; une chanson  marquant les débuts du jeune moraliste Sam Mangwana avec le Festival des Maquisards; une chanson de Bombenga et le Vox-African, à l'époque de Loko Messengo; et une chanson de Los Angel.

Que les amateurs de l'époque des jeunes orchestres patientent encore un moment. Le temps n'est plus loin où ils savoureront les mélodies des leurs formations préférées conformément aux différents classements établis par les connaisseurs de l'époque, c'est-à-dire les chroniqueurs et les éditeurs.

Messager

 

LA SELECTION MUSICALE DU SAMEDI 12 FEVRIER 2011

 

1.Gary Mobali ya Tembe, par Céestin Kouka et les Bantous(1962)

2.Finga mama munu, par Mujos et l'OK-Jazz

3.Jolie Nana, par Jeannot Bombenga et l'African-Jazz

4.La vie, par Sam Mangwana et le Festival des Maquisards

5.Léa, par Bombenga et le Vox-Africa

6.Dis Jeanne, p

ar Los Angel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

OSSINONDE Clément 15/02/2011 01:39



Cher NDAYE, en dépit des titres que je vais envoyer au MESSAGER, voici le contact des producteurs chez qui vous pouvez commander la série des chansons dont vous faites allusion :


www.bassoka.fr (cyriaquebassoka@hotmail.com) ou Anithangapy@yahoo.fr


 



Ndaye 15/02/2011 00:27



Ndeko Clément, je répète ce que j'ai dit dans un précédent commentaire. Cette période 1962 à 1965 des Bantous de la Capitale, est sans conteste (à tout le moins pour moi)
l'une des plus riches et des plus aboutis. Essentiellement dans la densité et la profondeur du rythme produit à ce moment-là. Et sur la fin, comme vous le précisez fort justement, Mujos y a tenu
un grand rôle avec son timbre vocal si particulier. J'attends donc avec impatience Bolingo Elie et peut-être toute la série que vous enverrez à Messager. Je
précise qu'on ne trouve ladite série sur aucun site musical connu. Dès lors, nous autres Mbokatiers seront des privilégiés. Merci d'avance . Ndaye



OSSINONDE Clément 14/02/2011 18:37



Mon cher NDAYE, décidemment vous êtes soit un fan de MUJOS soit un fan de son passage dans Les Bantous. Les chansons dont vous faites état sont "Mama noboi kosambwa", puis "Bolingo Elie" que je
pourrais adresser très prochainement au MESSAGER.


Le soliste est bien Gerry Gérard BIYELA . C'est dire que MUJOS est rentré dans Les Bantous le 6 Janvier 1964, tandis que Gérry Gérard le 3 Février 1964 . Une première série des
chansons avec MERMANS (juste après le départ  en Juillet 1963 de PAPA NOEL) venaient d'être effectuées aux éditions "Stenco"  et la deuxième série dès l'arrivée de MUJOS aux mêmes
éditions mais avec GERRY



Ndaye 14/02/2011 17:02



Ma chère Emilie-Flore, tu n'as pas dû faire attention. La chanson Ebalé ya Congo dont tu as sollicité la diffusion a été programmée dans l'article
consacré au Grand Kallé, juste en dessous. J'espère que tu éprouveras le même plaisir que moi à l'écoute de ce chef d'oeuvre. Ndaye



Emilie-Flore Faignond 13/02/2011 23:41



Bonsoir à l'équipe


Maintenant que je connais ce site, je viens souvent pour me délecter en écoutant des chansons congolaises qui grâce à vous reviennent à la surface et ravivent nos plus beaux souvenirs
liés à cette musique congolaise qui a bercé nos jeunes années. Bien souvent j'écoute les chansons de Léon Bukassa que vous avez mises en ligne tout autant que Marianna Josée de Franck Lassan qui
reste mon vrai coup de foudre, je ne m'en lasse pas. Ce soir j'ai mis mes écouteurs et seule avec les images de ma terre congolaise défilant sous mes yeux, j'ai écouté avec un réel plaisir les
rumbas que vous avez sélectionnées pour notre plus grand bonheur.


Encore bravo et merci pour votre excellent travail dans ce domaine! Il y  tant d'autres chansons que je fredonne souvent mais dont je ne me souviens pas toujours du titre aussi
je ne peux vous les demander...dommage! Mais une chose est certaine, d'autres que moi trouveront des autres chansons que vous nous offrirez. Puis je vous demander si vous avez sous la main cette
belle chanson de Kalé Joseph: "Ebalé ya Congo ezali lopago te ezali se nzela"...Ce fleuve, cordon ombilical entre mes deux rives. D'avance
merci!


Fraternellement 


Emilie-Flore Faignond


 


 



Ndaye 13/02/2011 19:13



Chers Clément et Messager. Un grand merci pour les précisions apportées. J'avais effectivement un doute sur le duo qui chante dans finga mama
munu. J'hésitais entre Edo et Michel Boyibanda. Clément a tranché avec son autorité habituelle. Par contre, le nom de la chanson des bantous que je cherchais m'est revenu. Il s'agit de
Mama na boyi kosambwa, une composition du même Mulamba Mujos aussi je crois. Les bantous de la Capitale étaient irrésistibles en ces années-là. On peut y ajouter Sala
lokola o linga nga. Clément peut-il me dire si, en ces années 64-65, Gerry Gérard avait déjà intégré les Bantous? Ou le solo était-il assuré par Mermans? Excellente fin de week-end.


Ndaye



ossinonde clément 13/02/2011 14:47



Mon cher NDAYE, A l'époque de cette chanson EDO n'était plus dans l'OK Jazz. Apparamment  pour cette chanson MUJOS est avec BOYIBANDA, sauf confusion.


BOYIBANDA est toujours en vie.à Brazzaville  Il venait d'ailleurs, il y a quelques mois d'exhumer son ancien orchestre NEGRO BAND avec son alter ego max MASSENGO Notons que BOYIBANDA
Michel a commencé avec le NEGRO BAND en 1958 (Bar Domingo rue Kato - Kinshasa) puis LES BANTOUS en 1963 suivi de l'OK JAZZ où il a passé des très bons moments aux côtés du Grand Maître.Il quil'OK
JAZZ pour former avec YOULOU-LOCKO MASSENGO l'orchestre LES TROIS FRERES, puis de nouveau LES BANTOUS. Aujourd'hui dans NEGRO BAND


Voilà cher NDAYE , un petit résumé de la vie musicale de BOYIBANDA Michel qui a toujours gardé sa forme à la voix


 



Messager@ 12/02/2011 21:02



@Clément Ossinonde,


Merci cher aîné. je vois que tu as oublié de répondre à la question de Ndaye sur les Bantous.


Messager



OSSINONDE Clément 12/02/2011 18:44



"JOLIE NANA" est de Jeannot BOBENGA avec la nouvelle formule African Jazz (VOX-AFRICA - KALLE)



OSSINONDE Clément 12/02/2011 18:39



Jean-Serge ESSOUS, est égtalement décédé



OSSNONDE Clément 12/02/2011 18:36



A l'attention de MESSAGER : "Gary mbali ya tembe" est bien le titre de la chanson de Célestin KOUKA Disque CEFA enregistré en 1962 à Bruxelles. La composition des Bantous de cette année 1962
était la suivante :


Chant  : Célestin KOUKA, Joseph BUKASA "Jojo" (ancien Conga Jaz Kin) - décédé


Saxos  : JS ESSOUS et Nino MALAPET


Guitares : Antoine NEDULE "Papa Noël" et Jacques MAMBAU "Jacky"(décédé)


Guitare basse ; Francis BITSOUMANOU 'Céli Bitsou"


Percussion : Saturnin PANDI (décédé)


Nota : GARY est le nom d'un grand opérateur économique malien



Messager@ 12/02/2011 17:32



Samuel malonga,


Je viens de corriger l'erreur. lahanson la vie est de Sam Mangwana et le Festival des Maquisards.


 


 


Messager



Messager@ 12/02/2011 17:10



Ndaye,


Je pense que le duo dans la chanson Finga mama munu est assuré par Mujos et Michel Boyibanda. J'ai des doutes sur la présence vocale d'EDO, mais je peux me tromper. De toutes les manières
Boyibanda est encore en vie, il peut toujours nous en édifier.


 


Messager



Messager@ 12/02/2011 16:48



@ Ndaye ,


Merci pour tes impressions sur les chansons des années '60. En ce qui concerne la chanson des Bantous, espérons que notre aîné Cléement Ossinonde saura nous en donner le titre.


Quant à la sélection musicale nouvelle formule, elle ne fait que commencer. je reserve encore des suprises à tous les mélomanes.


@ Sam,


J'avais la même impression sur la chanson"la vie" de Sam Mangwana. Elle figure sur la même liste que Mia Angola. Je pense que Vox Négro dont le blog a déjà publié deux chansons avait un autre
rythme. il existe beaucoup d'erreurs de transcription sur nos chansons qu'il convient de corriger.


 


 


 



Samuel Malonga 12/02/2011 16:24



Je parie que la chanson "La vie" fut jouée par le Festival des Maquisards vers les années 1968.



Ndaye 12/02/2011 16:21



Cher Messager, quel bonheur, quelle richesse et quel éclectisme la sélection musicale de cette semaine. Tu l'avais promis la semaine dernière. Nous sommes vraiment servis. Tout d'abord les
Bantous. J'ai la faiblesse de croire que cette période des années 62 à 64 fut sans doute la plus féconde et la plus harmonieuse de cet ensemble mythique. Cf: et cette
chanson dont le titre m'échappe mais qui commence par: . Ensuite . C'est vrai, comme tu le dis que Mujos n'a pas été moralisateur dans cette chanson, mais elle s'inscrit dans le contexte de l'époque. Une question à ce propos: qui fait le duo
avec Mulamba Mujos? Edo ou Michel Boyibanda? La chanson de l'African-Jazz illustre la période de ''galère'' qu'a traversée le Grand Kallé après la scission de l'African-Jazz. Grand Kallé a
eu du mal à redonner une âme à son ensemble. de Sam Mangwana est le pendant de , chanson épicurienne qui met en exergue l'immense talent de
ce chanteur que je tiens personnellement pour l'un des plus grands, n'eut été sa ''volatilité''. Je conclus en rendant un hommage à Jeannot Bombenga qui avait toujours eu la
particularité de rendre meilleures toutes les premières voix qui l'accompagnaient. C'était déjà vrai avec le Grand Kallé. Ca l'est dans cette belle et douce chanson avec Ntesa
Dalienst. Encore une fois, grand merci à toi, Messager, pour ce miroir de notre passé que tu nous tend tous les week-end. Ndaye.